Spoilers : Attention, ça spoile le jeu jusqu'au 3 décembre, grosso modo.
Notes : Écrit pour le premier thème de 52_saveurs, cinq nuances de blanc.


And it snowed all night

Elle n'a jamais aimé son prénom. Yukiko, enfant de la neige. Un prénom que ses parents voulaient plein de poésie. Un prénom délicat, délicat comme la jeune fille qu'elle s'efforce d'être. Un prénom qui la ramène au mois de décembre ; assurément le mois qu'elle aime le moins.

Tous les enfants aiment le mois de leur anniversaire. Signe de cadeaux et de fêtes, tant de réjouissances qui devraient lui réchauffer le cœur. Il n'en est pourtant rien.

Yukiko est une passionnée. On ne le devine pas au premier abord ; au lycée, elle reste toujours en retrait. Mais derrière cette façade, il y a tellement, tellement plus que ça. Depuis qu'elle a décidé d'arrêter de fuir, elle rayonne. Décider de reprendre l'auberge familiale par choix, et non par obligation, semble lui aller à merveille. Depuis qu'Amaterasu s'est révélée, Yukiko n'a plus peur d'avancer. Elle sent cette chaleur dans ces veines, ce doux picotement qui la pousse à aller de l'avant.

La perspective du mois de décembre la ramène à ce qu'elle était avant. Avant Souji-kun, l'affaire, les meurtres, la découverte de son Persona et ces gens, tous ces gens avec qui elle a lié des liens si forts, qui la font se sentir vivante, vivante à un point qu'elle ne croyait pas possible. Avant, donc, quand il n'y avait que Chie pour garder la tête hors de l'eau. Comprenons-nous bien ; Chie est une fille fantastique, la meilleure amie dont elle a toujours rêvé. Seulement, est arrivé un moment où cela n'a plus suffi. Ici, Yukiko sent ses joues rosir alors qu'elle s'efforce de chasser Souji de son esprit.

Mais quand arrive le mois de novembre, cette année-là, Yukiko sent l'appréhension. Décembre est à sa porte et les évènements s'enchaînent. La disparition de Nanako-chan, l'accident de Dojima-san, cette course contre la montre rend toute l'équipe beaucoup plus à fleur de peau. Et quand finalement, Nanako-chan est sauvée, Namatame attrapé, la désillusion. L'avoir retrouvée ne veut pas dire que tout rentre dans l'ordre. Le coma dans lequel l'enfant tombe les prend tous par surprise et décembre est là.

La pression qui pèse sur leurs épaules est bien trop forte. La tentation de faire disparaître Namatame définitivement, également.

Depuis quelques jours, il n'y a plus que ce brouillard, jaunâtre et étouffant. Sale. Yukiko regrette presque la neige qui tombe habituellement sur Inaba à cette période de l'année. Presque, car quand la neige se met enfin à tomber, cela ne change rien. Le vrai coupable court toujours, et Nanako-chan n'est toujours pas réveillée.