Titre : Un Médium pas si médium

Personnages : Numb3rs (Don, Charlie, Larry, David, Colby, Mégane); Mentaliste (Jane, Lisbon, Van Pelt, Rigsby, Cho)

Résumé : Un copicate sévi en Californie et c'est l'équipe de Don qui le traque, mais ils se trouvent dans une impasse... Alors Don fait appel à son vieille ami Patrick Jane

Note : L'histoire est une pure invention, aucun personnages ni aucune série ne m'appartient...

Bonne Lecture, et hésiter pas à laisser des commentaires.


CHAPITRE UN

Cela faisait déjà plus de trois mois que l'équipe du FBI était sur une affaire difficile. Les 4 agents fédéraux ne trouvaient pas comment arrêter le coupable, mais surtout, comment prévoir les prochains meurtres de ce tueur en série réellement doué. Don commençait à se demander si le meurtrier pouvait vraiment être arrêté un jour, à moins d'un miracle il n'y croyait plus vraiment, tout comme le reste de l'équipe ainsi que Charlie Eppes, le célèbre mathématicien. En effet, le tueur utilisait de façon aléatoire les lieux, les façons de tuer, les victimes. En réalité le tueur s'inspirait des plus grands crimes de l'Histoire, comme William Fyge (le plus célèbre tueur du Québec), la « Demoiselle de la mort », H. H. Holmes (Premier tueur en série des États-Unis), le « vampire de Sacramento » … Le dernier meurtre était la réplique parfaite du dernier meurtre connu de « Jack the Ripper » dit Jack l'éventreur, tous les détails y étaient au centimètre près. Mais hélas rien ne pouvait

entrer dans les calculs fastidieux de Charlie, pourtant ce n'était pas faute d'avoir essayé avec l'aide de son fidèle ami Lawrence Fleinhart, appeler Larry, mais rien à faire, le tueur échappait à toute justice.

Toute l'équipe était autour d'une table chez Charlie. Tout au bout se trouvait un homme grand, élancé et noir, David Sinclair, qui avait la tête appuyer sur ses mains jointes. A sa droite se trouvait une très jolie femme châtain, Mégane Reeves, elle semblait concentrée sur quelque chose, comme à peu près tout le monde. A la droite de Sinclair, il y avait Colby Granger. Accoudé à la table Larry regardait dans le vide, il était à côté de Mégane. Dans la cuisine se trouvait Don et Charlie Eppes, qui discutaient de façon vive :

_ « Charlie, il faut qu'on fasse appel à lui, on patauge, tu le sais non?

_ Tu crois vraiment qu'un médium peut nous aider à résoudre cette enquête? Mais ça ne va pas ! Tu ne vas pas recommencer avec tes charlatans.

_Écoute moi, on n'a pas le choix, tu vois une autre possibilité? »

Charlie se senti un peu mal, car il n'avait réussi en rien, toutes ses théories avaient échouées. Il était donc bien obligé de reconnaitre qu'il fallait avoir recours à une "science" qu'il trouvait totalement incohérente. Don décida donc d'appeler son ami médium tandis que Charlie était parti rejoindre les agents de FBI. Il fut obligé de reconnaître qu'une aide extérieure ou divine pourrait faire qu'ils arriveraient à boucler l'enquête. Les crimes augmentaient d'intensité avec le temps. Selon Charles, le tueur sévissait depuis plus de quatre ans mais personne n'avait relié les crimes entre eux .

_ « Il arrive demain matin vers 9h. Et si en attendant on regardait le match? » proposa Don étant revenu avec son sourire cachotier. Toute l'équipe se mit devant le match de Basket. Tandis que Charlie et Larry parlait de mathématiques et de probabilités sur le match, Don donnait des pronostiques toujours exact ce qui perturbait le petit génie. Ce qu'il ne savait pas c'est que la match n'était en réalité qu'une rediffusion de la veille, et que l'ainé des Eppes l'avait vu.

Le but de la soirée était de se détendre, et le FBI y arrivait pour le mieux du monde car après le match de basket, tous partirent dans le garage afin de jouer au billard pour Colby, David, Don et Larry, tandis que Charlie et Mégane discutaient voyance et croyance.

_ « Je n'y crois pas à ces trucs de médium, c'est pas une science, rien ne peut le prouver, c'est comme si tu disais maintenant « je parle avec la dernière victime du tueur en série et le meurtrier est.. » personne ne te croirai, tu passerais pour folle.

_ Pourtant le médium du FBI m'a révélé des choses que moi seule savais...

_ Ne me dit pas que c'est lui que Don à appeler hein ! »

Charlie avait à ce moment précis la bouille d'un enfant boudeur et mécontent. Il ne voulait plus avoir à faire à lui car depuis l'enquête avec cet homme, il n'avait de cesse de repenser à sa mère et au paroles de l'extralucide.

Le lendemain, à 7h30 pimpante un blondinet gara sa vieille voiture française dans l'entrée du jardin des Eppes. Il en descendit avec élégance et prestance, c'était un homme assez grand, blond aux yeux d'un bleu magnifique, il portait comme à son habitude un costume gris. En voyant la maison il se mit à sourire et à repenser à ce que Don lui avait dit au téléphone. Ce doutant qu'il réveillerait toute la maison, il avait prit la peine d'acheter des croissants, enfin c'était surtout parce qu'il n'avait pas prit la peine de manger en venant. Il se rendit à la porte puis sonna. C'est Charlie qui lui ouvrit après un petit temps d'attente, il était encore en pyjama les cheveux dans tous les sens comme le blond se trouvant devant lui.

_« Charlie je présume, jolie maison, c'est la votre? Il ne prit même pas la peine d'attendre la réponse du petit génie pour entrer et s'installer à la table de la salle à manger.

_Qui c'est Charlie? Demanda une voix venue du fin fond des chambres.

Mais Charlie ne savait pas quoi répondre, un inconnu était entré chez lui et était parti se faire du thé dans la cuisine. Il alla donc le retrouver, mais Don descendit au même moment.

_Tu pourrais répondre ! Don entra dans la cuisine. Patrick, heureux que tu ai pu te libérer si vite, installe toi. »

Était-ce vraiment la peine de lui dire de s'installer? Ne le faisait-il pas déjà de lui même? Ce « Patrick » ne lui plaisait pas du tout.

_ « Charlie je te présente Patrick Jane, c'est le médium dont je t'ai parler hier. Il va nous aider d'une main de maitre.

Un petit blanc s'installa entre les trois garçons, puis, Charlie demanda à Don de le suivre dehors.

_Tu crois vraiment que je vais accepter? Il entre chez MOI, utilise MON thé. Déjà que j'étais pas très partant... Il laissa sa phrase en suspend quelques instants puis reprit... et tu le connais comment ce Patrick Jane? Son visage ne m'est pas inconnu... Où ai-je pu le voir?

_C'est un ami de longue date, on à travailler ensemble lors d'une affaire, j'étais même le parrain de sa petite fille... Don baissa la tête en repensant à la petite qu'il ne reverrait jamais. Il est passé à la télé i ans pour la dernier fois, maintenant il travail au CBI, Bureau Californien d'Investigations, à Sacramento. L'avant dernière imitation du tueur était celle du Vampire de Sacramento, j'ai donc pensé à lui, tu vas voir, tu vas l'adorer. » Don avait le sourire de quelqu'un qui préparait une mauvaise blague. Quant ils rentrèrent dans la maison, l'équipe du FBI était à table à parler avec Jane.

A situation désespérée, solution désespérée et leur solution était un homme blond. Bien que l'équipe du FBI était du genre méfiante avec les nouveaux venus, en vue des circonstances n'importe qu'elle aide était la bienvenue, ils commencèrent donc à lui expliquer qui ils étaient, puis l'enquête. Mégane commença l'explication :

_ « Selon Charlie le tueur à commencer à tuer il y a plus de quatre ans. C'est un tueur qui ne viole pas ses victimes mais qui à besoin de reconnaissance. Il imite les plus grands tueurs en série de toute l'Histoire. Son dernier meurtre, est celui de Sarah Taylor, il est la réplique parfaite du dernier meurtre connu de Jack l'éventreur, notre victime à été retrouvée sur son lit, les épaules à plats, le bras droit détaché du corps, tout comme d'autres parties. Il à aussi découper des organes pour les disposer autour de Sarah. Il a voler comme Jack l'éventreur le cœur... »

Un très long blanc s'installa dans la pièce, Charlie avait refusé de voir les photos du meurtre, et beaucoup d'agents en avait été retourné. Jane qui pourtant avait connu les crimes de John le Rouge alias « JR » et qui n'avait vue aucune photo se senti mal, au point de devenir très pale. Il fallait arrêter ce tueur coute que coute! Jane ne voulait pas que tous ces meurtres restent impuni, il comprenait peut-être mieux que quiconque ce que les familles pouvaient ressentir.

_ « Quelles pistes avez vous? Des suspects?

_ On à lui, Enzo Rodriguez, ancien détenu qui avait une large tendance à lire tous les articles sur les tueurs en série... Jane coupa Colby d'un coup sec.

_ C'est tout ce que vous avez pour dire qu'il est suspect? C'est maigre.

_ Vous êtes médium non, connectez vous au canal pour savoir, c'est votre boulot non... »

Avant que Jane puisse en placer une, Don le prit à part. Il savait que ce point là était sensible chez son et surtout qu'il n'était pas médium mais juste observateur.

_ « Patrick, je te l'ai dit hier, c'est une « petite blague » pour mon frère ! Je sais que tu n'aimes pas tout ce qui est « voyance »... mais tu sais aussi bien que moi que cela existe.

_ Hurmf ! Ce qui en langage Jane voulait dire un « il à pas tord ». D'accord, mais c'est bien parce que tu me la demandé et que je te dois quelque chose Don. »

Ils repartirent en direction de la salle à manger une nouvelle fois. David présenta à Jane le deuxième suspect, c'était un français, François Beaulieu, venu aux États Unis i ans. Il avait lui aussi fait de la prison, mais ce qui avait fait porter les soupçons sur lui était sa thèse de doctorat lors de son parcours à la faculté d'histoire de la Sorbonne. En effet, sa thèse de base était « la police dans l'histoire » mais il avait en réalité traiter que de Jack the Ripper.

_ « Vous les avez arrêter? Puis-je les voir? » Demanda Jane avec une politesse rare, il tenait dans sa main sa tasse de thé qu'il avait à peine bu et qui maintenant était froid. Il était perturbé par ce tueur. Le téléphone de Don sonna et il prit l'appel ailleurs. Jane reçu une réponse négative pour les suspects.

_ « De quand date le dernier meurtre?

_ Il date d'un mois mais le tueur agit de façon purement irrégulière.

_ On à une nouvelle scène de crime. Patrick nous dira tout de suite si c'est notre tueur ou non ! »

Don avait dans son regard une once de peine, car si ce n'était pas le copieur, alors il s'agissait du tueur que Patrick Jane haïssait le plus au monde...

... To be continued...