Voilà le chapitre 2 ! Enfin ! J'ai honte d'avoir mis autant de temps mais j'ai une excuse en béton : les examens de fin d'année, étalés sur tout un moi, sans compter les révisions et l'attente des résultats. En plus je ne suis pas trop satisfaite de ce chapitre. Durant les vacances je rattrape le retard, promis !

Avant même que Loki ne pousse la porte je sus que la discussion était extrêmement agitée.

Quand nous entrâmes dans la pièce je compris qu'ils étaient sur le point de s'entretuer. Les dieux hurlaient, tempêtaient, gonflaient, la plupart agitaient des épées au dessus de leur tête, des éclairs fusaient dans tous les sens. Un dieu solaire –reconnaissable au halo de lumière éblouissante qui l'entourait en permanence- se trouvait en mauvaise posture face à une déesse asiatique enragée. Un dieu hindou muni d'une dizaine de bras étranglait un autre dieu de son propre panthéon –si on se fiait aux multiples membres. Merlin essayait vainement de ramener un semblant d'ordre. A notre entrée plusieurs têtes se tournèrent vers nous, sans que cela affecte le volume sonore de la pièce. Je repérais mes amis et me ruais vers eux sans un regard en arrière.

-Qu'est ce qu'il c'est passé ?

David secoua la tête, abasourdi et totalement dépassé.

-Rien de particulier, c'est ça le pire. Ils étaient plutôt calme, et d'un coup…

-D'un coup ils ont commencé à se mettre sur la gueule et à s'entretuer. Ce qu'en temps normal j'approuverais, remarque. Mais pas avec nous au milieu.

Christopher avait l'air de trouver la situation comique. Jalil un peu moins vu ses cheveux roussis et ses lèvres pincées.

-Silence.

Merlin n'avait pas hurlé. Ce simple mot, murmuré, sembla rebondir sur les murs en pierre, se démultipliant et prenant de l'ampleur jusqu'à devenir un capharnaüm assourdissant, physiquement oppressant. Je me bouchais les oreilles et me recroquevillait. Jalil était dans la même posture que moi mais David, en héros fier et orgueilleux qu'il était restait stoïque. Grand bien lui fasse. Le dernier écho s'estompa et je poussais un soupir de soulagement. Les dieux s'étaient tus. L'enchanteur se dressait parmi eux, terriblement humain et absolument maître de la situation. Du moins c'était ce que je souhaitais très fort.

La plupart des dieux se rassirent mais d'autre restèrent dressés face à Merlin. La tension était palpable.

Ce fut le dieu solaire que j'avais repéré qui parla.

-Tu nous dis Merlin que ce petit groupe de mortels venus de l'ancien monde est capable d'abattre des dieux et autres créatures immortels sans même avoir besoin de nous combattre en face. Mais quelles preuves peux-tu nous donner ? Après tout nous n'avons que le témoignage de mortels, des étrangers qui plus est. Et nous connaissons tous ta fourberie, tu souhaites unir les dieux depuis trop longtemps. Les unir avec toi à leur tête bien entendu.

Merlin ne pouvais pas doubler de volume, mais sans doute l'aurais t-il fait s'il en avait été capable. Sa mâchoire était serrée et je pouvais distinguer une veine sur sa tempe qui battait comme s'il se retenait d'exploser.

-Libre à toi, Grand Mitra, de rester aveugle, ruminant des histoires du passés et imaginant que mon souhait est de diriger Everworld. La sorcière dont c'était l'ambition est morte. Et ce sont ses troupes qui mettent en péril notre sécurité à tous.

Loki intervint. Il s'était mis dans un coin, pas loin des représentants de son panthéon mais néanmoins à distance respectable

-J e peux également apporter mon témoignage. Mon fils, Fenrir à été tué par ces…

Une moue de pur dégout sur la figure il chercha un mot pour qualifier les néo nazis décérébrés recrutés par Senna.

Christopher vola à son secours.

- Crétins sub-luminiques, huîtres mal léchées, atrophiés du cerveau, phyloxera ?

Les regards se tournèrent vers nous.

-Enfin je parle d'eux, hein, pas de vous bien sûr, rajouta hâtivement Christopher.

David le fusilla du regard.

-Tu sais ce que signifie piloxera ? S'étonna Jalil à voix basse.

-Bah c'est un groupe d'insectes parasites. Voyons pour qui tu me prends mec ?

Merlin se racla la gorge.

-Fenrir a en effet succombé à des blessures causées par les armes de l'Ancien Monde. J'ai vu de mes yeux en Egypte un dragon périr de la même façon. Il a été abattu par un seul mortel contre lequel il est resté totalement impuissant.

-Voilà un témoignage fiable ! Loki !

Le dieu qui avait parlé avait des goûts vestimentaires plus que douteux. Il était vêtu d'une gigantesque peau de bélier, la tête du pauvre animal recouvrant entièrement son crâne. Ses dents en or étincelaient dès qui ouvrait la bouche. Les vikings n'étaient pas très porté sur l'esthétique. Il fallait juste faire le plus peur possible. Avoir l'air d'un guerrier viril, prêt à étriper les ennemis, piller les villages et s'amuser avec les femmes des territoires conquis, le tout en chantant des chansons grivoises et en s'arrosant de bière. Toute une conception. Mais ce dieu n'avait pas l'air d'être un dieu de la guerre. Il n'avait qu'une gigantesque corne accrochée en travers de la poitrine, pas d'arme. Ce qui valait sans doute mieux pour Loki. Il continua à vociféré comme un enragé.

-Ce trompeur, menteur, traître, assassin ! Au lieu d'aller courir après des sois disant dangereux mortels pourquoi ne pas nous débarrasser de lui ?

-Il suffit Heimdall ! Rugit Odin. Ce n'est pas la question aujourd'hui.

Mais le dénommé Heimdall n'avait pas l'intention de s'arrêter.

- Il a livré Idunn et ses merveilleuses pommes à l'ennemi, failli céder la déesse de la beauté contre la construction d'une forteresse, coupé la chevelure de l'épouse de Thor, dérobé entre autre chose le collier de Freyja, fait mourir Blader de la main de son propre frère ! Et je ne cite que ses méfaits les plus connu ! Et enfin il t'a gardé toi, Odin, notre père à tous, prisonnier des années et t'a torturé. C'est un scélérat, la honte de l'Asgard !

Je ne comprenais pas la moitié de ce qu'il racontait. J'aurais du me renseigner sur l'historique des principaux panthéons. Je suis sûre que Jalil, lui, l'avait fait.

-La vache, il a une sacré dent contre notre psychopathe préféré celui là, me souffla Christopher. Si tu veux mon avis c'est une histoire de nana. D'un autre côté imagine être obligé de fréquenter Loki depuis la nuit des temps…

Loki semblait trouver la situation hilarante.

-Allons Heimdall, il faut bien que je m'occupe, je n'ai pas la responsabilité comme toi de garder l'accès à l'Asgard. Tu ne t'ennui pas trop au fait ?

Aussitôt l'autre dieu se rua sur lui. Cette simple petite phrase, presque innocente, avait suffit à faire perdre tout son contrôle au dieu à peau de bélier. Ces deux là devait être ennemi de longue date. Loki, l'évita et à son tour chercha à son tour à atteindre son attaquant.

Les autres dieux, sans perdre une minute, recommencèrent à s'invectiver les uns les autres, gonfler et étinceler dans le chaos général.

Je vis Merlin lever les bras et une détonation faillit m'éclater les tympans. Heimdall s'immobilisa dans un cri de souffrance. Un silence de mort s'abattit sur l'assemblée. Je me tournais vers Jalil, sauf qu'il n'était plus à côté de moi. Il se tenait plusieurs mètres en arrière, son visage noir couvert d'une substance encore plus sombre avec dans les mains un revolver. Enfin un truc qui ressemblait très vaguement à un revolver et qui vu la détonation devait en être un. Heimdall geignait en se tenant les côtes. Pour la première foi depuis que je le connaissais Merlin était stupéfait.

-D'accord, Mec, t'as réussi à avoir toute leur attention. Maintenant dis moi que tu as un plan, ou au moins que tu sais où sont les sortis de secours.

Christopher fixait l'arme à feu de Jalil avec des yeux ronds, banc comme un linge.

- Qu'est ce que ça veut dire Jalil ? Siffla David.

J'étais rassurée de voir que je n'étais pas la seule à débarquer.

Jalil ne lui répondit pas. Au lieu de ça il s'avança vers les immortels qui le regardaient sans savoir comment réagir.

-Vous allez m'écouter maintenant. Vous voyer ce que j'ai dans la main ? Parfait. C'est approximativement les armes qu'ont les mortels venu de l'Ancien Monde.

-Très, très approximativement. En fait, normalement ça n'explose pas à la figure de l'utilisateur, intervint Christopher.

David lui fit signe de se taire.

-Ces armes sont mortelles, même pour vous. Elles le seront pour les Hewtans et Ka-Anor. Imaginez, il serait beaucoup plus simple de détruire cet étranger qui se moque de vous tous. Mais pour avoir ces armes il faut détruire la bande venue de l'Ancien Monde. D'abord parce qu'ils sont dangereux, comme le prouve ma petite démonstration, ensuite pour essayer de récupérer leur armes, afin que les nains puissent les reproduire plus facilement. Et vous vaincrez Ka-Anor. Si vous nous aidez.

Il y eu un moment horrible, un instant où le temps paraît suspendu. J'attendais, le souffle coupé, que les dieux se range à notre côté pour une croisade contre des extraterrestre ou qu'ils nous tuent. J'adore les moments comme celui-ci. Ils font tout le charme d'Everworld. Ne pas savoir si le type en face de vous va se ruer sur vous épingler sur le mur, comme un papillon.

-Je vous tuerais mortels, je vous tuerais tous !

Heimdall avait hurlé. Son visage était déformé par une rage animale. Sa main était couverte de sang, le sien. Que Jalil avait fais couler.

Jalil resta impassible. David, la main sur le pommeau de son épée, était prêt à agir en cas de besoin. Instinctivement je cherchais ma propre arme. La sentir sous mes doigts me rassura. Ridicule, bien sûr, si ces dieux voulaient notre peau, ce n'est pas une épée qui les arrêterait.

-Ces armes me semblent efficaces. Elles nous donneraient un certain avantage.

C'était la déesse asiatique qui avait parlé.

-Je soutiens ces jeunes héros. Et avec moi tout l'Asgard.

Le ton d'Odin était impérieux, il semblait défier Heimdall. Mitra avait désormais une expression que je qualifierais d'avide. Il ne détachait pas ses yeux enflammés de Jalil.

L'étau qui me comprimait la poitrine se relâcha et je respirais. Ils allaient nous suivre. Ils voyaient que leur intérêt était de le faire. Le soulagement m'envahi.

Je me tournais vers mes amis

-Jalil, la prochaine foi que tu nous fais un coup comme ça, c'est moi qui te tue, déclarais-je à voix basse, très sérieusement.

-Qu'est ce qui t'as pris de tirer sur un dieu. Et d'où tu sors ça ? Tu aurais dû me…nous mettre au courant, siffla notre général.

Les immortels ne faisaient pas attention à nous, occupés à régler les détails de leur toute nouvelle entente entre eux.

-Je ne le visais pas lui.

Jalil était plutôt piteux.

-Et si je n'ai rien dit c'est parce que, David, tu es le menteur le plus mauvais que je connaisse. Et April et Christopher aurait trouvé ce plan trop risqué. D'ailleurs je ne comptais l'utiliser qu'en dernier recours.

Il regarda son arme, a mon avis même si je n'y connaissais rien désormais inutilisable.

-J'ai mis des jours à le mettre au point avec Gorkyg, marmonna t-il.

-Et bien il n'est pas au point ton machin, fit remarquer Christopher. Au fait, tu visais quoi ?

-Je voulais tirer par terre. Juste par terre. Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait autant de recul.

Il y eut un long silence. Heimdall s'était tu mais son cri de haine résonnait dans mon crâne.

David résuma notre opinion à tous.

-Jalil, ne t'approche plus jamais d'une arme à feu.

Bon je n'ai pas relu, mais je pense vraiment que vous devez en avoir marre d'attendre.

Merci pour vos reviews, elles me font très, très plaisirs et me pousse à écrire plus vite. Je me sens coupable de vous avoir laissé sans nouvelles si longtemps. ^^