Disclaimer : Rien ne nous appartient à par cette fiction. Les personnages et lieux sont à JKR sauf certains.

Ratio M parce qu'on le vaut bien. Plus sérieusement, il est pas là pour faire jolie donc personnes sensibles et homophobes s'abstenir.

Paring HP/DM Oui ! Harry sera dominant dans cette fic et oui, il y aura un Mpreg. Autres couples à découvrir.

Titre : Une nouvelle menace.

Résumé : Harry parvient à vaincre Voldemort à la fin de la cinquième année. Il pensait avoir fait le plus dur et pouvoir vivre en paix. Il n'avait pas imaginé qu'une autre menace viendrait perturber leur tranquillité.

Notes : La fic est un UA léger dans le sens où on est dans le monde magique et que certains évènements des livres sont respectés. Les horcruxes n'existent pas et certains personnages sont très différents de ceux rencontré dans les tomes HP.

Nous précisons également que nous travaillons à deux sur cette histoire. Nat et Lyann Snape Malfoy qui squate honteusement le compte de Nat.

RAR

Stormtrooper2 :Oui, Draco a fini par dire à Harry ce qu'il est. Effectivement, le secret de Ry va se savoir. Pour ce qui est de Dray et Lui, tu verras si ça avance dans ce chapitre.

Jes Cullen-Malfoy : Oui le chapitre a été long à arriver mais les chapitres de mes différentes fics sont très long et ça prend du temps. J'espère que celui ci te plaira.

Kaylee : Merci beaucoup pour la review. Pour la réconciliation avec Mione, tu verras. Les mamours avec Dray, ça va venir petit à petit, le Ry vampire est farouche.

Mamanline : Merci pour la review, voilà la suite.

Cupilu : Merci pour ta review. Pour ce qui est du Draco trop soumis ne t'inquiète pas, il va finir par se réveiller un peu. Voilà la suite, bonne lecture.

Diabline : Merci pour ta review et non ! Tu ne rêves pas ! C'est bien un nouveau chapitre.

Cathy : Merci pour ta review. La suite est arrivée, bonne lecture.

Brigitte : Merci pour ta review. Ne t'inquiète pas, Ry aura la peau du crapaud rose à un moment donné.

Li-san : Merci, voilà la suite.

Adenoide : Merci pour ta review. Harry ne pardonnera pas à tous les Weasley, certains vont continuer à le détester pour ce qu'il est. Pour Ombrage, ça bardera, mais pas tout de suite.

77Hildegard : Merci pour ta review. J'espère que celui ci te plaira.

Quam : Merci pour ta review. Nous sommes désolé pour cette longue attente mais écrire des chapitre de cette longueur sur plusieurs fics, c'est un vrai sport. Surtout quand certaines histoires nécessites des recherches. Bref, voilà la suite.

Hasuu : Merci beaucoup pour cette longue review très détaillée. Je vais essayer d'y répondre. Donc le mythe du vampire et calice existe réellement et ce n'est pas juste une lubie des auteurs de Fanfictions. Pour ce qui est de Draco trop soumis, ça va changer peu à peu. Pour le moment, il est un peu sonné mais il va retrouver un peu de hargne. Alexeï ne va plus rien tenter avec Ry, il sait que le brun est casé. Il trouvera effectivement son compagnon. Les Weasley, certains vont se réconcilier avec Harry et d'autres rester étroits d'esprit. Ombrage et Fudge et bien on verra comment ça se passe à mesure que les chapitres avancent. Voilà la suite, bonne lecture.

Caence : Merci.

Sati-san : Merci beaucoup. Oui, j'ai voulu un Harry plus sûr de lui et un Lucius différent. Je me suis dit qu'une amitié secrète entre ces deux là changerait un peu. Draco et Ry se sont effectivement rapprochés. Pour Fudge et Ombrage, réponse dans le chapitre.

Lethally Alive : Merci beaucoup pour ta review. La suite est là, bonne lecture.

Narcissa Potter : Merci pour tes gentilles reviews. Je sais à quel point notre travail te plait. Je sais que cette réponse est courte comparé à la plupart de tes reviews mais souvent on se répond via msn ou message privé. Donc la suite est là, bonne lecture.

Alie-Yaoi : Merci ma p'tite femme.

Musme : Merci pour ta review. Oui, voir les Malfoy réunis, c'est super et assez rare dans les fics. Pour Ombrage et Fudge, réponse à mesure que l'histoire avancera. Pour Molly, c'est pareil, se sera assez complexe au départ. Je n'abandonnerai pas. Même si les chapitres seront parfois longs à venir.

Heaven's Nemesis : Voilà la suite ! Merci pour cette review ma Xia adorée.

Alihya : Merci, voilà la suite.

Sakura-okasan : Merci beaucoup, la suite est là même si ça a été long.

Merci à ceux qui nous mettent en favoris et Alert.

Bonne lecture à tous.


Chapitre 5 : Conséquences et douce vengeance...

La nuit qui avait suivit le procès, le survivant avait dormi à poing fermé. Il avait été épuisé par cette longue et interminable journée. Il avait mis tellement de hargne à défendre Lucius Malfoy. Reparler de la guerre, de son combat finale et aussi la lettre de Molly, tout ça l'avait bien plus affecté qu'il ne le montrait. Ça l'avait replongé dans un passé douloureux qu'il avait préféré occulter jusque là.

Il se souvenait sans mal du jour où il avait reçu la lettre du blond alors qu'il était chez les Dursley. Son oncle l'avait tellement battu la veille qu'il avait mis des heures à parvenir à se lever et débarrasser le hibou de Malfoy de sa charge.

Quand finalement il avait pris le paquet que lui apportait le hibou, il c'était évanouis et n'avait pu prendre connaissance de la lettre et du reste que deux jours plus tard. À l'époque, il avait lu la missive attentivement, il avait pu visionner les souvenirs que le blond lui avait fournis grâce à Severus et avait répondu positivement à la demande de Lucius. Il n'avait jamais regretté son choix.

Les quelques heures de sommeils qu'il avait eu avaient donc été agitées. Il se réveilla un peu plus tard que les autres jours même s'il était tout de même en avance. Il se rendit à la salle de bain et prit une longue douche chaude pour se détendre. Il sentait ses muscles se détendre et son esprit s'éclaircir alors que le jet brûlant coulait le long de son corps. Il ferma les yeux et poussa un soupir de bien être.

Quand il sortit de la salle de bain une demi heure plus tard, Draco qui était derrière la porte prit sa place. Le blond fut rapide et bientôt, ils quittaient leurs appartements pour se rendre à la grande salle.

Ils marchaient en silence, tous deux plongés dans leurs pensées. Il c'était passé tant de choses depuis la bataille finale. Quand Harry revoyait se succéder les évènements dans son esprit, il avait le tournis. Les combats au ministère, la mort de Voldemort, son agonie, sa transformation en vampire, son entraînement, son amitié récente avec Draco, le rejet de ses amis et son retour à Poudlard.

Le temps qu'il réalise la distance parcourut, ils arrivèrent dans la grande salle et se séparèrent pour rejoindre leurs tables respectives. À la surprise de Harry, Neville était déjà là et l'accueillis avec un large sourire. Il était rare que le gryffondor maladroit soit aussi matinal. Généralement, il arrivait dans les derniers au petit déjeuner. Seulement, depuis qu'il savait que le survivant dormait peu et venait à la grande salle tôt le matin, il avait calqué ses horaires sur ceux de son frère de coeur.

Le brun s'installa et entreprit de boire son café sans un mot. Neville et lui n'avaient pas forcément besoin de parler pour se comprendre. Peu à peu les élèves arrivaient et le brouhaha s'intensifiait dans la salle. Ce jour là, c'était le weekend, il n'y avait donc aucun cours.

Un vacarme se fit entendre et des centaines de hiboux entrèrent dans la grande salle déposant le numéro du Daily Prophet. C'était le même rituel chaque matin. Le journal ne publiait pas grand chose d'intéressant. Le contenu était devenu plutôt creux depuis la bataille finale et la victoire de Harry sur le mage noir. Au début, la disparition du brun avait fait vendre du papier mais maintenant qu'il était de retour. Le journal était à la botte du ministère et ne publiait que ce que le Ministre et Ombrage autorisaient.

Harry continua à boire son café décidant qu'il le lirait après. Il avait le temps. Il vit Neville pâlir brusquement et commença à s'inquiéter. Il releva doucement la tête pour voir qu'il avait l'attention de tous. Les murmures des élèves s'élevèrent et les regards convergèrent vers lui. Certains étaient apeurés, d'autres admiratifs ou encore emplis de dégout.

Il fronça les sourcils et prit son numéro du journal sorcier qu'il déplia avec un calme étonnant pour lui qui était connu pour être un impulsif. Sa nouvelle condition l'avait beaucoup fait évoluer de ce côté là.

[Scandal : Le Survivant : Héros ou Adepte des Ténèbres ?

Suite au procès de Lucius Malfoy et à l'aide que notre Héros, Harry Potter, y a apporté, la sous secrétaire d'état, Dolores Ombrage, a souhaité s'entretenir avec nous. Elle nous a dit avoir des révélations à nous faire sur le survivant.

Nous avons donc rencontré la sous secrétaire dans un restaurant du chemin de traverse où elle nous avait donné rendez vous. Voici ce qu'elle nous a dit.

Vous vous demandez sûrement où Harry Potter avait disparu après la bataille finale et bien le Ministre et moi avons menés l'enquête. Nous avons appris que le survivant était en Russie et qu'il y est devenu Vampire.

Nous savons tous que les Vampires sont des créatures des ténèbres. Ils sont avides de sang et de pouvoir. Ils n'ont pas pour habitude d'être doux ou cléments. Ils pratiquent la magie noire. C'est un scandale qu'il puisse arpenter les couloirs de Poudlard en toute impunité.

Alors maintenant dites moi ? Votre survivant est il vraiment un Héros ou le prochain Lord Noir ?

Après cette révélation, la sous secrétaire nous a annoncé qu'elle travaillait actuellement sur un décret visant à protéger la population des créatures dites ténébreuses mais n'a pas souhaité en dire d'avantage. Elle annonce que le décret devrait être prêt pour le mois de novembre.

Biographie complète de Harry Potter en page 4.

Votre Dévouée Reporter, Au coeur de L'action, Rita Skeeter...]

Les mains de Harry tremblaient. Ce sale crapaud rose avait osé ! Il aurait dû se douter qu'elle emploierait un moyen aussi bas pour le discréditer. Fudge et elle avaient peur de perdre leurs places au soleil. Ils voulaient protéger leurs fesses. Lui qui avait souhaité attendre avant d'annoncer sa condition. Montrer aux autres qu'il était toujours le même avant d'en parler. Ombrage et Fudge paieraient.

Qu'allait penser le peu d'amis qu'il lui restait ? Comment allait réagir Draco ? Il avait tellement peur que le blond le rejette. Il ne voulait pas être vu comme un monstre. Il avait connu ça toute son enfance avec les Dursley.

Pour une fois qu'il aurait pu être heureux, il fallait que Ombrage gâche tout. Il ferma les yeux pour tenter de se calmer mais c'était peine perdue. Il sentait le vampire prendre le pas sur son humanité. Une carafe de jus de citrouille explosa et plusieurs élèves émirent des petits cris terrifiés.

Il se leva aussi doucement que possible et quitta la grande salle en trombe. Son envie de sang était forte. Il se dirigea vers le parc qu'il traversa tout aussi rapidement avant de s'engouffrer dans la forêt interdite. Il avait besoin de chasser.

Il venait à peine de quitter la place qu'une boule de nerfs châtain pénétra dans la grande salle complètement paniquée. Tous les regards se braquèrent sur le nouvel arrivant. Ils se demandaient qui il pouvait bien être.

- Sacha !

- Alex ? Qu'est ce que tu fais ici ?

- Tu as lu le journal de ce matin ? C'est affreux !

- Je viens de le lire et Ry aussi. Souffla le professeur de sortilèges.

- Oh mon dieu ! Et comment a t-il réagit ?

- Mal...

- Qu'est ce que tu attends ! Bouge tes fesses et vas le chercher tout de suite Alexander Potter !

Sachant qu'un Alexeï en colère n'était pas agréable, le vampire se leva et quitta la salle pour partir à la recherche de son cadet. Il savait déjà que le plus jeune devait être dans la forêt interdite mais Harry était bien plus rapide et agile que lui. Il allait avoir du mal à mettre la main sur lui.

De plus, le survivant connaissait cette forêt comme sa poche. Il soupira alors qu'il entrait dans la forêt interdite, la journée allait être longue, très longue.

Dans la grande salle, Draco c'était levé pour saluer le châtain sous les regards surpris des autres élèves. Généralement, le blond n'était pas vraiment sociable. Puis, il souriait, il avait l'air de bien connaître le jeune homme à l'accent russe. Des filles et des garçons bavaient sur la beauté d'Alexeï. Il fallait dire que le sorcier était vraiment magnifique.

- Salut Alex...

- Salut Dray... Tu vas bien ?

- Oui. Ça va... Tu crois que Sacha va le retrouver ? Interrogea le blond peiné.

- J'en suis sûr... Viens avec moi, allons discuter...

Neville était un peu déboussolé à la table des Gryffondor. Il avait le regard un peu vide et fixait l'endroit où son frère de coeur se tenait quelques minutes plus tôt. Il regarda Draco et le châtain quitter la grande salle.

Il était peiné pour Harry. Il savait que le brun était quelqu'un de bien. Il avait droit au bonheur. Pourquoi fallait il que le destin s'acharne sur lui ? Il y avait toujours quelqu'un pour lui pourrir la vie. Il ne réalisa pas qu'il tremblait et encore moins que les larmes roulaient sur ses joues.

Une main tiède se posa sur son épaule et il releva la tête pour tomber sur deux prunelles onyx qui le fixaient. Le sombre professeur des potions Severus Snape lui tendit une main et lui proposa de venir avec lui pour discuter un peu.

Toujours aussi perdu, le Gryffondor accepta la proposition d'un hochement de tête. Les élèves et les autres professeurs regardèrent ce duo improbable quitter la grande salle avec des yeux ronds. Le sombre professeur n'était jamais sociable ou gentil et pourtant, il venait d'être gentil avec un de ses élèves honnis. Le monde sorcier ne tournait plus rond, c'était certain.

Pendant ce temps, près du lac, Draco et Alexeï étaient assis. Ils ne parlaient pas. Ils observaient l'étendu sombre qui brillait légèrement sous les rayons timides du soleil de septembre. Il faisait encore doux même si un vent frais soufflait les faisant parfois frissonner.

Le russe cherchait ses mots. Il savait que Harry était amoureux du blond. Le brun avait nié disant qu'il le trouvait beau et le désirait mais ne l'aimait pas forcément, pourtant, Alex savait qu'il y avait bien plus.

Les regards de Harry sur Draco, sa façon de se comporter avec lui. Tout prouvait qu'il aimait le blond. De plus, s'il n'avait pas aimé Draco, il n'aurait pas défendu Lucius Malfoy avec autant de hargne, même en le sachant innocent. Finalement il opta pour la franchise et les questions direct.

- Que pense tu de cette révélation ? Du fait que Harry soit un vampire ?

- Je le savais. Il ne me l'avait pas dit mais je m'en suis douté dès que je l'ai vu chez Sirius cet été. Harry est quelqu'un de bien, qu'il soit vampire ou non ne change rien pour moi.

- Qu'est ce qu'il est pour toi ?

- Et pour toi ? Contre attaqua Draco qui ne voulait pas répondre avant de savoir ce que ressentait le châtain envers son compagnon.

- Harry et moi on est sorti ensemble et on a été amant, c'est vrai. Seulement, il ne m'a jamais caché que son coeur était déjà pris. Il me parlait souvent de toi. Alors nous avons décidé de resté de simples amis. Nous sommes proches mais ça n'ira pas plus loins.

- Il t'a dit ce que je suis ?

Alexeï hocha négativement la tête. Harry lui avait beaucoup parlé de Draco dans ses lettres quotidiennes mais il ne lui avait pas dit ce qu'était le blond. Il lui avait dit à quel point son odeur l'attirait, à quel point sa beauté le fascinait. Le russe savait parfaitement que le brun était fou amoureux du blond. C'était vraiment évident. La voix du serpentard le fit revenir à la réalité.

- Je suis un Veela. Un Veela soumis.

- Oh...

- Quand j'ai revu Harry, j'ai aussitôt compris qu'il était mon compagnon. Son odeur m'attire et je rêve d'être auprès de lui, qu'il me prenne dans ses bras, me protège. Il était assez distant au début mais nous avons discuté et ça allait un peu mieux. Je ne veux pas le perdre.

- Il est têtu. Il va sûrement prendre peur et va probablement t'éviter. Il va avoir peur que tu le rejette et cette peur prendra le pas sur son bon sens. Seulement, je te promets qu'on trouvera un moyen pour que tu puisses lui parler.

Alors qu'Alexeï et Draco discutaient de manière civilisé, Sacha arpentait la forêt interdite pour essayer de retrouver Harry.

Dès qu'il approchait du jeune vampire, ce dernier trouvait un moyen de lui échapper. Tout ça se transformait en course poursuite.

Alexander en avait vraiment ras le bol. Harry était une tête de mule. Ce n'était pas en fuyant que ses problèmes se règleraient.

Il entendit un bruit sur sa gauche et fonça en espérant que cette fois, son cadet le laisserait parler au lieu de fuir.

Au château, Neville était assis dans un fauteuil du salon des appartements de son professeur de Potion. Il avait du mal à s'en remettre. Jamais il n'aurait imaginé entrer dans l'antre de Snape.

Contrairement à ce qu'il avait toujours cru, l'endroit n'était pas sombre et effrayant. C'était plutôt chaleureux et confortable. Il s'y sentait à l'aise. Le potionniste avait préparé du thé et sortit des biscuits. Il prit place face à son élève et prit la parole.

- Que pensez vous de toute cette affaire ?

- Je savais déjà que Harry était devenu un Vampire. Il en a parlé a Ron, Ginny et Hermione. Ron c'est empressé de le dire à tous les Gryffondor en disant que Harry était devenu un monstre assoiffé de sang et adepte des ténèbres. Certains comme Dean et Seamus y ont cru. Par contre, d'autres Gryffondor, comme moi, Lavande, Parvatti, Romilda et Cormac on y croit pas du tout. Hermione reste sceptique. Harry est mon frère. Grâce à lui, j'ai pris confiance en moi et j'ai réussi à me surpasser. Il a toujours été là. Ce n'est pas parce qu'il est un vampire que je vais le laissé tomber.

- Avec ce que Ombrage et Fudge ont prévu, il aura besoin d'aide, croyez moi.

- Et je serai là. Avec ce qu'il a fait pour moi mais aussi pour la communauté sorcière, il a droit au bonheur.

- D'après ce que j'ai entendu, le projet de Ombrage est d'obliger les créatures dites ténébreuses à se faire répertorier auprès du ministère. Elles seront marquées comme du bétail. Les lycans recevront une potion de stérilité. Les vampires seront rationnés sur le sang, qu'ils se nourrissent de sang animal ou de substitut. Même les vampires avec Calice seront surveillés sur leur consommation.

- Si elle fait ça, il y aura une nouvelle guerre. Les vampires, lycans et autres créatures dites sombres vont se révolter. Certains sorciers et créatures dites lumineuses vont les suivre. Nous sortons d'une guerre sanglante qui a duré 30 ans et ce crapaud rose va en déclencher une autre. Elle est vraiment folle. Elle et Fudge vont finir par tuer la magie.

- Ils cherchent à protéger leurs places.

Severus et Neville discutèrent de longues heures. Le Gryffondor maladroit réalisa que le potionniste n'était pas foncièrement méchant et le sombre professeur comprit que le jeune homme était bien plus mature et posé qu'il ne le montrait réellement.

Sans vraiment s'en rendre compte, ils tombèrent sous le charme l'un de l'autre en ce samedi de Septembre.

Hermione avait quitté la grande salle en trombe et était allée à la salle sur demande. Depuis plusieurs jours, elle lisait des livres sur les vampires et avait compris qu'ils n'étaient pas du tout comme Ron et Ginny lui avaient dit.

Elle commençait vraiment à regretter d'avoir rejeté Harry. Elle espérait que son frère de coeur pourrait lui pardonner. En tout cas, elle allait tout faire pour l'aider. Parce qu'elle était certaine que Ombrage et Fudge préparaient un coup fourré et que le survivant paierait.

Dans la forêt interdite, Sacha avait enfin réussi à bloquer le brun. Ils étaient assis sur une grosse branche d'arbre et se jaugeaient en silence. L'aîné ne savait pas trop quoi dire. Lui n'avait jamais vraiment accepté d'être devenu vampire. Il vivait mieux sa condition depuis que Harry était entré dans sa vie.

Le survivant de son côté était toujours chamboulé. Il appréhendait son retour à Poudlard, les regards qui allaient se poser sur lui, les insultes et tout le reste. Il avait vécu ça en deuxième, quatrième et cinquième année et n'avait pas envie d'y gouter à nouveau.

- Il faudra du temps mais les élèves vont finir par se rendre compte que tu n'es pas dangereux et que tu es toujours le même.

- L'avis général m'importe peu, seul l'avis de certaines personnes compte.

- Pour les Gryffondor, ils savent tous que tu es Vampire et ont fait leur choix déjà. Pour Draco, il se doutait que tu es vampire, il attendait juste que tu le lui confirme.

- Entre se douter et savoir, il y a une différence. Puis que dira t-il quand je lui dirai qu'il est mon âme soeur et mon calice ?

- Tu as dit qu'il avait lu les livres que tu avais laissé trainer exprès et qu'il avait prit des notes non ?

- Oui et alors ?

- S'il a fait ça c'est qu'il ne te jettera pas.

Le silence retomba, ils réfléchirent quelques instants puis reprirent leur discussion. Quand le plus jeune fut enfin apaisé, après une longue conversation de quatre heures, ils revinrent au château.

Harry se rendit aussitôt à ses appartements et s'enferma dans sa chambre, il ne voulait voir personne.

Les jours qui suivirent furent tendus. Le brun passait son temps à éviter Draco. Le blond avait essayé plusieurs fois de l'intercepter. Il avait même frappé à la porte de sa chambre le soir pour lui parler mais le gryffondor ne lui pas ouvert. Il faisait comme s'il n'était pas là. Le serpentard était sur les nerfs et déprimait.

Alexander avait discuté avec Harry pour tenter de le raisonner mais rien y faisait. Le brun se comportait en parfait serpentard cette fois ci. Il avait tellement peur d'être rejeté par le blond qu'il préférait fuir plutôt que de faire face à la réalité.

Le cours de sortilèges venait de prendre fin et le survivant avait sauté de sa chaise et disparu dès que la sonnerie de fin de cours avait retentit. Dans la salle, il n'y avait plus que Draco qui rangeait ses affaires les larmes aux yeux et Sacha qui était peiné pour lui. Le vampire approcha du blond pour le réconforter. Il allait trouver un moyen pour que Harry et lui se parlent.

- Je sais que c'est dur Draco mais nous allons trouver une solution. Il ne pourra pas te fuir éternellement.

- Pourquoi il réagit comme ça ? J'ai l'impression qu'il s'en fou de moi, de notre récente amitié, des moments qu'on a passé ensemble.

- Il ne s'en fou pas. Justement. Il a trop peur que tu le vois comme un monstre et que tu le rejette.

- Jamais je ne ferai ça ! Je ne suis pas comme ces deux belettes qui l'ont abandonné !

Le vampire lui offrit un large sourire. Il enlaça amicalement le serpentard et lui glissa quelques paroles rassurantes pour le calmer. Le blond pleura un moment dans ses bras puis quand ses sanglots s'apaisèrent, il quitta la salle et alla à la bibliothèque. Il y avait des devoirs à faire et il voulait prendre un peu d'avance.

De son côté, Harry était dans le parc de Poudlard, il faisait le tour du lac à pieds pour se calmer. Il avisa une grosse souche d'arbre et alla s'asseoir dessus. Il plongea son regard vers l'étendu sombre et la fixa comme hypnotisé. Il y avait des sillons sur l'eau provoqués par le vent ou les créatures aquatiques qui se déplaçaient sous l'eau et sautaient parfois à la surface.

Il entendit du mouvement derrière lui mais ne bougea pas. L'odeur de la personne qui approchait lui semblait familière mais il n'arrivait pas à mettre un visage et un nom. Ça devait être une personne qu'il croisait peu.

L'inconnu prit place à ses côtés. Harry prit une profonde inspiration en une attitude parfaitement humaine et releva lentement la tête. Il écarquilla les yeux, stupéfait, quand il reconnut Percy Weasley. Que faisait il ici ? Ils ne s'étaient jamais vraiment appréciés tous les deux et l'aîné avait toujours été dur dans ses propos à son égard.

- Bonjour Harry.

- Percy. Répondit le plus jeune assez froidement.

- Je suis pas ici pour me battre avec toi. Je voulais, discuter.

Harry haussa un sourcil lui conférant un air très Snapien. Il était quelque peu sceptique sur les motivations de son aîné. Il ne savait pas s'il devait lui accorder le bénéfice du doute ou pas. Bon, le roux n'avait jamais été très tendre avec lui mais il ne lui avait pas fait grand mal par le passé.

En fait, il s'était surtout contenté d'ignorer le survivant et s'était concentré sur ses études et son travail. Le jeune homme était du genre cultivé et ambitieux. Il aimait son travail et avait soif de connaissances, il était très sérieux. Un peu comme Hermione pensa tristement le jeune gryffondor.

Il poussa un léger soupir et répondit.

- Je t'écoute.

- Nous n'avons jamais été proche tous les deux. Pour commencer, j'ai appris que tu es devenu vampire. Je le savais bien avant l'article dans le Daily Prophet. Je voulais que tu saches que peu importe que tu sois simple sorcier, vampire, lycan ou autre. Ma famille t'a accueilli quand tu as découvert le monde sorcier. Tu es devenu le huitième enfant Weasley. Je sais que ma mère a eu une mauvaise réaction mais elle avait peur. Pour Ginny et Ron, se sont des idiots et ils le seront toujours. Ron a toujours été jaloux de toi, de ta célébrité. Il te rejette parce qu'il est jaloux que tu es vaincu Voldemort, que tu reste populaire malgré le fait que tu sois devenu une créature de la nuit. Il rêve de prendre ta place en tant que leader des Gryffondor et voit une occasion d'y parvenir en te faisant passer pour un être cruel et sanguinaire. Du côté de Ginny c'est différent. Son rêve, qui était de devenir Mrs Potter, est compromis. De part ta condition et ton orientation sexuelle, elle sait que son rêve ne se réalisera jamais. Elle préfère te détester et te discréditer aux yeux de tous plutôt que rester proche de toi et te voir heureux avec quelqu'un comme Draco Malfoy par exemple.

Percy fit une pause. Si les vampires avaient pu rougir, nul doute que le survivant aurait viré écrevisse à la dernière réflexion de son aîné. Comment Percy savait il tout ça ? Comment avait il deviné son orientation sexuelle et le fait qu'il voyait Draco comme son futur calice ? C'était vraiment bizarre.

- Comment sais tu tout ça ?

- J'observe Harry. C'est pas plus compliqué que ça... J'ai vu les regards que tu portais sur Cedric Digorry au tournoi des trois sorciers. J'ai aussi vu la manière dont tu te comportais avec Cho Chang quand tu es sorti avec elle. Tu étais maladroit et pas à l'aise. Tu n'as jamais répondu aux avances de ma soeur. Pourtant, c'est une évidence, Ginny est belle et très courtisée à Poudlard. Je ne dis pas ça uniquement parce qu'elle est ma soeur. Il est donc devenu évident pour moi que les filles ne t'intéressaient pas. Puis, j'ai appris que tu étais devenu très proche de Draco Malfoy qui est un Veela soumis. Il ne faut pas être un génie pour comprendre ce qui se passe.

- Qu'est ce que tu en pense ? Je veux dire que je suis un vampire, que je vois Draco Malfoy comme mon futur calice et tout... demanda timidement le brun.

- Pour moi, le principal c'est que tu sois heureux. Tu sais, j'ai toujours su que ta famille moldue ne te choyait pas. Je ne l'ai jamais dit mais j'ai vu les marque sur ton corps quand tu terminais ton été au terrier, j'avais vu ta maigreur, ta peur face à certaines situations. Je sais aussi que tu as risqué ta vie de nombreuses fois et sacrifié ton adolescence pour que la communauté sorcière vive en paix. Pour que les autres vivent heureux. Tu as failli mourir. Pour moi, tu mérites de vivre et d'être enfin heureux. Plus que n'importe qui.

- Merci...

- Une dernière chose... Arrête de fuir Malfoy, c'est stupide. Ne vois tu pas comme il est malheureux ces derniers temps ? Tu lui manque.

Le brun hocha la tête en réponse à l'affirmation de l'aîné. Il enlaça le roux amicalement puis, ils se levèrent et marchèrent ensemble jusqu'au château. Percy avait été convoqué par Minerva McGonagall. La directrice de la maison Gryffondor avait un service à lui demander.

Quand ils pénétrèrent dans le hall, tout était calme. Les élèves étaient à la grande salle pour le dîner. La conversation qu'il avait eu avec le roux tournait dans la tête de Harry. Surtout les derniers mots. Il n'avait pas vraiment observé Draco ces derniers temps, il l'avait surtout évité. Est ce que le roux disait vrai ? Le Veela était il malheureux ? Est ce qu'il manquait vraiment au serpentard ? Alors qu'il allait à ses appartements pour s'enfermer dans sa chambre, il se promit d'observer le blond dans les jours à venir.

Pendant ce temps, Percy s'était dirigé vers le bureau de la directrice. Il avait marché lentement, plongé dans ses pensées. Il pensait à ce qu'était devenu Harry. Un beau et grand jeune homme, très mâture, sûr de lui. Il avait beaucoup évolué contrairement aux autres adolescents de son âge. Nul doute qu'il irait loin.

Il arriva rapidement devant les gargouilles et donna le mot de passe. Elles tournèrent sur elles mêmes laissant apparaître l'escalier en colimaçon. Il prit une profonde inspiration et entreprit de monter. Il frappa à la lourde porte de bois sculpté et attendit.

- Entrez...

Il s'exécuta aussitôt. Minerva McGonagall lui offrit un large sourire. Elle était ravie qu'il soit venu aussi rapidement. Elle espérait qu'il accèderait à sa demande. Elle l'invita à s'asseoir et lui proposa une tasse de thé.

Quand ils furent servis et après les politesses d'usage, la directrice prit la parole.

- Percy... Si mes souvenirs sont exacts, vous n'étiez pas trop mauvais en potions quand vous étiez élève.

- C'est vrai. J'ai eu un optimal à mes Aspics et j'ai passé un an à l'université de Potion après.

- Parfait... Severus voudrait passer plus de temps sur ses recherches. Il souhaiterait avoir un assistant qui se chargerait des 1er à 4ème année. Accepteriez vous de venir enseigner ici ?

Percy était sans voix. Depuis quelque temps, son emploi au ministère ne le satisfaisait pas vraiment. Il avait été un proche de Barthy Coupton Senior puis de Fudge et depuis qu'il avait défendu le survivant, il avait été mis au placard. Il afficha un léger sourire avant de prendre la parole.

- J'accepte avec joie Professeur McGonagall...

- Je vous en pris, appelez moi Minerva. Même Harry le fait en dehors des cours. Rétorqua la directrice.

- D'accord Minerva.

- Bien. Vous serez logé dans des appartements à proximité de ceux que partagent Harry et le jeune Malfoy. Revenez demain, je vous donnerai votre emploi du temps et Severus vous expliquera tout ce que vous avez besoin de savoir en tant qu'enseignant.

Comprenant qu'il était congédié. Percy répondit d'un hochement de tête, se leva et quitta le bureau de la directrice. Il était vraiment ravi de la tournure que prenait sa vie. Jusqu'à présent, ça n'avait pas été très brillant. Sa mise au placard au ministère lui avait fait perdre sa fiancée. Pénélope Deauclaire l'avait quitté pour un sang pur français et était partie vivre là bas.

Il espérait que ce nouveau travail allait lui permettre de prendre un nouveau départ. Qu'il allait pouvoir trouver la femme qui lui correspondait vraiment. Perdu dans ses pensées, il ne fit pas attention à ce qui se passait devant lui.

Il sentit un choc contre son torse et entendit un léger cri de surprise. Il tendit les bras et rattrapa la personne qu'il venait de percuter. Il croisa deux billes noisettes rougies par les pleurs. Il ne lui fallut que quelques secondes pour reconnaître Hermione Granger, la petite amie de Ron.

La jeune femme avait un hématome violacé sur la joue, elle était pâle, elle semblait aussi avoir maigrit. Que ce passait il avec elle ? Il n'eut pas le temps de plonger plus avant dans ses réflexions, elle fondit en larme dans ses bras. Surpris, il la prit doucement contre lui et l'attira vers ses nouveaux appartements pour discuter un peu.

Ses quartiers étaient gardés par un tableau représentant une ondine. Il donna rapidement son mot de passe « carpe diem » et s'engouffra l'intérieur. Les appartements étaient plutôt spacieux et chaleureux, il s'y sentait déjà comme chez lui.

Il installa Hermione sur un canapé gris clair et servit du thé.

- Tu vas bien ?

La brunette ne répondit pas, elle se contenta de faire non de la tête. Elle n'allait pas bien. Elle avait lu beaucoup sur les vampires et elle avait tenté d'en discuter avec Ron et Ginny. Elle espérait les faire changer d'avis. Elle ne supportait plus d'être éloigné du brun. Elle l'avait toujours vu comme un frère. Ils avaient vécu tellement de choses ensemble. La voix de Percy la sortie de ses pensées.

- Qu'est ce qui t'arrive ? Tu as un hématome sur la joue, tu as maigri, tu as d'énormes cernes. Tu as l'air vraiment mal.

- Ron me bat...

- Quoi ! S'énerva Percy. Pourquoi fait-il une chose pareille !

- Il n'a pas supporté que je me renseigne sur les vampires et que je tente de les faire changer d'avis Ginny et lui. Il est jaloux, il a dit que je faisais ça uniquement dans l'espoir de me retrouver dans le lit de Harry mais c'est pas vrai. Je suis pas comme ça... Je veux juste retrouver mon ami.

- Il ne te mérite pas... Encore moins s'il te bat.

- En fait, au début, il m'a giflé. Je me suis énervé et je lui ai dit que c'était terminé, que je mettais fin à notre relation et que je ne voulais plus le voir. Là, il c'est énervé et à commencé à me donner des coups de poings. Ensuite, il m'a attrapé par les cheveux et à voulu m'entraîner vers le dortoir des garçons de 7ème année. Je me suis débattu, puis Neville est arrivé avec Cormac et d'autres garçons et ils m'ont aidé. Je me suis enfuis.

- Il va falloir en parler avec le professeur McGonagall. Tu ne peux pas rester à la tour gryffondor. Sinon Ron pourra encore s'en prendre à toi.

Percy et elle discutèrent encore un long moment. Finalement, le jeune homme décida qu'elle passerait la nuit dans ses appartements et qu'ils iraient parler avec le directrice le lendemain. Il était important que la brune puisse avoir une vraie nuit de sommeil et un vrai repas. Elle avait besoin de douceur et de calme.

De son côté, Harry avait discrètement observé Draco et s'était rendu compte que effectivement, le blond avait l'air malheureux. Il ne mangeait presque rien, ne souriait pas, il était plus pâle que d'habitude. Il fronça les sourcils. Comment avait il pu passer à côté de ça ?

Il ne se sentait pas encore prêt à discuter avec le blond mais il allait le surveiller attentivement. Il était hors de question que le Serpentard se laisse aller. Il croisa le regard de Neville qui était assis à la table de gryffondor, Hermione installée à côté de lui. Il allait entrer dans la grande salle pour les rejoindre mais finalement, il soupira, tourna les talons et alla à la forêt interdite pour chasser.

À la table des Serpentard, Draco picorait doucement. Blaise lui parlait mais il n'y prêtait aucune attention. Il jetait des regards fréquents vers la table des gryffondor mais après plus d'une demi heure, il dut se rendre à l'évidence, Harry n'allait pas venir manger dans la grande salle.

Ça faisait presque deux semaines que l'article était parut dans le Daily Prophet et malgré son acharnement, le blond n'avait pas réussi à coincer Harry pour lui parler. Il commençait à en avoir marre que le brun l'évite.

Il repoussa son assiette, se leva et quitta la grande salle en trombe et passablement énervé. Il alla directement aux appartements qu'il partageait avec le brun. Le lendemain, il n'y avait pas de cours puisque c'était un samedi. Il se promit de trouver un moyen de coincer le gryffondor. Ce satané vampire n'allait pas le fuir longtemps.

Il traversa le salon des appartements privés en ne prêtant aucune attention à ce qui l'entourait et s'engouffra dans sa chambre. Là, il se laissa tomber sur son lit tout habillé et quelques minutes plus tard, il dormait.

La nuit était déjà bien avancée quand Harry regagna les appartements qu'il partageait avec le veela. Tout était calme, il n'y avait pas un bruit s'il omettait la respiration régulière du blond qu'il entendait malgré la porte de la chambre du serpentard fermée.

Il pénétra dans la chambre du blond et le regarda un instant. Il avait l'air si fragile. Il dormait tout habillé et tremblait légèrement dans son sommeil. Il approcha de la frêle silhouette, lui ôta ses chaussures et chaussettes, la glissa sous les draps et remonta doucement les couvertures. Il hésita un instant et finalement, il déposa un baiser sur son front avant de tourner les talons et quitter la chambre.

Il ne vit pas que dans son sommeil, Draco avait sourit.

Le serpentard ouvrit doucement les yeux, il jeta un « tempus » et vit qu'il était déjà 8h passé. Harry devait être levé depuis longtemps et avait déjà quitter les appartements. Il soupira, sortit de sa chambre et alla à la salle de bain pour se préparer.

Il en ressortit une vingtaine de minutes plus tard. Il portait un pantalon noir et une chemise blanche. Il enfila une cape d'hiver et quitta ses quartiers. Il devait se hâter s'il voulait prendre son petit déjeuner.

Quand il pénétra dans la grande salle, celle ci était presque vide. Il restait quelques serdaigles et poufsouffle et Neville et Granger à la table des gryffondor. Quand le brun maladroit le vit, il lui fit signe de se joindre à eux. Draco hésitait. Il regarda la table des serpentard qui était vide, finalement, il haussa les épaules et alla s'installer face à Londubat et Granger.

- Salut Draco. Ça va ?

- Salut Neville... ça va pas trop non. J'en ai marre que ce vampire à la noix m'évite ! grogna t-il.

- Justement, à ce propos. Sacha a dit que tu devais aller dans la salle de classe désaffectée au troisième étage pour 10h.

- J'y serai. Et j'espère que Harry aura une bonne excuse pour son comportement parce que je suis vraiment très en colère contre lui.

- Je crois qu'il a prit peur. Il t'aime beaucoup tu sais. Je pense qu'il ne te vois pas que comme un simple ami. Il y a plus. Je crois qu'il te voit comme un futur calice. Il a eu peur que cette idée te dégoute. Tu sais, on pourrait penser qu'il vit bien sa transformation mais c'est loin d'être le cas.

- Je pensais qu'il avait compris que jamais je ne le rejetterai pour des trucs aussi stupides. Quand au fait qu'il me voit comme un Calice, je n'ai jamais dit que ça me dérangeait.

Draco soupira à nouveau. Deux semaines de perdues pour des stupidités. Il bu tranquillement son thé et mangea quelques toasts. Il discuta avec Neville et Hermione de sujets plus légers. La brune lui demanda s'il acceptait d'aller travailler avec elle à la bibliothèque le lendemain. Elle avait besoin d'aide sur un point en potion qu'elle n'avait pas compris. Il l'observa attentivement et finalement, il accepta.

L'heure de son rendez vous approchant, il se leva doucement et quitta la grande salle. Il prit son temps dans les couloirs. Il avait de l'avance. Il croisa quelques élèves qui le regardaient bizarrement mais il ne fit pas attention à eux. Il n'avait qu'une hâte, pouvoir enfin discuter avec le brun.

Il arriva au point de rendez vous à l'heure pile. Il pénétra dans la salle et s'assit sur une table. Il ne restait plus qu'à attendre l'arrivée de Harry. Cinq minutes plus tard, le brun entra dans la pièce. Le temps qu'il réalise que Draco était face à lui et qu'il fasse demi tour, la porte c'était refermée et avait été bloquée.

Un soupçon de colère passa sur le visage du gryffondor, il alla à la porte et tapa dedans.

- Sacha ! Ouvre cette porte !

- Non. Je l'ouvrirai seulement quand tu auras discuté avec Draco.

Harry grogna et alla se placer le plus loin possible du blond. Il ne le regarda pas. Il était assis sur le sol et ne parlait pas. Draco attendit un peu, le silence était lourd et pesant. Il y avait beaucoup de non dit. Voyant que le brun n'était pas décidé à parler, le serpentard prit la parole.

- Pourquoi ?

Le brun releva la tête et plongea son regard dans celui du blond. Il semblait incertain.

- Pourquoi quoi ?

- Pourquoi tu m'as évité depuis que l'article est parut dans le Daily Prophet. Deux semaines Harry ! Deux longues semaines que j'essaie de te parler.

- J'avais peur que tu me rejette.

Le blond soupira. Ce que le brun pouvait être stupide parfois. Pourquoi l'aurait il rejeté sur le simple fait qu'il est un vampire ? Ça n'avait vraiment aucun sens.

- Tu sais Harry. Avant que l'article paraisse, je savais déjà que tu étais un vampire. J'attendais juste que tu m'en parle...

- Se douter de quelque chose et en avoir la certitude est totalement différent. Puis, avoue qu'avec Ron, Ginny et Hermione, j'avais des raisons d'avoir peur.

- Justement ! Parlons en de ceux là ! Est ce que tu as fait attention à Granger ces derniers temps ?

- Non. Pourquoi j'aurai fait attention à elle. Elle m'a rejeté et abandonné.

- Elle ne t'a pas rejeté. Quand tu as annoncé ta condition à tes amis. Les deux Weasley t'ont aussitôt insulté et rejeté. Elle, elle n'a rien dit. En revanche, elle a fait beaucoup de recherches sur les vampires et elle a remarqué qu'ils n'étaient pas du tout comme les deux Weasley le disait. Elle a voulu leur parler et les faire changer d'avis. Sais tu ce que Ronald Weasley a fait ?

Harry secoua la tête. Non, il ne savait pas mais vu la tête de Draco, ce devait être assez grave.

- Il l'a battu. Du coup, elle a voulu mettre fin à leur relation et là, il l'a battu encore plus fort. Elle a été obligé de fuir la tour gryffondor. Elle habite avec Percy Weasley dans les appartements proche des notre. Ronald Weasley s'amuse à la menacer. Elle a peur.

- Je...j'irai lui parler.

- Bien. Pour ce qui est de nous, je suis sûr que tu ne me dis pas tout.

Le brun se figea. Il ne savait pas s'il devait expliquer au blond comment il le voyait. Si le serpentard se moquait de lui ? S'il le rejetait définitivement ?

- Quoique tu me dise, je ne vais pas te jeter Harry.

- Quand je t'ai vu à Square Grimmaurd cet été, le vampire en moi c'est aussitôt emballé. Ton odeur, ton physique, ta magie, ton caractère. C'était fou. Nous avions été ennemi et d'un coup, je me rendais compte que je ne te détestais pas. Au contraire, je te voulais. Plus que tout. Je t'ai vu aussitôt comme un calice, même si au départ, je ne savais rien des calices. J'étais vampire depuis peu, j'ai dû faire des recherches. Là, je me suis dit que même si tu m'acceptais en tant que Vampire, jamais tu n'accepterais d'être mon calice. C'est pour ça que j'ai fuis.

- Tu es stupide. Le vampire est protecteur avec son calice. Il ne voit que lui, n'aime que lui, prend soin de lui. Pourquoi je refuserai d'être chouchouté pendant des centaines d'années. Tu peux me le dire ?

- Tu oublie que le vampire boit aussi le sang de son calice !

- Et il paraît que la morsure du vampire est très agréable pour son calice. Tu te souviens de ce que je t'ai dit lors d'une de nos rondes ? Sur mon héritage...

- Que tu es un Veela soumis...

- Un Veela soumis qui t'as reconnu comme son compagnon. Je ne dis pas que nous devons nous lier tout de suite. Je pense qu'on doit continuer à aller à notre rythme. Continuer à faire connaissance, passer du temps ensemble. Mais surtout, ne recommence jamais à m'éviter pour des stupidités !

Harry se leva, vint jusqu'à Draco et l'enlaça avec force. Il lui avait manqué son petit blondinet arrogant et timide. C'était dingue. Deux semaines sans contact et il avait cru tomber fou. Il se détacha doucement du blond et scella leurs lèvres en un chaste baiser.

Draco se mit aussitôt à rougir. Il se regardèrent un long moment, se sourirent, puis, Harry tendit sa main au blond qui la prit.

- Tu peux ouvrir Sacha... on a discuté.

La porte s'ouvrit sur un Sacha penaud. Il avait un peu peur que Harry lui en veuille pour le piège. Le plus jeune secoua la tête et lui fit un sourire. Puis, il approcha et lui donna une tape sur l'épaule. Alexander soupira presque de soulagement. Même s'il avait fait ça pour aider son descendant et que la conversation avait l'air de s'être plutôt bien passée, il avait vraiment eu peur que ce dernier lui fasse la tête.

Les tensions étant apaisées, le trio décida d'aller un peu dans le parc de Poudlard pour profiter des derniers rayons de soleil. Octobre débutait et bientôt le soleil laisserait place à la pluie et au vent.

Ils s'assirent au bord du lac et commencèrent à discuter tranquillement. Ils furent rejoint par Neville, Hermione et Blaise. Malgré une légère tension au début, les conversations reprirent. Hermione retrouvait lentement le sourire, heureuse de retrouver son frère de coeur.

Alors qu'à Poudlard les tensions s'apaisaient peu à peu et que le château retrouvait son calme. À Little Winging, Surrey, la ville allait bientôt être secouée par l'ouragan Alexeï. Il était temps de venger Harry. Le brun et lui avaient mis au point un plan infaillible, il avait seulement à le suivre à la lettre.

Il transplanna à Privet Drive. Il était magnifique, comme d'habitude. Il portait un pantalon de cuir noir et un T shirt moulant blanc à manche longue qui laissait entrevoir son ventre plat et finement musclé. Sa peau légèrement dorée, ses cheveux châtains clairs, ses yeux d'un bleu intense. Les personnes qu'il croisait se retournaient sur son passage et l'observaient pour voir où il se rendait. C'était parfait.

Finalement, il s'arrêta devant le numéro 4. Là, il arbora une mine triste et colérique à la fois, celle d'une personne trahie. Il prit une brique et la jeta sur le monospace des Dursley dans un geste rageur. La vitre arrière du véhicule explosa en morceau et presque aussitôt, Vernon Dursley apparut à sa porte, ivre de rage.

Alexeï à fond dans son rôle, fondit en larme et se jeta sur l'homme. Il lui donna des coups de poings dans le ventre comme pour le punir. L'homme, abasourdis, ne réagissait pas. Là, le jeune russe commença à parler.

- Comment t'as pu me faire ça ? Tu disais que tu m'aimais...

Il redonna les coups de poings dans le ventre de Vernon qui décidément ne comprenait vraiment rien à ce qui était en train de se passer. Pétunia, qui était sortie, observait la scène rouge de honte. Dudley ne réagissait pas du tout.

- Tu m'avais promis de quitter ta femme. Tu disais que tu achèterais une maison pour nous deux. Que tu ne voulais que moi ! Pourquoi tu m'as abandonné Vernon ! Je t'aime ! Je t'ai tout donné ! Tu as été et tu reste le seul homme de ma vie ! Tu peux pas me laisser comme ça !

Légèrement à l'écart, Pétunia bouillonnait de rage. Elle était rouge de colère, elle allait exploser dans peu de temps. D'autant que les voisins regardaient tous la scène intrigués et avides de cancans. Elle ne put se retenir davantage et hurla.

- Vernon ! Qui est ce jeune homme ?

- Mais...mais...je sais pas Pétunia chérie, je te jure...

Alexeï poussa un hurlement de désespoir et frappa de nouveau l'homme qui ne savait plus à quel saint se vouer.

- Tu oses dire que tu ne me connais pas mon amour ? J'ai quitté mon pays pour toi ! J'ai tout abandonné pour toi ! Parce que tu me disais qu'on serait ensemble et heureux.

Là, Alexeï sortit son jocker, des photos truquées sur lesquelles on voyait Vernon et lui. Parfois se tenant par la main, d'autre fois s'embrassant, se promenant, dans des chambres d'hôtels et autre. Quand il vit les photos, Vernon ne put s'empêcher de pâlir. Il savait qu'elles étaient fausses et qu'il ne connaissait pas le jeune homme mais il savait aussi que personne ne le croirait.

Pétunia prit les photos des mains du jeune russe et commença à les regarder. Là, elle poussa un cri d'horreur alors que les larmes lui montaient aux yeux. Son mari l'avait trahi avec un homme. Jamais elle ne pourrait se remettre d'une telle chose. Dudley gardait sa tête d'ahuri, il ne comprenait vraiment pas ce qui se passait.

- Tu as oublié nos moments de bonheurs ? Je t'ai tout donné ! Même ma virginité et tout ça pourquoi ? Pour que tu m'abandonne lâchement !

Là, Pétunia n'y tint plus et cria...

- Vernon Dursley ! Tu fais ta valise et tu quitte cette maison immédiatement ! Et ne reviens plus jamais ! C'est terminé ! Tu entends ! Terminé ! Je demande le divorce ! Tu vas pouvoir vivre heureux avec ton gigolo !

Alexeï avait entendu le crie de Pétunia mais il était déjà partie, un large sourire aux lèvres. C'était grisant de venger son ami. La première phase de plan avait fonctionné à merveille. Pour la seconde, il devait attendre le lendemain que Vernon se rende à son travail.

Fatigué par sa prestation, il rentra à Square Grimmaurd, grignota quelque chose et se coucha aussitôt. Dès que sa tête toucha son oreiller, il s'endormit.

Aux premières lueurs du jour, il ouvrit les yeux, s'étira comme un chat et glissa hors de son lit. La phase 2 de la vengeance allait commencer.

Il alla à la salle de bain, prit une longue douche pour se détendre et ensuite, il enfila des vêtements classe. Si la veille au soir il avait préféré un look sexy, là, il fallait un look style jeune cadre dynamique bien sous tout rapport.

Il enfila un pantalon de costume noir, une chemise bleue claire et une veste noire. Il compléta son look avec un attaché case. Il fit un bref passage par la cuisine où il bu une tasse de thé et mangea deux toasts à la confiture.

Quand 9h sonna, il quitta le Square Grimmaurd et alla vers la bouche de métro toute proche. Objectif, la Grunnings industrie. Dans moins de deux heures, ce porc de Vernon Dursley serait chômeur et ne serait pas prêt de retrouver un emploi dans le coin.

Quand il arriva devant les locaux de l'entreprise de Perceuse, il était presque 10 h. Il entra dans le hall et alla à l'accueil.

- Bonjour. Je souhaiterai parler à Mr Vernon Dursley. C'est très urgent.

- Suivez moi. Il est en réunion mais je pense qu'il pourra sortir quelques minutes pour vous parler.

La secrétaire se dirigea vers l'ascenseur, ils y pénétrèrent et gagnèrent le troisième étage où il y avait la fameuse salle de réunion. C'était une salle vitrée immense. Avant que la secrétaire ne puisse esquisser le moindre mouvement, il ouvrit la porte à la volée et commença à crier.

- Vernon Dursley ! Après ce qui c'est passé hier soir ! Après l'humiliation que tu m'as fait subir je pensais réellement en avoir fini avec toi ! Mais non ! Tu me pourriras la vie jusqu'au bout !

- De quoi parlez vous ? Je ne vous connais pas !

- Tu ne me connais pas ! Tu te fou de moi ! J'ai tout abandonné en Russie pour être avec toi ! Depuis que je suis ici en Angleterre, je cumule deux emplois et je continue mes études en parallèle. Tu m'avais promis de divorcer d'avec ta femme et d'acheter une maison pour nous deux. Tu m'as pigeonné, après tout c'est de ma faute j'étais naïf mais ça !

- Ça quoi ? Hurla Vernon agacé alors que tous les regards étaient braqués sur eux.

- Quand tu es venu chez moi il y a une semaine, tu as demandé à utiliser mon ordinateur. J'ai accepté bien sûr, j'avais confiance en toi. Et ce matin ! Je me fais réveiller en fanfare par la police ! J'ai faillis me retrouver en prison ! Comment as tu osé télécharger des photos et des films pédophiles sur mon ordinateur ! Tu es un pervers dégueulasse !

Vernon avait considérablement pâlit et semblait sur le point de faire une attaque. Non seulement il ne connaissait pas ce jeune homme mais en plus, ce dernier venait de détruire sa vie entière en deux jours.

Dans la salle de réunion, il y avait le directeur général de la Grunnings et des investisseurs étrangers. Ses patrons n'allaient pas laisser passer ça.

Effectivement, il vit le PDG se lever et jeter un regard froid sur lui.

- Mr Dursley... inutile de vous dire que vous êtes viré. Vous pouvez récupérer vos affaires et votre dernier salaire au secrétariat.

Vernon ne chercha même pas à contester, il savait que même s'il parvenait à prouver que tout ça était faux et qu'il avait été piégé, les gens resteraient soupçonneux. Comme la veille au soir, le jeune homme était parti juste après son coup d'éclat.

Une demi heure plus tard, Dursley regagnait sa voiture. Il mit le contact et alluma l'autoradio. Là, une voix s'éleva et il reconnut aussitôt celle de son neveu.

« Oncle Vernon ! J'espère vraiment que ma petite vengeance t'a plu. Moi, personnellement, je l'ai adoré. Après tout ce que tu m'as fait, détruire ta vie est simplement jouissif. Comme quoi, tout se paie un jour. Ne cherche pas utiliser cette bande comme preuve de ton innocence, seul toi peux l'entendre. Pour les autres, c'est une musique rock assourdissante. Au plaisir de ne jamais te revoir. »

Le petit salaud, il avait osé. Vernon avait toujours pensé que son neveu serait trop effrayé pour s'en prendre à lui ou se venger. Visiblement, il avait eu tord. Il n'avait plus qu'à revendre sa maison et ses biens et s'installer ailleurs. À ce rythme, il pouvait même changer de pays. Il ne retrouverait pas de place de directeur de marketing dans une grande entreprise en Angleterre.

En fin d'après midi, Dudley sortait tranquillement des cours. Il discutait avec ses amis Piers, Malcolm, Dennis et Gordon. Ils avaient terminé par le cours d'histoire et le jeune homme n'avait pas compris grand chose. En même temps, il n'était pas vraiment connu pour son intelligence.

Sa bande de copains et lui scrutaient les environs à la recherche de l'intello de leur classe. Ils allaient lui faire peur pour le forcer à faire leurs devoirs. De cette manière, ils auraient des notes correctes. Très vite, ils le repérèrent et se précipitèrent vers lui. Ils passèrent les grilles du lycée en trombe et se concentrèrent sur leur objectif.

Là, un cri de guerre retentit.

- Dudley ! Mon amour tu m'as manqué ! Hurla un Alexeï très en forme en fonçant vers le fils Dursley.

Le gros jeune homme ne comprenait vraiment rien. Il reçut un véritable boulet de canon humain dans ses bras et sans vraiment s'en rendre compte, enroula ses gros bras autour de la taille frêle du garçon.

Le jeune russe scella leurs lèvres et très vite, taquina la lèvre inférieure de Dudley avec sa langue. Le fils Dursley lui livra le passage et le baiser se fit plus tendre et passionné. Leurs langues se goutaient et jouaient un ballet sensuel.

Dudley était totalement perdu. Jamais il n'avait été embrassé comme ça. Le fait que ce soit un jeune homme qui l'embrasse comme ça était totalement secondaire. Il sentit une partie très au sud de son anatomie s'éveiller. Il poussa un léger gémissement et grogna quand les lèvres douces et chaudes s'éloignèrent.

Il jeta un regard totalement perdu au jeune homme qui venait de l'embrasser avec passion. Il revint à la réalité quand Piers s'exclama.

- Putain Big D ! T'es une tapette ! Tu nous dégoute !

Dudley eut un regard peiné alors que ses amis s'éloignaient sans un regard pour lui. Il était seul désormais, comme Harry l'avait été autrefois. Peut être que son cousin n'était pas si mauvais que ça ? Ce baiser du jeune russe venait de lui faire comprendre quelque chose d'essentiel. Il était attiré par les hommes. Il aurait dû être horrifié de cette découverte mais il se sentait soulagé. C'était comme si un poids venait de quitter ses épaules.

Il prit une décision, il allait changer. Il allait faire des efforts et surtout, il allait tenter de reprendre contact avec Harry. Un lueur s'alluma dans son regard et il fit un sourire au jeune russe qui le regarda, bouche bée avant de lui répondre.

Alexeï lui prit la main et l'entraîna vers la bouche de métro toute proche. Il voulait inviter le jeune homme à boire un café, ils allaient devoir discuter tous les deux.

Harry : Casse vraiment les couilles le crapaud rose !

Lyann : je sais mais c'est nécessaire pour la suite de l'histoire...

Alie : on pourrait peut être choper le crapaud rose et le torturer * regard suppliant *

BBNat : Ah Non ! Vous allez pas recommencer avec vos tortures !

Draco : En attendant mon vampire adoré m'évite snif...

Lyann : T'inquiète pas, il va revenir.

Harry : Oui je vais revenir et je vais...

BBNat : STOP ! Pas de paroles perverses !

Alexeï : me suis trop éclaté à foutre la vie du porc de Dursley en l'air...

Alie : oui tu as été parfait. * regard rêveur *

Draco : bah moi mon Ry adoré il m'a donné un baiser...

Lyann : oui en même temps c'était qu'un smack, pas la pelle du siècle t'emballe pas non plus..

Draco : …

BBNat et Alie : Voilà Lyann, bravo ! Tu nous l'a vexé...

Lyann : C'est pas de ma faute s'il c'est emballé !


Voilà, ce chapitre s'achève. Nous sommes désolé pour cette longue attente. Cette fic ne sera pas abandonnée mais les chapitres seront parfois longs à arriver. Nous espérons que celui là vous a plu. Bises et au plus vite possible.. Lyann, Nat et Alie !