En ce jour d'halloween 1981 la communauté des sorciers était en émoi.
Après trente années de terreur, celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, le plus redouté de tous les mages noirs avait enfin été vaincu.
Bien que des sorciers plus puissants les uns que les autres aient essayés de le vaincre, tous sans exceptions y laissèrent la vie.
Mais ce soir-là, quelque chose détruisit son pouvoir, cette chose c'était l'amour, l'amour d'une mère pour son fils, et c'est probablement pour cela que le jeune Harry Potter non seulement résista à son sortilège de la mort, mais en plus le priva de tous ses pouvoirs et le réduisit à néant.
Ainsi débuta la légende d'Harry Potter.

-Allez les enfants, on s'arrête là pour ce soir dit Mrs Longbottom en entrant dans la chambre.
-Oh non grand-mère laisse nous lire la suite, dirent en cœur Neville et Harry son frère jumeau.
-Non non mes petits il est temps de dormir demain nous devons aller au chemin de traverse pour acheter vos fournitures pour Hogwart.
-D'accord grand-mère, dit Harry.
-Allez mes petits, maintenant endormez-vous.
Elle éteignit la lumière d'un coup de baguette magique, puis elle sortit.
Mais discrètement Harry alluma une chandelle pour pouvoir parler avec son frère.
Ils se regardèrent. Harry avait beau être le jumeau de Neville jamais on aurait pu trouver des frères aussi différents.
Pour sa part, Harry était plutôt mince bien que d'une taille normale pour son âge et il avait une cicatrice sur le front, marque d'un sortilège qu'il avait reçu enfant lorsque ses parents avaient étés victimes de Bellatrix Lestrange, Neville quant à lui, faisait a peu près la même taille que son frère mais était toutefois très potelé.
Mais de plus alors que Neville n'avait été reconnu comme sorcier que depuis peu de temps, -beaucoup dans son entourage craignaient qu'il ne soit un cracmol- Harry lui faisait chaque jour preuve de ses talents innés pour la magie.
Ainsi ils s'étaient aperçus quelques années auparavant que Harry pouvait parler aux serpents mais également avait la capacité de chauffer voire même brûler les choses quand il les touchait, s'il était en proie à de vives émotions particulièrement les cauchemars qu'il faisait régulièrement. Il avait ainsi failli faire brûler la chambre entière une nuit lors de l'un d'entre eux.
-Dans quelle maison crois-tu que nous serons envoyé dit Harry?
-Oh pour toi je ne me fais pas de souci dit Neville. Tu seras certainement envoyé a Serdaigle ou a Gryffondor pour moi par contre ce sera assurément Poufsouffle, c'est généralement là-bas qu'ils envoient les sorciers sans grands talents magiques.
-Oh l'essentiel c'est que nous y fassions de bonnes années et qui sait avec un peu de chance nous serons dans la même maison. L'essentiel pour moi c'est que je ne sois pas dans la même classe que Draco Malfoy ce gars-là me répugne tu as vu un peu comment il traite les gens tout en les prenant de haut.
-Oui c'est vrai acquiesça Neville.
-Par contre ça serait bien si on se retrouvait avec Ron Weasley il est un peu maladroit mais je l'aime bien.
- Moi, aussi, dit Neville.
-Bon je crois qu'il est temps de nous endormir, bonne nuit Neville!
-Bonne nuit Harry.
Et sur-ce il éteignit la lumière.

Le lendemain matin sur le chemin de traverse Harry, Neville et leur grand-mère tombèrent nez à nez avec les Weasley chez Flourish&Bloot.
-Molly, Arthur comment allez-vous?
-Très bien Augusta. Comment allez-vous Harry et Neville?
-Très bien Mrs Weasley. Est-ce que Ron et aux alentours?
-Oui il est avec Fred, George et Ginny chez Ollivander pour choisir sa baguette.
-Est ce qu'on peut aller le rejoindre grand-mère? Dirent ensemble Neville et Harry.
-Oui d'accord mais attention pas de bêtises.
-Promis grand-mère, dit Neville.
Ils s'éloignèrent sous le regard bienveillant de leur grand-mère.
Ils passèrent devant la boutique d'un marchand de matériel de quidditch ou était exposé un nimbus 2000 devant lequel beaucoup de personnes bavaient.
Puis ils arrivèrent devant chez Ollivander et entrèrent.
-Bonjour tout le monde dit Neville.
Ron sursautât et un éclair parti de sa baguette frôlant la tête de Georges.
-Oh bonjour Neville, bonjour Harry dirent Ginny et Fred.
-Je vois que tu ne trouves toujours pas la bonne baguette dit Georges à Ron.
-Eh bien eh bien qui avons-nous là dit Ollivander, ah ah les frères Longbottom, je m'étonnais de ne pas vous avoir encore vu.
-Alors monsieur Weasley je crois que celle-ci devrait faire l'affaire bois de saule et crin de licorne essayez-la. Lorsqu'il la prie quelques étoiles rouges en sortirent.
-Oui apparemment c'est la bonne assura Ron en la prenant.
-Eh bien voilà qui est fait, maintenant à nous messieurs Longbottom. Je pense que celle-ci devrait vous convenir, 31cm ¼ bois de cerisier et crin de licorne, dit-il en s'adressant à Neville.
Et effectivement ce fut la bonne.
-Et maintenant au jeune Harry.
-D'accord monsieur dit Harry.
-Alors qu'avons-nous là, bois de chêne et ventricule de dragon.
Harry la prit et un éclair fulgurant en parti dévastant en partie l'étagère ou se trouvaient d'autres baguettes.
-Non non certainement pas. Il essaya plusieurs baguettes sans succès jusqu'à ce que...
-Et si...
-Tenez monsieur Longbottom.
Aussitôt qu'Harry prit la baguette une lueur s'éleva de la baguette et illumina toute la pièce.
-Excusez-moi monsieur mais qu'est ce qui vient de se passer.
-Eh bien voilà mon jeune ami, il se trouve que le phénix sur lequel on a prélevé la plume qui se trouve dans votre baguette a donné une autre plume, une seule autre plume. Et il est étonnant de voir que c'est cette baguette vous ai choisie quand on sait que sa sœur a appartenue au plus terrifiant de tous les mages noirs qui aient jamais existé.
-Vous voulez dire monsieur dit Harry que l'autre baguette comme celle-ci a appartenue à Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.
-C'est bien exact mon jeune ami, en tout cas je ne pense pas me tromper en disant que vous serez appelé à faire de grandes choses. Après tout Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom a fait de grandes choses, terribles certes, mais stupéfiantes.
Tous sans exception ne lâchèrent pas Harry du regard, qui gêné finit par briser un silence qui devenait trop pesant.
-Bon maintenant qu'on a tous nos baguettes si on allait retrouver nos familles.
-D'accord dirent-ils tous.
Et ils sortirent.

A très vite certainement demain pour le chapitre 2.