Voilà le 3eme chapitre! ça a été long, dur, écrasant (et je n'aime toujours pas la fin), a encore sous doute des fautes, mais il est enfin publié! donc bonne lecture!


Chapitre 3.

Les rayons du soleil s'infiltrèrent tout doucement dans la chambre. Ils traversèrent joyeusement la petite pièce, jusqu'à atteindre une personne particulière. Avec douceur, ils caressèrent tendrement le visage angélique, espérant qu'il s'éveillerait. Cependant, c'était sans compter le caractère peu coopératif de sa propriétaire…

Yuya se retourna en grognant, se cachant de ses visiteurs matinaux. Il était hors de question qu'elle se lève ! Son frère là secourait quand il aurait besoin d'elle, mais là elle était fatiguée donc…Elle se pelotonna confortablement dans les couvertures.

Elles sentaient bon. Une odeur de fleur, l'odeur qui se dégageait toujours des futons de Mizuno-san…Des fleurs mais pas de lavande. Il n'y avait pas cette odeur de lavande qui se retrouvait chez elle. Elle était chez Mizuno-san et son grand frère était encore parti…

La silhouette de l'enfant se figea. Heureux de la retrouver, les rayons de lumières se perdirent dans la masse de cheveux, jouant avec les reflets dorées qui l'animaient. Avant d'être captés par la grosse larme qui dévalait la joue de la fillette. Aujourd'hui Nozomu ne serait pas là, il n'y aurait personne pour la secouer en la traitant de marmotte. Pas de câlins ou de chatouilles. Il n'y aurait pas l'odeur du petit déjeuner pour la consoler de quitter son lit et ses rêves. Cette odeur si caractéristique de pain chaud, de lait et de confiture…

…Attendez… Si vraiment il n'y avait pas de petit déjeuner.. Alors c'était quoi cette odeur ?

Yuya s'éjecta du futon, faisant valdinguer oreiller, couverture et mauvaise humeur à l'appelle au combien agréable de son estomac.


Kyo aimait le matin. Installé confortablement à la fenêtre de sa chambre il fumait sa pipe en observant le lever du soleil. Il était encore tôt et personne ne semblait vouloir bouger dans l'auberge. Pourtant un bruit en provenance de l'extérieur le démenti.

Le samouraï regarda le vieil aubergiste sortir de l'établissement deux récipients à la main. Il devait avoir la soixantaine environ, des cheveux gris et cours contrairement à la coutume. Il n'était ni grand ni petit mais très mince voir maigre. Kyo s'amusa à constater qu'il s'était coiffé de manière à cacher la calvitie prononcée à l'arrière de son crane. De sa démarche raide, il le vit disparaître au coin de la rue.

Le garçon soufflât doucement la fumée entre ses lèvres avant de fermer les yeux. Il ne comprenait toujours pas pourquoi son maître l'avait envoyer ici. Il n'avait pourtant rien fait pour être ainsi éloigner de son entraînement. Au contraire même, il s'était plié à toutes les exigences de Muramasa, réussissant à contrôler le vent divin obscur à une vitesse incroyable.

Pourtant il avait vu les regard inquiets de son maître s'appesantir chaque jour un peu plus. Allant parfois jusqu'à détecter une lueur de remord et de tristesse dans le regard gris-bleu du forgeron. Pourquoi le vieux s'inquiétait-il ?

Il avait toujours été un enfant très fort. Rejeté par les Mibu, il avait passé sa prime jeunesse dans la forêt, échappant aux tueurs qu'on lui envoyait sans cesse. Puis il avait découvert ce roi rouge, l'ex-roi rouge dont les yeux pareils aux siens semblaient chaques jours être plus tristes, plus désespérés. Un regard qui de chaleureux et bienveillant était passé à morne et froid.

Alors l'enfant-démon avait fait une promesse et était parti. Pour contrebalancer les projets des Mibu, il avait affronté Nobunaga. Trouvant dans ce duel, la passion du sabre et l'idéal du plus fort.

Puis il l'avait rencontré. Cet homme au milieu des flammes. Un homme qui lui avait paru fort, trop fort pour lui à ce moment là. Il avait essayé de s'enfuir, avant qu'il ne le retrouve mais après son duel, il lui était impossible de bouger.

Et il l'avait regardé, regardé l'homme qui devait le mettre à mort. Ses cheveux blonds qui dansaient au milieu des flammes, ses mains fines, puis son visage. Jeune, comme tout ceux des mibus. Un visage qui était passé de la détermination à la surprise quand leur regards se croisèrent. Mais alors que ceux des autres étaient passés de surprise à haine, lui avait continué à le regarder, juste le regarder.

A cet instant, l'enfant démon avait eu peur, peur parce que ce regard était différent. Parce que ces yeux pouvait tout voir. Le voir lui ! Cet homme pouvait voir dans le cœur des gens car il les écoutait. Caressant leurs souvenirs, leurs haines, leurs peurs et leurs espoirs...

L'enfant trembla. Il sentait ses forces l'abandonner, il ne pouvait pas fuir, il était trop faible pour cela. Ces pensés devenaient floues. Il se demanda ce que cet homme entendait en lui. Etait-il vraiment un démon comme les gens le disaient ? Il ne savait même pas ce qu'était un démon. Etait-ce si différent d'être un humain?

Il était fatigué. Son chant de vision rétrécissait en même temps qu'il perdait conscience.

Il avait peur. De lui, bien plus que de Nobunaga lors de leur duel.

Il ne voulait pas mourir. Il s'était toujours battu pour survivre était-ce déjà la fin ?Il était au bord de l'inconscience.

Il ne voulait plus souffrir, tous ne l'avaient jamais approché que pour le blesser, tous le craignaient , tous le détestaient…alors…..si il était un démon, peut être que la mort serait une solution, oui…. si vraiment il n était qu'un démon…

Il était si fatigué…

Juste avant de s'évanouir, il sentit deux bras chaleureux l'enlacer.

« Tous va bien. Tu ne risque rien. Kyo…


Il rouvrit les yeux. Oui Muramasa n'avait pas à s'inquiéter. Il accomplirait la mission qu'on lui avait confié. Même si c'était la dernière chose qu'il faisait…

« Hey ! Salut gamin ! »

Kyo se tourna vers la voix. L'aubergiste en contrebas le regardait d'un air malicieux. « Bah alors on rêvasse ? Tu t' lèves tôt ce matin, non ? » N'attendant pas de réponse, il agita les deux récipients, maintenant pleins, d'une main et tendit une bouteille de l'autre.

« Vise moi ça! Petit dej' et saké dans cinq minutes monsieur le samouraï ! »

Sur ce, il s'engouffra joyeusement dans l'auberge. Kyo l'entendit se diriger vers la cuisine à l'étage du dessous. Quoi qu'il en soit, il pouvait toujours se reposer encore un peu. Les Mibu ne donnaient aucun signe depuis un certain temps et personne ne songerait à trouver un démon sanguinaire dans une auberge aussi tranquille.

Il attrapa son épée posée contre le mur avant de faire coulisser la porte de sa chambre. Une odeur agréable le submergea quand il fut dans le couloir... Ce vieux était rapide en besogne.

Alors qu'il s'apprêtait à descendre les escaliers, un bruit de course retentit derrière lui. Il se retourna juste à temps pour voir une tête blonde lui foncer dessus.

« Une auberge aussi tranquille » hein ?


Elle ne pouvait pas l'éviter. Même si elle l'avait vu à temps, elle n'aurait jamais pu l'éviter étant donné la vitesse où elle allait.

Elle s'était précipitée hors de sa chambre du troisième étage,(le premier contenant la salle commune, la cuisine et les appartements privés de l'aubergiste, le second les chambres des clients et le troisième faisait office de grenier ainsi que de chambre pour Yuya. ) S'habillant rapidement avant de bondir dans le couloir du troisième étage. Celui-ci était toujours vide à cette heure, préservant ainsi l'honneur de la petite blonde qui finissait de réajuster son kimono. Heureusement les client ne se levait jamais aussi tôt le matin. Et Quoi? Un peu de bruit n'avait jamais tué personne! Elle leur rendait service en les délogeant de leur futons! Voilà! (ceci dit-en oubliant qu'elle serait elle-même bien rester au lit toute la matinée….)

Sans aucune discrétion elle tambourina des pied en dévalent les marches jusqu'au deuxièmes étages, plus qu'un couloir et un escalier et elle pourrait se jeter sur le petit déjeuner concocter par l'aubergiste! Elle était loin de se douter qu'elle allait se jeter sur quelque chose de très différents…

Arrivée dans le couloir elle eu a peine le temps de lever les yeux qu'elle était déjà sur lui. L'adrénaline qui se propagea dans son système lui fit voir les choses avec une précision terrifiante.

Non elle ne pouvait pas s'arrêter, ni même l'éviter.

Elle se vit percuter l'inconnu et tomber dans les escaliers derrière lui. Joyeux tableau. Il ne restait plus qu'a espérer qu'ils ne se tueraient pas dans la chute.

Elle n'était plus qu'a quelques centimètres quand elle vit l'inconnu se retourner à une vitesse stupéfiante. Elle reconnu l'éclat d'un regard rubis familier, Kyo? Alors qu'il lui semblait bouger au ralenti, elle le vit se déplacer d'un geste fluide sur le coté, laissant la place à l'escalier.

Le vide semblait se rapprocher à une vitesse folle…je vais tomber fut sa seule pensée cohérente avant de sentir un bras puissant s'enrouler autour de sa taille.

Pris dans son élan , il percutèrent le mur avec violence à un millimètre de l'escalier. Surprise, elle ne sentit qu'une masse dur et chaude la protéger du choc avant de la gardée serrée contre elle.

Le souffle cour, elle ne pensa même pas à bouger. Mais que venait il de se passer? Elle allait tombée et puis….? Quoi? Son visage était fourré dans le kimono de l'homme, elle se sentait bien, cette odeur c'était…l'odeur du tabac …de la foret et puis….

« Qu'Est-ce que tu fou planche à pain? »

Yuya redressa brusquement la tète, pour se retrouver à deux centimètre du visage du garçon…avant de s'éjecter contre le mur d'en face. Ils se retrouvèrent assis l'un en face de l'autre, se dévisageant chacun sur un mur opposé du couloir.

« Kyo? » C'était la deuxième fois qu'elle disait son nom, elle devait vraiment avoir l'aire d'une imbécile. Ce type était vraiment bizarre! Comment avait il pu se déplacer si vite?... Comment ? Pourquoi? Des questions, des millier de question se bousculaient dans sa tête sans pouvoir franchir le barrage de sa bouche.

L'adolescent souri. Si cette fille continuait à réfléchir à cette allure sa petite tête allait explosé! Quand elle s'était projeté contre le mur d'en face, il n'avait pu être qu'impressionné par sa célérité. Un instant il avait cru qu'elle s'était évanoui contre lui et l'instant d'après là voilà camper comme un animal au aboies...Et l'esprit en ébullition! ...humm...Tant qu'à faire, autant l'aider un peu n'est ce pas?

« Arrête de baver planche à pain! Je suis beau mais il ne faut pas exagérer! »

Il la vit sursauter sous la pique, ses yeux se fixer sur lui, abandonnant au passage leurs questions et puis….

« Je NE SUIS PAS UNE PLANCHE A PAIN! » Bingo! Cette fille était vraiment trop marrante!

« Ah bon? Son visage sembla perdu un instant, Pourtant je n'ai rien senti tout à l'heure… Quand tu m'as sauté dessus… »

- Senti? Qu'est-ce que tu veut dire par… Kyo put pratiquement voir le déclic se faire quand elle compris. Je..Je .. PERVERT! Et je t'ai PAS sauter dessus! Je suis tomber et tu….

Ho-ho Elle allait recommencer avec ses questions… Merde! Juste au moment où il allait s'amuser… A moins que…

Le garçon se leva avec nonchalance. C'est vrais.. Tu m'as sauter dessus et puis tu m'as reniflé pendant un car d'heure. Un vrais chien! Tiens! Ce s'ras ton nouveau surnom! Dog-face*! (surnom que Kyo donne à Yuya dans les fics anglaises et peu être aussi dans leur version du manga)L'explosion est imminente.

Furieuse la petite lui sauta à la gorge. Littéralement! Le garçon eu juste le temps de retenir le fauve, le gardant à distance respectable (la longueur de son bras) en lui tenant la tête d'une main.«NE M'APPELLE PAS COMME CA! MON NOM C'EST YUYA! cracha t-elle, se tortillant pour lui échapper tout en lui mettant un bon coup si possible. Amusant au passage notre démon qui avait ce qu'il voulait.

-Tu vois quand tu veus... Il allait enfin pouvoir s'amuser!

-Je vais te tuer! ESPECE DE DEMON! CRETIN! PERVERS! EGO CENTRIQUE...!

Soudain une ombre effrayante les recouvris tous deux. Mais si celle-ci faisait peur, elle n'était absolument rien à comparé au sourire de son propriétaire! La fillette se retourna lentement vers un aubergiste passablement énervé...

"Yuya? Combien de fois... La voix du vieillard augmentait a chaques mots.

dois je...TE DIRE D'ARRETER

…..DE REVEILLER LES CLIENTS!

...Ce serait sans aucun doute le petit déjeuner le plus silencieux qui n'ai jamais été donné à l'aubergiste depuis des semaines...


Je pense faire encore trois chapitres à peu prés mais je rentre en BTS donc ils seront longs à venir je pense... courage(pour moi!)et patience (pour vous!) XD