Bonjour à tous ! Comme promis hier, voici le premier chapitre de ma nouvelle saga x) merci à tous ceux qui m'ont mis en alert ou en favoris, et aussi à tous ceux qui m'ont laissé des rewiews ^^ ça m'a fait super plaisir !

Nous voici donc quelques années aprés l'attaque un peu (beaucoup) ratée de Voldy, et nous commençons par une petite visite chez notre héros favori ! (qui as dit Drago Malfoy ?)

Merci encore à tous ceux qui me lisent et laissent des rewiews !

Enjoy ^^


Chapitre 1 : Où tout commence par un réveil douloureux

.

Une dizaine d'année aprés le prologue, dans une certaine ville (Londres), dans une certaine maison, dans une certaine chambre, avec un certain héros...

.

Il faisait bon ce matin-là. Le nez enfoui dans ses draps chauds, Harry gémit de plaisir. Hmm… il adorait le dimanche matin. Rester jusqu'à une heure impossible dans son lit, et ne rien faire sinon paresser jusqu'à ce que…

_HARRYYYYYYYYYY !

Jusqu'à ce qu'il se fasse brutalement percer les tympans comme ceci. Le petit brun se roula un peu plus dans les couvertures et mit ses mains sur ses oreilles :

_Tires-toi Gaby ou je te jure que je ne réponds plus de rien !

Ledit Gaby le regarda du haut de son un mètre quatre-vingt avant de fondre en larmes (très mal imitées, les larmes), et se jeta sur le lit de l'enfant en hurlant :

_Mais-euh, Harry chéri ! Tu dois venir me protéger, parce que Scathie elle est troooooop méchante ! Elle m'a dit qu'elle allait me balancer un Doloris ! Tu te rends compte ! Un Doloris !

Le petit garçon grogna du haut de ses onze ans quelques jurons qui auraient fait pâlir un vieux pirate , et donna un puissant coup de pied dans ce qu'il supposait être l'estomac de l'homme qui l'étouffait. Bon, son coup fut un peu amoindri par la couette qui le recouvrait, mais le petit gémissement de douleur qu'il entendit était satisfaisant.

_Toi aussi t'es trop méchant, Harry !

_Tires-toi, espèce de blond dégénéré ! Tu me les brises !

L'expression sonnait bizarrement dans la bouche d'un gosse comme Harry, et plus d'une personne aurait été horrifié par l'utilisation des mots crus qui suivirent, puisque l'assaillant du jeune garçon n'avait pas été découragé et avait continué ses attaques matinales.

_Avant d'employer de tels paroles, faudrait d'abords que tu sache ce que ça veut dire… lança une voix trainante venue de la porte.

Harry soupira. Sa grasse mâtiné était définitivement fichue.

Il décida de sortir la tête de ses couvertures, et se retrouva nez à nez avec un homme de quarante ans, cheveux blonds, yeux gris, et un gros sourire qui lui faisait trois fois le tour de la tête. Gabriel Sovrano, tuteur presqu'officiel et père adoptif non-officiel de Harry Sovrano, anciennement Potter.

_Enfin réveillé ! S'exclama très fortement l'homme.

Un peu trop fortement au gout des petites oreilles du jeune garçon à côté de lui.

_Gabriel Sovrano ! Ne sais-tu donc pas que c'est à onze que notre corps se forme ? En conséquence, si tu nous affuble d'une surdité dû à la chose atroce que tu nommes 'voix', nous pourrions bien devenir sourds pour le restant de notre vie, en as-tu conscience, espèce d'adulte indigne ?

Harry pouffa en regardant son amie. Scathara Sovrano, alias Scath. Onze ans, des cheveux blonds frôlant le châtain clair, des yeux gris-bleux, un sweat-shirt vert trop grand pour elle, et un sens du sarcasme à faire pâlir les plus grands maîtres en la matière. C'était aussi la meilleure –et la seule- amie d'Harry.

_Oooooh, tu es venue réveillé Harry, Scathie chérie ?

_NE M'APPELLE PAS SCATHIE, DEBILE DE BLOND DE MES DEUX !

Scath détestait qu'on l'appelle Scathie. En fait, elle détestait qu'on l'appelle autrement que 'Scath'. Ce que Gaby, fort de son tutorat envers elle, ne se privait pas de faire. Parfois, Harry se disait que le blond était un peu maso.

Il essaya de retourner dans sa couette, mais une grande main le prit, le jeta sur son épaule, pour l'emmener dans la cuisine. Le brun se laissa faire en soupirant.

Une fois arrivé, son tuteur le déposa sur une chaise, tandis que Scath prenait place directement sur la table. Elle n'aimait pas les chaises.

Gaby leur servit du café, et posa de la nourriture sur la table. Il y avait des steaks bien saignants accompagnés de spaghettis à la bolognaise. Il était huit heures du matin.

_Gaby, on est le matin.

_Oui, je sais.

_Tu as fait de la viande et des pâtes.

_Je sais.

_Quand est-ce qu'on aura un petit-déjeuner normal ?

Il y eu un silence et un soupir collectif. Harry et Scath attaquèrent leurs steaks, tandis que l'adulte se servait du Whisky Pur Feu, en récoltant un «va t'inscrire aux alcooliques anonymes, espèce de dépravé ! » de la part de ses charmants enfants.

Le petit-déjeuner se déroula normalement. Enfin, dans ce que la petite famille Sovrano considérait comme normal. Ainsi, il n'y eut que deux maléfices Chauve-Furie de lancé, trois tentatives de Doloris, aucune de réussie, la table ne fut renversée que deux fois, Harry parvint à manger un steak et demi avant que Scath décide de les lancer sur Gaby, et seule les deux tiers de la sauce bolognaise servit de teinture pour leur cheveux.

C'était donc un début de journée tout à fait banal.

_Queschquonfaitauchourdui ? Demanda Harry, en mangeant des spaghettis nature (la bolognaise ayant malencontreusement finie dans ses cheveux).

Deux regards se levèrent vers lui :

_Depuis quand tu parles le troll ? Demanda sa sœur adoptive.

Le brun se renfrogna, et avala toutes ses pâtes avant de recommencer :

_Qu'est-ce qu'on fait aujourd'hui ?

Ce fut Scath qui répondit, tandis qu'elle buvait une Biérraubeurre :

_Les lettres pour Poudlard devraient pas tarder à arriver, alors j'imagine qu'il va falloir qu'on se traine jusqu'au Chemin de Traverse pour faire les courses…

Gaby acquiesça avant d'ajouter :

_Je vous accompagne pas, les gosses je pars dans une heure pour l'Arabie !

_Et c'est que maintenant que tu nous le dis ? Geignit la petite blonde.

_Tu es vraiment…

_Un adulte indigne…

_Qui ne nous…

_Mérite pas, termina-t-elle en faisant un clin d'œil au petit garçon, qui le lui rendit.

Ils adoraient terminer les phrases de l'autre. Ils avaient l'impression d'être de vrais jumeaux, et pas juste du frère et sœurs adoptifs. Et Gaby ne put s'empêcher de sourire doucement devant leur regard complice.

Bon, il ne l'avouerait jamais, mais il adorait ces gamins.

_Je serais de retour dans un peu plus d'un mois, lança-t-il. D'ici là, vous serez surveillé par… euh… qui vous voulez, mais débrouillez-vous !

_De toute manière on va aller à Poudlard, fit Harry en haussant les épaules.

Il se leva, et alla mettre son assiette dans le lavabo.

Gabriel exerçait la très noble profession de mercenaire. Ce n'était pas rare dans le monde des sorciers, et c'était un métier bien payé mais dangereux. Mais ni Scath ni Harry ne se faisaient le moindre souci pour leur père adoptif, après tout, c'était le meilleur dans sa catégorie. Et eux aussi ils allaient devenir les meilleurs.

L'adulte se leva, et partit en direction de sa chambre :

_Vous vous en sortirez sans moi ? Lança-t-il avec une légère pointe d'inquiétude.

Un éclat de rire lui répondit. Evidemment qu'ils s'en sortiraient. Ce n'était pas pour rien qu'il avait adopté ces deux gosses hors normes.

Il y avait d'abords eu Scath. Il l'avait trouvé alors qu'elle avait cinq ans dans un orphelinat, en Hongrie, qui venait d'être ravagé par un tremblement de terre. Elle était enfouie depuis trois jours sous les décombres, et même avec la magie, il avait mis deux heures à la dégager. C'était la seule survivante de la catastrophe, et elle en avait gardé une claustrophobie profonde.

Ensuite, était venu le tour d'Harry. Harry Potter, le frère du célèbre Survivant. Ils l'avaient trouvé tous les deux dans la rue, le jour de ses huit ans. Il s'était enfui de chez son oncle, parce que maltraité et quasiment battu. Ni Gaby ni sa fille n'avait cherché à savoir quoique se soit sur son passé, et il leur en avait été reconnaissant.

_Tu viens ? Lança Scath au petit brun.

Ils partirent tous deux en discutant joyeusement. Soudain, des hiboux arrivèrent par la cheminé. Ils se postèrent devant les deux enfants et tendirent la patte. Des lettres y étaient attachées.

_On dirait bien que Poudlard est venu jusqu'à nous, marmonna le brun en détachant la lettre et en la lisant.

Scath fit de même, et ils haussèrent tous deux un sourcil en voyant la liste des fournitures.

_C'est quoi ces bouquins ? Y a même pas de livres de runes ! C'est débile !

_Et rien d'intéressant non plus en sortilège ou en métamorphose, répondit Harry en soupirant. Ca va être joyeux…

_Je suis sûre qu'il n'y a pas d'apprentissage en gobelbabille ! Pesta son amie, j'espère au moins qu'ils ont une bibliothèque plus fournie que cette fichue liste, parce que sinon je demande mon transfert à Dumstrang !

Le brun lui jeta un regard dubitatif, et la jeune fille se reprit :

_... Euh finalement non. Mais ils ont intérêt à avoir une belle bibliothèque !

Elle ne récolta qu'un petit sourire en coin. Harry rangea la liste et se dirigea vers la porte :

_On y va ?

_Dans cette tenue ? Interrogea sa sœur en rigolant.

Il jeta un coup d'œil à sa tenue, et se rendit compte qu'il portait toujours en pyjama. En rougissant, il se dépêcha d'aller se changer en jetant un regard noir à Scath, qui se bidonnait allégrement.

Une fois correctement habillé, il vit que la blonde s'était elle aussi changée. Ils portaient tous deux une tenue pratiquement identique, qui se résumait à : tee-shirt blanc, pantalon noir et manteau noir. Simple, élégant et pratique. Ca, c'était du style. Si les nanas ne tombaient pas raides dingues devant lui avec ça…

Peu conscient qu'un gamin de onze ans n'était pas sensé avoir ce genre de pensées, il alla rejoindre Scath, qui s'était installé dans le salon, un livre dans les mains.

_Bon, on va chercher les fournitures oui ou merde ?

_Merde, rigola la blonde sans quitter son livre des yeux.

Harry soupira et sortit sa baguette :

_Scathara Hypérionis Sovrano, si tu ne lève pas ton popotin pour aller au Chemin de Traverse avec moi tout de suite, je te jure que je te teint les cheveux en rose et que rien ne pourra les faire redevenir blonds !

_Harry James Sovrano, fais ça et tu seras privé de toute chance de concevoir des gosses. De manière extrêmement douloureuse, il va sans dire.

La menace fit son effet, et le garçon recula d'un pas. La blonde n'avait pas levé les yeux de son livre. C'était un gros pavé, écrit dans une version simplifié de gobelbabille, la vraie langue étant pour l'instant trop compliqué pour une enfant de onze ans, fut-elle Scath.

_Scaaaaaaaaath, supplia le brun, on y va ? Steuuuuuuplaiiiiiiiiiiiiiiit…

Il profita sans honte de la belle couleur de ses yeux pour faire une imitation très réussie d'un chiot battu abandonné sur la route un jour de pluie. Même un rocher aurait craqué devant la bouille qu'affichait le petit garçon.

_Espèce de vil serpent, grommela la fillette en tentant de fuir le regard implorant de son ami, tu es un abominable profiteur, un traître immonde, un…

_Moi aussi je t'aime ! Bon, on prend un taxi pour aller au Chaudron Baveur ?

_Pas la peine les jeunots ! Je vais gentiment vous y accompagner ! Qu'est-ce qu'on dit au plus merveilleux des adultes ?

_Qu'être un adulte est une raison suffisante pour ne pas te remercier, rétorqua Scath.

_Mais pour toi, nous allons faire une exception, fit Harry avec un sourire.

Après tout, Gaby était la seule grande personne digne d'un enfant, pas vrai ?

Les deux gamins se sourirent, et suivirent leur père jusqu'à une petite voiture moldue, tout en chantant des chansons paillardes qui firent rougir les dames du voisinage.

Et Harry songea que la vie était vraiment belle.

HP

.

La même dizaine d'année aprés, la même ville (Londres), pas la même certaine maison, ni la même certaine chambre, et encore moins le même certain héros...

.

_HELMETT ANGELUS POTTER !

Un petit garçon de onze ans se figea sur place, et des sueurs froides commencèrent à lui couler dans le dos.

_Oui maman ? Demanda-t-il d'une petite voix.

_REVIENS ICI TOUT DE SUITE !

Piteusement, le Survivant se dirigea vers le drag… sa très chère mère. La rousse l'attendait, poings sur les hanches. A côté d'elle, James Potter se retenait à grand peine de rire.

_Tu vas venir avec moi, jeune homme, ordonna la jeune femme en foudroyant son fils du regard.

Son mari, qui n'allait pas tarder à exploser à force de se retenir, se prit également un coup d'œil rageur, ce qui le fit aussitôt stopper.

_Je peux savoir pourquoi tu as mis des Bombabouses dans le gâteau de cette pauvre Ginny ? S'exclama Lily, furieuse.

Les yeux rivés sur ses chaussures, Helmett balbutia :

_Ben… euh… c'était l'idée de Ron…

_JE ME CONTREFICHE QUE CE SOIT L'IDEE DE RON ! AS-TU SEULEMENT IDEE DE LA PEINE QUE TU AS FAITE A CETTE PETITE FILLE ? ELLE QUI SE FAISAIT UNE JOIE DE FETER SON ANNIVERSAIRE !

Terrifié par sa mère, l'enfant sentit ses genoux se changer en gelée.

_Mais…

_TU M'AS FAIT HONTE DEVANT TOUS NOS AMIS !

_Je…

_ATTENDS TOI A ETRE TRES SEVEREMENT PUNI !

_Il…

_PLUS DE BALAIS PENDANT QUINZE JOURS ! ET TU IRAS FAIRE DES EXCUSES A CETTE PETITE !

_C'est…

_COMPRIS ?

_Oui, murmura le petit garçon.

_Euh… ma chérie ? Osa timidement l'époux de la furie.

Elle se calma aussitôt et lui adressa un sourire légèrement crispé.

_Il faudrait partir, nous avons rendez-vous au Chemin de Traverse pour les fournitures, tu te souviens ? Les Weasley vont nous attendre…

Sa femme acquiesça, et entraina son mari et son fils prés de la cheminée. Alors qu'elle allait partir, elle lança un dernier regard au rouquin :

_Tu vas en entendre parler jeune homme, crois-moi !

Elle disparut en criant « Chaudron Baveur ! » et le garçon baissa un peu plus la tête, avant d'avancer à son tour pour aller dans la cheminée. Décidemment, ces courses pour Poudlard allaient s'annoncer animées…


Et voilà, le décor est définitivement planté, les personnages sont en routes, et l'engrenage se met en place... niark niark niark

Les remarques pas constructives de l'auteure :

-J'ai l'impression que Lily passe son temps à crier... mais en fait ça se comprend, avec un fils et un mari comme ça -'. Mais ne vous inquiétez pas, elle va quand même se calmer XD (bon d'accord c'est parce que j'en ai marre de maintenir la touch Maj appuyée pendant des phrases et des phrases)

-Harry vit vraiment chez des fous x) (ça ressemble bizarrement à l'ambiance qu'il y a entre moi et mes potes... à se demander d'où me viennent mes idées !)

-Le steak et les spaghettis, c'est du vécu (sauf que moi c'était de la pizza, du fromage, du jambon et des raviolis sauce tomate)

-La table aussi.

-J'avais promit de faire une fic sérieuse, mais je sens que je vais partir en délire... mais don't worry ! (tiens, qu'est-ce que je disais, je commence déjà à partir en live avec mon anglais foireux !) il y aura quand même une intrigue sérieuse (si je ne me fais pas bouffer par un calamar rose avant... ok je sors)

-C'est à peu prés tout.

Bon, allez, je vous laisse ^^ a la prochaine !

Rewiews ? Alleeeeeeez !

On se voit la semaine prochaine ! Essayez de survivre sans moi XD ! (je blague... ou pas)

Signé : La folle.