Chapitre 3: Retrouvailles.

Le lendemain matin, Harry en se levant se rappela qu'il devait aller rendre visite à Youri et Yanika pour une question d'investissement. Harry se souvenait encore de la création de cette boîte de nuit lors de sa cinquième année à Poudlard. Yanika, Youri et Harry avaient du demander la permission pour exploiter la maison hantée au Directeur. Albus Dumbledore avait accepté mais à quelques conditions : la boîte ne pouvait être ouverte qu'une fois par mois, seuls les étudiants de Poudlard à partir de la cinquième année avaient le droit d'y aller et surtout ils étaient dans l'obligation d'accepter toutes les maisons confondues.

Ils avaient décidé que le jour d'ouverture serait le jour de la pleine lune en souvenir des réunions des maraudeurs dans cette maison à chaque pleine lune. Harry l'avait proposé car tout le monde connaissait ses quatre farceurs et que c'était une manière de leur rendre hommage surtout qu'il en était le descendant. Dès que tout fut réglé ils se mirent au travail et Dumbledore les aida dans leur entreprise. Ils avaient laissé à la maison, sa décoration originelle un peu lugubre et certains endroits que Lunard avait détruits suite à un de ses passages lors d'une pleine lune avaient été préservés. Il refit le passage secret qui se trouvait sous le saule cogneur et au lieu que l'entrée se fasse sous le saule, elle fut menée jusque dans le château où elle débouchait dans une salle désaffectée. L'entrée première fut quand même laissée, en cas de problèmes. Dès son ouverture, la boîte de nuit eue un tel succès que les trois jeunes hommes avaient été dans l'obligation d'en créer une seconde, qu'ils avaient implanté à Londres. Ils avaient donc du trouver du personnel et surtout un gérant qui assurait la gestion de la boîte de nuit pendant que les trois garçons finissaient leurs études. Les jumeaux qui étaient âgés d'un an de plus qu'Harry étaient sortit plus tôt et donc avaient demandé la permission pour que la boîte de nuit de Pré-au-Lard soit ouverte tous les week-ends mais avaient assuré que la soirée de la pleine lune resterait consacrée qu'aux étudiants de Poudlard et qu'à eu seulement.

Mais revenons au présent. Après avoir laissé les triplés à la garde de Marianne, Harry toujours sous son déguisement se trouvait devant l'entrée de la boîte et s'apprêtait à y entrer. Il en profita pour saluer le personnel.

Pov Harry

J'entrais dans la salle et saluais Jesse et Géry les deux barmans, puis je me dirigeais vers le bureau des jumeaux qui devaient m'attendre avec notre nouvel actionnaire. Je toquais puis attendis la permission d'entrer dans la pièce. Je n'eus pas à attendre longtemps puisque directement j'entendis Yanika me répondre un "entrez". Ce que je m'empressais d'effectuer. Lorsque je fus entré je vis tout d'abord les jumeaux Mac Lauraine, tous les deux assis dans le sofa devant le feu. J'enlevais le médaillon qui cachait ma véritable identité et là je vis appuyer contre le manteau de la cheminée l'homme de ma vie : grand, les cheveux blonds jusqu'aux hanches, les traits fins mais virils et ses yeux. Ces si beaux yeux, gris partant sur l'argenté, dans lesquels il faisait passer tant d'émotions quand nous étions l'un en face de l'autre. Mais le souvenir le plus magnifique que j'avais de ses deux yeux c'est que pendant l'orgasme, ils deviennent complètement mercure. Oh oui ! Deux mercures en fusion. Je fini quand même par couper le silence qui s'était formé. En disant ceci.

- Hello, tout le monde.

- Bonjour Harry, comment vas-tu? Me demanda Yanika.

- Je vais bien, et vous deux ça va? Demandais-je.

- Ho, oui. Les affaires vont bien. Tellement bien que nous avons reçu la proposition de ... Et là je coupais la parole à Youri.

- Drago Lucius Malfoy, fils de Lucius Malfoy et Narcissa Malfoy née Black et désignée par mes parents comme ma marraine. Expliquai-je.

Yanika face à ma réponse resta figé, la bouche grande ouverte. Moi de mon côté j'en rajoutai une couche en lui demandant.

- Tu ne le savais pas. Dis-je d'une voix étonnée et j'enchaînais.

- Oh mais tu sais moi non plus au début je ne le savais pas mais pendant ma première année, ma chère marraine m'a envoyé un hibou ou plutôt a menacé ton parrain mon cher Drago. Tu me laisses t'appeler comme ça n'est ce pas, car ici c'est les prénoms qu'on utilise pour se parler. Bon je reviens à mon histoire. Donc Narcissa me fit passer une lettre par l'intermédiaire de ton parrain et m'expliqua la situation. Qu'elle avait été choisie par ma mère pour être ma marraine. Dumbledore savait qu'elle était ma marraine, mais étant donné que son cher et tendre était mangemort, on ne lui confia pas ma garde préférant me déposer plutôt chez la sœur de ma mère où je vécus pendant les 11 premières années de ma vie. Je ne vais pas m'attarder sur ce sujet là, cela ne regarde que moi.

Dès que j'eu fini ma petit explication je pus voir Drago plonger dans ses pensées et les jumeaux me regardaient la bouche grande ouverte.

FIN POV Harry

Pendant que les jumeaux étaient toujours plongés dans leur petit monde, Drago de son côté se mit à cogiter et surtout il ne lâcha pas de son regard la silhouette de l'ex Gryffondor.

POV Drago

- Bon récapitulons ce qui vient d'arriver. Un type entre dans la pièce, enlève un médaillon puis mon gryffy apparaît. En plus, je ne savais même pas que ma mère était sa marraine. Remarque, quand il en parle on dirait qu'il la connait très bien et surtout qu'il l'adore.

- Bien sûr banane ! Tu n'as pas écouté ou quoi, il a expliqué que ta mère l'avait contacté.

- Bien t'es qui toi?

- Ta conscience du con !

- Je ne te permets pas de m'insulter.

- Je me permets car je suis toi ! Et de plus ton lion il possède un cul bandant !

- Sale pervers ! Je ne te permets pas de le mater.

- Mais je ne fais que regarder par l'intermédiaire de tes yeux. Ce qui veut dire que c'est toi le pervers. Et puis tu sais, il est peut être libre, tu devrais essayer de le séduire. Cela fait trois ans que tu l'attends et même que tu n'es sorti avec personne tellement tu te morfondais.

- Bon, je le reconnais. Mais tu as vu comme il est bandant avec ses longues jambes fines, sa cambrure, son pantalon qui moule ses petites fesses rebondies et ses longs cheveux qui balayent son cul. Si on était seul je le jetterais bien à terre et lui ferais subir les pires outrages sur ce magnifique tapis persan.

- Je veux bien te croire, surtout avec les rêves cochons que tu te payes chaque nuit : fellations, caresses, scènes de jeux de rôle etc. Je dois te dire que le costume d'étudiante de Serpentard m'avait bien plus. Mais je pense que la scène la plus hot était celle dans une chambre à la japonaise, lui sur un futon dans un magnifique kimono vert émeraude et noir. Un véritable joyau même si je me demande si ce n'est pas le sexe après qui l'a rendu si chaud ce rêve là. Oh ! On a l'air de t'appeler.

Drago fut sortit de sa rêverie

FIN POV Drago

- Drago, Drago ! Tu rêves. L'appela Youri.

- Oui,... répondit Drago. Enfin non ! Je pensais simplement à un truc.

- Mais oui, on te croit. Rétorqua Yanika.

- Où est Harry. Demanda Drago.

- Il vient de partir mais il a bien signé tous les papiers. Donc cher associé, bienvenue dans la firme "La Pleine Lune". Dirent les jumeaux.

- Je peux savoir pourquoi il a filé, sans dire au revoir ?

- Il a reçu un coup de fil au sujet de problèmes concernant la boîte de nuit de Paris, donc il s'est rendu là bas. Et tu n'as même pas remarqué qu'il avait transplané, pourtant il a dit au revoir. Expliqua Youri.

- Bon, d'accord ! Je le reconnais, j'étais dans la lune et je ne m'en suis pas rendu compte. Répondit Drago.

- Bien, je vais vous laisser car j'ai des affaires qui m'attendent. Continua Drago.

- Ok, Dray et bonne journée. Répondit Youri

- Et pas de folie Dragon, renchéri Yanika.

Tout en n'écoutant pas les dernières paroles dites sur le ton de la rigolade, Drago transplana.

Deux heures plus tard, Harry se promenait sous son identité d'emprunt sur le Chemin de Traverse avec ses trois petits diablotins. Tout en marchant Harry pensait à sa rencontre avec le Prince des Serpentards. Drago n'avait quasiment pas changé, toujours aussi grand, charismatique etc. Mais ce qui avait vraiment frappé Harry était le fait que son Dragon des glaces avait maigri et pas qu'un peu. Bon musculairement parlant pas vraiment mais ses trait s'étaient encore affinés.

Pendant qu'Harry cogitait dans ses souvenirs, il ne vit pas que Scorpius s'était fait la malle et quand il s'en rendit compte il se mit à paniquer. De son côté Scorpius lui se baladait ou plutôt avait repéré son autre père dans la foule et le suivait. Il faut savoir qu'Harry et Narcissa ont beaucoup parler de Drago aux triplés et que Narcissa faisait en sorte qu'Harry porte toujours une chemise que Drago avait porté sur lui pour que les petits puisent reconnaitre leur second père par son aura et son odeur. Mais revenons à nos moutons.

Donc, Drago ne s'étant rendu compte de rien, continuait à marcher dans la rue marchande jusqu'à arriver devant une des nombreuses boutiques d'ingrédients de potions. Il entra dans la boutique et se rendit au comptoir pour récupérer sa commande de fournitures. A l'extérieur, Scorpius reconnaissant le type de boutique attendit que l'homme qui l'intriguait soit ressortit pour pouvoir l'accoster, car son papou lui avait toujours dit de ne jamais entrer dans une boutique si il n'était pas accompagné par quelqu'un de confiance.

Quand Drago sortit de la boutique, il se retrouva devant un petit garçon aux cheveux blond quasi blancs avec du gel dedans. Quand l'enfant releva la tête Drago fit face à des yeux semblables aux siens. Alors qu'il allait demander à ce petit sosie de lui qui il était, une voix qu'il connaissait se fit entendre. Elle disait:

- Scorpius, Scorpius où es-tu ?

Drago attendit que le possesseur de cette voix apparaisse pour ne pas se tromper. Quand il vit Harry apparaître sous sa fausse identité et avec deux autres marmots collés à ses basques, Drago commença doucement à se poser des questions. Pendant qu'il pensait, Harry avait attrapé Scorpius par l'oreille et la lui tordait tout en lui parlant.

- Scorpius Drago Potter-Malfoy, peux-tu me dire la raison de cette fuite.

- Je … J'ai vu quelque chose qui me plaisait et je me suis perdu. Répondit Scorpius.

- Tu te fous de moi ou quoi ?

- ...

Dès qu'Harry eu fini de disputer son fils, il remarqua la présence de quelqu'un et que cette personne n'était autre que le second père de ses enfants.

Pov Harry

Et mer..., je comprends mieux la raison de la disparition de Scorpius. Drago se tenait devant moi, tiré à quatre épingles sûrement entrain de se demander ce qui se passe. Je suis devant lui avec les petits, j'ai une chance de lui parler mais j'ai peur qu'il rejette les enfants, nos enfants. Bon je suis un Gryffondor je suis habituellement courageux même si j'écoute depuis un petit moment mon côté Serpentard. Aller je prends mon courage à deux mains, je me lance, je lui demande de me suivre et je l'amène chez moi après avoir déposé les triplés chez Marianne car je refuse qu'ils soient là si leur père les renie.

Fin Pov Harry

Drago qui savait à quoi ressemblait son lion sous sa fausse identité était fort surprit par ce qu'il voyait. Ben oui, la vision d'Harry entouré de trois mouflets dont celui qu'il est entrain de disputer lui ressemblant comme deux gouttes d'eau était surprenante. De plus, l'apposition de leurs deux patronymes à l'entente du nom complet de l'enfant l'avait fort surpris. Avant qu'il ne puisse parler Harry lui demanda de le suivre, ce qu'il s'empressa de faire. Arrivé au Chaudron Baveur, Harry se dirigea vers la cheminée et cria la destination avec les triplés, Drago le suivit quelques minutes plus tard.

Dix minutes plus tard, Drago se retrouva dans un petit salon fort bien décoré. Harry et les enfants ne s'y trouvant pas, Drago se dit qu'il devait attendre. Il n'eu pas à le faire longtemps puisqu'Harry apparu sans la triplette mais avec un plateau sur lequel un service à thé et des scones étaient disposés. Harry déposa le plateau sur la table du salon et invita Drago à s'assoir, puis lui servit une tasse de thé ainsi qu'à lui-même. Pendant quelques minutes ils burent leur thé en silence. Silence qui fut coupé par Drago.

- Harry pourrais-tu m'expliquer pourquoi étais-tu en compagnie de trois enfants dont l'un est ma copie conforme et un autre est la tienne ? Exigea Drago.

- J... Je ... Je vais t'expliquer mais je te pris de ne pas m'interrompre. Tu me le jures ? Demanda Harry avec les yeux mouillés de larmes.

- Très bien.

- Merci. Bon par où je dois commencer ?

- Par le début peut être. Enjoignit Drago.

- Bien, la nuit avant la bataille finale, je t'ai rejoints dans ta chambre car je n'étais pas sûr de survire après cette bataille et je ne voulais pas mourir vierge.

- Je vois, continu. Rétorqua Drago

- Dès que la bataille fut finie, je suis resté une semaine à l'infirmerie puis j'ai profité du fait que l'infirmière avait le dos tourné pour m'enfuir. Car je ne voulais pas subir les journalistes et surtout je voulais me reconstruire loin de la Grande Bretagne. Je me savais épuisé et toutes les cérémonies, les soirées et conférences qui en auraient d'écoulés n'auraient fait qu'empirer mon état de fatigue. Rien que dit penser j'en ai des sueurs froides. De plus, ne sachant pas si je gagnerais cette bataille, j'avais fit vider tous mes comptes bancaires et transférer les fonds sur un compte que personne ne pourrait tracer et qui ne servirait que pour aider les nécessiteux si je venais à mourir. Et la dernière raison pour laquelle je suis parti, c'est que je voulais m'épanouir dans la discipline que j'affectionnais particulièrement et le changement de décor et de pays me ferait sans doute du bien. C'est ce que je m'étais dit à l'époque et j'avais bien raison.

Pendant toute la tirade Drago écouta religieusement ce que lui disait Harry mais le coupa qu'en même en ajoutant.

- Je peux le comprendre, surtout que moi même ayant participé à ces fichus cérémonies, j'ai pu y observer qu'un grand nombre des personnes qui s'y rendaient, y allaient avec les pieds de plomb. Surtout celles du ministère. Expliqua Drago tout en prenant un scone.

- Mais je me demande bien qui sont les trois enfants qui t'accompagnaient sur le Chemin de Traverse ? Demanda ensuite Drago.

- Drago, je..., hésita Harry.

- Oui Harry ? Demanda Drago.

- Je ne sais pas si tu vas apprécier ce que je vais te dire ensuite.

- Je ne pense pas que tu risques beaucoup en me disant qui sont ces trois petits même si j'en ai une vague idée.

- Je n'en serais pas si sûr si j'étais toi.

- Et bien continu, je t'en pris.

- Il faut que tu saches que je me trouvais en France chez une amie d'enfance pendant ces trois ans et que la seul personne à pouvoir me trouver était ta mère. Je t'ai déjà expliqué qu'elle était ma marraine.

- Oui, tu en as parlé tout à l'heure. Répondit Drago.

- Et bien disons que quelques semaines après que je sois arrivé en France je me suis rendu chez le frère de cette amie qui est médicomage et pendant l'examen il m'a appris que j'étais enceint de six semaines.

- Tu es entrain de me dire que tu étais enceint et que tu n'as pas contacté le père de ton bébé.

- Non Drago, plus précisément de mes bébés car j'attendais des triplés. Drago, tu dois savoir, que quand j'ai découvert ma grossesse je n'était même pas au courant que les hommes pouvaient enfanter, que j'aurais du me protéger ou plutôt que nous aurions du nous protéger mais l'urgence de la guerre, la peur de ne pas survivre etc. et le fait que nous ayons couché ensemble …

Drago coupa la parole à Harry et lui demanda avec une voix très froide.

- Puis-je savoir la raison pour laquelle tu ne m'as pas contacté de suite après cette nouvelle. Je suis leur père et tu m'as délibérément mis de côté.

Tout en s'énervant Drago avait attrapé Harry et le secouait comme un prunier. Pour sa part Harry était mort de trouille et bégayait des réponses sans queue ni tête. Du style.

- J...e...J'avais peur...de t...ta réaction...face...à...à la nouvelle...d...de...ta...paternité...e...et je ne voulais pas t'imposer la charge des triplés à cette période de ta vie. Nous avions 17 ans, la vie devant nous et je ne voulais pas t'imposer ma présence car à l'époque nous nous détestions. Fini par dire Harry.

Dès qu'Harry eu fini d'expliquer les raisons de sa décision, Drago le lâcha et dit.

- Je ne te détestais plus, à ce moment là. Je crois même que je t'aimais.

- Et crois tu que ce sentiment, tu le ressens encore. Demanda avec espoir Harry.

Drago regarda Harry dans les yeux et y vit des centaines d'émotions y passer. De l'espoir, une pointe de regret, de l'amour et surtout de la peur. Tout cela le prit au dépourvu. Surtout qu'Harry était entrain de se mordiller la lèvre, et que ses joues étaient rouges comme des tomates bien mûres. Ne voyant qu'une manière de répondre à la question de son lionceau, Drago se pencha et happa les douces lèvres de son Gryffy. Harry voyant son dragon se rapprocher ferma les yeux et attendit. Dès qu'il sentit la bouche de Drago se poser sur la sienne, Harry entrouvrît à son tour ses douces lèvres et laissa la langue de son blond se mêler à la sienne. Le baiser passa de doux à fougueux, nos deux protagonistes y firent passer tout leur amour l'un pour l'autre. Mais vient un moment où ils durent se séparer, ils gardèrent le contact juste avec leurs fronts collés l'un à l'autre. Jusqu'au moment où Harry ouvrit la bouche.

- Drago, que voulait dire ce baiser, même si j'en ai une vague idée.

- Que les sentiments que je te porte ont supporté trois ans de séparation et sept ans d'animosité. En faite je suis amoureux de toi depuis notre première rencontre même si je ne l'ai reconnu qu'au moment où nous avons couché ensemble et que tu m'as quitté au petit matin. Je sais qu'il va nous falloir du temps, même beaucoup de temps mais je sais que nous formerons une famille unie avec nos trois terreurs. Expliqua Drago tout en regardent son lion dans les yeux.

- Je ne sais pas si nous serons une famille unie mais nous essayerons. Répondit Harry.

- Je l'espère mais il commence à se faire tard et il va me falloir te quitter. Dit Drago

- Oh non ! Tu ne vas nulle part. Ta mère sait où tu te trouves et elle veut que nous ayons une discussion. Nous avons déjà bien avancé mais maintenant il te faut affronter nos enfants.

- Harry, je...

Drago fut arrêté dans ses protestations par les lèvres d'Harry contre les siennes. Et un autre baiser fut rompu quelques minutes plus tard.

- Bon, d'accord. Il semble que ma mère avait calculé le coup. Dit Drago sur un ton fataliste.

- Oh que non mais je lui ai simplement dit que tu étais chez moi et qu'elle serait prévenue quand tu rentrerais chez toi. Bon, je demande à Marianne de ramener les petits. Dit Harry sans voir une lueur de jalousie passer dans les yeux de Drago.

- Dis moi Harry, Marianne que représente-t-elle pour toi ?

- C'est ma sœur de cœur, pourquoi ?

- Non, pour rien. Répondit trop rapidement Drago. Ce qu'Harry compris.

- Ne serais-tu pas jaloux par hasard ? Demanda Harry.

- Bien sûr que non, je devrais ?

- Non, je te suis resté fidèle pendant ces trois ans. Physiquement parlant.

- Tu veux dire quoi par là ? Demanda subitement Dray.

- Que je ne me retenais pas pour mater de beau corps. Dit Harry sur le ton de la plaisanterie.

Drago en entendant cela se jeta sur Harry et se mit à l'embrasser. Il y fit passer toutes ses peurs et ses doutes mais fit ressentir à Harry qu'il lui appartenait. Harry le compris et en fut heureux. Une heure plus tard Drago avait fait la connaissance des triplés ramenés par Marianne à la fin de leur discussion. Il s'était juré de les protéger et surtout de reconquérir le lit de son griffon qui était plutôt bestial dans ses souvenirs. Drago fini par s'endormir dans le divan entouré de ses trois garçons eux aussi plongés dans les bras de Morphée depuis leur retour. Il ne se rendit même pas compte qu'Harry, après avoir couché leurs enfants, l'avait déshabillé et installé dans son lit.

Le lendemain matin, Harry fut réveillé par Angel. Le petit garçon était assis sur le lit et observait ses deux papas. Harry savait qu'Angel était un lève tôt et en regardant son réveil, il vit qu'il était temps d'aller préparer le petit déjeuner de ces petits.

- Angel, peux tu aller m'attendre dans le salon, je n'en ai pas pour longtemps.

- D'ac Pa répondit l'enfant tout en descendant du lit sans réveiller son autre père.

Dès qu'Angel fut partit, Harry se leva et se dirigea ensuite vers la cuisine. Là, Angel attendait sagement son père pour pouvoir avoir son biberon de cacao. Harry sortit les ingrédients du placard et mit à chauffer le cacao sur la gazinière. Tout en faisant cela Harry alluma la télévision et laissa son fils regarder les dessins animés. Quand le cacao fut chaud Harry le versa dans les biberons et en donna un à Angel puis il se dirigea vers la chambre des autres garçons et alla réveiller James et Scorpius.

Pendant ce temps là, Drago s'était réveillé et paressait au lit tout en repensant à la nuit divine qu'il avait passée dans les bras de son griffon. Il finit quand même par se lever car il n'allait pas passer sa vie au pieu surtout qu'il avait une discussion à avoir avec sa chère mère. Mais pour l'instant il ne fit que se diriger vers le salon. Là, il vit ses enfants, bien sagement assis tout en regardent la télé. Les triplés étaient vraiment beaux. Drago se dit qu'il avait fait du beau boulot et ses enfants étaient magnifiques. Harry en profita pour s'approcher et mis une tasse de café sous le nez de Drago, qu'il la prit machinalement puis enroula ses bras autour de la taille de Drago.

- Harry...

- Mmmmmmmmmme répondit le dit Harry.

- Tu ne trouves pas que nos enfants sont magnifiques.

- Mmmmmmmmme, fit Harry tout en resserrant son étreinte.

Ils restaient là à observer leurs enfants, jusqu'au moment où Scorpius se leva et vient réclamer un câlin à Harry. Mais Harry après avoir pris son fils dans ses bras le tendit à Drago qui ne su comment s'y prendre alors Harry lui murmura :

- Prends-le dans tes bras.

Ce que s'empressa de faire l'ancien serpentard, il souleva l'enfant des bras d'Harry et le serra dans les siens. James et Angel voyant cela se précipitèrent et réclamèrent la même attention. De ce fait Drago du aller s'assoir dans le divan où il fut rejoint par les deux autres enfants et Harry. Toute la petite famille installée dans le divan, se mit à regarder les dessins animés. Harry était heureux, l'homme de sa vie se trouvait assit à ses côtés et tenait ses bébés dans ses bras. Que demander de plus.

A suivre