~Origine~

.

~oOo~

.

Disclaimer : Comme d'habitude tout à elle et rien à moi à part une petite poignée de personnages.

Excuse publique : 1/ Pardon pour les fautes d'orthographes, conjugaison et... Enfin pardon pour toutes les fautes que vous pourrez trouver.

.

Excuse publique : 2/ Pardon parce que certains (es) trouveront ce chapitre trop long, mais j'ai eu beaucoup d'inspiration et ce chapitre réserve une surprise !

.

Warning : Cette fiction est un... « Slash ! » Merci à vous devant votre écran qui avait soufflé la réponse !

Rating : M.

Conseil de l'auteure : Si vous n'aimez pas les slashs et bien... ne lisez pas.

Résumé: C'est l'histoire de Killian Malfoy, à la recherche de son second parent, de la vérité sur lui, sur la relation qu'il entretenait avec Draco, sur le passé de Draco, mais aussi de la vérité sur sa propre naissance...

.


Remerciements :

Je veux vous remercier, vous qui lisez ma fiction, qui me laissez des reviews et qui me mettez en favoris ou en alert.

Merci.


Annonce qui ne sert à rien ! :

Ça va faire un mois jour pour jour que j'ai posté le premier chapitre d'Origine !


/!\ L'histoire commence par un POV Killian.


.

~bonne lecture~

.

Chapitre 6 : consultation n°3 (partie 3) : Le prix.

.

Année 2010.

.

J'avais gagné !

Mon pari contre Ted. Je l'avais gagné ! J'avais appris les choses les plus importantes sur Potter et c'est donc tout naturellement que j'avais gagné face à Ted. Nous avions eu un O. Un O magistral. Binns nous aurait presque applaudis s'il ne s'était pas endormi. Ce sale fantôme nous bassinait de ses cours soporifique et dès que l'on mettait un peu de piment dans l'histoire môsieur Binns dormait !

S'il nous a mis O c'est parce que toute la classe avait applaudis à la fin notre exposé. Surtout parce que pour l'occasion Ted avait les cheveux bruns en bataille, il s'était mis des lunettes, il avait transformé ses yeux pour qu'ils deviennent vert émeraude et il avait créé une cicatrice en forme d'éclair sur son front.

Fidélisa m'avait lancé un sort pour que mes cheveux deviennent bruns. « Tu as déjà la coupe à la Potter. » m'avait dit mon amie quand elle m'avait transformé les cheveux. Je mettais affubler d'horribles lunettes et ainsi paré, Ted et moi ressemblions à deux petits Harry Potter !

Eric s'était amusé à prendre des photographies. Il s'amuse à les ressortir parfois quand il a un coup de barre. D'après lui, ces photos peuvent remonter le moral à n'importe qui, sauf mon père et moi...

Et comme j'avais gagné notre pari Ted s'était vu dans l'obligation de me proposer un prix même si ce n'était pas stipulé quand nous avions décidé de faire notre pari. Nous étions au mois de Mars quand Ted trouva mon prix.

Je mangeais avec Fidélisa à la table des Poufsouffle, mon amie me coiffais les cheveux pour me faire un style désordonné mais contrôlé qui était à la mode ces derniers temps. Ted déboula avec ses cheveux violets et ses yeux jaunes pour m'annoncer :

- Cet été tu viens une semaine chez moi. Tu auras ton prix.

- Mais de quoi tu parles Ted ?

- Ne bouge pas Killian ! Me réprimanda Lisa (1) en me maintenant fermement la tête de façon à ce que je sois de profil à Ted.

Je soupirais, depuis que j'étais arrivé dans le train avec les cheveux coiffés façon nouvelle mode, Lisa n'arrêtait pas de me faire des coiffures de tout genre. Elle aimait coiffer mes cheveux, j'avais bien essayé de lui refiler Ted qui lui pouvait changer la couleur de ses cheveux à volonté, mais Lisa préférait s'occuper exclusivement de mon apparence. Et je dois avouer que tant qu'elle ne me faisait pas des tresses et ne me mettait pas des chouchous de couleurs rose bonbon j'aimais assez quand elle s'occupait de ma coiffure.

- Lâche le un peu Summers ! La gronda Ted.

- Je le lâche si je veux ! Gronda Lisa en me passant un coup de peigne rageur sur un nœud dans ma tignasse.

- Aie ! Tu me fais mal ! J'ai hurlé la larme à l'œil.

- Chochotte. Murmura mon amie en continuant sa lente torture.

- De quoi tu voulais me parler déjà Ted ?

- Cet été Grand-mère a accepté que tu viennes à la maison pendant une semaine. Elle a demandé à ton père et il a accepté.

- Je ne peux pas laisser mon père seul, tu le sais très bien Ted ! Lisa arrête tu me fais mal !

- Si tu arrêtais de bouger la tête aussi... Me réprimanda la Poufsouffle.

Ted n'a pas soulevé mon objection. Il se rappelait de ce que je lui avais raconté quand je suis parti chez lui l'année de mes cinq ans. J'étais rentré à la maison et j'avais retrouvé mon père à moitié mort de chagrin, à moitié ivre, pas lavé, pas changé depuis que j'avais quitté le manoir. C'était un vrai miracle qu'il puisse continuer à vivre alors que j'étais à Poudlard. A la place, Papa se noyait sous une masse de travail pour éviter de se rendre compte qu'il était tout seul dans cet immense manoir.

- Tu ne resteras qu'une semaine.

- Comme la dernière fois.

- Arrête de bouger la tête Killian !

- Mais laisse le tranquille Summers !

- Ta gueule Lupin !

- Langage Lisa !

- Bon alors, tu viendras chez moi ou pas ?

- Ted...

- Je sais, je sais... Ton père... Mais Kiki (je grognais encore quand on me surnommait ainsi) tu ne resteras qu'une semaine et il y aura une surprise !

- Une surprise ? Quel genre de surprise ? J'ai demandé très soupçonneux.

- Killian ! Si tu bouges encore la tête je te stupéfixie ! Me menaça Lisa.

- Aller Killian... Me supplia Ted. Dis oui...

- C'est à mon père de décider.

J'étais faible. Je mourrais d'envie de partir avec Ted, de voir sa surprise, de recevoir mon prix ce qui serait la preuve que je m'étais montré plus malin et plus ingénieux que lui. Que j'étais plus intelligent.

J'étais faible.

Je n'ai jamais eu aussi peur de recevoir mon courrier que le deuxième jour après la rentrée. Juste après avoir été réparti à Griffondor. Quand les hiboux sont rentrés dans la grande salle, je suis resté tétanisé devant Hírnök qui me tendait une lettre attaché à sa patte, au moins, ce n'était pas une beuglante... Je l'ai ouverte, les doigts tremblants.

.

« A mon fils Killian Malfoy

.

Ma tante Andromeda m'a dit que Ted t'avait invité pendant ses vacances. Je ne vais pas te cacher que j'aurai préféré que nous passions les vacances ensemble comme d'habitude, mais je comprends que tu éprouves l'envie de rester quelques temps avec ton ami Ted. De plus, il faut aussi avoué que je pourrai profiter de ton absence pour me concentrer sur la recherche des potions. Il vaut mieux que tu restes quelques temps chez Ted pour que je m'avance dans mon travail et que nous puissions passer le reste de nos vacances ensemble !

Par contre, tu devras encore me supporter quelques minutes parce que je tiens à te dire au revoir. On se retrouve donc à la gare le lundi 28 Juin. Je t'apporterai des vêtements propres et le nécessaire pour ton séjour chez Ted. Je te conseille de ne pas faire trop de bêtises jusqu'à la fin de l'année, concentre-toi sur tes examens de fin d'année et évite de te faire coller, tu me ferras plaisir.

.

Ton père qui t'aime et auquel tu manques affreusement.

Draco Lucius Malfoy. »

.

Je soufflais soulagé que la proposition de Ted lui convienne autant qu'à lui qu'à moi. Je donnais la lettre de mon père à mon amie qui sourit au fur et à mesure qu'elle la lisait. Fidélisa me rendit la lettre avec un immense sourire et elle me dit :

- Ton père à l'air très gentil.

- Je te le présenterai. Lui promettais-je.

Elle rougit, mais je ne savais pas pour qu'elle raison. Il ne restait plus qu'un mois avant la fin de ma première année et c'était le mois des examens. Nous avions passé celui d'histoire de la magie mais il en restait d'autres.

Notre premier examen était botanique avec le professeur Londubat. J'aimais beaucoup ce professeur, parce qu'il ne m'avait pas directement jugé comme le fils du Mangemort Draco Malfoy. Il m'avait accepté comme j'étais et il acceptait de m'aider si j'avais un souci. Je n'aimais pas particulièrement la matière qu'il enseignait, mais il arrivait à rendre les plantes très intéressantes. Voilà pourquoi je ressortais de la serre numéro 2 très content de ma performance.

Nous avions eu ensuite examen de Sortilège et là je crois que j'ai faillis lancer un levicorpus au professeur Pucey parce qu'il avait donné un O à Bracos (2) alors que cet abruti de Serpentard n'avait même pas été capable de faire léviter un verre à pied ! Quand Papa me disait que les directeurs de la maison Serpentard avaient tendance à favoriser leur maison, il ne mentait pas... Il va s'en dire que je n'ai pas eu une bonne note...

Si j'avais eu une note minable en Sortilège, j'ai absolument brillé en Défense contre les forces du mal et en métamorphose enseignaient respectivement par le professeur Macmillan (3) et par le professeur Boot (4) les directeurs de la maison Poufsouffle et Serdaigle. J'étais très doué aussi dans l'étude des Runes qu'enseignait la vieille Septima Vector pour sa dernière année à Poudlard.

Mais la matière dans laquelle j'ai vraiment brillé fut contre toute attente les potions (avec un père chercheur en potion à quoi aurait-on pu s'attendre ?). Il faut dire que j'étais partit avec beaucoup de préjugés sur cette matière, mais le professeur MacDonald (5) me les avaient fait tous oubliés. Elle était gentille et très joyeuse, rien à voir avec le professeur Snape. Elle aimait rire avec les élèves et elle notait équitablement elle ! Elle faisait des cours de soutien en potions pour les élèves volontaires et elle demandait au quatrième et aux sixièmes années de nous faire les cours de soutiens. Faire des cours de soutiens pour les élèves des années inférieures leur accordait des points et leur permettaient de s'améliorer et d'apprendre par la même occasion. Je n'allais pas à ces cours parce que j'étais doué, mais Eric était vraiment nul en potion et il m'avait dit que les cours l'avaient beaucoup aidé. Bizarrement tous les élèves aimaient le professeur MacDonald sauf les Serpentard...

Globalement, j'avais réussis mes examens de première année haut la main. J'étais même le premier de ma promotion, même avec mon P en Sortilège. Malheureusement, la coupe des quatre maisons se retrouva sur le bureau du professeur Pucey puisque ses Serpentard avaient eu des points en plus grâce au Quidditch. Il fallait avouer aussi que l'équipe de Griffondor était vraiment nulle cette année.

Ma première année était fini.

Je crois que je n'ai jamais autant pleurer de ma vie que la veille quand je me suis rendu compte que je ne verrai plus mes amis pendant deux longs mois. Je m'étais fait tellement d'amis à Poudlard... Ils n'avaient rien avoir avec les amis que je m'étais fait à l'école primaire dans le Wiltshire.

Nous étions le lundi 28 Juin et nous avions pris le train, nous avions quitté Poudlard pour l'été, mais nous reviendrons tous l'année prochaine. Dans le train, je me suis endormi sur l'épaule de Lisa. Parce qu'après tout, jamais passé ma nuit à pleurer au lieu de dormir et Lisa s'était aussi endormis bercée par mon souffle.

Nous avions été réveillés par Ted parce qu'il ne restait plus qu'une demi-heure avant que le train n'arrive en gare. Alexander était vert de jalousie parce que Lisa avait dormis contre moi. Nous nous sommes changé et nous avions attendu que le train s'arrête.

Je suis sorti main dans la main avec Fidélisa. J'avais vu mon père dès que le train était arrivé en gare. Nous sommes tous les deux descendu et je me suis placé devant mon père. Je ne lui ai pas fait de câlin, je n'avais pas envie de passer pour une mauviette à ses yeux.

- Papa, je te présente Fidélisa. Lisa, voici mon père.

Mon amie a baissé la tête rougissante et mon père lui a donné un gentil baisé sur le sommet de ses longs cheveux bouclés. Fidélisa à encore plus rougit et les parents présents sur le quai regardait mon père bouche bée. C'est vrai que les gens pensaient que mon père était un monstre froid et sans cœur...

- Je suis très content de te connaitre Fidélisa.

- Moi... Moi aussi Mr. Malfoy... Bégaya mon amie.

- Voyons appelle-moi Draco.

Lisa a émis un petit cri de surprise. J'ai levé les yeux au ciel et c'est alors qu'une tornade bleu turquoise mets tomber dessus. Ted –car c'était bien lui- était venu saluer mon père. Sa grand-mère le suivait de près et lui demanda de se calmer s'il ne voulait pas être punit de télévision. Fidélisa profita de ce moment d'inattention de ma part pour me claquer un baisé sur ma joue et de me souhaiter de bonne vacances en me faisant promettre de lui écrire. Puis elle s'éclipsa. Papa se rapprocha de moi et mis sa main sur mon épaule dans un geste qu'il se voulait appréciateur.

- Elle est très jolie ta petite amie Killian. Confirma mon père.

- Comment ! J'ai alors hurlé. Mon père fronça les sourcils.

- Fidélisa n'est pas ta petite copine ?

- Tu es totalement barge Papa !

Il m'a fait un sourire d'excuse et j'ai préféré parler avec Ted alors qu'Andromeda échangeait avec Papa un sourire amusé. Ted parlait avec animation de la semaine que j'allais passer chez lui. Papa échangea ma valise de Poudlard pour une autre qui contenait des vêtements de rechanges et autres. Nous avions passé la voie 9¾ et Ted était très excité. Sa grand-mère dû l'arracher de force à mon bras pour que je puisse dire au revoir à mon père.

- Prend bien soin de toi. Me chuchota mon père à mon oreille alors qu'il me serrait étroitement dans ses bras.

- Toi aussi Papa. N'oublies pas qu'il faut que tu dormes.

Il rit et me claqua deux baisés sur les deux joues avant de me pousser en avant pour que je rejoigne Ted et Andromeda dans leur voiture. Je fis un signe de la main à mon père et ma grand-tante démarra la voiture. Nous arrivâmes chez Ted et comme quand j'étais venu pour la première fois chez lui, je dormis dans sa chambre, sur un lit moelleux à côté du sien.

Il s'écoula trois jours sans que je ne sache qu'elle était la surprise que me réservait Ted. Mais c'est le jeudi premier Juillet quand Andromeda nous réveilla aux aurores et que Ted ne tenait plus en place que je compris que j'allais enfin savoir qu'elle était la surprise que m'avais préparé Ted, mon prix pour avoir réussi à collecter le maximum d'informations sur Potter.

Andromeda a pris une tente et tout le nécessaire pour tenir un siège pendant deux longues semaines. Elle nous a ensuite demandé de réunir des affaires pour au moins deux jours. Nous avions entassé toutes nos affaires dans les deux sacs que nous avait donnés ma grand-tante. Nous sommes ensuite redescendus très vite dans la cuisine ou elle nous attendait.

Nous sommes ensuite tous les trois sortis dans le jardin et c'est là que je la vis. Cette horrible lampe avec l'abat-jour en tissu mangé par les mîtes et jaunis par le temps. J'ai fait la grimace quand Andromeda nous ordonna de tenir cette lampe. Ted me poussa en avant en me disant que si je ne le faisais pas, je ne pouvais pas avoir mon prix. Touché de plein fouet dans ma curiosité et fierté, j'ai pris en main le pied de la lampe, une lueur de défi dans les yeux quand je me suis tourné vers mon ami qui a fait de même.

Il y eut une secousse, mon ventre semblait se recourber sur lui-même et j'eu d'étrange chatouillis au niveau du nombril. Mais avant que je ne me focalise trop longtemps sur ces sensations, je me retrouvais allongé sur de l'herbe grasse et humide. J'étais étonné parce qu'il n'y avait pas ce genre d'herbe dans le jardin d'Andromeda.

- Bienvenu en Autriche Killian ! M'a dit Ted en me présentant sa main pour que je me relève.

J'ai accepté son aide et dès que je fus sur mes pattes, je regardais le paysage autour de moi. C'était un endroit recouvert de montagne et le soleil tapait doucement sur l'herbe verte et jaune. Une légère brise souffla et ébouriffa nos cheveux, ça sentait l'air pur et je ressentais un sentiment de paix immense.

- Autriche ?

- Dans le Tyrol pour être plus précis. Me répondit Andromeda.

Elle ramassait déjà nos affaires éparpillées au sol et d'un simple regard nous avions compris qu'il fallait vite faire de même et la suivre. Je me posais tout de même plein de questions. Ted et moi suivions Andromeda, je n'osais pas demander à mon ami ou l'on allait mais je compris que dès que nous aurions contourné la colline, je saurais ce qui se tramait derrière mon dos.

Et c'est ce qu'il s'est passé. Dès que nous avions passé la colline je pus voir des millions de tentes toutes plantés dans une immense prairie. A peine nous avions posé un pied sur l'herbe de la prairie qu'un sorcier habiller comme un Tyrolien s'avança vers nous.

- Votrrre parrzemin de rrezervation madame ze vous prrie. Demanda l'homme avec un fort accent Allemand.

Andromeda lui tendis un parchemin que l'homme regarda attentivement. Ted rit en me montrant du doigt d'autres sorciers habillés de la même manière que celui qui parlait avec sa grand-mère.

- Ils sont ridicules. Pouffa Ted à mon oreille. Je me permis un micro-sourire pour montrer que je partageais son opinion.

- Toute zest en règle madame. Votrrre emplazemente zest le numérrro quarrrante-trrrois. Pazzez un bon momente.

Pendant qu'Andromeda remerciait l'homme Ted et moi nous nous forcions à ne pas éclater de rire. L'homme était vraiment très amusant, avec son accent Allemand habillé à la Tyrolienne et s'inclinant devant ma grand-tante ce qui lui donnait un air de petit enfant des montagnes comme dans le film Hansel et Gretel que je regardais quand j'étais gamin.

Nous avons circulés dans le dédale de tentes et nous essayons le plus possible d'éviter les sorciers saoul et joyeux qui passaient de tentes en tentes ou qui déambulaient sur les chemins tracés par l'équipe d'entretien qui délimitait l'espace entre les habitations et les chemins pour accéder à différents endroit du camp. Après avoir évité deux poivrots, un chat paresseux et un hibou hargneux nous étions enfin arrivés à un espace vide entre deux tentes ou il y avait un panneau blanc sur lequel était inscrit :

.

Emplacement n°43.

Camp des supporters de l'équipe d'Angleterre.

.

- L'équipe d'Angleterre ? J'ai demandé complètement ébahit.

Andromeda sourit pendant qu'elle montait la tente d'un coup de baguette magique, et Ted qui me répondit :

- Voici ton prix Killian ! Bienvenu à la finale de la coupe du Monde de Quidditch ! (6)

Je suis tombé dans ses bras et nous avions sauté en l'air en hurlant :

- ALLER L'ANGLETERRE ! ALLER L'ANGLETERRE !

Andromeda a souri gentiment avant de nous ordonné de ranger nos affaires dans la tente avant de faire le tour de camp et d'acheter des multiplettes et des drapeaux de l'équipe d'Angleterre. Quand je suis rentré sous la tente je suis resté totalement bouche bée. J'étais un sorcier certes, mais je restais tout de même étonné par l'étendu de la magie.

L'intérieur de la tente était un peu comme un petit loft, on rentrait directement dans un salon avec canapé et table basse, au fond de la tente il y avait une cuisine américaine. Je jetais un œil à la porte du côté gauche de la cuisine, c'était une salle de bain spacieuse avec douche et baignoire. Je sortis de la salle de bain après avoir posé ma trousse de toilette sur le rebord du lavabo. Je me dirigeais vers la porte à droite de la cuisine, c'était une chambre avec deux lits, dont l'un était en fait des lits superposés. C'était sûrement là que j'allais dormir avec Ted. Et justement, quand on parle du loup...

- J'ai pris le lit du haut ! Me hurla Ted.

Je relevais la tête et en effet, mon meilleur ami avait annexé le lit du dessus. Je fis une grimace. Moi aussi j'aurais aimé dormir sur le lit supérieur.

- Je suis l'invité, non ? Ce n'est pas normalement à moi de choisir le lit dans lequel je veux dormir ?

- C'est le premier qui l'a vu qui l'a ! Réplica intelligemment Ted tout en prenant soin de poser ses affaires sur le lit du dessus pour montrer qu'il lui appartenait.

J'ai haussé les épaules et j'ai sorti mes affaires de nuit que j'ai posées sur le lit du dessous. Ted à sourit largement et quand il est allé poser à son tour sa trousse de toilette, j'ai dégagé ses affaires du lit supérieur pour mettre les miennes et placer les siennes sur le lit qu'il m'avait obligé de prendre. Quand Ted refit son apparition dans la chambre, il me trouva assis sur le lit qu'il voulait en train de répartir mes affaires alors que les siennes étaient maintenant en boule sur le lit que j'avais accepté à contre cœur quelques minutes auparavant...

- Bâtard ! Hurla Ted en me prenant le pied droit pour essayer de me faire descendre du lit. Sale tricheur !

- Dit celui qui ne m'a pas laisser le choix du lit alors que c'est moi l'invité. J'ai répliqué en me retenant aux barreaux du lit pour ne pas tomber.

- Sale trou du cul ! Bouffeur de crotte de nez ! Baiseur de Chocogrenouilles !

- Ted Remus Lupin ! Qui t'as appris ces vilains mots ? Hurla Andromeda qui déboula comme une furie dans la chambre à coucher.

- Mais Grand-mère...

- Je ne veux pas savoir Ted Remus Lupin ! Ranges tes affaires et va te laver la langue avec du savon !

- Mais Grand-mère...

- Ne discute pas ! Va laver cette langue !

C'est donc les épaules voutées, la démarche lente et la tête baissée comme un condamné à mort que Ted partit en direction de la cuisine pour se saisir du savon de Marseille et se laver la langue (7). Un simple sort aurait suffi pour avoir la bouche pleine de bulle, mais je pense qu'Andromeda cherchait à éduquer son petit-fils selon les méthodes moldus de la vieille époque. Ted me lançait des regards noirs chargés de promesse de morts douloureuses. Je déglutis, mais il fallait avouer qu'il l'avait mérité.

Après s'être rincer une centaine de fois la bouche pour retirer tout le savon Ted me proposa de faire le tour des camps. J'acceptais avec joie, n'ayant pas tant que ça envie de passer des heures sous la tente avec une Andromeda passablement en colère et hachant l'agneau pour le repas du soir comme un boucher.

- C'est bon le savon ? Ai-je demandé avec un sourire ironique.

Ted m'a tiré la langue.

- Houa ! C'est qu'elle brille ! Je me suis exclamé.

Ted a secoué la tête, mais j'ai bien vu qu'il essayait de trouver un miroir pour regarder si –effectivement- sa langue brillait comme une assiette après la vaisselle. Le camp Anglais était joyeux, il n'y avait pas beaucoup d'enfant, mais tout le monde faisait la fête.

Nous avions de la chance car cette année les organisateurs de la coupe du monde avaient choisis de prendre comme pays hôte l'Autriche connue pour ses étendues de pâturages et de montagnes. Le camp et le stade se trouvaient donc du côté sorcier et les Moldus les plus proches se trouvaient à au moins 100 kilomètres de l'endroit où la communauté sorcière campait.

Avec Ted, nous avions dépensé toute notre bourse pour nous payer des drapeaux, des hauts de formes aux couleurs de l'Angleterre qui entamaient l'hymne national quand l'équipe marquaient un but et qui réservait une surprise si l'Angleterre attrapait le vif. Ensuite, nous avions acheté les fameuses multiplettes pour mieux voir le match. Bien entendu nous avions renfloué notre réserve de bonbons pour le match et nous avions acheté plein de boissons (sans alcool évidement, mais bien sucrées) pour profiter de la fête. Nous avions pensé aussi à acheter trois casques traducteurs qui traduisaient les discours des étrangers en anglais.

Et enfin, nous avions bien pensé à acheter des vuvuzela qui criait des insultes à l'équipe adverse dans leur langue et encourageait nos joueurs quand on soufflait dedans. Bien entendu ces appareils étaient illégaux, mais je ne sais trop comment, Mondingus Fletcher en avait eu et il réussit à nous les vendre à un bon prix.

C'est ainsi chargé que nous nous retournâmes au camp. Mais avant de ranger tous nous trésor que nous ne ressortiront que le lendemain, Ted voulu faire un tour au camp adverse.

- Il faut absolument qu'on aille voir le camp des supporteurs Russes ! S'exclama Ted tout de go.

Je ne voulus pas lui dire que j'ignorais l'Angleterre affrontait la Russie. Mais, je trouvais aussi que c'était une très, mais alors très mauvaise idée !

- Allons d'abord poser nos achats Ted. J'ai proposé.

- Pourquoi ? Me demanda innocemment mon ami.

J'ai levé les yeux au ciel. Ce qu'il pouvait se comporter comme un Griffondor stupide quand il s'y mettait...

- Parce que sur ta tête pauvre abrutit se trouve un immense haut de forme aux couleurs de l'Angleterre.

Ted eut au moins la décence de rougir de honte. Et c'est là que je cru avoir gagné. Je dis bien que je le cru... Parce que dès que j'eu le dos tourné, Ted me pris la main et courut me trainant derrière lui, jusqu'à atteindre le camp Russe. Pauvre de moi...

Dès que nous mîmes un orteil dans le camp des Russes, tous les sorciers arrêtèrent de chanter et de boire, ils se tournèrent vers nous. J'ai déglutis brillamment, ils n'avaient pas l'air très accueillant, tous baraqués et costauds nous regardant avec un regard aussi noir qu'un puits sans fond.

- Killian ! Ted ! Que faites-vous dans notrrre camp ?

Je me tournais brusquement vers notre sauveur que je reconnus tout de suite.

- PETROV !

J'ai lâché la main de Ted pour saluer notre ami. Les scandinaves retournèrent à leur verres de vodka et à leur chansons slaves. Petrov nous serra chaudement la main nous souhaitant la bienvenue dans le camp des supporters Russe.

- Tu savais que Petrov serait là. Ai-je dit à Ted qui me souriait de toutes ses dents.

- Bien entendu. Me répondit mon ami.

- Mon pèrrre connait bien le ministrrre Rrrrusse. Nous expliqua Petrov pendant qu'il nous conduisait à la tente de ses parents. Il a joué dans l'équipe de Rrrrussie pendant quelques temps pourrr s'entrrrainer, puis il a été lui-même entrrraineurrr de l'équipe. Le ministrrre l'a convié en tant qu'invité d'honneurrr.

Petrov souleva la lourde tenture qui servait de porte à la tente de ses parents. Krum était assis sur un immense canapé et parlait avec animation avec deux grands baraqués un blond et un châtain. Je ne m'y connaissais pas très bien en Quidditch, mais j'avais vu la photographie de ces deux joueurs sur quelques tentes du camp Russe, ils étaient tous les deux batteurs de l'équipe de Russie. Viktor se tourna vers nous en entendant le bruit que la tenture avait fait au moment où nous sommes rentrés. Il me sourit et posa un regard interrogateur sur Ted, mais Petrov le rassura d'un simple regard. Viktor se leva pour nous saluer.

- Je suis trrrès content de te rrrevoirrr Killian.

- De même Mr. Krum (je n'arrivais pas à appeler Viktor par son prénom, il dégageait trop de prestance pour que je puisse avoir le courage nécessaire de le tutoyer.) Voici mon ami Ted Lupin.

Je me retournais vers Ted qui pour l'occasion avait coloré ses cheveux de couleurs, blanche, rouge et bleu comme le drapeau russe et avait rendu les traits de son visages légèrement plus carré avec les pommettes plus hautes comme un scandinave. Ses yeux étaient devenus bleus clairs. Il sera vivement la main de Krum avec un air ébahi et heureux.

- C'est un réel plaisir de vous rencontrer ! Déclara mon ami.

Krum sourit, il aimait la célébrité. Il devait être content de tomber sur un admirateur tel que Ted en tout cas puisqu'il se tourna vers les deux joueurs avec lesquels il parlait avant que nous arrivions.

- Je vous prrrresente Liam Dolohov (8) et Sacha Navarov (8) les batteurrrs de l'équipe de Rrrrussie. (les deux joueurs nous firent un bref signe de tête sans pour autant se lever du canapé) Je les ai entrrrrainés pendant des années. Se vanta Krum.

Ted semblait totalement subjugué un sourire niai coller au visage. J'ai levé les yeux au ciel une nouvelle fois, comme pouvait-on être aussi mordu de Quidditch pour tomber baba devant deux joueurs ? Ça m'étonnera toujours...

Liam était un homme costaud aux cheveux blond clairs et aux yeux bleus comme la couleur de l'eau sous une couche de glace. Quand ses yeux rencontrèrent les miens je frissonnais. C'était étrange... Je me sentais sondé de l'intérieur, pas de la même manière que le professeur Dumbledore qui semblait voir mon âme. Liam semblait me décortiquer, comme s'il cherchait quelque chose d'important chez moi, quelque chose comme une partie d'un lointain souvenir...

- Je ne crrrois pas que vous connaissez mes filles. Dit Krum.

Le contact visuel fut coupé et je tournais la tête vers l'endroit que Viktor regardait, sortant de ce qu'il semblait être l'une des chambres à coucher, deux petites filles ballaient de sommeil. La première semblait avoir sept ans alors que la deuxième approchait des neufs me semblait-il. Elles étaient toutes les deux brunes et la plus jeune avait les yeux bleus de sa mère alors que l'ainée avait hérité des yeux de son père.

- Voici Vania (il désigna la plus âgée qui nous sourit en rougissant) et Marrria (la plus jeune nous fit un signe de tête), mes filles. Elles ont six et dix ans.

Je leur ai fait un sourire engageant et gentil (sourire numéro 12 des Malfoy) Vania rougit encore plus et s'excusa auprès de son père puis s'enfuit, Maria la suivit dans la chambre. Je suis resté stupéfait, mais qu'avait les filles ces temps-ci ? Petrov leva les yeux au ciel (oui, il m'a piqué ma mimique !) et Ted étouffa un petit rire.

- Viktor ! Si tu tiens à inviter tous tes amis de l'équipe fait ça dehors, il n'y aura bientôt plus de place ! Cria Lisa en passant la tête par l'entrebâillement de la porte de la cuisine, c'est justement comme ça qu'elle nous vit en compagnie de son fils. Oh ! Bonsoir Killian et tu dois être Ted, n'est-ce pas ?

- Bonsoir Madame Krum. Nous l'avions salué d'une seule et unique voix.

- Bonsoir les enfants, vous devriez rentrer dans votre camp, il est déjà 17 heures. Petrov vous raccompagnera. Viktor, tu n'as cas sortir voir des amis !

- Bien maman.

- Bien mon coeurrrr.

On voyait bien qui portait la culotte dans le couple Krum. Viktor devait se plier aux quatre volontés de sa femme. Mais j'aime à penser qu'il le faisait par amour...

Viktor parla russe à ses deux invités, visiblement, les deux batteurs ne parlaient ni ne comprenaient l'anglais, après les explications de Viktor les deux russes hochèrent la tête et ils sortirent de la tente. Liam resta un peu en arrière et il me regarda droit dans les yeux, j'écarquillais les miens tellement il était grand et impressionnant... Le Russe respira difficilement et ouvrit grand les yeux comme s'il avait du mal à croire à ce qu'il voyait. Finalement il parla à toute vitesse...

- Τы нux oчeнь noxoжeшь. я нux бygemь вuжy oguн paз. Τы нux oчeнь noxoжeшь.

- Je ne comprends pas. J'ai répondu.

- Τы нux oчeнь noxoжeшь...

- At... Attendez.

Je me tournais vers Petrov comme dernier secours pour qu'il me serve de traducteur, son père était déjà sorti de la tente et il ne semblait pas avoir attendu Liam, il ne pouvait donc pas me servir d'interprète. Petrov semblait tout aussi perdu que moi.

- Je ne parrrle pas Rrrrusse. S'excusa mon ami.

- Τы нux oчeнь noxoжeшь. Insista le batteur.

- Attendez. Je sortais mon casque traducteur et je le mis très vite sur ma tête.

- я нux бygemь вuжy oguн paз (je les ai vus une fois) Τы нux oчeнь noxoжeшь (Tu leur ressemble tellement).

- De quoi parlez-vous ? J'ai demandé totalement stupéfait.

- Τы нux oчeнь noxoжeшь (Tu leur ressemble tellement).

Le Russe ne comprenait pas un mot de ce que je disais, il se contentait de répétait cette phrase comme une litanie tellement il était stupéfait. Je me tournais vers Ted pour lui demander de lui donner le casque traducteur quand la voix rogue de Sacha s'éleva dans cas :

- Ugmu cюga Λuaм ! (Viens Liam !)

- Devoir. Aller. Dit le blond avec un regard d'excuse pour nous dire qu'il devait vraiment y aller.

- Ugmu cюga Λuaм ! (Viens Liam !)

J'aurais aimé le retenir, mais pour rien au monde je n'aurais mis Sacha en colère, Liam semblait même avoir très peur de lui. Je retirais rageusement mon casque traducteur. Petrov me lança un regard d'excuse, mais ce n'était pas sa faute. Comme d'habitude, des gens savaient des choses sur moi et je ne pouvais pas en savoir plus, certains parce qu'ils n'avaient pas le droit de me parler et d'autres parce qu'ils ne parlaient pas ma langue !

J'ai écumé ma rage et mon impuissance sur le chemin du retour, au milieu des supporters Anglais et Russes qui riaient et exprimaient leur joie, j'étais le seul à faire une tête de dix pieds de long. Le seul malheureux au milieu de cette foule en délire. Nous somme rentré dans notre tente et Andromeda n'hésita pas une seconde pour nous gronder, avec comme punition : faire la vaisselle à la main ce soir et privé de dessert jusqu'à nouvel ordre.

Ted n'a pas manqué de râler, mais je me suis contenter d'hocher la tête. J'ai mangé sans dire un mot et j'ai accomplis la punition sans rechigner. Je suis ensuite partit me coucher de bonne heure alors qu'Andromeda nous avait proposés de faire un tour pour regarder les jongleurs de boules de feux. Je me suis couché -dans le lit du bas- sans lui répondre. J'entendis Andromeda sortir, je cru que Ted avait fait de même, mais je me rendis vite compte qu'il n'avait pas suivi sa grand-mère quand j'entendis :

- Tu ne prends plus le lit du dessus ?

Je me suis retourné vers mon meilleur ami qui avait encore une fois changé la couleur de ses cheveux, ils étaient bleus turquoise (la couleur que je préférais), il avait affiné ses traits et ses yeux avaient pris une couleur noisette tintée d'or. Il s'était mis en pyjama. Je lui fis non de la tête.

- Finalement, je voulais le lit du bas. Déclara Ted. J'ai été obligé de me laver la langue alors je garde le lit du dessous !

Je levais encore une fois les yeux au ciel (combien de fois avais-je fais ça ce jour-là ?) Ted était vraiment exaspérant quand il s'y mettait... Il repoussa mes couvertures pour s'allonger à côté de moi. Je me suis mis sur le flanc de façon à le regarder.

- ça va ? M'interrogea mon ami.

J'ai haussé les épaules. Ted soupira et me mit ses bras autour de mes épaules pour me rassurer. Je plaçais ma tête dans son cou pour humer son odeur sucrée. Ça me faisait du bien de me laisser aller contre lui.

- Demain c'est le grand jour.

Je n'ai pas répondu. C'est vrai qu'on était venu ici pour assister à la finale de la coupe du monde de Quidditch ! J'étais tout de même un peu excité, ce serait la première à laquelle j'assisterai.

- Tu pourrais me parler de Liam ?

- Bien sûr !

J'aurais dû me taire ! Ted se lança dans le récit de tous les cognards qu'avait pu toucher la batte de Liam au cours de ces trois dernières années. Les seules choses importante que j'ai apprise étaient que Liam avait 20 ans, qu'il été rentré dans l'équipe nationale de Saint-Pétersbourg à 17 ans, qu'il était l'un des meilleurs batteurs de toute la Russie (ce qui expliquait aussi pourquoi il avait été pris dans l'équipe de Russie pour participé à la coupe du monde !) et qu'il était :

- Son père était Antonin Dolohov.

Ted baissa les yeux vers moi et vis que je ne savais vraiment pas qui était Antonin Dolohov.

- C'était un mangemort. Un proche de Tu-Sais-Qui.

J'aurais aimé en savoir d'avantage, mais Ted dériva tout de suite sur le nombre de mâchoire cassée par Liam ces dernières années... Finalement, je m'endormis dans ses bras, totalement assommé par le flot de parole qui sortait de sa bouche.

.

~oOo~

.

- C'est le grand jour !

Cette fois, il n'était pas quatre heures du matin, mais neuf heures quand Ted hurla cette phrase et Andromeda ne cria pas. J'avais passé une nuit affreuse. Andromeda avait bien entendu mis des sorts de silences sur la tente pour éviter qu'on entende le bruit que faisaient les supporters fêtards au dehors, mais ils n'empêchaient pas d'entendre les cris de Ted toutes les deux heures. De plus, cet imbécile avait refusé de reprendre le lit du haut et donc, je me retrouvais serrer entre le mur et le corps de mon ami sans espoir de m'échapper pour aller passer le reste de ma nuit dans le lit du dessus... En bref, j'avais passé une très mauvaise nuit et j'avais des crampes sur tous les membres !

- Bonjour Andromeda. J'ai dit encore très endormis au moment où je suis arrivé dans la cuisine.

- Bonjour Killian.

Ma grand-tante avait d'immense valise sous les yeux, signe qu'elle avait aussi mal dormis que moi... Le seul qui semblait enthousiaste et en pleine forme était notre fauteur de trouble personnel, j'ai nommé Ted Remus Lupin qui arriva presque en sautillant et en chantant dans la cuisine. Bien entendu il se reçut nos regard haineux pendant qu'il mangeait ses toasts et bien entendu il ne s'en aperçut pas... Non, môsieur Ted préféra nous cité le nombre de but qu'Igor Menchikov (8) avait arrêté et contre qu'elle équipe...

- Ted ! Mais par Merlin pour qu'elle équipe es-tu ? S'exclama Andromeda.

Bonne question, parce que vu qu'il ne cessait de me parler des Russes depuis hier, je me demandais s'il n'était pas passé dans le camp adverse...

- Ben, pour l'Angleterre évidemment !

... Finalement non.

.

~oOo~

.

- Dépêches-toi Kiki, on va arriver en retard !

- Ted ne court pas, reste près de nous, ne prenons pas le risque de nous perdre !

- Aller Kiki avance !

- Ne. M'appelle. Pas. Kiki !

Le stade était immense ! Nous étions installé dans la loge juste à côté de la tribune officielle, un peu en dessous, mais de mon siège, j'avais une vue imprenable et dégagée sur le stade et je pouvais voir la famille Krum. Petrov et Viktor me firent un signe de tête, Lisa me fit un grand signe de la main auquel je répondis, Maria me sourit gentiment et Vania baissa la tête pour rougir.

Il était 13 heures et il fallait que les spectateurs s'installe ce qui durerait encore plusieurs heures. D'après Andromeda, il y avait environ 200.000 spectateurs qui allaient assister au match (petite note de l'auteure : En 1994, quand Harry est allé voir la coupe du monde (voir tome 4) il y avait 100.000 places dans le stade).

Pour faire patienter le publique le temps que tous les spectateurs soient installés, les Autrichiens entamaient une dance Tyrolienne typique de la région sur la pelouse du terrain de Quidditch et la danse était retransmise sur la moitié des panneaux géants disséminés partout dans le stade pour que les secteurs puisse mieux voir le match qui se déroulerai un peu plus tard. L'autre moitié des écrans géants servaient à faire de la publicité pour des produits tous aussi stupide les uns que les autres.

Andromeda préféra détourner les yeux du spectacle à terre et elle regarda plutôt vers la tribune officielle et fit un grand signe de main à un homme grand et roux en costume noir, comme celui que portaient les Aurors. Il devait être chargé de la sécurité des ministres. L'Auror sourit à ma grand-tante et au moment où il voulut se lever il s'emmêla les pinceaux dans sa robe de sorcier et tomba au sol. Ted pouffa.

- C'est le chef des aurors. Me dit-il. C'est un ami à Ha... Un ami. Sa femme doit être en train de garder leurs deux enfants chez eux. Ce sont tous les deux des héros de guerre.

- Des héros ?

- Tu as dû sûrement en entendre parler quand on faisait notre exposé sur Ha... Sur Potter. Ronald Weasley et Hermione Weasley anciennement Granger.

Je restais bouche bée en regardant d'un œil neuf le rouquin qui s'excusait auprès de la femme du ministre Russe car il l'avait bousculé en tombant. Il avait l'air un peu benêt, j'avais du mal à croire que c'était lui Ron Weasley ! Mais quand je vis un autre rouquin l'aidé à se relevé, je fus certain que c'était bien Ron Weasley, car l'homme qui l'aidait était son frère : George Weasley !

- Tu as reconnus George.

- Tu connais George Weasley !

- Bien sûr. Dit évasivement mon ami en haussant les épaules comme si c'était la chose la plus naturelle au monde !

- Alors comment cela se fait-il que l'on ne soit pas dans la tribune officielle ?

- Il n'y avait pas assez de place. M'expliqua Andromeda. Nous pouvons déjà nous estimer heureux d'avoir des places dans les tribunes et dans le campement et qu'on n'est pas dû partager notre portoloin avec quelqu'un !

J'ai hoché la tête et j'ai détourné le regard du chef de la section Auror et de son frère. Pour jeter un œil vers le ministre Autrichien qui allait ouvrit les jeux en tant que ministre du pays hôte de la finale de la coupe du monde de Quidditch. J'ai placé mon casque traducteur sur mes oreilles et j'ai vu tous les autres sorciers faire de même comme un seul homme.

Les panneaux géants autour du stade affichèrent l'image en directe du ministre Autrichien, c'était un homme assez rondouillard mais ses joues roses et pouponne lui donnait un air bon enfant et je suis sûr qu'il aurait fait partit des gens auquel on aurait donné le bon Dieu sans confession comme dise les Moldus.

- Sonorus !

Au moins les formules magiques étaient un langage universel.

- Je vous souhaite la bienvenue ! Bienvenue pour cette 425 ème édition de la coupe du monde de Quidditch !

Il y eut acclamations, cris et applaudissements à travers tous le stade, il me sembla qu'il tremblait et j'eus peur de tomber. Nous étions quand même à plus de 100 mètres au-dessus du sol. J'étais vraiment effrayé que l'édifice s'écroule. Les cris s'arrêtèrent quand le ministre fit un simple signe de main.

- Oui, bienvenue ! Nous avons le privilège d'avoir le ministre Russe de la magie parmi nous : Mr. Bolkhov et sa femme venus voir leur équipe jouer cette finale !

La foule applaudis quand les écrans magiques montrèrent le ministre en question et sa femme.

- Nous avons aussi l'immense privilège d'accueillir Mr. Shacklebolt le ministre de la magie Anglais !

Je criais en me levant et applaudissant le plus fort possible quand je vis Kingsley Shacklebolt se lever et faire un signe chaleureux de la main à la foule en délire. Visiblement, le ministre Anglais était beaucoup plus apprécié par le public que le ministre Russe, il faut dire que Shacklebolt avait l'air plus sympathique que l'autre coincé avec sa femme...

Kingsley sourit à la foule et les applaudissements redoublèrent d'intensité. De mon côté, je n'étais pas en reste, je hurlais et applaudissais jusqu'à ce que mes mains me fasse mal. Le ministre de la magie Anglais finit par laisser la place à son confère Autrichien pour s'assoir au côté de acolyte Russe qui ne semblait vraiment pas content de l'engouement que le public montré à Kingsley et pas à lui.

Le ministre Anglais embrassa une dernière fois la foule en délire. Il regarda enfin les tribunes de la seconde classe à gauche et à droite de la tribune officielle, j'étais debout sur mon siège dans la tribune à sa gauche. Je continuais d'hurler comme un petit fou, excité pour de bon ! Le regard du ministre s'attarda sur moi, je sentis son regard me bruler la nuque et je me retournais pour lui faire face. Au moment où nos regards allaient enfin se croiser, Shacklebolt détourna le sien et je me concentrais sur ce que disait le ministre Autrichien après avoir calmé la foule.

- Pour arbitrer cette rencontre, l'arbitre Hunsy Becker !

L'arbitre arriva au milieu du terrain suivit des coffres portés par des gobelins qui contenaient les balles de Quidditch. Comme c'était la 425 ème édition de la coupe du monde, il ne fallait pas que la finale soie gâchée par des balles truquées, c'est pour cela qu'on avait fait appel aux gobelins et à leur système de serrures et de coffre impossible à ouvrir à part si l'on était le créateur du coffre.

- Pour commenter ce match de légende, nous avons fait appel au plus grand présentateur de Quidditch du monde ! J'ai nommé Lee Jordan !

Un visage apparu sur les écrans géants, celui d'un garçon à la peau mat et au sourire ravageur et amical. Les spectateurs applaudirent, il y eut des sifflements appréciateur, il semblait que Jordan était très connu.

- Je laisse donc la parole à notre présentateur... Lee Jordan !

J'enlevais le casque qui m'écrasait les oreilles pour écouter Jordan.

- Merci monsieur le Ministre. Bien, commençons donc les présentations de l'équipe de Russie qui arrive sur le terrain, tous équipés de Supernova 3000 le nouveau balai magique qui n'arrivera en boutique que l'année prochaine ! Nous avons donc le capitaine et gardien de l'équipe : Igor Menchikov. Il est tout de suite suivit des poursuiveurs Russes : Dimitri Bobrov (8), Alina Visibayiev (8) et Dacia Sereda(8) ! Les poursuiveurs sont suivient de près par les deux batteurs : Sacha Navarov et Liam Dolohov ! Et enfin, l'attrapeur de l'équipe Russe arrive sur le terrain : Vladimir Kozlovka (8) !

Bien entendu, il y eut un tonnerre d'applaudissements à l'arrivée des joueurs Russes, le stade trembla encore une fois et je me cramponnais à mon siège pendant que les joueurs de Russie. Les joueurs firent le tour du terrain avec leurs nouveaux balais éparpillant dans l'air de la poudre blanche, rouge et bleu pour créer le drapeau Russe à travers le stade. Le drapeau de paillette fit un tourbillon sur lui-même, mélangeant les trois couleurs et finit par se disperser pour laisser place à un immense oiseau de plumes noires avec une tête de femme. Il n'y eut plus un bruit dans le stade. Nous étions tous subjugué par l'étrange oiseau qui avait fait son apparition au milieu des couleurs du drapeau Russe.

- PAR MERLIN ! S'exclama Lee Jordan. C'est un Gamaïoun (9) !

Je restais sur les fesses, un Gamaïoun, en vrai ! En chair et en os ! Cette créature de légende Russe existait réellement ! Cet oiseau immortel, le prophète voguant entre la vie et la mort et prédisant l'avenir à ceux qui savent l'entendre et ayant la connaissance de la création du ciel, de la terre, des dieux, des hommes, des héros, du passé, du présent, du futur ! Il existait !

- Je rappelle que c'est interdit par le règlement ! Cria Lee Jordan dans son micro feuilletant frénétiquement le livre des règles et des fautes du Quidditch. Le Gamaïoun à la faculté de porter bonheur, le règlement interdit formellement son utilisation pour les matchs ! Il faut le faire sortir !

Mais c'était trop tard, car l'oiseau commença à chanter son hymne divin. Il avait une voix merveilleuse, comme si elle provenait d'un autre monde (et c'était sûrement le cas). Même le chant des Vélanes n'aurait pas eu autant d'effet sur les êtres humains ! Nous étions tous subjugués. Il était magnifique... Tout-à-coup, la mélodie changea.

.

« Parce que tu ne découvriras qu'une partie de la vérité

Tu devras laisser l'autre la retrouver.

Perdue dans ce monde, souvenir de sa mémoire effacée.

Tu seras celui qui le mènera à la vérité sans pour autant l'atteindre avant lui.

La vérité se trouve à tes côtés, mais tu refuses de la voir.

Parce que c'est le propre de l'homme de regarder au loin.

Parce que c'est le propre de l'homme de ne jamais renoncer.

Parce que le but de l'homme est de rechercher la vérité... »

.

L'oiseau battit brillamment des ailes dispersant ses plumes dans l'air et nous aveuglant par la même occasion. Ses battement d'ailes sonnèrent comme du tonnerre à mes oreilles et j'eu l'impression de voir un éclair pourfendre le ciel avant que l'oiseau fantastique ne disparaisse pour de bon...

Après un silence lourd les cris des spectateurs s'élevèrent à travers tout le stade saluant la cérémonie d'ouverture Russe. Je me demandais ce que l'Angleterre pouvait faire de mieux.

- L'arbitre Becker tranchera pour savoir si l'équipe Russe devra être oui ou non pénalisée pour avoir emmené un Gamaïoun lors de ce match !

Il y eut des cris de protestations à l'annonce de Lee Jordan.

- Hey ! Ce n'est pas moi qui fais les règles ! Répliqua le présentateur. Et maintenant, faisons place à l'équipe Anglaise ! Un jeune homme lui présenta un parchemin et Jordan sourit à sa lecture avant de déclarer. Ah ! Nouvelle de dernière minute ! Les joueurs Anglais seront équipés de tous nouveaux balais qui ont étés acceptés par la fédération de Quidditch il y a quinze jours ! Le SIRIUS !

A ces mots, l'équipe d'Angleterre fit son apparition sur le terrain, les joueurs rentrant un à uns.

- Le capitaine et gardien de l'équipe : Olivier Dubois ! Les poursuiveurs : Marcus Flint, Katie Bell et Ginerva Weasley ! Les batteurs : Derrick Peregrin (10) et Andrew Kirke (11) ! Et enfin, l'attrapeur de l'équipe d'Angleterre ! HARRY POTTER !

.

~oOo~

.

Petites notes de l'auteure :

.


Non ! Harry n'est pas mort ! Il est là ! Dans ce chapitre ! Après 5 chapitres d'attente, le voilà enfin !

Vos impressions ?


.

(1) « Lisa » : Ici, ce n'est pas Lisa Turpin la mère de Petrov alias Lisa Krum, c'est le surnom de Fidélisa Summers (je reconnais que je n'ai pas était maline en donnant ce prénom à Fidélisa, mais j'aimais beaucoup cette idée de prénom basé sur le mot « fidèle » en français...).

(2) « Bracos » : Il s'agit de Murcibert Bracos j'en ai parlé au chapitre 3 : le jour de la rentrée de Killian, il a été répartit à Serpentard juste après que Killian ne se fasse répartir à Griffondor.

(3) « Macmillan » : Ernie Macmillan ancien élève de Poufsouffle du même âge que Harry et faisant partit de l'AD, ici, professeur de Défense contre les forces du mal.

(4) « Boot » : Terry Boot ancien élève de Serdaigle du même âge que Harry membre de l'AD, ici, professeur de métamorphose.

(5) « MacDonald » : Natalie MacDonald ancienne Griffondor de trois ans la cadette d'Harry, ici, professeur de potion. Natalie est un hommage fait par JKR pour une jeune fille (Natalie) fan d'Harry Potter atteinte de Leucémie.

(6) « La finale de la coupe du Monde de Quidditch » : La coupe du monde se déroule tous les 4 ans, il y en a eu une en 1994 et donc il y en a aussi une en 2010 (et oui, j'ai tout prévus...)

(7) La punition d'Andromeda consistant à obliger Ted à se laver la bouche avec du savon après avoir dit des gros mots : En fait, ça met déjà arrivé, j'ai eu ce genre de punition après chaque gros mot pendant au moins 5 ans de ma triste vie, mais ça ne m'empêche pas aujourd'hui d'en dire autant ^^. Comme quoi, cette méthode ne marche pas...

(8) « Liam Dolohov » « Sacha Navarov » « Igor Menchikov » « Dacia Sereda » « Dimitri Bobrov » « Vladimir Kozlovka » et « Alina Visibayiev » : Sont tous des joueurs de l'équipe de Russie, je les ai inventé de toute pièce, c'est ma petite sœur (qui a pris Russe en première langue) qui m'a donné les noms et les prénoms typiquement Russes ^^.

(9) « un Gamaïoun » : Oiseau mythologique slave (voir Wikipédia pour plus d'information ^^ de mon côté j'ai lu ça sur un livre de côtes et légende slave ^^)

(10) « Derrick Peregrin » : Batteur de l'équipe de Serpentard, maintenant batteur de l'équipe Anglaise.

(11) « Andrew Kirke » : Batteur de l'équipe de Griffondor lors de la cinquième année d'Harry, maintenant batteur de l'équipe Anglaise.

.

Réponse aux reviews anonymes :

.

Personne : Merci pour ta review ^^. Mais je pense que tu as mal choisit ton pseudo parce que pour moi tu n'es pas personne, j'ai beaucoup aimé ta review et je t'en remercie, j'espère que ce chapitre t'a plu et que tu ne t'es pas noyé dans ta salive ^^.

Bakaiiko : Merci pour ta review qui m'a bien fait rire. Non, je ne pense pas que tu puisses adopter Killian, Draco refuse, mais je continue les négociations ^^. Comment as-tu eu ce tee-shirt de la Killian Team ? Je ne les ai pas encore mis en vente !

Lili : Merci pour tes reviews ^^. Elles m'ont fait très plaisir. Malheureusement (ou heureusement), comme tu peux le voir dans ce chapitre Harry pète le feu ! Alors, à quoi sert la potion que Draco cherche et recherche ? That is the question !

.

~Merci beaucoup à ma sœur de m'avoir fait la traduction en Russe des paroles de Liam, on a beaucoup galérer et rit pour écrire le Russe sur Word, mais ça en valait la peine~

~Merci à toi ma petite sœur chérie que j'aime et qui ne lira jamais cette fiction !~

.

~Merci encore à vous qui m'avez laissé des reviews !~

.

~Merci de m'avoir lue~

~A suivre~

.