~Origine~

.

~oOo~

.

Disclaimer : Bien alors petit rappel, tout est à elle et rien est à moi à part : l'histoire et une poignée de personnages.

Excuse publique : Pardon pour l'orthographe, la grammaire, la conjugaison...

Warning : Cette fiction est... Bon je pense que vous le savez maintenant...

Rating : M

Conseil de l'auteure : Bien donc petit rappel vite fait, si vous n'aimez pas les slashs il ne faut pas lire cette fiction.

Résumé: C'est l'histoire de Killian Malfoy à la recherche de la vérité, sur lui, sur son deuxième parent, sur la relation qu'il entretenait avec Draco, sur la passé de Draco, mais aussi sur sa propre naissance...

Avant-propos: Bien alors, désolé pour ce retard monstrueux. Voilà, j'étais stressée ces derniers temps à cause des résultats du BAC qui approchaient. Et comme j'étais très stressée, j'ai eu du mal à écrire. Bon, maintenant, comme vous vous en doutez, si j'ai réussis à écrire ce chapitre c'est que j'ai eu mon BAC ! Voilà, donc je vous laisse lire, mais avant, quelques remerciements sont de mise...

.

Remerciements :

Merci aux lecteurs à tous ceux qui me laissent des reviews qui me mettent en alert ou en favoris.

Merci à mon prof de Philo car grâce à lui, j'ai eu 17 au BAC ! Mais aussi, je le remercie de m'avoir fait aimer –que dis-je ? Adorer- la Philo cette année, c'est grâce à lui que je peux vous offrir cette fiction...

.

/!\ L'histoire commence par un POV Killian.

.

~bonne lecture~

.

Chapitre 7 : Consultation n°3 (partie 4) : Le match.

.

Année 2010

.

L'équipe d'Angleterre fit son apparition sur le terrain, les joueurs rentrant un à uns.

- Le capitaine et gardien de l'équipe : Olivier Dubois ! Les poursuiveurs : Marcus Flint, Katie Bell et Ginerva Weasley ! Les batteurs : Derrick Peregrin et Andrew Kirke ! Et enfin, l'attrapeur de l'équipe d'Angleterre ! HARRY POTTER !

Après avoir passé quelques secondes la bouche grande ouverte tétanisé devant ce joueur qui faisait des pirouettes dans le ciel avec les autres membres de son équipe. J'ai crié de joie, applaudissant à tout rompre avec les autres spectateurs. J'étais heureux, excité et stressé. Potter continuait à faire ses pirouettes dans le ciel et je le suivais de prêt avec mes multiplettes.

Une poussière couleur or s'élevait derrière chacun des balais de l'équipe. Et comme pour les membres de l'équipe adverse, les particules de poussières d'or se regroupèrent pour former une sphère d'or puis une forme et enfin, un oiseau, un oiseau d'or et de feu. Un Phoenix !

L'oiseau s'éleva dans les airs. Il chantait. Je ne pouvais m'empêcher de trouver que sa voix ressemblait à celle du Gamaïoun. L'oiseau vola au-dessus des tribunes et son chant se répercuta dans tout le stade. Il frôla les tribunes et je restais totalement subjugué face à sa beauté et à sa grâce. Rien que de le regarder, on ressentait un sentiment de paix et de clame intense. Puis exactement comme son lointain cousin Russe le Phoenix disparu dans les airs volant vers le soleil empêchant n'importe qui de suivre sa trace.

- L'équipe Anglaise à apporter un Phoenix. Pourtant au même titre que le Gamaïoun, le règlement stipule que de tels animaux sont interdits dans un stade... La voix de Lee Jordan se répercutait à travers les murs en verre du stade et fut accueillie par une huée des spectateurs. Je le répète, ce n'est pas moi qui fait les règles. L'arbitre Becker jugera la peine que doivent encourir les deux équipes.

Tout le stade hua l'arbitre et Jordan. Je crois que dans toute sa carrière le pauvre Lee Jordan n'avait jamais autant été détesté qu'en ce moment. On apporta un micro magique à l'arbitre Becker. Je remis très vite mon casque traducteur sur mes oreilles.

- La fédération de Quidditch a approuvé mon choix au sujet de la pénalité des deux équipes. Vu que nous sommes en finale et que la fédération n'a pas voulu suspendre le match à cause de ces incidents. L'équipe d'Angleterre et de Russie démarreront le match avec 40 points en moins chacune !

Je criais mon indignation avec la foule. C'était totalement injuste. Les deux capitaines Dubois et Menchikov descendirent pour marchander avec l'arbitre, mais Becker refusa de les écouter. Ou peut-être qu'il ne comprenait pas un traitre mot de ce que pouvait dire les deux capitaines.

Andromeda hurla plus fort que les autres supporteurs de notre loge. Je sautais sur mon siège avec Ted et ensemble nous avions crié des insultes à l'arbitre. Je vis même certain supporter jeter des tomates sur l'arbitre à l'aide de leurs baguettes. Enfin, je ne suis pas très sûr que c'était vraiment des tomates...

- BAISEUR DE CHOGRENOUILLE ! FILS DE CREME CANARI ! RELANT DE CROTTE DE NEZ !

- TED REMUS LUPIN CESSE IMEDIATEMENT D'INSULTER L'ARBITRE ! Killian, tu ne veux tout de même pas que j'aille dire à ton père que tu parles ainsi ?

- Pardon Andromeda. J'ai crié penaud pour couvrir les hurlements de la foule.

- Ted ?

- Pardon Grand-mère.

- J'aime mieux ça... ARBITRE DE MERDE ! FILS DE CRACMOL ! ESPECE DE SORCIER RATE ! PUCEAU ! COINCE DU CUL ! Hurla Andromeda.

Nous échangeâmes un regard avec Ted puis nous reprîmes nos insultes. A côté de nous, les supporteurs des deux équipes adverses hurlaient. Le ministre Russe dans la loge officielle semblait avoir pété un fusible, sa femme criait autant d'insultes qu'Andromeda et l'Auror Weasley essayait de crier plus fort qu'elle. George ensorcela des cierges qui écrivirent en l'air le mot : « CONNARD ». J'arrêtais d'hurler pour sourire en repensant qu'il avait fait exactement le même sort 12 ans auparavant pour énerver Dolores Ombrage.

Les cierges bougèrent et formèrent le mot « CRETIN ». L'Auror Weasley criait maintenant en cœur avec la femme du ministre Bolkhov, le mari regardait sa femme sauter avec le chef des Aurors d'un mauvais œil, mais il n'était pas très content que son équipe soit pénalisée avec celle de l'Angleterre. Krum avait la baguette qui lui démangeait, mais Lisa lui avait confisqué et au lieu de crier sur l'arbitre, elle criait sur son mari et son fils qui avait sortis leur baguette en même temps d'un comme un accord. J'entendis distinctement le cri de Lisa :

- FUTURS MAGES NOIRS EN PUISSANCE ! TU N'AS DONC AUCUNE HONTE VIKTOR ?

- BRISEUR DE BAGUETTE ! TA MERE A EU PEUR DE TOI QUAND ELLE T'A MIS AU MONDE ! Hurlait Andromeda.

Mais dans la tribune officielle –et même dans tout le stade- il n'y avait qu'une personne qui restait calme. Cette personne était Kingsley Shacklebolt. Le ministre Anglais ne s'était pas levé comme tous les autres supporters, il ne hurlait pas. Il était toujours assis sur son fauteuil et il regardait le stade.

Le sourire qui avait fleurit sur mon visage à la vue des cierges de George qui avaient écrit « SALOP » en l'air disparut instantanément. Shacklebolt dégageait quelque chose... quelque chose d'indescriptible... comme s'il préparait un coup, ou qu'il avait attendu justement un moment comme celui-ci pour faire une chose. Il semblait très concentré. Puis finalement, il sortit sa baguette de la manche de sa robe et il murmura un sort suivit d'une série de mots. Une légère brume s'éleva et en plissant les yeux je réussis à distinguer la forme d'un lynx. Puis il disparut. Je crus avoir rêvé. Lee Jordan me tira de mon rêve éveillé en hurlant :

- VOUS AVEZ FINI OUI ? JE PEUX COMMENTER CE MATCH MAINTENANT ?

Les cris devinrent de moins en moins audibles et enfin, il n'y eut plus aucun hurlement dans le stade. Les spectateurs des derniers gradins arrêtèrent de lancer des peaux de bananes sur l'arbitre. Dubois et Menchikov ne cherchaient plus à discuter avec ce même arbitre couvert de jus de tomate et de d'autres produits pas très frais. Andromeda se rassit en rongeant sur son siège. Lisa arrêta de crier sur son mari et sur son fils suspendant ses gestes en plein milieu d'une remontrance. Ses deux filles arrêtèrent de rire derrière le dos de leur mère. George Weasley cessa d'enchanter les cierges qui tombèrent au sol, Ron se sépara en rougissant de la femme du premier ministre Russe, premier ministre qui le foudroya du regard. Ted cria une dernière insulte pour la forme, et Andromeda le gronda en conséquence.

- Bien. Souffla Jordan très soulagé. Le match va pouvoir débuter avec pour chaque équipe quarante point en moins. Le chef des arbitres, Mr. Becker donna le coup de sifflet qui marquera le début de ce match d'anthologie, car, je le rappelle, c'est le 425 ème anniversaire de la coupe du monde !

Il y eut quelques applaudissement pour la forme, mais le publique n'avait plus l'entrain habituel. Le match démarrait très mal pour les deux équipes... Les deux capitaines parlèrent un peu avec leurs membres.

Dubois semblait les ennuyer profondément ses équipiers. Potter s'amusait à faire des pirouettes sur son balai et les deux batteurs Kirke et Peregrin étaient en train de vérifier que leurs battes fendaient bien l'air. Dubois continuait à faire des grands gestes dans l'air. Bell regardait à droite et à gauche comme pour essayer de fuir, Weasley regardait ses ongles comme si c'était la chose la plus intéressante au monde et Flint frappa l'arrière de la tête de leur capitaine pour arrêter le flot de parole qui sortait de sa bouche.

Du côté Russe, c'était le contraire. Alors que les Anglais ne semblaient pas respecter leur capitaine, Menchikov menait à la baguette son équipe. Ils étaient tous regroupés en cercle autour de lui, ce n'était pas Kozlovka l'attrapeur qui faisait des pirouettes, Liam et Sacha étaient très concentrés, il en était de même des trois autres poursuiveurs.

Finalement, l'arbitre Becker demanda aux deux capitaines de descendre et les écrans géants diffusèrent les images de Menchikov et de Dubois, se toiser avant de se serrer la main avec un léger sourire. Qu'est-ce qu'ils nous préparaient encore ?

- Les capitaines s'étant serré la main, le match peut débuter. Les joueurs sont maintenant en position dans les airs. On n'attend juste que le coup de sifflet de l'arbitre Becker...

- Sfffiiiiiit !

- Le sifflet a retenti, LE MATCH PEUT COMMENCER !

Il y eut plusieurs cris dans le stade. J'étais totalement survolté et je n'étais pas le seul. Les cheveux de Ted changeaient sans arrêt de couleurs. Et je ne parle pas de ses yeux... Pendant ce temps, les écrans magiques diffusaient les images du match et sur le côté on pouvait lire les inscriptions :

Angleterre : -40 Russie : -40

Les balles furent lâchées, les cognards volèrent partout dans le stade, frôlant les tribunes protégées de puissants sortilèges de répulsion qui s'étaient mis en place dès que les balles avaient étés lâchées. Le vif d'or partit très vite et je perdis tout de suite sa trace, mais pas Kozlovka et Potter qui semblaient arrivés à le suivre alors que moi je ne voyais plus rien. Le Souafle fut lancé dans les airs, alors que je m'attendais à ce que tous les poursuiveurs se précipiteraient sur lui, mais ce ne fut pas le cas, il n'y eut juste que Ginny Weasley qui le prit alors que ces deux coéquipiers restaient en arrière.

- Weasley s'empare du Souafle et vole vers les buts adverses... Elle s'apprête à tirer, mais Menchikov est sur sa ligne de tir... Weasley tire ! Weasley marque !

Je n'ai rien compris sur le coup. Je pense que tout le monde s'est dit que Menchikov était victime d'un sortilège de confusion. Ce qui était complètement impossible puisque les sortilèges ne pouvaient pas être lancés sur un membre de l'équipe. Mais là, tout le monde voulait crier à la triche. Parce qu'au moment où Ginny Weasley fonça vers les buts, Menchikov partit tranquillement vers la droite. Et Ginny marqua.

Angleterre : -30 Russie : -40

- C'est maintenant à l'équipe Russe d'avoir le Souafle. Déclara Lee sous les cris de la foule. Et c'est Dimitri Bodrov qui s'empare du Souafle. Il fonce vers les but Anglais et oh !

En effet, oh ! Un cognard fonçait sur le poursuiveur Russe mais Kirke le batteur Anglais donna un coup de batte dessus et le cognard partit heurter la barrière magique qui protégeait les tribunes. Les spectateurs hurlèrent d'effroi, mais il y eut plus de peur que de mal, Bodrov continuait de foncer vers les buts.

- Bodrov tire ! Et... Et Bodrov marque !

Angleterre : -30 Russie : -30

Là plus personne ne comprenait. Les supporters Russes applaudirent et crièrent des félicitations au poursuiveur Russe. Avec mes multiplettes je regardais Dubois, il n'avait pas l'air de mauvaise humeur. Pourtant ce n'était pas dans ses habitudes de louper un tir aussi lent que celui de Bodrov. Nos chapeaux enchantés hurlaient des insultes en Russe.

- Je demande à ce que la décision de la fédération et de l'arbitre soit annulée. Dit une voix douce au micro.

Je tournais brusquement la tête vers la tribune officielle. Shacklebolt avait pris de force le microphone magique des mains de Lee Jordan. Les écrans géants ne regardaient plus le terrain, mais étaient maintenant focalisés sur le ministre Anglais.

- Les deux équipes feront tout pour que le score revienne à 0. Continua Shacklebolt d'une voix calme. Nous ne pourrons pas profiter pleinement du match. Je demande donc que la décision soit annulée, elle ne fait que ralentir le match...

Kingsley rendit le micro à Lee qui restait coi. L'Auror Weasley et son frère George furent les premiers à réagir.

- Ouais ! Il a raison ! Remettez les scores à 0 ! LES SCORES A 0 ! LES SCORES A 0 !

Tout le stade scanda cette demande, l'Auror Weasley recommença à danser avec la femme du ministre Russe et George ré-enchanta les cierges pour qu'ils écrivent en gros : « LES SCORES A 0 ». Les joueurs semblaient même très contents de leur petit coup d'état. En fait, ni Menchikov ni Dubois ne voulaient arrêter les buts tant les écrans géants n'afficheraient pas que les deux équipes étaient à 0/0. Au sol, l'arbitre Becker parlaient avec des hommes aux longues robes de soie et d'or, les représentants de la fédération de Quidditch. Et sans aucun discours, les écrans géants finirent par afficher :

Angleterre : 0 Russie : 0

Le stade hurla son contentement et le match put rependre.

- Sffffiiiiiitt ! Fit le sifflet de l'arbitre.

- Le coup d'envoi a été de nouveau donné ! Commenta Lee Jordan. Les poursuiveurs se précipitent sur le Souafle ! Visibayiev à le Souafle ! Visibayiev. Sereda. Sereda passe à Bodrov ! Bodrov s'approche de la ligne de but ! Oh ! ça doit faire mal !

Peregrin venait d'envoyer un cognard en plein dans les côtes du poursuiveur Russe. Bodrov fit plusieurs roulés boulet avant de re-stabiliser son balai. Sacha Navarov frappa dans le Souafle que Peregrin avait envoyé pour le relancé sur Bell qui avait le Souafle maintenant, mais les deux batteurs Anglais arrivèrent devant Bell et ils frappèrent ensembles dans le cognard : défense en double-batte apparu sur mes multiplettes.

- Outch ! Navarov se reprend le cognard qu'il a lancé sur Peregrin ! Bell passe à Weasley. Weasley à Flint. Flint à Weasley. Weasley à Bell. Bell passe en arrière à Flint. Flint à Weasley. Ah ! Weasley perd le Souafle !

En effet Ginny perdit la balle rouge en essayant d'éviter un cognard lancé par Liam Dolohov.

- Sereda reprend le Souafle ! Ah ! Mais Flint et Bell tentent la Pince de Parkin !

Marcus et Katie avaient pris en sandwich la poursuiveuse russe qui avait beau essayé de fuir en poussant son balai en l'air ou vers le sol, elle n'arrivait pas à se débarrasser des deux poursuiveurs qui lui collaient aux épaules. Ginny Weasley fonça sur la jeune poursuiveuse Russe qui s'avoua vaincu et lâcha le Souafle avant de se faire heurter par la rousse.

- Flint reprend le Souafle ! Il fonce vers les buts Russe ! Flint passe à Bell ! Bell évite un cognard lancé par Navarov ! Bell à Weasley ! Weasley lance en arrière à Flint ! Flint à... ! Flint lâche le Souafle !

Roulade du paresseux était inscrite sur mes multiplettes. Flint avait évité un cognard lancé par Dolohov en roulant sur lui-même, mais dans sa manœuvre, il avait lâché le Souafle.

- Weasley reprend le Souafle ! Weasley tire ! Et Menchikov bloque ! Menchikov lance à Visibayiev ! Visibayiev à Sereda ! Sereda à... Aie Aie Aie !

Dacia Sereda n'avait pas vu le cognard lancé par Kirke qui lui arrivait sur le côté et qui toucha son épaule droite. Elle perdit le Souafle et Flint s'en empara très vite avant de foncer vers les buts suivit de prêt par Ginny.

- Flint tire !

Mais c'était une feinte. Menchikov se précipita pour bloquer son tir, mais Weasley intercepta le Souafle avant le russe et tira dans un autre anneau. Mais le gardien russe n'eut pas le temps de bloquer et la balle et...

- Weasley marque !

Angleterre : 10 Russie : 0

Nos chapeaux hurlèrent des encouragements et des félicitations à notre poursuiveuse. Mais la joie fut de courte durée car le match continuait de plus belle. Les Russes étaient enragés. Navarov donnait des violents coups de battes et les poursuiveurs manquaient de se casser un os à chaque fois. Le batteur ne semblait même plus distinguer son équipe de ses adversaires, il lançait le cognard sur tous les joueurs...

- Sereda à Bodrov. Bodrov à Visibayiev. Visibayiev à... Outch ! Potter a été touché !

J'ai tourné très vite la tête avec mes multiplettes, tellement vite que le paysage était devenu flou. Potter était dans les airs et se tenait les côtes. Kozlovka arriva prêt de lui pour lui demander comment il allait.

C'était Sacha qui avait lancé le cognard sur Potter, mais c'était stupide ! Tout le monde savait que le vif d'or était ensorcelé pour n'apparaitre qu'au bout d'au moins une heure de jeu et là ça en faisait beaucoup moins. Potter n'allait pas prendre le vif. Il n'était pas un danger ! Pourquoi Navarov avait-il lancé un cognard sur l'attrapeur ?

- Sereda à Bodrov. Bodrov à... Bell reprend le Souafle. Bell à... Bell évite un cognard de Navarov... Bell à Flint. Flint à...

- Pourquoi il a touché Potter ? J'ai demandé à Andromeda.

- Il est vexé Killian, Navarov a sûrement un égo surdimensionné et il déteste perdre. Il n'est plus tout jeune Killian, il joue son dernier match aujourd'hui et il veut le gagner. Mais il n'est pas le seul, Dubois et Flint jouent aussi leur derniers match et Ha... Potter joue sa dernière coupe du monde...

- Sereda tire ! Dubois bloque ! Dubois à Flint. Flint à...

- Alors pourquoi est-ce que Navarov ne joue pas correctement ?

- Parce que parfois, Killian, la rage de gagner fait perdre la tête au plus intelligent des hommes...

- Bell tire et... Marque !

Angleterre : 20 Russie : 0

J'hurlais de joie et Ted était déjà en train de sauter dans tous les sens en criant à qui voulait bien l'entendre que l'Angleterre allait gagner la coupe. Andromeda ne tarda pas à lui rappeler qu'on ne vendait pas les écailles de dragon avant de l'avoir tué. Pendant que ma grand-tante faisait des reproches à son petit-fils, Menchikov était en train d'engueuler Navarov et de le remettre très vite à sa place. Sacha tenait fermement sa batte et j'avais vraiment peur qu'il ne frappe son capitaine avec. Pendant ce temps, le match continuait :

- Bell perd le Souafle. Très jolie tire de Dolohov. Visibayiev reprend le Souafle ! Visibayiev à Sereda. Ah ! Kirke lance un cognard sur Sereda. Sereda esquive. Dolohov relance son cognard à Kirke ! Retour à l'envoyeur comme on dit ! Sereda à Bodrov. Bodrov à Visibayiev. Visibayiev à Bodrov ! Bodrov tire ! Et. Il. Marque !

Angleterre : 20 Russie : 10

Cette fois nos chapeaux crièrent des insultes en Russes, mais les cris de joie des supporters slaves couvraient leurs hurlements. Ils chantaient des chansons Russes et ils débouchèrent des bouteilles de Vodka pour fêter leur premier but. Mais le match continuait et rien n'était gagné...

.

~Trois heures plus tard~

.

Angleterre : 90 Russie : 80

Trois heures que le match durait. Ce n'était pas ennuyeux, loin de là ! C'était un match très intéressant. Il n'y avait eu qu'une mi-temps au bout d'une heure et demie de jeu environ. Les joueurs étaient beaucoup trop épuisés. D'habitude, au Quidditch, il n'y avait pas de mi-temps, mais les joueurs avaient profités du fait que Menchikov se soit blessé en essayant d'arrêter un tir de Katie Bell pour se reposer quelques minutes. Menchikov n'avait rien, son bras avait vite était remis en place et il était maintenant drogué à la potion antidouleur.

Le vif d'or avait été vu deux fois, mais à chaque fois que le public retenait son souffle, les deux attrapeurs perdaient sa piste. Je ne pense pas qu'ils le faisaient exprès, je pense surtout que les membres de la fédération de Quidditch ne voulaient pas que le vif d'or se fasse attraper trop tôt, c'est pour cela qu'ils donnaient parfois de faux espoir et une montée d'adrénaline aux spectateurs.

Mais nous n'avions pas besoin de ça pour maintenir un état perpétuel de stress et d'excitation. Les joueurs n'avaient pas arrêté une seule seconde de vouloir marquer des buts. Les poursuiveurs semblaient insensibles à la fatigue, ils évitaient et encaisser les coups des cognards avec agilité et force, ils continuaient de se passer le Souafle avec autant d'habilité et ils cherchaient à marquer des buts avec toujours autant de rage et de fougue. Les batteurs tapaient dans les cognards avec rage et force, cherchant toujours à viser le joueur qu'il fallait, les cognards frôlaient ou touchaient toujours leur cible. Les deux gardiens essayaient tant bien que mal de rattraper le Souafle tout en évitant les cognards. Menchikov et Dubois étaient ceux qui étaient les plus épuisaient car ils devaient donner des directives à l'équipe et prévoir des tactiques pour marquer. Les attrapeurs cherchaient le vif d'or et fonçaient dès qu'ils voyaient le moindre éclat doré.

En bref, le match continuait toujours sur un rythme soutenu et rapide à couper le souffle. Je retenais le miens toutes les minutes.

Mais celui qui m'impressionnait le plus, était Potter, il volait avec grâce et douceur, son visage toujours calme et son sourire ne désemplissait pas tout le long de ce match. Il aimait voler et ça se voyait. J'étais subjugué de ce joueur d'exception. Il était clair que Potter était un joueur né. Il était né pour être attrapeur. Il en avait déjà la carrure, assez petit pour une personne de son âge et frêle. En fait, il avait un peu la même carrure que mon père... Et ils devaient faire approximativement la même taille et le même poids.

Ça faisait trois heures que je me nourrissais de bonbons et de boisson au sirop de sucre que j'avais acheté, cette boisson avait un gout différent à chaque gorgée selon nos humeurs. Mes multiplettes étaient greffées à mes yeux vu qu'elles ne les avaient pas quittées depuis le début du match.

- Sereda passe à Bodrov ! Bodrov à... Bodrov se prend un cognard lancé par Peregrin ! Le Souafle retourne à l'Angleterre ! Bell à Weasley, Weasley à Bell, Bell à Weasley, Weasley à... Out ! Navarov n'y est pas allé de main morte avec ce cognard !

- Ce salop a osé viser ma sœur ! Hurla George Weasley.

- Connard ! Tu vas voir ce qu'il va t'arriver à la fin du match !

- Weasley ! Le menaça Shacklebolt.

Les supporters Russes et Anglais se disputaient pour savoir s'il y avait eu faute ou non. Pour les Anglais, s'était clair comme de l'eau de roche que Navarov avait fait une faute impardonnable alors que les Russes clamaient haut et fort que ce n'en était pas une. En réalité, ce n'était pas une faute, mais Navarov pouvait être punit si Ginerva avait eu une commotion cérébrale ou un problème plus grave et irrémédiable qu'une mâchoire cassée.

- Je vais t'arracher les boyaux avec les dents !

- Weasley !

- Ouais ! Tout à fait d'accord avec Ron ! On t'arrachera les bras Navarov !

- George !

Navarov avait envoyé un cognard en plein dans la tête de Ginerva Weasley. La pauvre n'avait pas l'air bien en point. Sacha la soutenait doucement en essayant de la faire descendre au sol le plus lentement possible pour éviter qu'elle ne se fasse encore plus mal. La pauvre rousse avait le visage en sang. Potter vola jusqu'à elle et le match s'arrêta pendant quelques minutes le temps que Ginerva mette un pied à terre.

- Les médicomages vont auscultés Ginny Weasley. La procédure ne durera que quelques minutes, nous suspendons le match pendant un petit quart d'heures le temps du verdict des médicomages... Le jeune homme qui était venu tout à l'heure pour annoncer à Lee Jordan que l'équipe d'Angleterre serait équipé des Sirius revient pour lui souffler quelques mots à l'oreille puis il repartit. On me dit aussi que les médicomages présents en profiteront pour soigner les joueurs et leur permettre de se reposer encore quelques minutes... En attends, quelques pages de publicités vous feront patienter...

Je soupirais. Les publicités ne m'intéressaient vraiment pas, mais pas du tout... J'avais déjà dû toute les voir au moins 400 fois lors de la première mi-temps. Ted se leva et je fis de même. J'avais besoin de me dégourdir les jambes.

- Ou allez-vous les garçons ? Nous demanda Andromeda en détournant la tête de la publicité pour de la cire épilatoire antidouleur.

- Aux toilettes ! Avons-nous répondu en cœur.

- Ne vous égarez pas.

Puis elle reporta son attention sur la publicité qui vantait les mérites d'un nouveau régime sorcier qui pour une fois n'interdisait pas le chocolat. Nous avions pouffé en voyant Andromeda totalement passionné par ce que pouvait bien raconter les publicités (mensongères). Nous avions finalement quitté notre loge.

- Tu ne vas pas aux toilettes ? J'ai demandé à Ted en voyant qu'il partait dans la direction opposé à celle des WC.

- Non, pourquoi ? Tu voulais vraiment y aller ?

- Et toi, tu voulais aller où ?

- Je voulais faire un tour dans la tribune officielle. M'avoua Ted totalement dépité en me suivant jusqu'aux toilettes.

- Tu crois vraiment que les Aurors à l'entrée de laisserons passer ? Je l'ai interrogé ironique.

- Pourquoi pas ?

J'ai secoué la tête. Papa me disait souvent que les Griffondor étaient naïf, il n'imaginait pas à quel point... Mais il me disait aussi que les Griffondor étaient très têtu et là aussi, il n'imaginait pas à quel point...

Il y avait une queux longue comme le bras devant les toilettes. J'ai regardé Ted pour lui dire qu'il vaudrait mieux retrouver à notre tribune. Ce sale petit démon me sourit et il me prit de force par le bras pour me conduire dans des dédales de couloirs qui menèrent à... Des toilettes vides ! Merlin soit loué !

Je suis vite rentré pour soulager ma vessie. Enfin ! Ça faisait tout de même trois heures que j'attendais ça... Je ressortais des toilettes beaucoup plus léger. Et ce ne fut que quand mon cerveau fut délesté de cette envie qui m'obnubilait que je me suis demandé comme il était possible qu'il puisse y avoir des toilettes vide dans ce stade. Mais avant que je ne pose la question à Ted, il me plaqua sa main sur ma bouche et il me poussa jusqu'à la cabine que je venais à peine de quitter. J'ai voulu lui demandé ce qui n'allait pas mais deux autres personne étaient entrées dans les toilettes.

Ted regarda par le trou de la serrure de la cabine et il émit un petit cri. Je regardais à mon tour, Kingsley Shacklebolt et Ronald Weasley étaient rentrés dans les toilettes. Shacklebolt ne semblait pas ravis d'être là. C'est là que je compris que le petit démon qui me servait d'ami m'avait dirigé dans les toilettes réservés aux membres de la tribune officielle.

- Je peux savoir pourquoi tu m'as amené ici Ron ? Demanda le ministre Anglais.

- Il faut qu'on parle Kingsley. Répondit l'Auror très sérieux.

- Encore heureux, j'avais peur que tu ne me demande de te la tenir. Ricana le ministre.

- Ce n'est pas drôle Kingsley !

Je pouvais imaginer le chef des Aurors rougir comme une pivoine. Ted me montra la cuvette des WC et nous montâmes dessus pour éviter que ce même chef des Aurors ne voie nos pieds. Visiblement, la conversation qu'il avait avec le premier ministre n'allait pas être drôle.

- Il faut qu'on parle Kingsley. Répéta Ronald.

- De quoi veux-tu parler ?

L'Auror prit une profonde inspiration et il murmura plusieurs sorts. Je tremblais un peu, j'avais peur qu'il ne remarque notre présence, mais les sorts que lançait le chef des Aurors semblaient avoir pour seuls effets de fermer hermétiquement la porte des toilettes et de lancer des sorts de silence pour que personne au dehors ne puisse les entendre.

- J'ai vu que tu avais fait appel au WSIS. Avoua l'Auror.

- Le quoi ? Feignit le premier ministre.

- Ne fait pas l'imbécile Kingsley, tu as fait appelle à la Warlock Secret Intelligence Service (1).

- Mon pauvre Ronald, il faut que tu arrêtes de regarder des films Moldus. Ria le noir.

- Non, pour James Bond c'est le SIS... Soupira l'Auror. Et tu sais très bien que Ian Fleming était un sorcier et qu'il a écrit ses livres en s'inspirant de son travail d'espion au WSIS (2).

- Non, je l'ignorais, on me l'avait caché ! Avoua Kingsley sur un ton trop outré pour qu'il soit vrai.

- Tu ne me diras pas pourquoi tu as fait appel à des espions, je me trompe ?

- ...

- Est-ce qu'il y a un problème au ministère ?

- Ce n'est pas le ministère qui est en cause Ron. Soupira Kingsley sur un ton déçu et malheureux. Le système marche, mais il y a certains rouages qui sont pourries.

- Que veux-tu dire Kingsley ? Demanda Ron très surpris.

- J'ai fait appel au service de contre-espionnage pour surveiller certains membres influents du ministère.

- Est-ce que... ?

- Non, non, Ron, tu n'es pas mis en cause...

- Il n'y a pas que ça, n'est-ce pas Kingsley ? Tu ne ferais pas appel au WSIS si tu n'avais pas une bonne raison.

- Je ne peux rien te cacher... Ria le ministre avant de reprendre son sérieux. Non, tu as raison... J'ai demandé aussi à ce que des agents surveillent deux personnes très importantes pour moi... L'une d'entre elle... Cette personne... Le ministre avait la voix cassée, comme s'il retenait ses larmes. Cette personne doit être protégée, certaines personnes lui veulent du mal, mais elle ne veut pas que les Aurors s'en charge... Elle ne fait pas confiance à certaines personnes et je la comprends... Après tout ce qu'elle a vécu...

- Est-ce que... Ron avala difficilement sa salive. Est-ce que cette personne... C'est Harry ? Demanda l'Auror anxieux.

- Non ! Non. Non, ce n'est pas Harry (Ron soupira de soulagement). Harry est encore en danger, mais... Mais cette personne... Elle a la clef... C'est pour cela qu'il faut la protéger...

- Qu'elle clef ?

- Cette personne, elle a la clef qui peut redonner sa mémoire à Harry. Avoua le ministre en un souffle.

- La mémoire d'Harry ? Tu veux dire qu'elle sait ce qu'il s'est passé pendant l'année ou Harry à totalement disparut de la circulation ?

- Mieux que ça Ron. Non seulement, cette personne sait ce qu'il s'est passé pendant ce lapse de temps, mais elle était avec Harry à ce moment-là. C'est elle et elle seule qui peut redonner sa mémoire à Harry...

- Mais alors pourquoi est-ce qu'elle ne le fait pas ! Hurla l'Auror.

- Parce que ce n'est pas prêt. Admit énigmatiquement le premier ministre.

- Qu'est ce qui n'est pas prêt ?

- Cette personne refuse de redonner sa mémoire à Harry tant qu'une certaine chose ne sera pas au point.

- Qu'elle chose ?

- Je suis sous serment inviolable Ron. Murmura le premier ministre.

- Tu... Le roux semblait vraiment choqué.

- Je ne peux rien te dire de plus si je tiens à la vie.

- Mais pourquoi ? Cria l'Auror. Pourquoi est-ce que vous faites tout cela à Harry ! Tu n'as pas vu comme il souffre de ce trou béant dans sa mémoire ?

- Ron... Souffla Kingsley. Il y a des choses qu'Harry ne préférerait ne jamais revivre, des choses qu'il a vues et qu'il a vécues pendant cette année...

- Kingsley ? Qu'est-ce que tu racontes ?

- J'étais là Ron. Avoua le ministre. Je connais dans les grandes lignes ce qu'Harry a vécu cette année-là.

- Alors tu... ?

- Non, je ne peux rien dire à Harry. Je suis sous serment inviolable. Je n'aurais pas le temps de dire une phrase que je serais raide mort.

- Mais pourquoi ? Pourquoi as-tu fais cette saloperie de serment ?

- Parce qu'il me l'a demandé.

- Qui ça il ?

- La personne que je dois protéger, celui qui a la clef de la mémoire d'Harry. Lui seul est en mesure de la débloquée.

- Qui... ?

- Attention ! Attention ! La voix de Lee Jordan devait sûrement s'entendre à travers tout le stade. Les 15 minutes sont écoulées, veillez retourner à vos tribunes pour regarder la fin de ce match !

- On doit y aller. Murmura le premier ministre Britannique.

- Oui...

Les deux hommes sortirent des toilettes. Ted attendit quelques minutes avant de sauté à terre. Dès que je fus sûr à mon tour qu'il n'y avait plus aucun risque de se faire prendre, je sautais au sol. Ted ouvrit la porte de la cabine sous le choc.

- Tu t'en rends compte ? S'exclama-t-il tout d'un coup. Quelqu'un peut redonner la mémoire à Harry ! C'est dingue !

- A qui le dis-tu. J'ai répondus totalement incrédule.

- Merlin Killian ! Quelqu'un sais ce qui s'est passé ! Quelqu'un sait ce qu'il s'est passer pendant l'époque la plus sombre de l'Angleterre !

- C'est incroyable...

- En plus, le WSIS est dans le coup !

- Tu connaissais cette agence ?

- Grand-mère m'en a parlé une fois ! S'exclama mon ami totalement survolté. Mais tout le monde pense que le WSIS est une légende urbaine ! Merlin ! Si Grand-mère savait !

- Il ne faudra pas lui dire. Je me suis empresser d'ajouter.

- Bien sûr que non, ce sera notre secret Killian. On ne devra le dire à personne.

Il m'a tendu sa main et je l'ai prise pour seller notre pacte. Ted me sourit et je lui ai lâché la main. Jordan lançait le dernier appel avant que le match ne recommence et nous avons vite courut dans les couloirs pour rejoindre nos siège.

Dans ma tête, les mots que le Gamaïoun avait prononcés trois heures plus tôt ne cessaient de tourner et de retourner comme un vieux disque rayé : « Parce que tu ne découvriras qu'une partie de la vérité. Tu devras laisser l'autre la retrouver. Perdue dans ce monde, souvenir de sa mémoire effacée. Tu seras celui qui le mènera à la vérité sans pour autant l'atteindre avant lui. »

Est-ce que tout tournait autour de vérité chez moi ?

- Le match peut donc reprendre ! Ginerva Weasley va pour le mieux, elle sera donc toute belle à son mariage qui aura lieu dans un mois ! Nous félicitons bien entendu les fiançailles de Ginny avec...

- Jordan, concentrez-vous sur le match !

- Bien professeur McGonagall. Répondit automatiquement le présentateur.

Ted et moi éclatâmes de rire ainsi qu'une bonne moitié du public. A côté de Lee Jordan, le ministre Autrichien était blanc comme un linge. C'était lui qui avait remis Jordan à l'ordre, et comme le présentateur ne portait pas de casque traducteur, le premier ministre avait parlé en Anglais.

- Oups ! Pardon monsieur le premier ministre... Je vous ai confondu avec mon ancien professeur de métamorphose ! Elle passait ses journées à me critiquer sur ma façon de commenter un match. Il faut dire que ça m'a un peu traumatisé... S'excusa pathétiquement Jordan. Mais revenons au match ! L'arbitre Becker relance les balles ! Weasley s'empare du Souafle ! C'est qu'elle pète le feu ! Weasley passe à Flint, Flint évite un cognard lancé par Dolohov ! Kirke renvoie le cognard à Dolohov. Flint à Bell. Bell à... Visibayiev intercepte le Souafle. Visibayiev à... Bell reprend le Souafle ! Bell à Flint. Flint à... Ouche ! Flint peut dire qu'il a eu chaud cette fois ci ! De peu il se prenait un cognard lancé par Navarov ! Weasley se bat pour le Souafle face à Bodrov ! Flint a le Souafle ! Flint passe à...

Je n'écoutais Jordan que d'une oreille. Je suivais toujours Potter et Kazakov qui étaient tous les deux collés à l'autre et qui tournaient autour du stade. Mais à bien y regardé, ils ne tournaient pas seulement pour épater la galerie en redoublant d'ingéniosité et de pirouette, mais ils faisaient toutes ses figures pour essayer de semer et de déconcentrer l'autre, car à 10 mètres d'eux, une petite balle jaune virevoltaient entre les joueurs.

- Flint Marque ! 10 points pour l'Angleterre, le Souafle revient à l'équipe de Russie !

Angleterre : 100 Russie : 80

Kozlovka était survolté, il devait absolument prendre le vif pour que son équipe gagne. Il donna un coup de coude violent à Potter. L'attrapeur Anglais fut écarter de la trajectoire de Kozlovka mais il reprit vite le contrôle sur son balais, c'était le moment ou jamais pour attraper le vif.

- Merlin ! Potter et Kozlovka ont repérés le vif d'or !

Les cris d'encouragements s'élevèrent dans tout le stade, plus personne ne faisait attention aux poursuiveurs qui essayés de marqués des buts de dernières minutes pour avantager leur équipe. Dolohov lança un cognard sur Potter, mais ce dernier l'évita très facilement. Kirke enchaina en lançant ce même cognard sur Kozlovka qui lui dû faire un léger écart pour ne pas se le prendre ne pleine poire ce qui donna l'avantage à Potter. Navarov frappa ce même cognard pour l'envoyer sur Bell qui avait le Souafle. Les batteurs jouaient maintenant sur deux terrains, ils n'arrivaient pas à choisir entre frapper les poursuiveurs pour éviter d'autres buts ou viser les attrapeurs pour éviter que l'un des deux prennent le vif.

- Bell évite le cognard. Bell passe à Flint. Flint à... Oh ! Potter prend la tête de la course ! Visibayiev reprend le Souafle ! Kozlovka arrive au niveau de Potter ! Weasley à la Souafle. Weasley à... Kozlovka évite un cognard lancé par Peregrin ! Bell à...

Finalement, les batteurs n'étaient pas les seuls à se demander sur quelle partie du terrain il fallait absolument se concentrer. Le vif d'or volait autour des buts Russe et Kozlovka évita brillamment un cognard lancé par Kirke qui tapa de plein fouet d'un des anneaux en fer. Potter dû faire un écart pour éviter celui lancé par Navarov et il frôla celui que Dolohov lui lançait en retour. Kozlovka prenait la tête de la course et il n'était qu'à 5 mètres du vif alors que Potter en était éloigné du triple. Tout semblait perdu...

- Weasley marque !

En effet, Ginerva avait profité de l'inattention de Menchikov pour marquer un but magistral ce qui faisait :

Angleterre : 110 Russie : 80

Peregrin et Kirke tapèrent ensembles sur un cognard qui frôla Kozlovka de quelques millimètres. L'attrapeur Russe fut déconcentrer par cette manœuvre Anglaise et Potter fonça vers le vif. Ils étaient maintenant au coude à coude et les batteurs ne se focalisaient que sur eux. Kirke lança un cognard sur Dolohov quand celui-ci voulu en frapper un autre pour viser Potter. Dolohov rata son tir. Potter tendit le bras vers le vif qui se trouvait à 2 mètres de lui. Kozlovka l'imita. Navarov lança un cognard en direction de la main de Potter. Peregrin frappa un autre cognard qui heurta de plein fouet celui qu'avait lancé Navarov ce qui produisit une détonation qui se répercuta plusieurs fois dans le stade faisant souffrir nos pauvres oreilles.

Mes mains étaient agrippées fermement à mes multiplettes, j'en avais mal aux doigts. Ted poussait des petits cris et je pouvais imaginer que ses cheveux changeaient continuellement de couleurs. Andromeda insultait l'attrapeur Russe, le maudissant d'insultes dont j'ignorais totalement l'existence jusqu'à ce jour.

Le vif d'or n'était plus qu'à un mètre des deux attrapeurs ! Les batteurs lançaient et relançaient les cognards. Les deux attrapeurs avaient leur main droite en avant, il me semblait qu'ils étaient dans leur propre monde, éloigné du stade et de l'agitation du public. Kozlovka était concentré, les yeux plissé. Mais Potter semblait plus calme, plus détendu, plus serin. Je restais subjugué face à son expression. Potter était impressionnant.

Finalement, Potter se pencha sur son balais pour le poussé au maximum, le Sirius dépassa le Supernova 3000 de Kozlovka et dans un mouvement de bras que je jugeais rapide et gracieux, il attrapa le vif d'or avant que celui s'échappe.

- POTTER A ATTRAPE LE VIF D'OR ! L'ANGLETERRE GAGNE ! 260 à 80 ! FELICITATION !

Nos chapeaux explosèrent sur nos têtes éparpillant de la poussière d'or sur nos cheveux et nos vêtements. Une musique s'éleva de nos chapeaux en miette pour saluer le tour d'honneur de Potter qui tenait entre ses doigts fins le petit vif d'or qui continuait à se débattre. Les supporters l'applaudirent et scandèrent son nom. Potter souriaient à pleine dents.

L'attrapeur se posa sur la tribune officielle ou l'attendait son équipe. Potter salua vivement l'équipe Russe en serrant brièvement chacun des joueurs dans ses bras. En fait, ils devaient déjà tous se connaitre, ils avaient déjà dû partager des matchs amicaux et des verres autour d'une même table pour parler Quidditch. Harry serra la main des deux ministres, il fit un baisemain maladroit à la femme de Bolkhov, puis il prit chaudement celle de Krum. Il enlaça les deux frères Weasley et même Lee Jordan, il laissa éclater sa joie face au ministre Autrichien qu'il serra brièvement dans ses bras. Le vieil homme bedonnant rit en lui tapotant le dos.

Ce même ministre se retourna pour prendre une coupe en or qui brillaient de mille feux et il la déposa dans les bras d'un Olivier Dubois couvert de larmes de joie et de sueur. Tous les membres de l'équipe d'Angleterre prirent la coupe à bout de bras pour l'élever au-dessus de leur tête et la présenter au public qui hurla sa joie, faisant trembler tout le stade de ses cris et de ses applaudissements, sautant en scandant des slogans et des chants.

- C'est ainsi que ce termine cette 425 ème coupe du Monde de Quidditch par la victoire de l'équipe d'Angleterre. Saluons également la magnifique prestation de l'équipe Russe !

Et tout le stade hurla de joie. Dubois fit une place à côté de son équipe aux Russes et les deux équipes portèrent à bouts de bras cette magnifique coupe en or. Alina Visibayiev pleurait de joie et de tristesse. Katie Bell la serra brièvement dans ses bras, sûrement pour lui dire qu'elle avait très bien jouée. L'attrapeuse pleura de plus belle. Ginny Weasley sourit à Sacha Navarov, lui pardonnant silencieusement d'avoir failli la défigurer à jamais alors qu'elle devait se marier dans un mois. Flint enlaça Dubois qui continuait de pleurer comme une madeleine. Menchikov gardait un visage dur, mais dans ses yeux on pouvait voir qu'il était tout même déçu. Vladimir Kozlovka sera vivement la main d'Harry Potter tout en enlaçant Dacia Sereda qui pleurait dans son cou tout en tenant la coupe. Dimitri Bodrov gardait une mine renfrogné en tenant la coupe, mais il se dérida quand Kirke et Peregrin lui tapèrent le dos en riant.

Et Liam Dolohov tourna sa tête vers moi et me sourit en me désignant Potter du doigt, puis moi et encore Potter. Je secouais la tête signe que je ne comprenais pas, mais Liam me sourit indulgemment. Il se tourna vers la coupe et pleura silencieusement sa défaite.

- Le stade fermera dans une demi-heure, veuillez s'il vous plait regagner vos campements pour fêter la victoire de l'équipe d'Angleterre, mais surtout, souvenez-vous du match formidable qui s'est dérouler sous vos yeux, symbole de l'amitié entre joueurs !

Andromeda nous prit Ted et moi chacun par une épaule et nous conduisit vers la sortie. Cela ne servait plus à rien de rester dans le stade...

.

~oOo~

.

Nous étions rentrés dans la tente, poussé par Andromeda qui ne voulait pas qu'on aille fêter la victoire de l'Angleterre avec Petrov qui avait été invité à une fête privée avec les deux équipes. Ted râla, mais en tant qu'invité, je me gardais bien de faire de même.

- Aller... Grand-mère...

- Non c'est non !

- Mais Grand-mère...

- Ted Remus Lupin, quand je dis non, c'est non !

- Je crois avoir déjà dit la même chose. Dit une voix trainante dans la tente.

Je relevais la tête. Il était là. Assis tranquillement sur l'un des deux canapés à boire une tasse de café. Ses cheveux blonds tombaient négligemment sur ses épaules, il ne les avait pas attachés en catogan et en arrière comme il le faisait d'habitude. Il tourna sa tête vers nous et je vis qu'il avait d'énormes poches sous les yeux. Il n'avait pas dormis très longtemps comme je lui avait conseillé. Il était pâle et il me semblait malade. Jamais je n'aurais dû le quitter...

- Bonsoir Killian. M'a-t-il dit froidement.

- Bonsoir Papa...

- Qui t'a dit que nous étions là Draco ? Demanda Andromeda paniquée.

- Le ministre de la magie me doit bien ça tante Andy. Répondit sarcastiquement mon père.

- Le ministre Shacklebolt t'as appelé ?

- Oui. Murmura dangereusement mon père. Je t'avais pourtant demandé de ne pas l'amener à cette coupe du monde Andromeda...

- Draco...

- NON ! JE NE VEUX PAS ENTENDRE D'EXCUSES !

Mon père s'était brusquement levé. Il était furieux. Dans son empressement, il bouscula la table basse qui tomba lourdement au sol nous faisant tous trembler. Papa était furieux et en même temps, il avait peur. Il était tremblant de colère et de trouille.

- Tu n'imagines même pas les conséquences qu'aurait pu avoir cet acte Andromeda... gronda dangereusement mon père.

- Qu'est-ce que ça signifie Draco ?

- Cela veut dire que tu aurais pu causer la mort de quelqu'un.

- Mais de quoi tu parles ?

- Là n'est pas la question ! Comment as-tu pu me trahir ainsi ! J'avais confiance en toi ! Tu m'avais juré que tu ne l'emmèneras pas ici ! TU ME L'AVAIS JURE !

- Pardonne-moi Draco. Murmura piteusement ma grand-tante. Je ne pensais pas que ta haine envers Harry irait aussi loin...

- Ma haine envers Potter n'a rien à voir avec cette histoire ! Arrêtez tous de penser que je suis égoïste ! ARRETEZ !

Une vague de magie fit trembler la tente et elle déchira les tissus qui recouvrait les canapés, Andromeda nous plaça derrière son dos pendant qu'elle créait un bouclé de protection. Je n'avais jamais vu Papa aussi fâché. Il était totalement hors de lui. Il était en train de perdre totalement le contrôle.

- Calme-toi Draco...

Mon père respira un bon coup et la magie qu'il avait libérée se calma aussitôt. Il essaya de reprendre une respiration normale puis il sortit d'un geste gracieux sa baguette caché dans sa manche droite en la faisant glisser dans sa paume comme il m'avait appris à le faire. Il fit un geste circulaire et la pièce redevient aussi propre qu'à notre arrivée.

- Nous partons Killian. Murmura Papa en me prenant doucement la main.

J'avais un peu peur de lui, même si je savais qu'il ne me ferait jamais de mal, mais j'étais tout de même effrayé. Pourtant, quand mon père se pencha vers moi, je vis qu'il avait pleuré, ses yeux étaient gonflés et ses cils étaient humides. Que c'était-il passé ?

Pour le consoler je l'ai pris dans mes bras et il m'a porté en dehors de la tente en demanda discrètement à Andromeda de ramener mes affaires au manoir. J'ai posé ma tête sur son épaule en fermant les yeux pour mieux sentir son odeur et il me caressa gentiment la tête. Je somnolais bercé par ses caresses et sa marche lente et douce. Il a marché jusqu'à l'ère de transport ou le ministre Kingsley Shacklebolt nous attendait.

- ça va aller ? Demanda le ministre à mon père.

- Je crois... Encore heureux qu'il ne se soit pas passé quelque chose de fâcheux...

- Tu as l'air épuisé. Commenta le ministre.

- J'y suis presque... Murmura mon père. Je touche au but. Bientôt j'y arriverai...

- Mais tu t'épuises.

- Il faut que j'y arrive ! Peu importe les effets que cette potion aura sur moi !

- Elle te rend malade Draco.

- J'ai dit que ça m'importait peu !

- Et si tu meures, que deviendra ton fils ?

Papa me caressa les cheveux et je me forçais à rester calme et à faire semblant de dormir pour éviter qu'ils ne se rendent compte que j'entendais leur conversation. Papa me fit un bisou sur ma tignasse, puis il répondit.

- Il y a peu de chance que je ne survive pas... Mais si une telle chose arrive, je sais que je peux compter sur toi pour t'occuper de Killian...

- Il faut que tu dormes Draco.

- J'y penserai...

Le ministre soupira et lui donna une chose que je ne pus pas voir.

- Le portoloin partira dans quelques secondes. Au revoir Draco.

- Au revoir Kingsley et merci de m'avoir envoyé ton patronus pour me prévenir que ma tante avait emmené Killian ici...

J'ai sentis mon ventre se retrouvé et mon nombril faire un tour sur lui-même. La chose que Shacklebolt avait donnée à mon père était un portoloin. J'ai ouvert à moitié les yeux quand toutes ses sensations prirent soudainement fin. J'étais dans le salon du manoir Malfoy toujours dans les bras de mon père. Il monta tranquillement les escaliers et me déposa doucement sur mon lit, je fermais les yeux feignant toujours de dormir.

- Bonne nuit mon petit prince.

Il me fit un baisé sur le font et ferma doucement la porte. J'ouvris à nouveau les yeux. Papa était la personne la plus énigmatique que je connaissais. Il était un mystère à lui tout seul... Un mystère que j'avais envie d'élucider quelque en soit le prix et les moyens... Parce que j'étais toujours à la recherche de cette vérité...

.

~oOo~

.

Petites notes de l'auteure :

.

(1) « Warlock Secret Intelligence Service » : En français : Service Secret Sorcier de Renseignements, c'est une agence d'espionnage et de contre-espionnage sorcier. Pour abréger, certaines personnes nomment cette agence: la WSIS ou la Warlock. Les espions du WSIS se cachent parmi les sorciers et leur identité reste secrète.

(2) Ian Fleming : écrivain des livres de James Bond (l'agent et célèbre espion 007) l'agence ou travaille James est le SIS (Secret Intelligence Service : Service Secret de Renseignements) dans ma fiction, Ian Fleming est un sorcier (ex-espion) qui a écrit des livres pour les Moldus se basant sur ses propres aventures au sein du WSIS.

.

Ce chapitre a été très dur à écrire pour moi... Je n'en suis pas très fière en fait... Mais bon, j'ai dû effacer et écrire au moins quatre fois tous les passages et je suis crevée...

Alors, oui, je suis fan de Ian Fleming ^^ c'est pour cela qu'en effet j'ai voulu introduire le WSIS ^^ mais les agents "secret" et bien, vous les connaissez tout comme moi ^^ (réponse: ils sont apparus pour la plupart dans l'histoire, les autres vont apparaitre plus tard...)

Vous l'attendiez, la rencontre avec Harry et mon Kiki ^^ Désolé, elle n'est pas pour maintenant... Sinon, ce chapitre marque le retour de l'amitié de Killian et de Ted, ils se sont bien rapprochés...

.

Votre avis ?

.

Réponses aux reviews anonymes :

.

Okawa : Merci beaucoup pour ta review ^^. Je suis contente d'avoir écrit de manière à ce que tu te croies dans les tribunes, c'était le but. Ce chapitre a été plus dur à écrire pour moi et j'espère qu'il ne t'a pas trop déçue...

La prof (de français) : Merci pour tes reviews constructives ^^. Je sais que je fais des fautes et je suis contente que tu continues à lire malgré elles... Le truc, c'est que je ne le fait vraiment, mais alors vraiment pas exprès... Je suis dyslexique dyséidétique (difficulté à mémoriser la forme globale des mots) et donc, je galère un peu... Si tu vois d'autres erreurs, dis le moi, je corrigerai...

Yuu Chan : Salut Yuu ^^ Merci pour ta review ! Oui, je me suis inspirer des Maraudeurs et de la vie d'Harry pour l'histoire de Killian ^^ J'adore les Maraudeurs et aussi les aventures d'Harry. Je suis contente que tu es fait des recherches sur l'étymologie du prénom Killian ^^ Je dois t'avouer que je l'ai trouvé parce qu'en celte, il veut bien dire « guerre » mais aussi je l'ai choisi pour une autre raison ^^ mais cela c'est moi qui l'ai inventé alors je ne crois pas que tu puisses trouver de sitôt désolé :( Pour le deuxième prénom de Killian, ce n'est pas encore ça ^^ c'est même beaucoup simple, il ne faut pas chercher très loin en fait... Je t'encourage à chercher en espérant que tu ne te lasse pas... Encore merci !

Nynette : Merci beaucoup pour ta review. Tu as raison nul n'est parfait et surtout pas moi XD ! C'est pour cela que je m'acharne à faire des fautes (lol) pour prouver que rien n'est parfait. (En vérité, je ne fais exprès de faire des fautes, pardon) Je suis contente que cette fiction te plaise et j'espère que ça continuera...

Azia : Merci pour tes reviews ^^ Mais ce n'était pas la peine de la réécrire puisque j'avais compris ^^ Je suis très contente que ma fiction te plaise et j'espère que ça continuera...

.

~Merci de m'avoir lue~

~A suivre~

.