La chaleur du sang… Cette couleur profonde et envoutante… Ce gout complexe reflétant à merveille l'âme du corps dont il s'échappe…

Cette ivresse… Exquise et malsaine… Cette sensation d'abominable puissance qui étreint l'être quand on le voit couler à flots ininterrompus sur le sol, le transformant petit à petit en miroir écarlate me rejetant comme avec horreur mes actes macabres.

Et la vie qui s'enfuit… terrorisée et vacillante face à l'approche inéluctable de sa fin imminente… Telle une dérisoire flamme soumise à un vent mordant et implacable…

Et l'âme… Tremblante… Autrefois bourreau, à présent suppliante devant mon regard carnassier où avait déserté toute once d'humanité…

Et l'âme… qui maintenant était mienne…

Un dernier hurlement, mélodie hideuse charmant pourtant ma pire facette, expiant les crimes comme si le condamné avait soudain pris conscience de la monstruosité sans fond de ses actes passés et de son devenir immédiat…

Un dernier ruisseau vermeil coulant par terre… Et tout était terminé… Le silence retombait tel le rideau sanglant sur la scène morbide d'une pièce de théâtre infernale…

Ma faim s'apaisait enfin… Tel le grondement rugissant d'un fauve muselé, elle se faisait peu à peu plus sourde, mais jamais tout à fait absente… Combien de temps avais je devant moi avant d'être de nouveau poussée à de telles extrémités insondables ?

Une certaine lassitude m'étreignit brusquement…Cette vie qui était à présent la mienne… l'avais je vraiment méritée ? Autrefois anonyme au milieu des miens, j'étais à présent une damnée, écartelée entre deux natures qui ne se rejoignaient que dans la haine et la destruction…

Un mauvais choix m'avait menée par le passé à n'être plus qu'un jouet en cage…
Un pacte, dont je n'imaginais qu'en partie l'étendue des conséquences, m'avait donné la force de briser mes entraves mais avait à jamais bouleversé le cours de mon existence…

Vêtue de noir, souillée de sang, j'avançais à présent dans les ténèbres… Qui me mèneraient maintenant vers Londres…