Le froid et les ténèbres étaient les principales caractéristiques que l'on remarquait lorsque l'ont pénétrait dans ces lieux. Il était un endroit loin du sanctuaire où se rassemblait les ombres abandonnés de tous, ceux qui étaient maudit par les dieux, enfermés par leur jugement, punis pour leur erreurs commises. Un lieu sous la terre, loin de hommes et de la lumière du soleil.

C'est là que fut enfermé un dieu, punis pour le pire crime jamais commis parmi les siens, le meurtre de l'un de ses semblables. Enfuis mais vite retrouvé, jugé et condamné, il fut enfermer pour l'éternité dans ce lieu sombre et froid, soumis à des souffrance impitoyable pour expier ses péchés.

Dans sa prison encré dans la pierre, visible de seul se qui connaissait son emplacement, il attend le moment propice pour s'échapper.

Deux yeux rouges luisaient dans les ténèbres. Deux yeux fixant un halos de lumière s'échappant du plafond. L'homme était assis sur un trône de pierre, immobile tel une statue de glace. Le son de sa respiration était le seul bruit que l'on pouvait entendre. La lumière s'intensifia, il plissa les yeux. Du rayon de l'astre céleste s'échappa de faible filaments lumineux qui éclairèrent son pâle visage.

L'homme bougea, un bruit métallique ce fit entendre, deux chaines accrochées à ces poignets luisait au contacte de la lumière. Il se plaça sous le halos lumineux, ses longs cheveux noir de jais s'illuminèrent pour absorber la chaleur brillante de l'astre. Une voix résonna au plus profond de son esprit. Une phrase...non un mot:

« Athéna »

Les yeux de l'homme se refermèrent, il retourna s'asseoir et cessa de bouger, il était redevenu immobile, ses yeux rouge figés dans les ténèbres.

Au sanctuaire:

Personne ne dormait dans cette nuit sombre sans lune. Tous ressentaient une menace imminente arriver. Un orage se préparait, l'air était lourd, les nuages surement imbibés d'eau ne tarderaient pas à lâcher leur fardeau.

Athéna, déesse protectrice du sanctuaire et de la terre attendait, assise dans la salle du grand Pope. Elle avait les yeux perdu dans le vague quand tout à coup, un éclair zébra le ciel et illumina les murs. La déesse sentit une présence dans cette salle. Dans l'ombre il lui semblait voir une silhouette. Un nouvelle éclair trancha le ciel, éclairant la personne caché. À sa vue, elle écarquilla les yeux, reconnaissant cette homme. Mais ça présence avait disparue avec l'orage. Le temps s'était calmé.

Elle avait l'impression d'avoir rêvé, était-ce le cas? peut-être...ou peut-être pas!