Ohayou mina-san !

Nous voilà tous réunis aujourd'hui pour le vingtième chapitre de Shugojinchou ! Yatta ! C'est génial non ? Déjà le vingtième chapitre. Je suis ravie de voir que mon travail continue de vous plaire toujours autant, voir de plus en plus pour certains. C'est super motivant et franchement ça me touche énormément de lire toutes vos reviews et de m'apercevoir que ça vous plait vraiment.

C'est juste dommage qu'il n'y ai pas plus de monde qui écrit sur le fandom de Natsume Yuujinchou ! Moi aussi j'aimerais bien lire des textes de ce manga qui est quand même mon préféré, mais j'ai rien vu qui me plaise un temps soit peu. En gros : Alerte cher auteurs ! Il y a du boulot ! Avis aux gens motivés !

Bref, passons au chapitre qui nous intéresse. Comme d'habitude j'espère que vous passerez un bon moment en lisant. Arigatou à Midorikawa Yuki qui nous prête inconsciemment son monde (ne vous en faites pas je vais en prendre soin).

Grand merci aux reviewers : KynnVyr, Akira, yaoi-chan-poowa, Alice et kaisuky ! Arigatou gosaimasu !

Bonne lecture !

XXXXXXXXXX

Chapitre 20 : Magie, katana et fête

Lorsque Natsume ouvrit les yeux le lendemain, il était fermement enfermé dans les bras chauds et réconfortants de Ginai. Il sourit à cette constatation. Il remua un peu pour mieux s'installer mais grimaça en sentant ses muscles protester. Il se souvint alors de ce que son amour lui avait dit la veille au sujet de courbature après sa première transformation complète. Pas un seul centimètre carré de son corps n'était épargné.

- Bonjour, fit alors la voix douce de l'argenté.

Il releva lentement le visage vers lui, encore un peu endormis, et déposa un chaste baiser sur ses lèvres.

- Ohayou, répondit-il doucement. J'ai dormis longtemps ?

- On est en milieu de matinée, le renseigna-t-il en se mettant a caresser ses cheveux, entortillant ses doigts dans les longues mèches ébènes de sa nuque.

Ils restèrent ainsi un moment, Ginai câlinant son aimé qui se réveillait lentement. Lorsque celui-ci eu repris ses esprits, ils se levèrent, Takashi grimaçant sous les protestations incessantes de tout son corps. Le dragon d'argent alla chercher le plateau qui avait été déposé devant leur porte quelques minutes plus tôt par un gardien. Ils s'installèrent ensemble et prirent tranquillement leur premier repas de la journée, baignés par les rayons du soleil qui pénétraient la pièce.

Lorsqu'ils eurent terminés Ginai proposa :

- Est-ce que ça te dirais de prendre un bain chaud ? Ça soulagera un peu tes muscles.

- C'est une super idée, répondit le jeune homme.

- Le bassin qui est dehors sert à ça. L'eau y est chaude, pure et particulièrement agréable, expliqua le dieu. Tu peux y aller quand tu veux.

- J'y vais tout de suite, répondit-il avec un sourire.

Il se releva difficilement, heureux cependant à l'idée de soulager ses courbatures dans les minutes qui allaient suivre. Il gagna le jardin d'une démarche raide, suivit par le regard d'acier protecteur de son amour. Il avança vers le bassin d'où s'échappait un nuage de vapeur. La surface d'eau émeraude était presque entièrement couverte des pétales rosés du cerisier qui la surplombait. Natsume se baissa et plongea ses doigts dans le liquide fumant, constatant avec délice qu'elle était d'une température idéale. Il se redressa alors, retira son kimono noir qui glissa lentement de ses épaules et le déposa en compagnie de la ceinture de soie non loin de là, les mettant cependant à l'abri de l'humidité.

Alors qu'il se déshabillait, Ginai l'observait avec délice. Pour la première fois, il put voir les écailles noires qui parsemaient le reste de son corps. Elles recouvraient le dos de ses mains ainsi que ses avant bras, remontant jusqu'au coude. Dans sa nuque, elles dessinaient un cercle dans lequel se mêlaient lune et soleil, occupant chacun la moitié de l'espace. L'astre du jour était entièrement couvert de poussière de diamant tout comme les rayons qui en émanaient. Et la reine de la nuit quant à elle, gardait le noir profond du ciel étoilé. Dans son dos, les petits losanges ébènes traçaient l'image d'un dragon dont les détails étaient de diamant, montrant fidèlement l'apparence de Fuyume dans sa forme d'ayakashi. Sa queue était posée au creux de ses reins. Sa silhouette s'enroulait sur elle même, donnant naissance à une spirale à deux larges boucles. Sa tête se retrouvait entre ses omoplates, juste sous le motif de sa nuque, la gueule entrouverte et le regard perçant. Malheureusement, la cicatrice qu'il avait récolté quelques jours plutôt entamait le bijou naturel. Elle coupait étrangement le dessin à l'endroit où se trouvait le cœur du dragon, illustrant tristement la blessure sur la parure écailleuse.

L'argenté laissa son regard caresser le corps de son aimé. Appréciant chaque parcelle de lui. Il le trouvait terriblement beau. Sa silhouette fine, un peu élancé mais possédant toutefois une musculature discrète. Sa peau pâle tranchée de ses cheveux sombre lui donnait une apparence fragile et pure. Il se surprit à avoir pour la première fois de sa vie, une forte bouffé de chaleur qui n'avait rien à voir avec la température de le pièce. Toutefois, il ne put décrocher ses yeux du jeune homme qui avait ravi son cœur.

Lorsqu'il fut nu, Natsume jeta un coup d'oeil par dessus son épaule et rougit doucement en remarquant que son amour l'observait avec ce qu'il identifia comme du désir dans les yeux. Ses joues chauffèrent alors d'avantage. Il se sentait gêné et en même temps énormément flatté de susciter une telle réaction.

Avec précaution, il dénoua la cordelette aux grelots qui attachait ses cheveux, les grelots tintant dans le geste, et la déposa avec ses vêtements. Il entra ensuite lentement dans l'eau chaude, fermant les yeux sous l'agréable sensation de bien être qui l'envahit. Il s'assit dans le bassin en faisant face à l'entrée de la chambre pouvant ainsi voir l'argenté qui y était resté. Il s'enfonça dans le liquide jusqu'au menton, humant l'agréable odeur des fleurs de cerisier qu'avait prit la vapeur. Il soupira d'aise en sentant les biens faits de l'eau émeraude sur son corps.

Le silence tomba quelque minutes pendant lesquelles Ginai se releva et vint appuyer son épaule contre l'encadrement de la porte coulissante ouverte sur le jardin. Il observa son amour qui avait fermé les yeux et qui profitait de son bain. Un sourire prit naturellement place sur ses lèvres. Il était heureux de pouvoir enfin se tenir aux côtés de celui qu'il aimait. Il adorait prendre soin de lui, faire en sorte qu'il se sente bien. Voir la joie sur son visage le faisait fondre comme neige au soleil. Sa présence et son contact donnait naissance à une douce chaleur en lui. Sa gentillesse, sa simplicité, sa générosité et sa joie de vivre le touchait et le poussait en avant. Pour le première fois depuis la guerre. Il envisageait de nouveau l'avenir. Un avenir qu'il passerait à chérir son aimé qui n'était autre que Takashi. Son trésor, sa perle, son âme sœur.

Le dieu dragon plongé dans sa contemplation, ne remarqua même pas que Natsume avait entrouvert les yeux et le regardait à son tour. Le jeune dragon sentit l'amour que lui portait Ginai jusqu'au fond de lui, autant qu'il l'a lu dans ses perles d'argents, miroir le l'âme de son dieu dragon en cet instant d'intimité. Cet amour était devenus son bien le plus précieux. Ce sentiment que l'argenté était le premier à lui témoigner et qu'il lui offrait sans concession. Il se sentait enfin indispensable, important, protéger, à sa place. Il adorait le sourire de son homme, sa voix, ses bras. Il voulait le rendre heureux, le rendre fier et il voulait le protéger à son tour. Désormais, il n'envisageait plus de vivre sans lui.

Sortant du rêve qu'il avait trouvé dans les yeux de lunes, Ginai sortit des serviettes et les produits de toilettes qu'on leur avait fourni. Il s'approcha du bassin et s'agenouilla au bord, déposant son chargement à côté de lui. Natsume se releva, l'eau lui arrivant à la taille et s'approcha de lui baigné des rayons du soleil. Il caressa doucement la joue du dieu dragon, encore sous le coup de la déclaration silencieuse qu'il avait lu dans son regard. Il lui sourit alors qu'il se fixait et souffla ces deux petits mots si simple et pourtant si important :

- Je t'aime, murmura-t-il chargeant sa voix de tout son amour mais aussi de tout ce qu'il ressentait et qui accompagnait cette perle du cœur et de l'âme.

Immédiatement mais avec une délicatesse sans commune mesure, Ginai prit son visage entre ses mains. Il se pencha sur lui et l'embrassa avec passion, n'attendant qu'une fraction de seconde avant de sentir une réponse ardente et deux bras s'enrouler autour de son cou. Ils ne se séparèrent que de longues secondes plus tard et ce fut au tour du dragon d'argent de prendre la parole.

- Je t'aime. Je t'aime plus que tout. Tu es mon soleil et ma lune, m'éclairant à chaque instant, dit-il.

Les joues de l'adolescent rosirent doucement et un sourire s'étira sur ses lèvres.

- Nous resterons ensemble n'est-ce pas ? Demanda Takashi.

- Aussi longtemps que cela nous le sera permit, commença-t-il doucement. Mais l'amour n'a guère besoin de permission alors si tel et notre souhait, nous resterons ensemble jusqu'à ce que le monde s'écroule. Et même si cela devait arriver, les étoiles nous accueilleraient dans leur domaine et tu demeureras dans mes bras, affirma-t-il d'une voix magique emprunte de tout le désir qu'il ressentait a garder son amour à ses côtés.

Ils s'embrassèrent de nouveau avec cette fois-ci une lenteur tendre et langoureuse. Puis ils entrelacèrent leurs doigts alors qu'ils se séparaient et Natsume demanda :

- Tu viens avec moi ? Proposa-t-il les joues roses.

- Avec plaisir, répondit l'argenté.

Il se redressa alors et se déshabilla sans la moindre trace de gêne, sous le regard du jeune homme qui l'observait avec une certaine curiosité. Ce fut au tour de Takashi d'avoir une bouffé de chaleur alors que le dieu dragon dévoilait son corps mince et finement musclé. Hormis les écailles qui couvraient le bas de ses joues, il y en avait aussi qui dessinaient un dragon acier sur sa peau claire. La queue de celui-ci se trouvait sur sa fesse gauche. Son corps couvrait ensuite sa hanche et longeait le bas de son ventre en remontant doucement vers son flanc droit. Il repassait ensuite dans son dos, grimpant jusqu'au bas de ses côtes gauches. Puis passant sous son bras, la représentation se terminait par la tête posée sur la droite de sa poitrine. Le reste des écailles qui habillaient le corps de l'argenté étaient parsemées sur le reste de sa peau. Peu nombreuse, elles semblaient avoir été posé une à une sans logique particulière.

Ginai alla déposer ses vêtements avec ceux de son amour puis il revint vers lui et entra gracieusement dans l'eau fumante. Il vint prendre Natsume dans ses bras et déposa un chaste baiser sur ses lèvres.

- Je vais te masser, déclara-t-il ensuite. Ça aidera à faire passer les courbatures.

Tout deux s'assirent alors dans l'eau, face à face, la longue chevelure argenté ondulant dans le liquide transparent. Les mains du dragon s'illuminèrent alors sa lumière d'argent. Il les glissa dans l'eau et commença a masser avec douceur et dextérité l'un des pied de son aimé. Pendant un long moment, il passa ses paumes sur sa peau. Ses doigts habiles glissèrent ensuite sur sa jambes, remontant jusqu'à sa cuisse mais respectant cependant son intimité. Il renouvela ses gestes sur l'autre jambe passant ensuite à ses bras. Natsume était aux anges. Là où les mains de Ginai passaient, la douleur s'effaçait au profit du bien être. L'argenté se plaça ensuite derrière lui, l'encadrant de ses jambes et commença à s'occuper de son dos avec patience et attention. Il remarqua qu'un léger frisson secouait le corps du jeune homme à chaque fois qu'il effleurait ou touchait sa cicatrice.

Lorsqu'il eu terminé, il laissa ses mains glisser sur le ventre du jeune homme qu'il tenait dans ses bras. Il s'appliqua alors à continuer son œuvre faisant tristement la même constatation avec la marque indélébile sur son torse. Il se mit à déposer de légers baisers sur son épaule puis sur sa clavicule. Il plongea ensuite dans son cou provoquant un nouveau frisson cette fois bien plus agréable pour l'adolescent qui appuya son dos contre le torse fort de son homme. Il pencha la tête sur le côté, libérant ainsi un peu plus l'accès à son amour et posa ses mains sur celles qui s'étaient nouées sur son ventre.

Ils profitèrent de cet instant de paix dans un silence agréable, Ginai s'appliquant a couvrir de ses lèvres chaque centimètre de peau qu'il avait à sa porté. Ce ne fut que de longues minutes plus tard qui se lavèrent ensemble avant de sortir de l'eau bienfaitrice, les courbatures désormais oubliées. Ils se séchèrent rapidement et remirent leurs kimono et leurs haori respectifs. Natsume assit sur le bord du lit, brossa soigneusement ses cheveux qu'il noua de nouveau de la cordelette aux grelots. Se tournant ensuite vers l'argenté, il l'observa en train de sécher sa propre chevelure, celle-ci demandant bien plus de temps.

- Viens t'asseoir là, dit Takashi en désignant le sol devant lui. Je vais m'occuper de tes cheveux.

Le dragon s'exécuta et laissa son amour terminer ce qu'il avait commencé. Fuyume se mit a patiemment démêler les fins fils d'argents, prenant volontairement tout son temps. Ses doigts glissaient habillement entre les mèches, chassant délicatement chaque nœud. Ginai, lui, avait fermé les yeux, profitant ainsi d'avantage de l'attention et de la douceur que le jeune homme portait à sa tâche.

Lorsqu'il eu finit, Natsume déposa la brosse près de lui et passa ses bras autour du cou du dieu dragon. Son visage se logea naturellement dans son cou alors qu'il respirait son odeur avec délice. L'aîné tourna le visage et déposa un léger baiser au coin de ses lèvres. Ils restèrent ainsi encore un moment avant de décider de sortir se promener, leurs doigts entremêlés.

Ils prirent le repas du midi en compagnie d'Akikazu et alors qu'ils discutaient, le sujet du départ du couple arriva :

- Quand pensez-vous partir ? Demanda le dieu aux cheveux de saphir.

Natsume regarda Ginai avant de répondre. Ils en avaient déjà parlé ensemble.

- Demain, annonça-t-il.

- Si tôt ! S'exclama le maître du sanctuaire avec une moue de désespoir.

- Oui, je ne peux pas rester ici indéfiniment, répondit l'adolescent avec un sourire réconfortant. Il faut que je rentre.

- Vous avez intérêt a venir nous voir de temps en temps. Et au moindre problème vous rappliquez ici, commanda-t-il en agitant l'index. Ok ?

- Promit, répondit Natsume.

- Je veillerez sur vous de loin, termina-t-il.

Lorsqu'ils eurent terminé leur repas, Akikazu les mena dans l'une des cour du domaine. Il passa un moment a expliquer à Takashi comment il devait s'y prendre pour ouvrir la porte qui menait au sanctuaire. Le jeune s'y entraîna et en moins d'une heure il maîtrisait l'ouverture du portail d'or qui le ramènerait au Ryu no Seiki lorsqu'il le désirerait.

Ils se promenèrent ensuite et rejoignirent un terrain dont les gardien ce servaient pour leur entraînement. Beaucoup d'entre eux se battaient très bien, usant de magie ou d'armes selon leur préférence et leurs capacité. Parfois même des deux lorsqu'ils arrivaient à les combiner. Haiko était de ceux là. L'homme aux longs cheveux acajou maniait un katana au fourreau et à la poignée rouge. De temps à autre, il habillait sa lame des flammes qu'il contrôlait à la perfection, celles-ci nimbant aussi ses membres lorsqu'il le désirait.

Natsume l'observait justement, admiratif devant l'évidente maîtrise exceptionnelle du gardien en matière de kenjutsu. Il ne fut pas surprit de trouver Akito face à lui, les deux hommes étant de très bons amis. Le blond lui, tenait entre ses mains un nagamaki-naoshi plus grand que lui. L'arme était composée de deux parties, lame et poignet, mesurant chacun aux environs d'un mètre dix. Le manche, d'un bois sombre était couvert d'une bande de cuir noir, s'enroulant autour de la hampe. Cependant, elle laissait entre chaque tour une bande de bois visible de largeur équivalente à la sienne. Sur le cuir était finement peinte une orchidée dorée. Son extrémité était protéger d'une pointe de métal de deux ou trois centimètre. À l'opposé était fixée la lame. Cousine de celle du katana, elle s'en distinguait toutefois par l'absence de yokote (arrête perpendiculaire au tranchant au bout de la lame). Sa courbure était également plus accentuée. Une large gorge creusait un tiers de la longueur du métal s'affinant par la suite. L'arme ne possédait pas de garde, la lame et le manche se fondant parfaitement l'un dans l'autre en une élégante continuité.

Akito ne se servait pas de magie en combat mais sa rapidité, sa souplesse, sa précision et sa maîtrise de son nagamaki lui suffisait pour tenir tête a son opposant. L'adolescent les regarda s'affronter. Ils souriaient tout deux, essayant constamment de trouver la faille dans les techniques de l'autre. Ils se rapprochaient, s'éloignaient, les lames chantaient, un poing en arrêtait un autre... Ils semblaient danser. Ginai s'assit sur le bord de la coursive extérieur de l'un des bâtiments qui entouraient l'air d'entraînement. Il attrapa son amour par la taille et l'assit sur ses genoux. Le maître du sanctuaire resta debout à leurs côté, observant les divers groupes qui s'exerçaient devant eux, peu d'entre ayant pris conscience de leur arrivée.

- Et si nous aussi on s'y mettait ? Souffla l'argenté à l'oreille du jeune homme. Je t'ai promis une leçon je crois.

- Tu veux bien maintenant, se réjouit l'adolescent.

Il reçut un sourire en réponse et déposa ses lèvres sur les siennes en un baiser furtif qui fit couiner Akikazu, devenus complètement gaga. Takashi se releva suivit du dragon d'argent. Ils s'avancèrent et trouvèrent un espace libre et suffisamment vaste pour ne pas être gêné.

Ginai commença a expliquer comment il devait s'y prendre pour manier ses nouveaux dons. Il le prévint de précautions a prendre, des choses à faire et à ne pas faire, insistant sur le calme et la maîtrise de soi nécessaire pour optimiser son action. Il remarqua avec bonheur, que les anciens dragons des sphères lui déjà parfaitement tout dit, couvrant chaque détails dont certains avaient échappé à ses explications. Tout ce qu'il manquait au jeune dragon désormais c'était l'expérience et la pratique. Ils commencèrent donc quelques exercices. Concentrés sur leur occupation, ils ne remarquèrent pas le maître du sanctuaire qui s'était rapproché pour observer, rejoint au fil du temps par nombre de gardien qui s'étaient arrêtés en constatant la présence et l'entraînement au quel se livraient leurs deux Ryujin.

Natsume apprenait vite, c'était le moins que l'on puisse dire. Il n'avait généralement besoin que d'un essai pour réaliser ses exercices. Et une fois qu'il eu comprit le système et qu'il fut familiariser avec cette pratique, la magie devint quasiment naturelle pour lui. Trois heures plus tard, Fuyume réalisait la même création que son amour la veille, matérialisant un dragon de métal noir cette fois-ci, ainsi que les quatre perles enfermant les éléments. La créature dansa le même ballet que son homologue au lac, allant cette fois-ci s'enrouler autour du poignet de Ginai qui souriait doucement, ne réalisant pas que le sanctuaire entier le regardait. Le petit dragon de métal ébène glissa sur sa peau avec lenteur avant de se sceller et de s'immobiliser pour former le bracelet.

Il reporta les yeux sur son aimé qui affichait un sourire heureux et triomphant.

- Cadeau, annonça celui-ci en s'approchant. Comme ça on en a un tout les deux, dit-il en observant son propre bijoux.

Un silence s'installa pendant lequel il échangèrent un regard doux et amoureux mais ils furent rapidement coupés par Fuki qui s'était mise à sauter sur place, ses cheveux violines dansant énergiquement autour d'elle :

- Bravo Fuyume-sama ! S'écria-t-elle. C'était magnifique ! Félicita-t-elle.

Son cri fut rapidement suivi des remarques admiratives des autres gardiens devant la facilité avec laquelle le dragon noir avait contrôlé ses puissants pouvoirs. Quelques applaudissement s'élevèrent accompagné de félicitations excitées.

- Trop mignon ! Ils sont trognons, miaulait le maître du sanctuaire devant la scène touchante du bracelet qui venait de se dérouler.

Ce ne fut qu'à cet instant que les deux dragons remarquèrent leur public. Une grande partie des habitants du sanctuaire s'était rassemblé autour d'eux. Natsume rougit violemment de gêne provoquant un rire général qu'il suivi rapidement sous le regard tendre de son amour. Finalement, il retournèrent s'asseoir en bordure de l'aire de combat et doucement chacun retourna à ses occupations ou entraînements. Haiko, Fuki et Akito vinrent leur tenir compagnie répondant aux questions que Takashi posait parfois sur les exercices qui étaient effectués en face de lui. Au bout d'un moment, le jeune dragon eu une idée. Il se tourna alors vers le plus grand des trois gardiens :

- Haiko ? Interpella-t-il.

- Hai, Fuyume-sama ? Répondit-il.

- Est-ce que tu accepterais de t'entraîner un peu avec moi ? Demanda-t-il.

Les trois gardiens et leur maître restèrent surpris à cette demande. Ginai de son côté resta neutre comprenant rapidement où voulait en venir le jeune dragon.

- Ce sera avec plaisir. Mais je ne pense pas pouvoir vous aider beaucoup en matière de magie, répondit-il.

- Non, je ne parlais pas de magie, rectifia Natsume en comprenant leur confusion, je parlais de pratique de l'épée.

Cependant, la confusion s'accentua encore à cette précision :

- Je ne savais pas que vous pratiquiez le kenjutsu, remarqua Akito.

- Je ne le pratique pas, annonça-t-il.

Il y eu un nouveau silence alors que la surprise se lisait sur les visages, amusant Ginai qui souriait intérieurement en comprenant leur confusion.

- Eh bien, ce serait une première de voir un dragon manipuler une épée et c'est vrai que Haiko serait le mieux placé pour t'apprendre cet art étant donné que c'est un véritable maître en la matière. Mais tes pouvoirs devraient suffire pour te défendre et très largement. Alors pourquoi veux tu apprendre le combat à l'épée ? Demanda Akikazu en exprimant ainsi les pensées des trois serviteurs autour de lui.

- En faites, je veux surtout apprendre à me servir de mon katana et m'y habituer, répondit le dragon noir.

- Il possède une épée spirituelle divine supérieur, expliqua Ginai devant leur confusion.

- Hein ! S'exclamèrent les quatre autres stupéfiés.

- C'est comme ça que ça s'appelle ? Demanda Takashi en pivotant sur les genoux de son amour pour le voir.

- Oui. Une épée spirituelle est une matérialisation de tes pouvoirs sous forme d'épée. Divine parce que tu es un dieu, augmentant encore le niveau de l'arme et supérieur parce la tienne est aussi une partie de ton esprit et est capable de guider tout ton corps durant un combat pour te protéger. C'est presque une entité individuelle, lui expliqua l'argenté.

Le jeune homme se retourna de nouveau vers Haiko, attendant sa réponse. C'est alors qu'il remarqua les mines ébahies des autres. Il pencha la tête sur le côté avec une moue d'incompréhension des plus attendrissante, faisant rougir les trois gardiens en face de lui. Ils se reprirent rapidement après un regard noir de Ginai qui avait enroulé ses bras autour de la taille de l'adolescent, possessif.

- Un dragon avec une arme spirituelle, souffla Akikazu, ça ne s'est jamais vu. Tu caches ton lot de surprise décidément, dit-il avec un sourire.

Le jeune homme regarda de nouveau Haiko :

- Je ne me suis jamais servit d'une épée. J'aimerais que tu m'apprennes si tu veux bien, demanda-t-il.

- Ce sera un honneur pour moi, répondit-il en s'inclinant. Je n'ai eu qu'une seule fois la chance de croiser le fer avec un détenteur d'une telle arme mais je sais tout ce qu'i savoir sur elle.

- Merci.

- Voulez vous commencer tout de suite ? Demanda le gardien épéiste.

- Avec plaisir, s'écria le jeune dragon en se remettant sur ses pieds.

Ginai ne bougea pas mais lança un regard des plus sérieux à Haiko, lui signifiant clairement qu'il avait intérêt à faire très attention à ne pas blesser son amour. L'homme s'inclina légèrement devant le dragon le regardant avec assurance, un sourire rassurant aux lèvres. Akikazu posa une main sur l'épaule de l'argenté alors que les autres s'éloignaient en compagnie du jeune dragon pour rejoindre le centre de l'air d'entraînement :

- Ne t'en fait pas, dit-il. Haiko est un grand maître d'épée même s'il n'aime pas qu'on le nomme ainsi. Il a une très grande maîtrise et il ne se battra sûrement pas à fond. Il ne le blessera pas, il le respecte bien trop et il a fait vœux de le protéger devant moi, confia-t-il. Il sera un très bon professeur.

- Je te fais confiance, répondit-il en se relevant.

- Bien. Allons voir cela alors.

Les deux dieux rejoignirent alors Fuki et Akito qui s'étaient postés à quelques mètres du duo pour les observer. Natsume avait retiré son haori et l'avait confié au blond. Son kimono noir soulignait à merveille sa silhouette. Le quatuor fut vite rejoint des autres gardiens qui les entouraient et qui avaient stoppés net leur activités en voyant de nouveau le dragon s'avancer sur l'air de combat. Ils vinrent se placer autour de lui laissant toutefois un large espace libre. Beaucoup furent surpris de le trouver face à l'épéiste et attendirent l'explication en silence.

Haiko fit apparaître son propre katana dans une légère fumé, s'attirant le regard émerveillé de Takashi :

- Mon katana n'est qu'une simple arme spirituelle, précisa-t-il, rien à voir avec la vôtre.

À son tour Natsume fit apparaître son arme. Il leva une main devant lui, paume vers le bas, et appela mentalement l'épée. Un sol invisible sembla se former à hauteur de ses hanches, se matérialisant sous la forme d'ondes circulaires semblables à celles qui se formaient dans l'eau lorsqu'on y jetait une pierre. Le son des grelots de cristal résonna dans l'air, profondément, brisant le silence de la cour. La poignet au tressage noir sur un fond gris clair apparût. Tous purent alors ressentir la force du dragon noir se répandre autour d'eux à la libération de cette épée, matérialisation d'une partie de son pouvoir. Ils constatèrent alors sa puissance. Ce genre de manifestation de la part de combattants ou de magiciens, yokai ou humains, étaient souvent désagréable à ressentir pour les autres. En l'occurrence, c'était agréable, très agréable. L'énergie du dragon noir les enveloppait comme un cocon protecteur, doux et chaud. Ils sentaient tous la bienveillance du jeune homme, sa gentillesse, sa générosité et son désir de protéger. Le sourire s'incrusta alors sur les lèvres.

Le katana noir orné des grelots apparût doucement. Une fois sa tsuka sortie, l'adolescent l'entoura de ses doigts, l'arme ronronnant et vibrant à son contact. Il la tira vers lui, la révélant totalement.

- Alors c'est là qu'étaient cachés ses autres grelots, chuchota Akikazu.

Haiko l'observait, visiblement fasciné comme tout le monde, admirant plus particulièrement le katana. Takashi saisit le fourreau de sa deuxième main, caressant un instant l'arme des yeux avant de recentrer son attention sur l'épéiste face à lui.

- C'est une arme magnifique, remarqua celui-ci, tout comme l'énergie qui s'en dégage. Votre énergie, précisa-t-il.

Natsume lui sourit, le remerciant silencieusement du compliment.

- Alors, reprit-il d'une voix sérieuse, je vais vous expliquer comment fonctionne votre katana. Une épée spirituelle divine supérieur est une arme rare et très puissante. Elle est capable de vous permettre de remporter la victoire sur un maître du kenjustu même si vous êtes un parfait débutant en la matière. Mais pour cela, il faut remplir une condition primordiale : une confiance sans faille. Vous êtes un dieu dragon et vous êtes très puissant, elle sera capable de vous protéger contre n'importe qu'elle attaque. Mais vous devez vous fiez totalement à elle. Au moindre doute, il y aura une défaillance dans votre attaque et votre défense. L'unique but d'un tel pouvoir et de servir vos intérêts, ce qu'il fera toujours même si ce ne sera peut-être pas toujours évident.

Il marqua une pause s'assurant qu'il avait été claire et que Takashi avait compris. Ce que celui-ci confirma d'un signe de tête.

- Vous devez vous détendre, continua-t-il, et vous laisser conduire par elle. Elle vous guidera en prenant en compte chaque chose, danger ou avantage qui vous entourent mais si vous lui résistait ou que vous ne « l'écoutez » pas, elle ne pourra être efficace. Elle conduira chacun de vos muscles. Vous devez vous laisser faire et vous allier à elle.

- J'ai compris, confirma le dragon noir.

- Alors voyons comment vous vous en sortez, proposa-t-il.

Le gardien tendit ses muscles et dégaina sa lame d'un geste rapide et précis. Il glissa le fourreau à sa ceinture et se positionna de profil, lame en avant. Touts les regards se portèrent alors vers Natsume. Celui-ci, inspira profondément, relâchant ses muscles en fixant Haiko. Il voulait lui prouver qu'il avait parfaitement compris ce qu'il lui avait dit. Aussi, il écouta son instinct et ferma les yeux, décidant de ne plus les rouvrir avant la fin de l'entraînement. Il s'abandonnerait totalement à sa lame. Alors que ses paupières se fermaient, il vit un sourire satisfait se dessiner sur le visage de l'épéiste sentant également l'incompréhension du public autour d'eux.

Il vida sa tête de toute pensée, se concentrant entièrement sur l'arme qu'il avait dans les mains. Et le résultat ne tarda pas à venir. Il senti le katana vibrer plus fort semblant exprimer sa joie. C'était une sensation étrange. Il sentait sa propre énergie parcourir son corps mais elle suivait une sorte de fil conducteur indépendant partant de son arme et parcourant son corps. Il oublia tout ce qu'il y avait autour de lui, se laissant guider. Il dégaina d'un geste ample et fluide. Sa lame chanta en glissant hors de son fourreau qui resta dans la main du jeune homme. Son corps se mit naturellement en garde. Et le combat commença.

Haiko lui fonça dessus a grande vitesse. Tous retinrent leur respiration et quelques cris s'élevèrent en voyant sa lame se diriger vers le ventre de Takashi qui avait gardé les yeux clos, semblant particulièrement serein et détendu. Ginai, bien qu'inquiet et tendu, ne paniqua pas. Il sentait les émotions d'Haiko et celles-ci n'étaient sûrement pas dangereuse pour son amour. Il fut également rassuré par l'attention que le gardien portait à chacun de ses gestes.

Il y eu une série de soupir de soulagement lorsque Natsume para l'attaque avec élégance. Les coups s'enchaînèrent ensuite. Haiko attaquait et Takashi se défendait à merveille. Il bougeait avec grâce et légèreté. Il paraît et esquivait avec précision.

Et le gardien aux cheveux acajou souriait de plus en plus franchement. Fuyume avait parfaitement compris. Lui qui adorait les katana, qu'il ne voyait pas uniquement que comme de simple armes, se plaisait a écouter la voix de la lame gravée d'un dragon de diamant. Elle chantait avec douceur, retranscrivant l'âme de son propriétaire. Seule les connaisseurs pouvaient percevoir cette musique, eux seul pouvaient discerner la danse des lames. Cette danse souvent violente et brutale, meurtrière. Pourtant, dans les mains du dragon noir, le katana aux grelots menait un ballet enchanteur, presque amical. Aucune trace de violence ou de colère. Pas d'envie de blesser ou de meurtre caractéristique de ce genre d'affrontement. Le spectacle aurait touché m'importe qu'elle épéiste capable de percevoir le langage des épées.

Haiko avait beau être un maître, sa lame n'avait pas une telle profondeur, une telle élégance. Il restait admiratif, heureux d'avoir vu cela au moins une fois. Il avait traversé de nombreux duels mais celui-ci, au delà du combat qu'il représentait, donnait plus l'impression d'une caresse réconfortante. Même s'il se battait, il avait l'impression de discuter tranquillement avec un ami et même lorsque Fuyume commença a riposter, il ne sentit aucune agressivité dirigée vers lui, au contraire.

De son côté, Natsume se laissait porter par la voix muette de sa lame. Il ne se posait pas de question, il la laissait faire. Son corps bougeait naturellement, précisément. Aucun geste n'était inutile, aucune dépense d'énergie superflue. Lui et sa lame trouvèrent rapidement leur équilibre. Ils quittèrent alors la défense qui leur avait permis de s'accorder et entamèrent l'attaque. Tout s'enchaîna très vite. Il avançait, reculait, paraît, attaquait.

Haiko fut surpris de la précision et de l'efficacité de son adversaire. Il apprenait très vite. Il deviendrait rapidement un adversaire redoutable. Le gardien le sut dés la première attaque et cela fit monté l'adrénaline en lui. C'était le meilleurs duel qu'il ai eu depuis des décennies. Et c'était la lame la plus honnête qu'il ai jamais croisé. C'était l'extase pour un épéiste comme lui.

Le silence régnait autour d'eux. Tous admiraient le spectacle qui se déroulait devant eux. C'était une véritable danse. Les grelots de cristal tintaient dans l'air constamment, les hypnotisant. C'était juste sensationnel, personne n'aurait pu dire que Takashi n'avait jamais eu d'épée dans les mains. Ses gestes ne traduisait, aucune maladresse aucune hésitation. Il était vif, souple et léger prouvant la qualité de la fusion qu'il établissait avec son arme.

L'affrontement dura longtemps au plus grand bonheur d'Haiko mais au de celui de Takashi qui appréciait de plus en plus. Il s'alliait désormais parfaitement à sa lame. Elle faisait partie de lui, prolongement de son bras. De temps à autre il se servait du fourreau qu'il tenait encore pour bloquer une attaque ou pour frapper à son tour. Il avait toujours les yeux clos mais cela ne le déstabilisait nullement. Non seulement ses nouveaux dons lui permettaient de ressentir son environnement sans le secoure de ses yeux, mais il était également rassuré par l'assurance qu'il se dégageait de son katana. Et il s'aperçut qu'au plus il s'abandonnait à lui, au plus cette assurance grimpait. Les techniques se compliquaient alors, devenant plus dangereuse, plus rapide. Il sentait l'excitation et le bonheur d'Haiko, il sentait aussi qu'il le forçait à devenir de plus en plus sérieux. Il continua donc, se concentrant d'avantage.

Le temps passait et le jeune homme commençait à fatiguer. Mais il poursuivit, absorbé par le duel qui le grisait littéralement. Un frisson de pur joie le traversa lorsqu'il sentit comme un déblocage final entre lui et son arme. Une sensation nouvelle le traversa et une idée lui vint, évidente. Il fit remonter sa lame, à ce moment pointée vers le sol, en diagonal et se servit en même temps de sa magie.

Haiko fit un bond en arrière et des exclamations surprise s'élevèrent du public lorsqu'une gerbe de flammes noires nimbèrent la lame s'en échappant en un jet puissant dans le mouvement ascendant. Le silence tomba ensuite alors que le feu magique s'évaporait. Les deux combattants restaient immobiles. Ginai se leva et commença à se diriger vers son amour en comprenant que l'affrontement était terminé. Il avait été très impressionné par la démonstration de haut niveau qui venait d'avoir lieu et envoûté par la beauté, la grâce et l'élégance constante qu'avait montré Natsume.

Dans une synchronisation parfaite et sans avoir échangé de parole, les deux épéistes rengainèrent leur lames respective. Une fois de plus, elles chantèrent en regagnant leur protections, les grelots accompagnant celle de Fuyume. Celui-ci rouvrit doucement ses yeux qui se posèrent sur son arme. Il sourit, heureux de l'avoir maîtrisée et pas peu fier de sa performance. Le katana disparut ensuite dans un nuage de fumé noire. L'adolescent inspira profondément. Il était épuisé à présent. Il avait chaud et son front était couvert de sueur. Ses jambes tremblaient sous l'effort qu'elles avaient du fournir et ses bras s'étaient fait lourds.

Il soupira d'aise lorsqu'il sentit les mains de Ginai se poser sur ses hanches. Il appuya son dos contre le torse fort. Il porta ensuite ses yeux sur Haiko qui le regardait d'un visage neutre.

- Merci beaucoup, lui dit-il avec gratitude au milieu du silence.

Il inclina la tête en fermant les yeux réellement reconnaissant envers le gardien qu'il gratifia d'un magnifique sourire. Takashi se figea de surprise en voyant ensuite Haiko s'agenouiller au sol et faire disparaître son arme. L'homme posa ses mains devant lui puis son front rejoignit le sol.

- Arigatou gosaimasu Kyūkazan no Ryujin-sama. Ce fut un très grand honneur pour moi, dit-il sans se relever. Vous avez une âme extraordinaire, votre lame le clame pour vous. Je n'avais jamais entendu un tel chant et je n'avais jamais vu une telle danse pour un katana. C'est le plus beau des cadeaux pour un épéiste tel que moi. Je n'ai rien a vous apprendre. Vous le maîtrisait déjà. Seul la pratique et l'expérience vous manque encore, dit-il d'une voix chargée d'émotion.

- Et j'espère que tu seras d'accord pour m'aider à les obtenir, répondit Natsume d'une voix douce, très touché par la marque d'immense respect que lui montrait le gardien qui était aussi devenu un ami.

Celui-ci se redressa restant toutefois à genoux, un immense sourire au visage :

- Ce sera un immense plaisir pour moi, annonça-t-il.

Un léger silence solennelle s'installa une nouvelle fois brisé par une Fuki surexcité :

- C'était extraordinaire ! S'écria-t-elle en applaudissant.

Des acclamations s'élevèrent de partout alors que tous se joignait à elle. L'adolescent rougit, gêné. Haiko se releva et les gardien vinrent entourer les deux dragons. Les remarques enjouées et impressionnée fusèrent de partout jusqu'à ce qu'Akikazu intervienne pour disperser la joyeuse troupe :

- Vous n'avez pas autre chose à faire ? Demanda-t-il avec un regard étrange.

Il y eu un silence pendant lequel les gardiens semblèrent réfléchir, puis Natsume eu l'impression de voir des ampoules s'allumer au dessus de toutes les têtes. Tous s'exclamèrent en même temps provoquant un sacré brouhaha avant de se disperser en courant dans tout les sens. Takashi rigola doucement devant la débandade qui pris place quelques instant au bout des quels il se retrouva seul avec Ginai et Akikazu.

L'argenté enlaça sa taille et déposa ses lèvres dans son cou avant de chuchoter à son oreille :

- C'était très impressionnant et très beau a regarder. Tu m'as fait rêver, dit-il la voix basse.

Posant ses mains sur les siennes, Natsume tourna le visage vers lui en souriant légèrement alors que le dragon d'argent posait sa joue contre son front.

- C'était vraiment splendide, complimenta le maître du sanctuaire en approchant.

- Merci, répondit Natsume. Je suis complètement épuisé maintenant.

C'est normal, entre la magie et l'épée, ça fait pas mal d'activité en une après midi. Allez vous reposer. Quelqu'un viendra vous chercher pour le repas de se soir, annonça Akikazu.

- Allons-y, dit Ginai en s'écartant.

L'argenté couvrit les épaules de son aimé de son haori qu'il avait récupéré puis il lui saisit délicatement la main, l'entraînant vers leur chambre. Une fois arrivé, Natsume se lava rapidement, se débarrassant ainsi de toute la sueur qui avait perlé sur sa peau, imbibant légèrement ses vêtements. Il enfila un yukata blanc et rejoignit ensuite Ginai qui l'attendait dans la chambre. Le dragon d'argent prépara et servit du thé accompagné de quelques gâteaux qui leur avait été apporté.

Le jeune homme s'assit à ses côtés et prit la tasse que son amour lui tendait. Une agréable odeur de thé vert flotta jusqu'à ses narines. Il savoura la boisson chaude avec délice avant de reposer le petit récipient de terre cuite sur la table. Naturellement, il s'allongea ensuite sur les tatami, installant sa tête sur les genoux de son aimé qui buvait toujours tranquillement. Il roula sur son côté tournant le visage vers le dragon d'argent qui se mit a doucement caresser ses cheveux. L'adolescent sourit, profitant de l'attention. Il ferma les yeux et s'endormit.

Ginai le couvait du regard, entremêlant ses doigts dans les mèches ébènes. Il retira son haori et le posa sur le frêle corps de Natsume, s'assurant ainsi qu'il n'attraperait pas froid puis il recommença ses caresses dans un geste qu'il adorait prodiguer et qui procurait un sommeil paisible à son aimé.

Un moment plus tard, on frappa doucement à la porte :

- Entrez, autorisa Ginai la voix basse pour ne pas réveiller le jeune homme qui dormait encore sur ses genoux.

La porte coulissa alors lentement et Akito fit son apparition. Il sourit en voyant le dragon noir endormi et s'inclina légèrement face à Ginai pour le saluer. Il transportait une pile de vêtements qu'il déposa dans l'une des armoires. Silencieux, il s'inclina une fois de plus devant l'argenté qui lui adressa un signe de tête en remerciement. Le gardien quitta ensuite la pièce, plus discret qu'un félin.

Lorsque Natsume ouvrit de nouveau les yeux ce fut pour sentir une certaine effervescence flotter dans l'air. Il ressentait une grande excitation et de la joie. Il se redressa, encore un peu endormis et se sentit attirer par deux bras. Loin de résister, il suivit le mouvement et se retrouva assit sur les genoux de Ginai. Il posa sa tête contre son épaule avec un soupir d'aise et reçu avec plaisir le baiser tendre qui lui était offert. Ils restèrent ainsi un moment, le temps que l'adolescent se réveille.

- Qu'est ce qui se passe ? Demanda finalement Takashi en sentant toujours l'empressement heureux dans le sanctuaire.

- Je ne sais pas, répondit l'argenté avec un léger sourire. C'est comme ça depuis un moment. Tu veux qu'on aille voir ?

Curieux, le jeune homme acquiesça sans pour autant tout de suite se relever. Il se redressa et vola une fois de plus les lèvres de son amour. Il se remit ensuite sur ses pieds.

- Akito nous a apporté des vêtements propre tout à l'heure, informa le dragon d'argent en se remettant à son tour sur ses pieds.

Il se dirigea vers l'armoire et en sortit les tenues. Il y en avait une pour lui même et une pour le jeune dragon. Ils se changèrent tout deux. Natsume se retrouva vêtu d'un kimono d'un noir profond liseré d'un fin entremêlement de fils d'argents. Ses manches étaient un plus longues que la moyenne et le bas du vêtement traînait au sol. L'excès de tissu lui donnait une élégance certaine que Ginai semblait largement apprécier. Une ceinture couleur de lune ceignait sa taille. Un haori ébène lui aussi, se retrouva sur ses épaules. C'était uniquement grâce aux reflets de lumière que l'on pouvait voir la silhouette de soie du dragon noir qui était cousu dans son dos, rendant la vision furtive et mystique.

Le dragon d'acier avait un un kimono de la couleur exacte de ses cheveux. Une ceinture de soie plus foncée ceignait sa taille, ses extrémités pendant jusqu'au sol. Un haori gris clair complétait le tout. Le bas de ce dernier était orné d'une broderie de dragon ondulant sur tout son rebord.

- Je peux tresser tes cheveux ? Demanda Natsume en l'observant.

- Je ne l'ai jamais fait mais pourquoi pas ? Répondit-il avec un sourire.

Ginai s'installa donc au sol et ce fut avec un plaisir non feint que Takashi commença a démêler patiemment la longue chevelure d'argent. Il la tressa ensuite sans trop serrer les mèches donnant naissance à une longues et épaisse tresse lâche. Le jeune homme se releva ensuite et fit un tour autour de son amour, admirant le résultat.

- Ça te va super bien, annonça-t-il alors tout sourire.

- Il faudra que je le fasse plus souvent dans se cas, remarqua Ginai en se relevant.

Il enlaça Natsume, lui volant un chaste baiser puis ils sortirent de la chambre leurs doigts entremêlés. Il régnait toujours cette joie enfantine, cette excitation qui faisait vibré l'air. Les deux dragons suivirent ce que leur indiquaient leurs sens, se dirigeant vers la source de tout ceci. Ils arrivèrent finalement devant une porte qui menait à une gigantesque terrasse couverte. Il n'y avait pas un bruit, ce qui attisa encore la curiosité du jeune dragon. C'était pourtant bien de là que venait tout ces sentiments. Intrigué, il fit coulisser la porte et risqua un œil de l'autre côté. À peine eut-il le temps de faire cela que de nombreuses voix s'exclamèrent :

- Surprise !

Natsume sursauta, étonné et trouva face à lui la totalité des gardiens du sanctuaire. Il observa un peu mieux pour comprendre. La terrasse avait été décoré. De majestueuses guirlandes de papiers s'étendaient entre les piliers périphériques qui soutenaient le toit. De nombreux lampions étaient allumés, un buffet avait était dressé. Haiko, tout excité, s'approcha du dragon noir avec un large sourire et expliqua :

- Nous avons appris que vous partiez demain, commença-t-il, alors on a décidé de faire une fête pour vous dire au revoir.

- Même si on espère vous revoir bientôt Fuyume-sama, Ginai-sama, compléta Akito en approchant à son tour.

- C'est leur idée, cria Akikazu que le jeune homme repéra à l'autre bout de la terrasse.

Bien que Ginai resta impassible comme à son habitude, Natsume leur offrit un immense sourire, profondément touché par leur attention. Il les remercia chaleureusement avant d'être entraîné au milieu de l'assemblée.

Ils firent la fête toute la soirée. Les gardiens avaient prévu divers jeux yokai. Un petit orchestre s'était formé et le couple avait dansé entouré des quelques gardiens qui les avaient imités. Le repas qui avait été préparé fut excellent et ils s'amusèrent pendant de longues heures. Visiblement, les gardiens avaient passé de nombreuse heures a tout préparer et Takashi se remémora alors encore plus amusé, la débandade qui avait suivie son entraînement à l'épée. C'était donc pour cela que les gardiens semblaient si empressés.

Natsume se sentait bien dans cette ambiance festive. Ginai lui ne se lassait plus de voir ses éclats de rires honnêtes qui éclairaient ses traits. Ce ne fut que très tard que la fête cessa et c'est un Takashi presque endormi mais sur un petit nuage, qui se laissa entraîner par le dragon d'argent pour aller se coucher.

À suivre...

XXXXXXXXXX

Et voilà ! J'espère que ça vous a plut ! Prochain chapitre, Natsume rentre dans le monde des humains (annonce-t-elle avec son sourire de dragonneau). Reviews please !

À bientôt pour la suite !