Disclaimer : Les personnages ne sont pas à moi mais à Akira Yamano-sensei...

Commentaires de l'auteur : Et me voilà de retour avec un défi à relever! Et quel défi, voilà que je me lance dans ma toute première traduction!Cette fiction n'est donc pas de moi mais de mangaanime15, j'invite tous ceux qui le souhaiteraient à découvrir la version originale en anglais. Eh oui, je n'ai pas pu résister, je suis fan de l'histoire originelle et je tenais absolument à faire partager cette fanfiction avec vous amis francophones! Pour information, cette fanfic est toujours en cours dans sa version originale et je vous proposerais un chapitre par semaine le samedi, comme rythme de croisière.

Remerciements : Je souhaite remercier en premier lieu mangaanime15 pour m'avoir permis de traduire sa fanfiction. Et aussi, je souhaite remercier ma bien-aimée Royale Belette-chan, pour ses corrections et conseils. Rien ne serait possible sans toi Sweetheart!

Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite une bonne lecture!


Chapitre 1 : Stupide souhait

Giotto était le boss de la plus puissante et influente famille mafieuse du monde. Il avait tout. Il avait la célébrité et le pouvoir. Sous ses ordres, la famille Vongola était devenue une force sur laquelle on pouvait compter. Tous savaient qu'il ne fallait pas lui faire perdre son temps. Il avait des gardiens dignes de confiance et incroyables qu'il n'aurait voulu échanger pour rien au monde, même s'il leur arrivait d'avoir des moments de folies et d'avoir leurs propres bizarreries. Comme la fois où ils ont failli détruire le manoir Vongola à cause d'une petite blague du gamin gardien de la foudre, Lampo. Mais ne nous appesantissons pas là-dessus. Le truc c'était que Giotto n'avait presque aucune inquiétude, à l'exception d'une seule.

Il était inquiet à propos du futur des Vongola lorsqu'il ne serait plus.

Ok, cela pouvait paraître ridicule de penser ainsi alors que les Vongola étaient l'une des familles les plus riches dans le monde. Ils étaient couronnés de succès dans tous types d'activités, légales comme illégales. Avec une croissance stable au niveau de leur puissance et de leur taille, on aurait pu dire que les Vongola avaient un brillant avenir devant eux. Mais, Giotto ne le voyait pas ainsi. En fait, il ne s'inquiétait pas du fait que les Vongola puissent être puissant après son départ ou non. Giotto était plutôt nerveux de savoir si les prochaines générations s'égareraient de leur but premier.

A l'origine, Giotto avait créé les Vongola en tant que groupe de vigilance afin d'aider et de protéger la population. Et c'est exactement ce qu'ils faisaient même s'ils s'étaient peu à peu transformés en mafieux. Mais, Giotto savait très bien que le monde de la mafia était rempli de ténèbres et de corruption. Il ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il pourrait advenir dans le futur. Les Vongola continueraient-ils de protéger la population comme ils le faisaient à l'origine ? Est-ce qu'ils deviendraient comme n'importe quelle autre famille mafieuse qui se fichait de tuer afin d'atteindre célébrité et puissance ? Il y avait tellement de scénarios « Et si… » auxquels pensaient Giotto… Malheureusement, c'était plus de mauvais que de bons scénarios.

Giotto avait tant de questions en tête. Et pourtant, il n'avait aucune réponse à celles-ci. Après tout, les réponses à ses interrogations n'auraient pu être obtenues qu'en examinant le futur. Et si par un quelconque miracle, une personne arrivant du futur était brusquement apparue devant lui. Giotto ronchonna face à l'idée absurde qui lui était venue à l'esprit. Bien sûr, ses gardiens se doutaient que quelque chose l'ennuyait. Aussi, avaient-ils décidé de confronter leur boss bien aimé à son problème, en le coinçant une nuit, contre un mur.

- Ok, crache le morceau, Giotto. Nous savons que quelque chose te tracasse, demanda directement G, sans cacher son intention.

- Maa, Maa, calme-toi G. Je suis sûr que Giotto va tout nous dire, fit Asari, de son sourire radieux, avant de se tourner sérieusement vers Giotto. Pas vrai, Giotto ?

Cette dernière partie ayant été tournée de manière à montrer qu'Asari était sérieux. Giotto transpirait. « Était-ce si flagrant ? Je pensais avoir bien caché mon inquietude. Mais, zut, mes gardiens sont doués. Que devrais-je faire? Je ne veux pas les inquiéter inutilement.»

Avant que Giotto ne puisse penser à un mensonge, Daemon intervint.

- Nufufufufu, je te suggère de ne pas nous mentir. Si tu le fais…

- Je t'arrêterais pour avoir menti et trompé d'autres personnes, dit Alaude avec une aura meurtrière, une paire de menotte étincelant dans sa main.

- D'accord, d'accord. Répondit Giotto en levant les mains.

Mince alors, ses amis pouvaient vraiment être effrayants quand ils le voulaient.

- Ce n'est rien, soupira-t-il. Je me demandais juste ce qu'il adviendrait de la famille Vongola dans le futur…

- JE NE COMPRENDS EXTRÊMEMENT PAS ! Dit – ou hurla plutôt – Knuckle.

Giotto tressaillit à cause du volume sonore.

- Comme je le disais, ce n'est rien. Dit-il en soupirant une nouvelle fois, constatant l'expression « Je ne te crois pas du tout » sur le visage de ses gardiens. D'accord, je n'arrête pas de penser à ce qui pourrait arriver aux Vongola dans le futur. Je sais que j'ai créé les Vongola afin de protéger les gens. Mais, et s'ils s'éloignaient de notre but originel ? Je ne veux pas que les Vongola deviennent comme n'importe quelle autre mafia. Finit-il calmement.

- Tch, tu t'inquiètes pour des choses futiles, commenta G.

- C'est vrai, Giotto. Tu devrais toujours être optimiste, ajouta Knuckle.

- Nufufufu, mais je dois dire que je suis aussi curieux par ce que tu viens de dire, répondit Daemon, avec son rire sinistre. Malheureusement, tu ne peux le savoir qu'en te rendant dans le futur ou bien si quelqu'un provenant du futur venait à notre époque.

- Alors, faisons un vœu sous une étoile filante ?

Tout le monde se tourna vers Asari qui souriait joyeusement comme s'il n'avait pas suggéré quelque chose de complètement stupide.

- T'es un idiot ou quoi ? Tout le monde sait que les étoiles filantes n'accordent aucun souhait. Simple bon sens, rugit G.

- Mais, ça ne blesserait personne d'essayer, pas vrai ? Poursuivit le gardien de la pluie, nullement gêné par le commentaire du gardien de la tempête.

- Je suppose que oui, songea Giotto.

Soudainement, Lampo cria et pointa du doigt à l'extérieur de la fenêtre.

- Regarde, une étoile filante ! Vite, fais un vœu, Giotto.

Un grognement général se fit entendre de la part des adultes, devant la gaminerie de Lampo. Mais, Giotto ne voulait pas décevoir le plus jeune alors il fit un vœu pour tout le monde. Il ferma les yeux et prononça fortement.

- Je souhaite que nous puissions rencontrer la génération future de la famille Vongola.

Giotto ouvrit lentement ses paupières. Rien ne s'était passé.

- Je suppose qu'il ne se passera rien, dit-il, déçu.

- Evidemment qu'il ne se passera rien, se moqua G. Seul un idiot…

POOUUFFFF !

Tout à coup, face à eux survint une grande explosion de fumée.

- … Pourrait croire que… finissait G, faiblement tandis que la pièce entière était envahie par la fumée.

Tout le monde était stupéfait. Puis, ils revinrent à eux dès qu'ils distinguèrent des silhouettes dans la fumée. Ce n'était pas forcément une bonne idée de rester bouche bée comme des idiots lorsqu'un ennemi (en espérant que non) se tenait face à eux…

- Vache stupide, regarde ce que tu as fait !

- La ferme, stupi-Dera. C'est toi qui as commencé.

- Maa, maa, calmez-vous, Gokudera, Lambo. Je suis persuadé que Lambo n'avait pas l'intention de laisser tomber le bazooka.

- La ferme, accro du baseball !

- Oi, tête de poulpe, il s'est passé quoi à l'EXTRÊME ? On est où?

- Qui est la tête de poulpe, tête de gazon ?

- Mukuro-sama, que devrions-nous faire maintenant ?

- Kufufufu, il semblerait que nous avons été envoyés dans le futur encore une fois. Je suppose que nous devons attendre 5 minutes.

- Pour ce rassemblement, je te mordrais à mort.

- Kufufufu, j'aimerais voir comment tu vas faire.

La première génération suait à grosses gouttes devant les intrus tandis qu'ils entendaient des cris, des bruits de métal et des chamailleries. Sérieusement, n'avaient-ils pas réalisé leur présence du tout ? La fumée commençait à se dissiper. Ils virent qu'il y avait au moins 8 intrus. Ces derniers portaient des costumes. La première chose qui vint dans l'esprit de la première génération était « mafia ». Ils dégainèrent lentement leurs armes. Prenant avantage de leur « oubli » sur ce qui les entourait, Giotto signala à ses gardiens d'attendre que la fumée se dissipe avant d'attaquer ces importuns. Ça devrait leur apprendre une bonne leçon : ne pas tourner le dos à ton adversaire.

Enfin, c'était le plan…

Jusqu'à ce que la scène se dévoile enfin sous leurs yeux.

Un pseudo Lampo version enfant était en train de tirer les cheveux d'un garçon qui ressemblait effroyablement à G, à l'exception de sa couleur de cheveux. Nom de… Il avait même la même mine renfrognée que G lorsqu'il était en colère. Un semblant d'Asari rigolait bêtement. Puis, un choc de métal attira leur attention sur deux garçons qui encore une fois ressemblaient comme deux gouttes d'eau à Alaude et Daemon. Non loin d'eux, il y avait une fille et un garçon. Giotto pourrait jurer que la jeune fille avait la même coiffure d'ananas que le garçon avec le trident. Quant au sosie de Knuckle, il était en train d'encourager le combat en cours (ou plutôt hurler). Alaude fronça les sourcils devant la scène. Il ne supportait pas d'être ignoré, et surtout être ignoré par une bande de gamins qui leur ressemblaient étrangement. Apparemment, il n'était pas le seul que cela dérangeait.

- Qui diable êtes-vous ? Et comment êtes-vous parvenus jusqu'ici ? Hurla G, en captant l'attention des gamins.

Cela eut un effet immédiat et le groupe arrêta immédiatement leurs chamailleries. Il y eut un moment de silence avant qu'une grande acclamation ne survienne.

- C'est quoi ce bordel ? Comment pouvez-vous être vivants ? Beugla le sosie de G.

- Maa, maa, calme-toi. Je suis sûr qu'il s'agit d'un malentendu.

- Pourquoi vous êtes EXTRÊMEMENT là ? Vous êtes venus pour nous tester à l'EXTRÊME ?

- Tsuna, il y a un fantôme ! Gémit l'enfant vache.

- Kufufufufu, il semblerait que nous ayons été envoyés dans le passé au lieu du futur.

- Que devrions-nous faire, boss, Mukuro-sama ?

- Vous êtes ennuyants. Pour ça, préparez-vous à être mordu à mort, prononça le garçon aux tonfas, en dévisageant la première génération pour avoir interrompu son combat avec l'autre ananas.

Sans aucun avertissement, il porta son attaque contre sa proie la plus proche : Alaude. Celui-ci se mit rapidement en position de combat. Le garçon visa un coup sur sa tête, lequel Alaude put éviter à la dernière minute. Cette attaque semblait être un signal pour les autres gardiens d'entamer le combat et d'attaquer les intrus. Avant que Giotto ne le remarque, ses gardiens se battaient contre les gamins en face d'eux. Au départ, Giotto pensait que ce serait une bataille facile. Mais, ces enfants ne décrochaient pas aussi facilement. Pour une bande de gamins, ils étaient étonnamment bons au combat. Mais Giotto ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter à propos de cette bagarre. Elle commençait à être hors de contrôle.

- Arrêtez-ça maintenant ! Fit une voix calme pleine d'autorité, dont l'écho se répercutait dans la salle.

Tous les occupants dans la pièce se figèrent sur place immédiatement. Oui, y compris la première génération. Toutes les têtes se tournèrent vers le propriétaire de la voix. La première génération eut le choc de leur vie en apercevant un mini Giotto en face d'eux, presque dans le même costume et manteau que leur boss. Le garçon possédait l'aura d'un chef, puissant et plein d'autorité, tout comme Giotto quand il était en mode boss. Mais, l'adolescent était plus sérieux que Primo. Son aura criait presque « Je suis peut-être mignon, adorable et petit mais je suis suffisamment fort pour vous botter le cul. Alors, ne venez pas m'ennuyer. » Les seules choses qui se distinguaient entre Giotto et le garçon, étaient la couleur de leurs yeux et de leurs cheveux. Si les gardiens ne connaissaient pas aussi bien leur boss, ils auraient pu jurer que le gamin en face d'eux était le fils de Giotto. Mais la chose qui attira le plus leur attention était l'anneau au doigt du garçon.

L'anneau Vongola du Ciel.

Tout le monde avait la bouche béante. Enfin, à l'exception d'Alaude. Il était trop froid pour être vu comme un imbécile, la bouche formant un O par l'étonnement. Mais vous pouviez voir à quel point il était choqué en observant la façon dont ses sourcils s'arquaient. Giotto porta son regard en direction des autres enfants. C'est à ce moment-là qu'il remarqua que chacun d'eux portait un anneau, ressemblant étrangement aux anneaux Vongola. Mais c'était impossible. Ils possédaient les véritables anneaux. Pourtant, les anneaux des gamins ne semblaient pas être de pâles imitations.

Toussotement.

Giotto interrompit très vite sa transe lorsqu'il entendit un toussotement venant de son sosie. Il se souvint soudainement de la situation actuelle et il agissait comme un idiot en se tenant ainsi, sa bouche s'ouvrant et se refermant. Il regagna aussitôt son sang-froid. Et il observa le mini Giotto. Ce garçon semblait être le boss puisque tous ceux de son groupe attendaient de lui un quelconque ordre.

- Je suis Giotto, Vongola Primo et voici mes gardiens. Fit Giotto en indiquant de sa main ses gardiens. G, mon gardien de la tempête Asari, gardien de la pluie Knuckle, gardien du soleil Alaude, mon gardien du nuage Lampo, gardien de la foudre et Daemon, gardien de la brume. Qui êtes-vous ? De quelle famille venez-vous ? Et comment êtes-vous parvenus jusqu'ici? Demanda-t-il d'un ton ferme.

Giotto avait un pressentiment concernant l'endroit dont ils venaient mais, il avait besoin de le confirmer d'abord. Le groupe était nerveux. Ils observèrent leur boss comme s'ils lui demandaient ce qu'ils devaient faire. Le garçon hocha la tête lentement, en conservant un visage calme et composé.

- Tch… Gokudera Hayato, gardien de la tempête, dit le sosie de G.

- Ah ah ah, mon nom est Yamamoto Takeshi. Je suis le gardien de la pluie, répondit le gamin souriant.

- Je suis Lambo-san, le génial gardien de la foudre. Inclinez-vous devant moi.

Tout le monde transpira un coup en entendant la présentation de l'enfant vache. « Un vrai merdeux ». Lambo aurait voulu continuer son discours mais un regard de son boss suffit à le faire taire.

- Je suis Sasagawa Ryohei, l'EXTRÊME gardien du soleil. Chacun d'eux tressaillit sous le volume sonore.

- Kufufufufu, je suis Rokudo Mukuro. Cette fille, ici présente, est Chrome Dokuro. Nous sommes les gardiens de la brume, annonça le garçon à la coupe d'ananas.

- Hn, Hibari Kyouya, gardien du nuage. Fit l'alouette en les fixant du regard.

La première génération se tourna vers le dernier garçon. D'une certaine manière, attendre une réponse de ce gamin les rendait nerveux. C'est pas comme s'ils allaient le montrer non plus… Le garçon paraissait toujours calme sous le regard insistant de tant de personnes.

- Mon nom est Sawada Tsunayoshi. Dit-il en faisant une pause et ajouta : Et, je suis Vongola Decimo.

Silence. Puis…

- QUUUOOOIII ?


Notes : Fin du 1er chapitre! J'espère que ça vous aura plu? Je serais ravie de lire vos impressions grâce au bouton magique ci-dessous... Et si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à aller voir la fiction originale! Bon week-end à toutes et à tous, et je vous dis à la semaine prochaine!