Aller au bout de ses rêves.

Chapitre Un.

« Mais si, puisqu'on te le dit, Angeal ! Fait pas ton coincé ! » insista Genesis pour la centième fois à voir l'air exaspéré que lui et Sephiroth affichaient.

« Puisque vous lui dites quoi ? » demanda Zack en fermant la porte de leur salle de repos. Son mentor se mit à rougir furieusement tandis que le roux se mettait à rire. Même le grand Sephiroth affichait un sourire espiègle.

« Ta nouvelle recrue, ton p'tit blond... » commença la légende en ricanant.

« Oui, quoi ? » Ce petit jeu l'agaçait déjà, s'il s'agissait de Cloud, il devait savoir ! Il avait réussi à le convaincre de repasser les examens pour devenir SOLDAT et, grâce à l'appui d'Angeal, il avait réussi à faire fléchir Lazard, qui avait accepté à contrecoeur et uniquement si Zack lui fournissait un entrainement supplémentaire qu'il ne pourrait lui prodiguer que sur son temps libre ou, exceptionnellement, en dehors de ces missions sur le terrain. Il avait accepté la tutelle du gamin avec joie. Depuis qu'il l'avait rencontré, simple milicien ruminant son échec, il n'avait pu le sortir de son esprit. Zack était fasciné par ce jeune homme blond si timide qu'il en devenait adorable. Il avait donc tout fait pour l'aider à réaliser son rêve, le comprenant mieux que quiconque. Le lien qu'ils avaient tissé dépassait l'amitié, même s'il n'osait jamais trop y penser.

« Alors ? » demanda-t-il encore une fois devant l'air moqueur de ceux qu'il pouvait enfin considérer comme ses égaux... ou presque ! Seul son ami semblait plus sérieux.

« On lui dit ? »

« Oui, Gen, dis-lui. Il vas nous faire une crise sinon... » répondit l'argenté.

« Bon, voilà, ton Cloud là... Il est gay. C'est sur. »

« Qu... Quoi ? » Zack était abasourdi. C'était impossible ! Il l'aurait vu !

« Ouep ! Et même qu'on compte bien en avoir la confirmation au plus vite. » Reprit le roux en s'étirant avant d'allonger ses longues jambes pour poser ses pieds sur la table autour de laquelle ils s'étaient installés pour déjeuner.

« La... confirmation ? »

« Seph... Explique-lui. » Angeal rougit à nouveau et, comme ça ne lui ressemblait pas du tout, Zack sentit l'appréhension le gagner.

« Nous avons décidé de vérifier notre... hypothèse. Et aussi de voir si le terrain est encore... vierge. Si c'est le cas, nous comptons bien lui faire découvrir le monde merveilleux de la luxure et de la dépravation. » lui exposa celui qui restait malgré tout son supérieur de sa voix douce et calme, bien qu'aussi tranchante que sa lame. Genesis semblait aux anges. Angeal, au trente-sixième dessous.

« Non, mais ça ne va pas ! Vous êtes malade ou quoi ? »

« Attends, Puppy, c'est pas le pire ! Ils ont même ouvert un site de paris en ligne sur le serveur interne de la Shinra. » Lui apprit son fidèle ami.

« Pardon ? Vous allez m'effacer ça tout de suite ! C'est une atteinte à sa vie privée ! Puis vous n'êtes même pas gay, d'abord ! »

D'un bon gracieux, le beau rouquin se leva et se rapprocha lentement de lui de son pas félin, le dévorant des yeux. Arriver à sa hauteur, il souleva son menton en le tenant par le pouce et l'index et chuchota :

« Tu n'es jamais venu prendre la peine de le vérifier... » Son haleine sentait la pommesotte et ses yeux azur le transperçaient. Il avait déjà remarqué à quel point il était beau, mais, là, il en eut le souffle coupé. Avalant difficilement, il se força à soutenir son regard.

« T'es pas mon genre. » Répliqua-t-il le plus froidement possible. Et, bien que ce fut vrai, il entendit cette petite voix traitresse au fond de lui crier : « On s'en fou de qui est ton genre, saute-lui dessus ! Une occaz pareille, idiot ! » Mais il ne l'écouta pas. Elle l'avait déjà bien trop trahi.

Genesis se pencha pour effleurer ses lèvres des siennes, mais, juste avant qu'elles ne se touchent, il interrompit son geste, restant immobile comme pour tester la véracité de ses dires. Zack allait craquer quand, enfin, il recula.

« Dommage, beau brun. » Et il retourna s'assoir sous l'oeil choqué d'Angeal. Tout le monde à la Shinra savait qu'il était bi, mais son meilleur ami avait toujours eu du mal à le voir avec un homme au lieu d'une femme. Il se souvint de la nuit où il avait découvert son attirance pour les personnes du même sexe que lui. C'était dans un bar, au retour d'une mission avec son mentor. Ils fêtaient dignement leur réussite, mais, malgré le nombre incalculable de jeunes femmes qui étaient venues danser tout contre lui, Zack n'avait pu quitter un grand brun des yeux de toute la soirée. Lorsqu'il avait enfin eu le courage d'aller lui parler, il n'avait rien trouvé à lui dire, ne sachant absolument pas comment le draguer.

Heureusement celui-ci s'était contenté de lui offrir à boire et l'avait emmené vers un des salons privés. À peine arrivé il avait capturé son visage entre ses mains et l'avait embrassé en l'entrainant sur la banquette moelleuse. Zack s'était senti partir. C'était tellement différent des caresses d'une femme. Il savait ce qu'il devait faire, car il savait ce qu'il aurait aimé qu'on lui fasse. Aucun doute, aucune hésitation. Mais, quand quinze minutes plus tard ils étaient tous les deux essoufflés comme après une série de flexion alors qu'il n'avait fait qu'échanger des baisers, il avait sentit une énorme main l'attraper par le col et s'était retrouvé dehors, dans le froid, devant un Angeal furieux, toute son extase avec disparue. Ç'avait été comme si une chape de plomb avait été coulée dans ses entrailles.

« Non, mais tu foutais quoi là, Puppy ? Je rêve ou ce type allait te grimper dessus ? Il t'a pas fait mal au moins ? » Le plus jeune n'avait rien compris.

« Me faire mal ? »

« Bein ouais ! Si j'avais su que ce genre de pervers trainait ici jamais je t'y aurais emmené ! Allé, viens, on rentre. »

« Pervers ? » le terme l'avait choqué. Alors Angeal trouvait les homos pervers ? Pourquoi ? « Il t'ai pas venu à l'idée que j'aimais ça par hasard ? Il ne me forçait pas ! C'est moi qui suis allé vers lui, d'ailleurs ! Baka ! » et il était retourné à l'intérieur du bar rejoindre celui qui deviendrait son premier amant. Leur nuit avait été... très agréable. Il aurait pu la qualifier de magique, mais, avec la douleur physique de l'acte en lui même, il n'avait cessé de penser aux paroles de son ami, qui l'avaient profondément blessé. Il se demandait même s'il n'allait pas le voir à partir de là lui aussi comme un pervers. Mais non, dès le lundi suivant, Angeal s'était excusé, disant qu'il ne pouvait pas deviner que son Puppy avait viré de bord s'il ne lui en parlait pas.

« J'ai pas viré de bord ! » s'était-il alors exclamé.

« T'as fait quoi alors ? Tu voulais juste tester ? »

« Je... » Il n'y avait même pas vraiment réfléchi. « Je pense que j'aime les deux, voilà. » Cela avait fait rire son ainé, qui lui avait asséné une grande tape amicale dans le dos avant de lui faire une clé de tête pour lui ébouriffer les cheveux, lui disant qu'il était vraiment un chiot, aimant les caresses du moment qu'elles étaient bonnes ! Il avait ri aussi, bien que la remarque aurait pu être prise de manière désobligeante, il savait que ce n'était pas le but recherché. Son mentor n'avait jamais été très doué pour exprimer ce genre de choses. Et si Cloud était vraiment gay ? À cette pensée il se mit à sourire. Non... ce serait trop beau. Un si joli garçon... Mais il était vrai que depuis les trois mois qu'il l'entrainait il ne l'avait encore jamais entendu parler de petite-amie, ni même de sortie à bien y réfléchir. Les seules fois où il était allé boire un verre, c'était avec son tuteur.

Il s'était assis sans même s'en rendre compte, perdu comme il l'était dans ses souvenirs. Il ne revint à lui qu'en entendant toquer timidement à la porte.

« Entré ! » cria-t-il en se demandant qui pouvait bien se comporter comme ça. Seulement personne n'entra et les coups recommencèrent, légèrement plus insistants. En soupirant, il se leva pour aller entrouvrir la porte, mais au lieu de retourner s'assoir en laissant l'intrus entré il se calla contre l'ouverture pour empêcher ses compagnons de voir qui se tenait là. L'intrus n'était autre que le sujet de ses nouvelles préoccupations.

« Cloud... Je peux faire quelque chose pour toi ? » demanda-t-il avec un sourire en coin.

« Tu... tu as oublié ? » Le blond avait l'air tout penaud.

« Oublié quoi ? » il se gratta la tête, cherchant difficilement à se souvenir de ce qu'il aurait pu oublier.

« On est vendredi... », commença le plus jeune.

« Oui... »

« Après-midi... »

« Oui... »

« Et vous n'êtes pas en mission... »

« Oui... » il ne voyait toujours pas où il voulait en venir.

« L'entrainement ! Vous... vous avez vraiment oublié ? » sa voix semblait sur le point de se briser.

« Mais non ! Je te charriais ! » tenta-t-il de se rattraper. Il entendit les trois derrières retenir un fou rire et il se glissa dans l'espace entre la porte et le chambranle pour sortir avant de refermer derrière lui aussi vite que possible. Il entendit quand même un sifflement et le petit rire sarcastique de Sephiroth. Il était sûr que lui et Genesis allaient profiter de son absence pour échafauder leur plan en vue du futur coming-out de Cloud. Bien qu'il continue de douter de la réelle homosexualité de son protégé, il se résolut à découvrir ce qu'il en était par lui-même, quitte à se blesser en se faisant rejeter.

ooo

Durant tout le temps que dura leur entrainement, c'est-à-dire plus de trois heures, Zack s'arrangea pour toujours voir le visage du blond dans une des nombreuses fenêtres qui longeait deux des murs de la salle. Il avait opté pour de simples exercices de musculation pour pouvoir tester Cloud autant qu'il le souhaitait.

Lorsque, pour la millième fois, il le frôla en changeant de position, il sentit son élève sursauter à nouveau. Et, comme à chaque fois, celui-ci baissait les yeux. Mais, même quand il tournait la tête, le brun n'en perdait pas une miette grâce aux multiples vitres. Il savait que ses contacts lui faisaient beaucoup d'effet, mais ignorait si c'était du dégoût d'être touché par un homme, de la gêne parce qu'il admirait son professeur, ou un réel désir qui le faisait rougir quand le contact durait plus longtemps.

Il décida de jouer le tout pour le tout en arrivant aux derniers exercices et, bien qu'il l'ait déjà fait pratiquer à l'aspirant SOLDAT trois fois aujourd'hui, il se colla à lui.

« On va faire des flexions maintenant. Je vais t'aider à trouver la meilleure position. » Il savait parfaitement qu'il aurait pu le corriger sans même le toucher, mais il s'était rendu compte que c'était surtout lui-même qu'il électrisait à chaque fois qu'il le touchait et, désormais, il avait juste envie d'être près de lui. Physiquement.

« Hm... » le blond s'était raidi, retenant visiblement son souffle.

« Inspire. » Cloud obéit.

« Expire. » Lui dit-il en s'abaissant tout contre son corps et en le tenant par la taille. « Tends bien les bras, sinon quand je te lâcherai il n'y aura rien pour faire contrepoids. »

Après cette dernière consigne, il ne pensa plus à continuer ses explications. Il profitait juste de la sensation procurée par leurs mouvements coordonnés. Au bout d'une vingtaine, il remarqua que la nuque du blond était devenue encore plus rouge qu'il ne l'aurait cru possible. Il le fit donc arrêter et s'éloigna. Son coeur battait fort et il avait dû faire appel à tout son self-control pour ne pas se laisser aller à d'autre signe physique de son désir.

« Continue, je te regarde. » Son élève détourna une fois de plus son regard alors que là il n'avait vraiment pas pensé à mal. Il alla s'assoir sur une des nombreuses machines de musculation qui parsemaient la salle et le regarda. Sa position était parfaite. Elle l'avait toujours été. Mais il fallait qu'il sache !

Au bout de cinq minutes, il l'interrompit à nouveau, ravi de le voir en aussi bonne forme. Encore trois autres mois et il ne serait plus jamais le jeune homme trop faible pour intégrer le SOLDAT. Ses muscles devaient surement s'être déjà bien développés, mais c'était difficile à juger dans ces tenues toujours trop ample ou trop épaisse à son goût. À cette pensée il sentit à nouveau le désir l'étreindre. Il avait toujours ressenti de l'attirance pour lui, dès le premier regard. Mais il s'était sermonné et convaincu qu'en plus d'être surement hétéro le gamin était trop jeune, et adulait trop les premières classes pour profiter de son innocence et de son admiration pour l'entrainer dans son lit. Au fil du temps, il avait commencé à nouer une véritable amitié et, de son côté, il se rendait bien compte qu'elle prenait une ampleur d'une tout autre dimension. Le regard perplexe de son protégé le tira de ses pensées. Décidément, depuis que Genesis et Sephiroth avaient ouvert la porte de cette possibilité, il avait vraiment la tête ailleurs.

« On a fini pour aujourd'hui. On va aller prendre une douche. » Cloud tiqua au « on ». Jamais Zack ne s'était autorisé à l'accompagner dans les vestiaires. Il avait toujours sagement attendu qu'il ait fini pour aller prendre la sienne, refusant de se soumettre à une tentation à laquelle il pourrait ne pas résister et qui risquerait de briser tout ce qu'il avait réussi à construire. Son élève lui faisant souvent penser à un animal sauvage qu'il fallait apprivoiser. En plus de sa timidité, le blond préférait souvent la fuite, que ce soit juste celle de son regard le plus souvent mettait déjà le brun bien trop mal à l'aise, ayant toujours peur de tout foutre en l'air. Mais cette fois-ci, il fallait qu'il aille jusqu'au bout. Il fallait qu'il sache ! Ce but à atteindre devait l'être au plus tôt, sinon il en deviendrait fou avant la fin du week-end, qu'il passerait sans doute avec Aerith, loin de celui qu'il désirait réellement voir.

« Quoi ? » demanda-t-il en riant, essayant d'afficher une décontraction qu'il ne ressentait absolument pas. « Ça te dérange ? Si tu veux, je peux attendre... »

« Non ! » l'empressement que Cloud avait eu à répondre le fit sourire.

Il lui laissa quand même un peu d'avance et, quand il le rejoignit , celui-ci était déjà sous l'eau brulante.

Zack prit alors tout son temps pour se déshabiller, ayant choisi une place où il était sûr que son élève ne manquerait rien du petit spectacle qu'il lui réservait. Il fit comme s'il ne remarquait pas les nombreux coups d'oeil que le blond lui jetait.

En le voyant arriver à son pantalon, la jeune recrue se tourna précipitamment dos à lui, comme s'il avait eu quelque chose à cacher. Il n'en sourit que plus. Mais lorsqu'il entra enfin dans les douches, Cloud se déplaça jusqu'au dernier pommeau sans un regard pour son professeur. Il en fut très déçu et se demandait comment se rapprocher de lui sans le brusquer. N'étant pas d'humeur stratège il se décida pour le coup classique de la savonnette et, en la serrant trop fort dans sa main, la fit sauter jusque contre le mur devant lequel le blond restait désespérément tourné. Elle explosa sous l'impact, mais le plus gros morceau de savon avait atterri entre le mur et son élève. Plutôt que de lui laisser le temps de se rendre compte de ce qui venait de se produire, et qu'il puisse le ramasser lui-même, Zack se précipita à quatre pattes entre les jambes de Cloud, qui eut un hoquet de surprise. Il récupéra le morceau de savon et leva la tête vers le visage d'ange qui le surplombait, prenant l'air étonné de le trouver tendu de désir.

« Mmmmh...Voilà qui est intéressant. » fit-il en passant complètement entre ses jambes et en se retournant pour s'assoir face à lui. Le blond tenta de se retourner, mais il l'attrapa fermement par les cuisses, bien décidé à ne pas laisser passer cette chance. Il crut devenir fou lorsque, l'obligeant à s'assoir sur ses cuisses en lui faisant plier les genoux, sa queue passa tout près de son visage, frôlant presque ses lèvres, avant de glisser contre son torse et de finir par se coincer contre son ventre en ayant laissé un chemin invisible, mais brulant, sur sa peau.

L'aspirant SOLDAT était rouge pivoine et regardait fixement le carrelage du sol comme s'il n'en avait jamais vu de sa vie.

« Regarde-moi. » Murmura le brun. Après avoir difficilement dégluti, Cloud leva ses yeux bleus vers lui. Il dut s'y reprendre à deux fois, se mordant la lèvre inférieure en faisant une moue hésitante qui fit littéralement fondre le première classe. Lorsqu'enfin l'azur rencontra la mer, il se perdit dedans. Il sentait son propre désir monter et vit son élève rougir à nouveau après avoir pourtant réussi à se calmer. Il devait le sentir, lui aussi. Zack prit alors le temps de le détailler. Ses muscles s'étaient effectivement dessinés depuis la seule et unique fois où il les avait vus, lors de la visite médicale que tout aspirant devait passer. Il sentit son envie de lui grandir un peu plus devant ses formes parfaitement dessiner et suivit délicatement le contour de ses abdos du bout des doigts avant de remonter vers l'un de ses pectoraux. Il le tenait toujours d'une main ferme au niveau de la taille, mais ce n'était plus vraiment nécessaire. Lorsqu'il tourna autour de son téton, Cloud soupira d'aise. N'y tenant plus, il attrapa sa nuque et l'attira à lui. Il hésita une seconde, mais en voyant le blond fermer les yeux, il posa délicatement ses lèvres sur les siennes dans un chaste baiser. Il ne voulait vraiment pas le brusquer, seulement, en approchant son visage du sien, il avait involontairement frotté son ventre contre le membre dressé de son protégé, le faisant gémir. Ce son le rendit fou et il lui lécha la lèvre inférieure, quémandant l'entrée de sa bouche. Il eut peur que l'accès lui en soit refusé, mais, à sa plus grande surprise, le blond la lui happa, la suçotant avec force avant de partir à la découverte de ce nouveau terrain de jeux. Les bras de son élève l'agrippèrent, un autour de son cou, l'autre dans son dos, le griffant presque en se collant à lui. Son baiser était passionné, comme si, lui aussi, refrénait ses désirs depuis trop longtemps. À cette idée le coeur de l'instructeur fit un bond dans sa poitrine et il glissa une main entre eux pour prendre son sexe et le caresser. Cloud sursauta à ce contact et se recula brusquement, tombant au sol et le regardant étrangement.

« Pardon... Je vais trop vite... » s'excusa le brun. « C'est juste que... je n'aurais jamais cru que tu étais homo et donc je... » son élève blêmit et se releva. Le regardant d'un air hautain, il lui cracha :

« J'suis pas Pd, moi ! » et partit, emportant ses affaires pour aller se sécher et se changer dans les toilettes avant de sortir en claquant la porte avec violence.

Zack n'en revenait pas. Il resta là, sous l'eau chaude, complètement hébété. Ce qu'il avait le plus craint était arrivé. Il avait tout foutu en l'air. Il avait profité de la confiance de son protégé pour le faire aller à l'encontre de ce qu'il était. Lui qui ne pleurait jamais sentit les larmes lui monter aux yeux.

« Crétin ! » fit-il en se tapant la tête contre le mur. Et il recommença ce geste une bonne dizaine de fois en continuant à s'insulter à haute voix, se trouvant pitoyable. Il n'avait pas eu l'intention d'aller si loin. Il ne pensait que le tester, mais avoir découvert Cloud dans cet état l'avait fait oublier toutes ses bonnes résolutions. Il avait pensé ne pas vouloir le brusquer, mais c'était exactement ce qu'il avait fait. Et voilà, maintenant il savait. Son blondinet adoré n'était pas gay. Et la façon dont il le lui avait dit le faisait se sentir sale et indigne de son rôle de mentor.

« Et merde ! » s'exclama-t-il après s'être relevé, donnant un violent coup de poing dans le mur de pierre et brisant le carrelage. Une douleur aiguë remonta tout le long de son bras et il vit le sang couler sur la blancheur immaculée de son ennemi imaginaire. C'était lui-même qu'il voulait frapper, et la souffrance dans sa main lui fit du bien.

ooo

La sonnerie de son PHS le réveilla tard dans la nuit, alors qu'il venait enfin de trouver le sommeil, s'étant torturé mentalement pendant des heures sur comment il pourrait bien rattraper ce fiasco et continuer à entrainer Cloud après ce qu'il avait fait... Le blond devait le haïr. Pire, il devait le dégoûter. Et Zack savait qu'il ne supporterait pas de voir ça dans les yeux bleus de son protégé.

« Allo ? » fit-il d'une voix toute pâteuse. Il avait bu plus que de raison pour pouvoir s'endormir

« Monsieur Fair ? C'est Ted... », il entendait une musique assourdissante derrière la voix mal assurée de cet homme dont le nom ne lui disait rien. Une ancienne conquête qui revenait mendier une nuit avec lui ? Peu probable... Il les avait tous envoyé paître depuis que le jeune homme était entré dans sa vie, chamboulant tout ce qu'il pensait croire et savoir d'elle et des relations humaines.

« Ted qui ? » demanda-t-il en grognant. Il ne voulait plus penser. Plus cette nuit.

« Le barman du Mog's on Fire, monsieur Fair... »

« Hum... ? » Il ne s'était jamais tapé de barman, encore moins dans ce bar trop proche du siège de la Shinra. En plus il fallait les attendre, et le brun détestait ça. La patience n'était pas son fort, ce n'était pas pour rien si Angeal le surnommait Puppy...

« Votre ami, la jeune recrue, que vous m'aviez dit de surveiller si un jour il venait seul... Et bien, il est là... » Zack se sentit soudainement totalement réveillé.

« Et ? » demanda-t-il anxieusement.

« Il... il est soul. Et refuse de prendre un taxi. Il n'a pas arrêté de se plaindre de vous depuis son troisième verre de Tequila et... je me suis dit qu'avec ce qui est en train de se produire, il vaudrait mieux que vous veniez le chercher. Et vite ! »

« Qu'est-ce qui est en train de se produire, Ted ? » demanda-t-il en imaginant déjà le blond nu, dansant sur les tables, tandis qu'il enfilait fébrilement son pantalon.

« Et bien il...il... »

« Il quoi bordel ? » il sortit de sous son lit avec la botte qui s'y était cachée, encore plus nerveux.

« Votre... votre ami... »

« Oui, quoi Cloud ? »

« Non, pas le jeune homme... L'autre... Vincent... »

« Vincent ? » Il avait crié. Qu'est-ce que sont ex venait faire là-dedans ? Cette sangsue était-elle occupée à se venger de lui ?

« Et bien... Il lui fait des choses qu'il... » mais Ted s'arrêta en étouffant un cri de surprise.

« Accoucher ! Qu'est-ce qu'il lui fait nom de dieu ? » demanda-t-il en cherchant ses clés.

« Des choses qu'il devrait plutôt faire à l'hôtel... » soupira enfin le barman, faisant rater une marche du perron au brun.

« J'arrive, essayer de contenir leur... fougue, merde ! C'est pas un bar à pute votre établissement, à ce que je sache ! » et il raccrocha avec fureur en enfourchant sa moto.

Sept minutes plus tard, au lieu des quinze qu'il lui fallait habituellement, il dépassait le siège de la Shinra et tourna en faisant crisser ses pneus dans la rue du Mog's on Fire. Après avoir garé Fenrir, il entra dans le bar comme un flèche, prêt à démolir Vince et ramener le gosse par la peau du cou chez lui pour lui faire prendre une bonne douche froide. Pour la première fois de sa vie, il ressentait de la jalousie. Et ce sentiment détestable le dévorait de l'intérieur.

« Où sont-ils ? » aboya-t-il au pauvre Ted qui se recroquevilla derrière son comptoir. Mais lorsqu'il suivit des yeux la direction que pointait le barman, son sang ne fit qu'un tour. Cloud, visiblement endormi, essuyait sans broncher les assauts de son ex qui profitait, comme à son habitude, de la faiblesse de sa « victime ».

« Il est dans les vapes depuis peu après que je vous ai appelé, monsieur Fair... »

« Et vous n'avez pas essayé d'arrêter ce gros dégueulasse ? » hurla-t-il.

« Si monsieur... Mais votre ami a assommé nos deux videurs... » Et, effectivement, il remarqua deux énormes malabars vautrés dans un coin. Il soupira. La belle gueule de Valentine n'allait pas s'en sortir sans dommage cette fois. Celui-ci était toujours en train de lécher le torse de son protégé, mais essayait désormais d'accéder à l'intérieur de son pantalon.

« Donnez-moi un whisky, Ted. Sans glace. » Dit-il d'un ton las.

« Bien monsieur. » Et il le servit avec toute la rapidité dont il arriva à faire preuve malgré les tremblements de ses était visiblement terrifié, mais il était aussi vrai que les premières classes du SOLDAT n'étaient pas réellement connus pour leur gentillesse. Ce n'était pas ce qu'on attendait d'eux, de toute façon.

Vidant le verre d'un trait en s'approchant de son ex petit ami, il le lui brisa sur le crâne. Le crétin s'affala sur son élève en grognant et se frotta la zone d'impact avant de ramener sa main pleine de sang devant ses yeux.

« Putain, mais tu te prends pour qui espèce de... » commença-t-il en se retournant, mais la vue du brun lui coupa la parole.

« Alors maintenant tu profites des gamins sans défense ? » ricana-t-il. Il voulut lui balancer un crochet du droit dans la figure, mais fut interrompu par un couinement. Cloud ne dormait pas du tout en fait.

« Qui t'as dit que j'étais pas d'accord, d'abord ? » siffla le blond avec un regard mauvais.

« Tu vois ! Il demandait que ça, monsieur je-me-permets-d'abuser-de-la-confiance-de-mon-jeune-élève ! » déclara Vincent avec un sourire triomphant. Alors c'était vraiment ce que son protégé pensait ? Il attrapa son ex par la gorge et l'envoya s'écraser à l'autre bout de la salle, contre le bar, puis s'agenouilla devant celui qui éveillait bien trop de choses en lui.

« Cloud... Je suis désolé ! Je ne voulais pas profiter de toi ! Je... j'ai tout fait pour rester loin de toi le plus longtemps possible ! » le regard bleu resta aussi froid que de la glace.

« Comprends-moi... Avec ce qu'on m'ont dit ce matin...je... Il fallait que je sache ! »

« On t'a dit quoi ? Qu'est-ce qu'il fallait que tu saches au point de te jouer de moi comme ça ? »

« Ils... je... On m'a dit que tu étais sûrement gay... Et je voulais en avoir le coeur net ! »

« Et donc ça te donnait le droit de profiter de ma confiance en me faisant ÇA ? » Zack resta interdit. C'était vrai que dit comme cela, c'était vraiment peu reluisant... Il se sentit à nouveau sale.

« Je ne voulais pas profiter de toi, Cloud... Je... Tu ne comprends pas ! » Pourquoi est-ce qu'il criait sur lui ? Ce n'était pas de sa faute s'il s'était conduit en parfait connard !

« Non... Je ne comprends pas, tu as raison. » Et le blond se leva en le repoussant, partant d'un pas mal assuré vers Vincent qui se frottait la gorge, tout sourire malgré les bleus qui l'ornait, accouder au bar, un verre à la main.

« Cloud ! » il le rattrapa par le bras, mais dû esquivé un coup de poing. « Ne me fuis plus, je t'en prie, je... » sa voix se brisa. Il ne pourrait plus le supporter, mais n'arrivait pas à le lui dire. Trois mois qu'il vivait un enfer, ne respirant que son odeur, ne pensant qu'à lui, et faisant tout pour rester éloigner de cet être qui régissait désormais toute sa vie. Il s'était fixé un rôle de tuteur et de modèle, mais avait du lutté tous les jours pour ne pas se laisser aller à plus.

« Lâche-moi. » Sa voix était coupante comme le fil d'un rasoir. Il le lâcha donc.

« Bien. » Il se redressa en inspirant, essayant de retrouver son calme. « Lundi, entrainement à treize heures, ne l'oublie pas. Sauf si tu souhaites te débrouiller sans moi, ce que je comprendrais . » Sa phrase fit ciller le blond, qui reprit lui aussi vite contenance.

« Non, j'ai besoin de cet entrainement. À lundi, professeur. » Dit-il d'un ton ironique en allant rejoindre Vincent, l'enlaçant et posant sa tête sur son épaule en lui lançant un regard de défi. Il entendit son ex rire lorsqu'il se détourna d'eux pour gagner la sortie, s'excusant en passant auprès de Ted qui eut l'air encore plus désemparé.

Il remonta sur Fenrir, calme, mais extrêmement triste. Même si Cloud continuait de suivre ses leçons, plus rien ne serait jamais pareil. Il n'irait plus jamais boire de verre ensemble, ne rirait plus en se chamaillant... Plus jamais. Il avait perdu sa confiance. Enfin... Il pourrait désormais avoir l'attitude qu'on attend d'un tuteur envers son élève... pensa-t-il en mettant ses lunettes. Il démarra en trombe et, quand il sentit les larmes lui piquer les yeux, se persuada que c'était à cause de la vitesse, malgré la protection de plastique qu'il portait.

Fin du premier chapitre.

ooo

J'espère qu'il vous aura plu ! J'attends vos reviews avec impatience ! Et ne vous inquiétez pas, je n'ai pas abandonné "Rédemption", la suite arrive ! Mais ce n'est pas si grave si je ralentis un peu le rythme, si ? Vu que j'ai déjà publié quinze chapitres en moins d'un mois... ^^