Chapitre Deux.

Zack passa un samedi horrible. Il décommanda son rendez-vous avec Aerith et tourna en rond toute la journée comme un lion en cage. Il finit par sortir et rejoindre Angeal dans un vieux pub centenaire. Il lui raconta tout. Sans rien omettre. Même ses sentiments. Lorsqu'il eut fini, son mentor soupira :

« Je m'en doutais... »

« Comment ça ? » Il pensait avoir quand même avoir bien tenu son rôle ! « Parce que j'ai réagi comme ça vendredi ? »

« Non... Enfin, aussi... Mais, depuis que tu l'a rencontré... Tu n'es plus le même. Tu t'es... assagi. Ce qui est tant mieux ! Mais je ne t'avais jamais vu aussi calme. Ce gamin t'as fait murir plus vite que je n'aurai pu le rêver ! Et puis... Il y avait ta façon de le regarder... De le couver littéralement des yeux. Et la lueur de fierté qui les traversait à chaque fois que quelqu'un d'autre le complimentait ! Ou ta façon de le défendre quand on le critiquait... Tu es amoureux de lui, et ça crève les yeux. Enfin, dès que sont que tu es... enfin tu vois quoi ! Je suppose que la plupart des autres on prit ça comme une relation fraternelle ! » termina-t-il devant son air ahuri. Alors c'était si évident ? Et les deux seuls à ne pas s'en être rendu compte étaient lui...et celui qu'il aimait. Comme toujours...

« Et lui ? Tu crois qu'il est vraiment gay ? Tu aurais dû le voir avec Vincent ! J'ai cru que j'allais devenir fou... S'il a osé le toucher... S'il ose lui faire du mal ! Je le tuerai... » Angeal eut l'air de le prendre au sérieux pour une fois et posa une main apaisante sur son bras.

« Je pense que Cloud voulait juste... oublier. Je ne sais pas s'il a été jusqu'au bout. Mais je crois que vu sa réaction, il est vierge, et n'avait aucune idée de son attirance pour les hommes, Zack... Comprends-le ! C'est qu'un gosse ! »

« Est vierge ? Ou était ? » il se prit la tête entre les mains. L'idée que Valentine ait pu profiter de son innocence le révoltait.

« Je ne sais pas, Puppy... » soupira encore son ami.

« Bon, je vais rentrer... » Le soleil se couchait déjà, et la tête lui tournait.

« OK. Fais gaffe, sur la route. » Son mentor lui serra le bras une dernière fois avant de le laisser partir.

oOo

Il était vingt-deux heures quand Zack sortit de la douche en entendant la sonnette. Il n'attendait personne et, enfilant rapidement un pantalon de lin blanc, descendit en râlant, s'essuyant toujours les épaules avant de passer aux cheveux.

Lorsqu'il ouvrit, il eut la désagréable surprise de tomber sur Vincent. La dernière personne qu'il souhaitait voir.

« Salut... »

« 'Lut » grogna-t-il sans l'inviter à entrer. « Qu'est-ce que tu veux ? »

« J'ai... une livraison pour toi. » Et, s'écartant, il lui dévoila un Cloud affaler sur les marches de son perron, visiblement inconscient.

« Ah. Il a trop bu et t'en veux déjà plus ? T'as pris ce que tu voulais, c'est ça ? Ramène-le chez lui, j'en veux pas ! » et il s'apprêta à claquer la porte lorsque Vincent la bloqua avec son pied, réprimant une grimace de douleur quand elle le lui écrasa.

« J'sais pas où il habite. Et je n'ai rien pris. Je... je ne veux pas d'un mec qui chiale à cause d'un autre... »

Le brun ne comprit pas tout de suite.

« Il pleure pour qui ? »

« Pour toi, idiot ! »

« Ah... »

« Oui, ah, comme tu dis. Et non, il n'a pas bu. Pas aujourd'hui. Il a dormi dans mon canapé en chouinant toute la nuit parce que moi non plus, je ne voulais soi-disant pas de lui. Mais l'entendre m'appeler Zack à chaque fois qu'il fermait les yeux après ton départ m'avait légèrement... refroidi. »

« Pourquoi il est dans cet état s'il a pas bu alors ? »

« Je...Je l'ai assommé. » Devant le regard noir que lui lança son ex, Vincent leva les mains « J'te jure ! C'était ça ou je le tuais ! Depuis son réveil il trainait dans mes pattes, à me poser sans arrêt des questions sur toi ! Et je ne suis pas une agence matrimoniale ! D'ailleurs, même si je l'étais, je n'aiderais jamais personne à sortir avec toi ! Je... » Il tenta de se saisir de Zack pour l'attirer à lui, mais sans succès.

« Non, Vincent. Oublie-moi. Ce n'est pas parce que ce n'est pas toi qui m'as largué que tu dois t'accrocher à moi. »

« Mais... »

« Tais-toi. Rentre chez toi, je m'occupe de Cloud. » Et il alla ramasser son jeune protégé. Le portant dans ses bras comme un enfant, il fit claquer la porte de son pied, heureux de ne pas entendre son ex la rattraper et s'inviter chez lui comme il l'avait déjà fait tant de fois.

Il se dirigeait vers le canapé lorsqu'il se ravisa et monta à l'étage. Déposant le blond tout habillé dans la baignoire, il alluma la douche et laissa l'eau froide asperger son visage angélique. La réaction ne se fit pas attendre, se protégeant du mieux qu'il pouvait de ses deux mains, Cloud hurla :

« Vince, arrête ! Je t'embêterais plus, promis ! » Le brun coupa l'eau et s'agenouilla pour être à sa hauteur.

« Mais c'est que tu t'en souviens en plus ! T'es un rapide du réveil ! »

« T'as vu le réveil aussi, connard ! » puis il tiqua. « Qu'est-ce que...où est Vincent ? »

« Il en a eu marre de toi, et, après t'avoir assommé, il est venu se débarrasser de toi ici... »

Son élève se leva d'un bond et sortit de la baignoire, courant déjà avant que Zack ait pu esquisser un seul geste pour le rattraper, trempant tout sur son passage.

« Cloud ! Attends ! » cria-t-il, mais peine perdue. Il sauta alors par dessus la rampe pour atterrir, comme un chat, sur la trajectoire du gamin, le réceptionnant lorsque celui-ci tenta de s'arrêter et dérapa droit dans ses bras. Malgré ça préparation, le choc fut plus rude qu'il ne l'avait pensé, et ils chutèrent tout deux sur le parquet. Instinctivement, il referma ses bras sur lui et les verrouilla en entrecroisant ses doigts. Il ne voulait plus le laisse filer comme ça.

« Lâche-moi ! » grommela Cloud en essayant de se dégager.

« Non. Je te tiens, alors je te garde... » souffla-t-il dans son cou, le faisant frissonner. S'appuyant sur une main, son protégé se redressa autant que le lui permettait son instructeur pour planter ses yeux bleus dans les siens. Ils respiraient chacun le souffle de l'autre et aucun n'osa faire un geste ou dire une parole, le charme était trop beau pour être rompu ainsi. Finalement, ce fut le plus jeune qui osa bouger, après de longues minutes qui leur semblèrent beaucoup trop courtes. Il rougit, une lueur de malice brillant furtivement dans ses yeux, puis ondula légèrement des hanches. Zack se rendit alors compte qu'il bandait. Il en fut gêné et, pour une fois, ce fut lui qui baissa les yeux.

« Non. Regarde-moi. » Supplia Cloud. Il replongea alors dans l'océan de son regard. Il releva ensuite doucement la tête pour capturer ses lèvres avec tendresse. Mais, comme la première fois, dès qu'il sentit sa langue, le blond s'enflamma et se mit à l'embrasser furieusement, se frottant contre lui. Ses cheveux trempés le chatouillaient et ses vêtements tout aussi mouillés lui donnaient un peu froid. Il rompit donc le baiser et lui fit signe des yeux vers l'étage. Le blond compris tout de suite et se releva dès que Zack eut enfin relâché son étreinte. Il lui tendit la main en lui faisant le plus beau sourire qu'il ait jamais vu et ils montèrent les escaliers presque en courant, Zack glissant ses mains sous le pull du blond qui le précédait. Arrivé dans la chambre il le fit basculer sur le lit et entreprit de se battre avec son chandail et son débardeur toujours aussi trempés, ce qui ne lui facilitait vraiment pas la tâche. Il n'avait même pas pris la peine d'allumer une lampe, mais la lumière du palier lui permettait de distinguer l'air rieur de son protégé qui semblait ravi que son tuteur ne porte rien d'autre que son pantalon de lin, caressant son torse avant de le lui faire enlever. Finalement il vint à son secours et déboucla lui même sa ceinture. Le brun n'eut plus qu'à tirer sur le pantalon et arracher bottes et chaussettes. Il hésita une seconde devant le boxer, mais Cloud hocha la tête dans l'obscurité. Il le fit donc glisser tout en couvrant son cou de baisers avant de descendre lentements, marquant sa peau de traces au passage. Tandis qu'il mordillait un téton, encouragé par les gémissements du blond et ses mains jouant avec ses cheveux, il n'osait pas prendre son sexe en main, se contentant de frotter son ventre contre. Zack avait peur que son élève ne réagisse comme la veille dans la douche. Mais lorsque celui-ci enroula ses jambes autour de ses hanches en soulevant les siennes il décida que qui ne tentait rien n'avait rien et continua son chemin vers son ventre, dessinant une série d'arabesques avec sa langue. Il s'arrêta à son nombril, mais au bout de quelques secondes à peine Cloud commença à pousser sa tête pour qu'il aille encore plus bas. Il obtempéra donc et alla jusqu'à la base de son sexe, où il bifurqua pour aller lécher l'intérieur de sa cuisse, récoltant un grognement d'insatisfaction. Le blond tira même avec brusquerie sur ses cheveux, l'obligeant à remonter. Il leva les yeux vers lui et vit son visage angélique rougir de tant d'audace.

« Tu es sûr ? » Son protégé ne répondit pas, se contentant de hocher à nouveau la tête en se mordillant les lèvres. Il donna d'abord un petit coup de langue sur le bout de son gland, épiant ses réactions. Comme aucun coup ni protestation ne vint, il le lécha jusqu'à la base avant de remonter et vit avec plaisir le blond fermer les yeux et se laisser aller, gémissant et tortillant à nouveau ses cheveux entre ses doigts. Zack le prit alors complètement en bouche, le faisant presque crier, et se mit à aller et venir, faisant tourner sa langue autour de son membre sans le lâcher, imprimant le même mouvement que c'est lèvres avec sa main, le tenant de l'autre par la taille. Très rapidement son élève se mit à haleter tout en gémissant plus fort, se débattant presque sous lui. Le brun fut rassuré, il devait sûrement être vierge pour réagir ainsi, cherchant le plaisir tout en essayant de le fuir. Au bout de quelques minutes, il le sentit se tendre et, sans prévenir, se libéra en lui. Heureusement qu'il avait su déceler les signes, sinon il se serait étouffé... Il finit de le nettoyer du bout de la langue avant de revenir à sa hauteur, lui caressant le visage amoureusement.

Cloud ouvrit ses yeux et il put plonger dedans malgré la pénombre. Il venait de jouir dans sa bouche et, pourtant, il lui souffla :

« Encore... » Il n'en fallut pas plus à Zack pour se convaincre qu'il pouvait aller plus loin. Léchant ses doigts, il en introduit un à l'intérieur de son protégé tout en cherchant ses lèvres. Celui-ci se tendit et le repoussa avec force avant de le gifler. Le brun porta une main à sa joue tout en sortant de lui.

« J't'ai dit que j'étais pas Pd, connard ! » et Cloud se leva, allumant la lumière pour ramasser ses vêtements et partit sans même les enfiler.

Le brun ne réagit même pas, se laissant retomber sur ses cousins. Il n'y comprenait plus rien. Qu'est-ce qu'il était alors, bordel ? Il se prit la tête entre les mains. Finalement, il tendit le bras pour attraper la bouteille de Whisky qui trainait toujours à côté de son lit depuis la veille et constata avec joie qu'elle était encore à moitié pleine. Il but une grande rasade en prenant appui sur un coude et constata que son protégé avait oublié un de ses bracelets en cuir, qui avait dû se détacher pendant qu'il se débattait avec son pull. Il le prit délicatement, comme s'il s'était s'agit d'une partie de lui, et le porta à son visage. Il sentait comme son blondinet, les fleurs sauvages ainsi qu'une autre odeur, indéfinissable, beaucoup plus masculine, mais qui était tout aussi délicieuse. Il finit par éteindre la lumière et se pelotonna sous les couvertures avec sa bouteille et le bracelet, le caressant doucement du bout des doigts. Il s'endormit rapidement et, miraculeusement, ne renversa pas une seule goutte du précieux alcool de toute la nuit. Ses rêves furent décousus, mais agréables et, dans chacun d'eux, il s'y trouvait toujours un jeune homme aux cheveux d'or et aux iris couleur océan.

oOo

Zack se réveilla le lendemain en sursaut, s'aspergeant de Whisky au passage. Son dernier rêve avait tourné au cauchemar, le beau blond ne cessant de le regarder avec dégout et de se moquer de lui en le traitant de vieux pervers homo avec Genesis et Sephiroth... Une horreur en somme ! Décidant que, de toute façon, il était déjà bien imbibé d'alcool, il but une longue gorgée du liquide ambré et emporta la bouteille avec lui dans la douche. Comme à chaque réveil depuis trois mois son sexe était dressé, se rappelant douloureusement à lui. L'abstinence, il n'avait jamais connu depuis qu'il avait perdu sa virginité. Et encore moins depuis qu'il s'était découvert cette attirance pour les autres hommes. Quand on peut pêcher tout ce qui se trouve dans les océans nocturnes de Midgar, il est rare de rentrer seul après une sortie ! Surtout avec sa gueule, et il en était bien conscient. Prenant appui d'une main sur le mur, il chercha la bouteille qu'il avait posée à ses pieds et bu une nouvelle fois, grimaçant à cause de l'eau qui s'était mêlée à l'alcool. Il la vida quand même et la reposa avant de s'appuyer de l'autre main contre le carrelage encore froid, profitant de la douche brulante qui le délassait.

Il ne cessait de repenser à cette soirée catastrophique. Il avait été si près du but ! Et si Cloud n'était pas gay, pourquoi le laissait-il aller à chaque fois un peu plus loin ? Pourquoi était-ce son nom qu'il murmurait quand Vincent avait voulu le prendre ? Et pourquoi s'était-il « consolé » dans les bras de son ex s'il n'était vraiment pas gay, plutôt que dans ceux d'une fille ? Il n'y comprenait décidément plus rien... Lorsqu'enfin il se mit à se savonner, le contact de ses mains sur son corps l'électrisa et il se prit à rêver à l'effet que lui ferait les mains de son protégé. Avant d'avoir pu s'en rendre compte, il serrait déjà son sexe. Le regardant alors comme s'il ne l'avait jamais vu, il se demanda pourquoi il ne s'était plus branlé une seule fois depuis qu'il avait rencontré le petit blond. Pourquoi se refuser de fantasmer sur lui, s'il ne pouvait pas le posséder, mais savait désormais rester à sa place ? Sa raison lui disait que c'était une très mauvaise idée, mais la petite voix au fond de lui qui commandait ses bas instincts avait déjà pris le contrôle de son corps. Ses mouvements furent d'abord lents, mais, au fur et à mesure qu'il faisait apparaitre son jeune élève derrière ses paupières closes, sa main accéléra. Il se rappela son corps nu collé au sien sous la douche des vestiaires, et de ses gémissements de la veille pendant qu'il le suçait. Zack dut même reprendre appui sur le mur tellement ces souvenirs lui procuraient du plaisir. Il éjacula en silence, luttant pour garder ses lèvres closes. Il trouvait déjà assez dégradant ce qu'il venait de faire sans en plus avoir à supporter le son de sa propre voix. Prenant une minute pour récupérer son souffle et ses esprits, il se lava les cheveux et se nettoya le corps à nouveau avant de sortir se sécher.

Lorsqu'il descendit, enfin propre et habillé, pour se préparer un café, il constata à la vue du soleil déclinant qu'il avait dû dormir toute la journée. Prenant son PHS en allumant la cafetière, il écouta ses messages. Ils venaient tous d'Aerith, qui semblait très en colère, fait exceptionnel, sauf un. La personne ne disait rien, il n'entendait qu'une respiration fort basse. La communication dura plus d'une minute, mais il sut dès les cinq premières secondes que c'était Cloud. Finalement il entendit un reniflement et, au moment où il crut que son protégé allait enfin parler, celui-ci raccrocha. Vérifiant l'heure du message, il fut surpris de découvrir qu'il avait voulu le joindre seulement dix minutes après être sorti d'ici. Son blondinet regrettait-il ce qui s'était passé ? Rerettait-il d'être parti ? Ou désirait-il simplement lui dire qu'il ne voulait plus jamais le revoir ?

Il s'assit sur un haut tabouret le long du plan de travail en s'accoudant et se brula le bras droit dans le café. Il avait oublié de mettre une tasse sous l'écoulement. Il en prit une dans l'armoire et la glissa là où elle aurait dû être avant de se rassoir en évaluant les dégâts. Il se sentait trop las pour aller passer sa nouvelle brulure sous l'eau froide. De toute façon il n'avait pas non plus pris la peine de se bander la main qu'il s'était blessée deux jours plus tôt. Aerith n'aurait sûrement pas manqué de lui faire la morale sur les microbes et les vertus d'une bonne cicatrisation, en vraie mère poule qu'elle était. Mais il s'en moquait. Il était un première classe du SOLDAT. Ce n'était pas ce genre d'égratignures qui auraient raison de lui ! Il ricana en pensant aux blessures encore sanglantes de son coeur et se demanda si celles-là le pourraient, en revanche... Ne voulant pas le savoir, il prit la tasse et y versa une quantité phénoménale de sucre. Il avait envie de lait aussi, mais jugea que le frigo était beaucoup trop loin pour un dimanche de repos. Il but donc le mélange sucré-amer en grimaçant.

Zack avait envie d'appeler Angeal pour aller boire un verre, mais ne se sentait pas d'accabler son ami avec tous ses nouveaux soucis. Il voulait se changer les idées et penser à autre chose, pas ruminer toutes les catastrophes qui étaient arrivées depuis que ses deux supérieurs lui avait fait miroiter l'impossible... Quel idiot il avait été ! Tout aurait pu encore être si beau, si agréable faute de plus... Il était sûr qu'il aurait pu s'en contenter... Mais non ! Il avait fallu qu'il foute tout en l'air. Comme avec Vincent... Comme avec tous en fait, à bien y réfléchir.

Il décida qu'il ne voulait pas rester chez lui à ressasser toutes ses erreurs passées, et tout ce qu'il aurait pu, voir dû, faire pour éviter d'en arriver là. Délaissant son café, il attrapa sa veste de cuir et ses clés et sortit, bien décider à finir ivre mort avec quelqu'un dans son lit, même s'il travaillait le lendemain.

OoO

Vingt minutes plus tard, il se garait devant le Mog's on Fire. Il fit semblant d'ignorer la petite voix qui se moquait de lui au fond de son crâne, le traitant d'imbécile à rêver de tomber sur le blondinet si cruel... et entra, faisant sursauter le pauvre Ted. Celui-ci tenta quand même de lui sourire franchement et sembla heureux de le voir seul.

« Bonsoir, Ted. » fit-il en s'asseyant au bar.

« Bonsoir monsieur Fair ! »

« Appelle-moi Zack... Je viens pas ici pour ton extrême politesse, mais pour ton alcool. Alors, sers-moi un Whisky s'il te plaît. »

« Bien mons... Zack. » Se reprit le barman.

« Tiens, mais qui voilà ! » s'exclama son voisin. « Tu sors sans ton mentor, le chiot ? » Zack se retourna avec raideur pour découvrir un rouquin à l'oeil déjà bien allumé lui sourire comme un bien heureux.

« Salut, le Turk... Ton pote est pas là ? Je vous croyais inséparable tous les deux... De vrais jeunes mariés ! » ricana-t-il en retour.

« Nan, l'est pas là ! Puis moi c'est Reno, pas le Turk... » grogna l'autre en se plongeant dans la contemplation de son verre. Zack ne chercha pas à reprendre la conversation. Il voulait boire. Et baiser. Peu importait l'ordre. Et il aurait encore plus apprécié de faire les deux en même temps. Il vida son verre, en commanda un autre, puis se tourna à nouveau vers le fameux Reno, le jaugeant du regard. Il était plutôt mignon... Il se mit à le déshabiller mentalement, s'attardant sur son torse et n'hésitant pas à se pencher en arrière pour essayer de mieux voir son cul.

« Te gêne pas surtout ! » maugréa le roux.

« Mais je ne me gêne pas, ne t'en fais pas pour moi... » Il était d'humeur espiègle et, à cette heure encore précoce, il n'y avait pas grand monde d'autre dans le bar sur qui il aurait pu jeter son dévolu. Heureusement son voisin était plus qu'alléchant.

« J'suis pas Pd ! » s'emporta Reno.

« Et merde... Encore un... C'est bien ma veine. Bon, c'est pas grave, on va dire que tu feras que découvrir une nouvelle expérience extrêmement enrichissante ! Allé, viens. » Et, sans même attendre sa réponse, il demanda à Ted la bouteille et le prit par le poignet, l'entrainant vers les banquettes du fond et s'asseyant là où il avait trouvé les deux autres le vendredi précédent. Il attira le Turk à lui et l'embrassa dans le cou. Lorsqu'il se mit à protester en gémissant, il lui cloua le bec en glissant sa langue entre ses lèvres et en caressant la bosse qui grossissait déjà à travers son pantalon sombre de costard réglementaire.

« Et bien tu vois que t'aimes ça... » lui souffla-t-il à l'oreille avant d'en sucer délicatement le lobe.

« Ouais... C'est bon... » gémit l'autre tandis qu'il continuait de le branler à travers le tissu gênant.

« Si c'est si bon, occupe-toi aussi de moi, égoïste... » La demande fit rire le roux.

« Ouais, mais y a quelqu'un au bar qui n'a pas l'air d'apprécier ce qu'on fait... »

« On s'en fou du barman, il doit commencer à avoir l'habitude. »

« C'est pas le barman... » continua-t-il quand même.

« On se fou aussi de mon ex... »

« C'est pas Valentine non plus... » Comment diable savait-il de qui il parlait ? Il devrait penser à plus se méfier des Turks à présent !

« C'est qui alors ? » grogna-t-il, excédé, et ne voulant vraiment pas arrêter de câliner son nouveau partenaire.

« J'sais pas... Un jeune... » Zack finit par se retourner. Il découvrit alors son élève, visiblement furieux, qui vidait une bouteille de Tequila directement au goulot en leur lançant un regard assassin.

« Il est pas Pd non plus... Enfin, encore moins que toi. »

« Ah. Tant mieux alors ! » Et Reno plongea dans son cou et son pantalon, lui rendant les attentions qu'il avait eut pour lui.

Seulement Zack n'arrivait pas à détacher son regard du blondinet. Celui-ci eut un sourire mauvais et se mit à écarter lentement les jambes, s'appuyant au bar en étalant ses bras de chaque côté de son corps et remontant doucement son bassin. Il se moquait de lui ? Cloud se mit à se lécher sensuellement les lèvres avant de porter la bouteille à sa bouche, qu'il suçota comme... comme une queue ! Mais c'est pas vrai ! Lorsque son protégé ouvrit les yeux tout en continuant à boire, son regard bleu électrique sous les néons le fit sursauter. Reno se recula et le regarda. Il se retourna sur Cloud. Regarda à nouveau Zack.

« Non, mais tu te fous de moi là ? C'est bon, j'me barre ! » Mais avant qu'il ait pu se lever, le brun l'empoigna et l'embrassa, sûr que le blond devait bouillir dans son dos. Il laissa le Turk pantelant et le regarda à nouveau, heureux de son petit effet. Seulement, son élève, enrageant quand même, se retourna et s'appuya au bar, visiblement beaucoup moins taquin, mais les fixant toujours dans la glace faiblement teintée qui se trouvait derrière les étagères d'alcool.

« Viens, on se tire. » et il le prit par le poignet. En passant au bar il déposa une liasse à Ted et voulu continuer sa route seulement le rouquin ne l'entendait visiblement pas de cette oreille.

Il s'arrêta net devant Cloud en souriant :

« Parait que t'es pas Pd de toute façon, alors fais pas cette tête, gamin ! » ricana-t-il avant que Zack n'ai pu le trainer dehors.

« T'es qu'un con. » lui fit-il remarquer en lui tendant un casque une fois à l'extérieur.

« Il parait... Pourquoi moi j'en mettrais un et pas toi d'abord ? » demanda sottement son futur amant.

« Parce que si on se crash par ta faute, ce serait con que tu sois plus là pour raconter ton expérience à ton pote, crétin ! »

« Ah... Ouais, surement ! » dit-il en riant avant de venir se coller contre le brun. Le brun fit démarrer Fenrir et, pendant tout le trajet, il dut rester concentrer sur la route malgré son passager qui ne cessait de le titiller en se frottant à lui, ou en frottant une autre partie de son anatomie.

Lorsqu'ils entrèrent enfin chez lui il se rua sur le bar tandis que le rouquin recommençait à parler. Il l'énervait. Il voulait juste le prendre. En silence. Il but plusieurs gorgées du liquide ambré qu'il affectionnait tant avant de tendre la bouteille à Reno. Elle eut au moins le mérite de le faire taire quelques minutes.

« Viens, c'est par là. » fit-il en lui montrant les escaliers. Il laissa passer son hôte devant lui, mais l'imbécile eut la bêtise de s'arrêter et de se retourner, un air interrogateur peint sur son joli visage :

« Dis, c'était qui le gamin du bar ? » C'en fut trop pour Zack. Il le retourna brusquement et le fit tomber sur les marches. Tant pis pour lui, il n'en pouvait plus. Il se contenta de baisser pantalon et caleçon avant d'ouvrir le sien et de sortir son sexe toujours aussi tendu. Il se lécha les doigts et les passa entre les fesses du roux avant d'humidifier aussi son gland et se guida en lui en le tenant fermement de l'autre main par la nuque. Son partenaire s'agitait bien trop à son goût.

« Arrête de bouger, bordel ! Tu vas juste te faire encore plus mal, idiot ! »

« Non... Steplait ! Fais pas ça ! Pas comme ça ! »

« Putain, mais ta gueule ! » Et il dut se retenir pour ne pas lui exploser le visage sur les escaliers. Il arriva enfin à se glisser en lui, le faisant crier comme un gosse.

« Tu me fais mal Zack ! Arrête ! » Il se contenta de fourrer son visage dans sa nuque, ralentissant un peu le mouvement de ses hanches pour trouver le point sensible de son nouvel amant. Quand il le toucha, celui-ci cria de plus belle, mais d'une tout autre façon.

« Là. C'est mieux maintenant ? »

« Un peu... » sanglota le roux. Se redressant, il le prit par la taille et se mit à cogner à nouveau violemment en lui, le faisant hoqueter de plaisir et de douleur mêlés. Il finit même par tirer sur sa belle tignasse à la couleur flamboyante, le faisant gémir entre ses hoquets.

Il sortit pratiquement entièrement de lui avant de replonger en s'enfonçant le plus loin possible, tapant toujours la zone d'où venait le plaisir de l'autre, répétant le mouvement encore et encore. Il abaissa même un peu plus son pantalon noir pour pouvoir attraper sa queue et se mit à le branler en même temps. La tête de Reno tapait par moment dans les marches, mais il n'avait qu'à y faire attention lui même et à la relever, plutôt que de la garder enfouie dans ses bras comme s'il souffrait mille morts !

Enfin, au bout de quelques longues et délicieuses minutes, il parvint à le faire jouir malgré sa brusquerie, et se laissa aller, quelques coups de reins plus tard, à un orgasme puissant comme il n'en avait plus eu depuis des mois...

Il s'affala alors sur lui, souriant dans son cou en voulant l'embrasser, mais se fit méchamment rejeter.

« Putain, mais si tu lui as fait subir le même traitement tu m'étonnes qu'il soit pas Pd, connard ! » Et le Turk se releva, remonta son pantalon et dévala les escaliers.

« Attend, Reno, j'suis... » Mais la porte claqua. « Et merde... » Il attrapa la bouteille, qui ne s'était heureusement pas brisée lorsqu'il avait fait tomber le rouquin, et décida d'aller se coucher. Il n'était que neuf heures, mais il se sentait littéralement vidé.

En voyant le bracelet de cuir, il se sentit encore plus stupide. Peut-être que Cloud attendait juste qu'il vienne le rejoindre, et qu'il l'aurait laissé aller encore un peu plus loin ce soir ? Mais lui, comme l'idiot qu'il était, il n'avait pensé qu'à le rendre jaloux... Comme au temps où il fréquentait Vincent... Il vida la nouvelle bouteille et s'échoua sur son lit, bien décidé à dormir tout habillé d'un sommeil lourd et sans rêves.

Voilà ! J'attends vos reviews avec impatience !

Maintenant je vais me coucher, il est 7:08 du matin... Pauvre de moi ! Je me démène vraiment pour vous, vous savez...

A bientôt pour le prochain chapitre ! Par contre, mettez la fonction alarme, je ne sais pas du tout quand j'aurai le temps de l'écrire !

Sade.