Chapitre Trois.

Zack se trouvait seul dans la salle de repos des premières classes, à mâchouiller un sandwich et se morfondre sur son triste sort. Les trois autres étaient en mission, et il avait dû s'occuper de la paperasse toute la matinée. Mais le pire était pour cet après-midi. Dans moins de trente minutes commençait son entrainement avec Cloud... Et il désespérait de trouver une excuse à temps pour ne pas avoir à y assister. Il aurait rêvé d'une explosion d'un des réacteurs de Mako. N'importe quoi. Un meurtre, un attentat. Quelque chose, s'il vous plait ! Mais non. Le temps continuait à filer et rien ne semblait pouvoir le sauver. Il se sentait lâche de vouloir éviter son jeune protégé. Angeal n'aurait jamais agi comme ça.

« P'tain, mais j'sui pas Angeal moi ! » pesta-t-il pour la centième fois. Il balança le reste de son sandwich dans la poubelle et retourna s'assoir, ouvrant la nouvelle boisson vitaminée qu'une des hôtesses lui avait encore refilée dans le hall... Et comme d'habitude, elle était immonde. Il se demanda même si elle ne pourrait pas le rendre malade et la vida d'un trait. Qui n'essaie rien n'a rien ! se répéta-t-il. Effectivement... Tu parles d'un essai glorieux !

Il s'en voulait. Pourquoi ces deux crétins supérieurs lui avaient mis pareille idiotie en tête ?

« Pfffff... » Il se laissa aller sur sa chaise, se balançant sur deux de ses pieds. Maintenant qu'il aurait aimé être déjà face à Cloud, le temps ralentissait... Enfin, c'est ce qu'il lui semblait. Peut-être son élève ne viendrait-il pas ? Étrangement, cette possibilité le rendit triste. Il avait envie de le voir, c'était indéniable. Il désirait se perdre dans ses magnifiques yeux bleus, le voir sourire, voir le rose sur ses joues virer au rouge... Passé sa main dans ses magnifiques cheveux blonds toujours en bataille... Caresser sa peau... Embrasser ses lèvres...

« Raaaaaaah ! C'est pas vrai ! » s'écria-t-il en bondissant sur ses pieds, faisant tomber la chaise. « Putain Putain Putain... » Il n'allait jamais y arriver. Pas s'il se laissait déjà aller comme ça à ce genre de pensées. Il baissa les yeux sur son entrejambe. « Putain ! S'pas l'moment bordel ! » Mais son corps avait l'air de s'en foutre éperdument. Il décida donc d'aller prendre une bonne douche froide avant l'entrainement et, après avoir pris deux minutes pour se calmer, sortit dans le couloir.

« Zaaaaaaaack ! » cria une voix féminine et suraiguë derrière lui. Pas elle ! pensa-t-il. Mais c'était trop tard et Tifa Lockheart lui bondissait déjà sur le dos en piaillant.

« Comment tu vas mon soldanichounet ? »

« Hmpf. »

« Oh, fait pas ta mauvaise tête ! » ria telle en descendant de son pauvre dos. « Et où est Cloudy ? »

« 'Sais pas. J'dois l'entrainer dans vingt minutes. » Elle le gonflait déjà. Il n'était vraiment pas d'humeur. Et il s'éloigna. Perdu dans ses pensées, les mains dans les poches et les yeux au sol, il ne vit pas le coup arriver et valsa contre un des murs du couloir. Il se frotta douloureusement le côté du crâne avant de lever les yeux. La montagne chauve qui servait d'équipier à Reno le surplombait, et il était sûr que si ses yeux n'avaient pas été cachés par ses lunettes noires ils auraient lancé des éclairs.

« Rude... Ça va ? »

« Fais pas l'innocent Fair ! N'approches plus jamais de lui ou j'te réduis en bouillie, espèce de malade ! » et le Turk s'éloigna, les poings crispés le long du corps.

Zack se releva difficilement et vit Cloud et Tifa à quelques mètres de lui. Elle avait la main sur la bouche et un air choqué sur le visage. Lui par contre fuyait son regard, et paraissait gêné.

C'est bien ma veine... pensa le brun avant de continuer son chemin en les ignorant. Au moins il n'avait plus besoin d'une douche, il était définitivement calmé. Il savait qu'il avait mal agi avec le rouquin, et s'en voulait terriblement. Ce qu'il avait fait ne lui ressemblait vraiment pas. À dire vrai, depuis le vendredi midi, rien de ce qu'il avait fait n'était son genre. Profiter de son élève, briser un verre sur le crâne de son ex pour un autre, chercher à faire l'amour à quelqu'un dont il avait la tutelle, pratiquement violer un homme sur ses escaliers... Non. Il ne se reconnaissait plus.

Le lundi était dédié à la simulation au combat et il en fut ravi en entrant dans la salle qu'ils utilisaient habituellement. Il alla se changer et lorsqu'il revint Cloud était là, son épée au poing.

« Salut... » Le blond ne lui répondit pas, se contentant de fixer un point loin au-dessus de lui.

« OK... Tu as une envie particulière aujourd'hui ? » Toujours aucune réponse, son protégé se contenta de secouer vaguement la tête.

« OK... » Zack se dirigea vers la console de commande et démarra une simulation de prise d'un fort du Wutaï et alla s'assoir derrière. Il n'avait pas envie de participer. En réalité il était même encore un peu sonné par le coup de poing qu'il avait reçu.

Cloud réussit magistralement l'entrainement et il fut fier de lui. Mais à peine la simulation prenait-elle fin qu'il disparaissait déjà dans les vestiaires. Le brun se dirigea vers l'autre pour se changer. Il ne savait pas pourquoi il avait pris la peine de mettre ses vêtements de sport, puisqu'il n'avait pas participé. Sans doute que la réaction de Cloud lui avait retiré ses derniers espoirs d'une réconciliation et d'un oubli de tout ce qui avait pu se passer.

Les autres jours de la semaine se passèrent de la même façon. Les autres ne rentreraient pas avant plusieurs jours et Zack resta seul, à s'occuper de l'administration et à programmer d'autres simulations auxquels il participa, bon gré mal gré, en restant toujours le plus loin possible de son élève. Il avait l'impression que le temps s'était presque arrêté et appréhendait toujours les quelques heures qu'il était forcé de passer avec le jeune blond. Une véritable torture.

oOo

Le mercredi soir en entrant au Mog's on Fire Zack eut la surprise de tomber sur les deux Turks. Il hésita une seconde sur le pas de la porte puis se dit qu'après tout ce serait l'occasion parfaite pour s'excuser auprès de Reno de son comportement déplorable. Il s'approcha donc du rouquin et laissa le temps à Rude de signaler qui se trouvait là. Il n'avait pas l'air du tout ravi, mais fut bien forcé de prévenir son ami de la présence du soldat qui faillit s'étouffer en le voyant.

« Bonsoir Reno... »

« Dégage ! »

« Non. »

« Si ! »

« Non. Ou seulement si tu viens avec moi. » Demanda-t-il de sa voix la plus douce.

« Et pourquoi est-ce que je viendrais avec toi, bordel de merde ? » Charmant. Toujours aussi grande gueule. Le malabar qui lui servait de coéquipier semblait sur le point d'intervenir et il voyait Ted se tasser de plus en plus derrière son bar. Il décida donc de couper court.

« Pour que je puisse m'excuser. Ted ? Donne-moi une bouteille s'il te plaît. » Le barman se précipita pour la lui tendre et, après l'avoir récupérée, il prit délicatement, mais fermement l'un des poignets du réfractaire et l'entraina vers les boxes du fond. Heureusement Reno accepta de le suivre en se contentant de pester à voix haute, mais sans essayer de se libérer. Arriver aux dernières banquettes il le fit assoir avant de prendre place à côté de lui. Il ouvrit la bouteille sans le regarder. Il détestait les excuses. Surtout quand c'était lui qui avait mal agit. Il le fit donc boire avant, espérant qu'il trouverait une façon correcte de se faire pardonner d'ici que le roux ait fini. Celui-ci vida d'ailleurs un bon quart du Whisky avant de le lui rendre en se léchant les lèvres. Ce simple geste aiguillonna le brun qui, pris d'une soudaine envie, l'attrapa par la nuque et lécha le liquide qui restait.

« Qu'est-ce... »

« J'suis désolée, Reno. Je me suis comporté comme le dernier des salauds avec toi. » Chuchota-t-il en enfouissant son visage dans son cou. Il se sentait bien là, presque en sécurité. Même s'il ne doutait pas une seule seconde que Rude puisse venir lui casser la figure au moindre faux pas.

« M'en fou. » Fit le rouquin, mais sans le repousser, se contentant de croiser les bras sur sa poitrine et de lever la tête dans une mimique qui se voulait sûrement hautaine, mais que Zack ne pouvait voir. Seulement ce geste lui avait permis d'accéder plus amplement à la peau douce de son cou et il s'empressa de la couvrir de baisers, faisant frissonner l'intéressé.

« Je suis vraiment désolée. Laisse-moi me faire pardonner... » risqua-t-il devant le peu de résistance qu'il rencontrait.

« vas encore me faire mal. » Grogna l'autre.

« Mais non. Je te promets. Puis on n'est pas obligé d'aller si loin... On pourrait se contenter d'un calin et de passer une chouette nuit ensemble.. Qu'est-ce que t'en dis ? » Et, pour faire bonne mesure, il l'embrassa tout en glissant une main sous sa chemise, caressant sa taille et ses abdos du bout des doigts, le faisant frissonner de plus belle.

« Je... » Zack sortit sa main de sous sa chemise et la fit glisser sur le pantalon, trouvant son entrejambe déjà presque complètement dur.

« Dis juste oui... »

« N... Oui. D'accord. » Reno avait cédé, mais, vu le sourire triomphant qu'il arborait, on aurait dit que c'était tout l'inverse qui venait de se produire.

« On y va alors, laisse la bouteille à ton pote, j'en ai d'autre chez moi. » Ils se levèrent et, pendant que le rouquin allait s'expliquer avec son équipier, il alla payer Ted qui lui souhaita une bonne nuit.

Zack était venu les deux soirs précédents aussi, mais était resté pratiquement toute la nuit, guettant vainement son protégé. Il s'était laissé draguer, mais était à chaque fois rentré seul. Alors ce soir, en voyant Reno, il s'était dit que si Cloud avait quelque chose à lui dire, ou voulait qu'il se passe quoi que ce soit d'autre entre eux, il pourrait très bien le lui faire savoir au siège de la Shinra où il l'entrainait pratiquement tout les jours pour l'instant. La patience n'était vraiment pas son fort, et il se disait donc qu'il l'avait déjà bien assez attendu. Son mutisme pendant les entrainements en disait d'ailleurs bien assez sur ce qu'il pensait réellement de son professeur désormais.

Il entraina donc le Turk et le même rituel se déroula. Casque. Question idiote sur le port de celui-ci. Caresses durant tout le trajet. Rué sur le bar et biberonage de bouteille chacun à leur tour. Seulement, pour la suite, il voulait que tout se passe différemment. Il ne voulait pas le prendre sur ses escaliers comme s'il n'était qu'un objet. Mais il n'avait pas vraiment envie de discuter toute la nuit. Il opta donc pour le calin, et choisis la chambre. Devant l'air anxieux de Reno, il monta les escaliers le premier en lui souriant de manière engageante et le rouquin finit par le suivre avec empressement. À peine arriver devant le lit, le Turk le fit s'allonger, prenant visiblement les commandes. Il resta debout et se déshabilla lentement en le regardant d'un air aguicheur. Sentant son désir monter devant ce spectacle plus qu'attrayant, il se débarrassa de ses propres vêtements en quelques secondes, le faisant rire. Il resta en boxer, se souvenant de sa brusquerie de la dernière fois avec honte. Reno fit de même en le voyant le garder et vint s'assoir sur lui, l'obligeant à se recoucher. Visiblement désireux de profiter enfin de son corps, son partenaire partit à la découverte de celui-ci en le mordillant. Arriver à son téton droit, il le lécha et, avec une lueur mauvaise dans les yeux, lui donna un méchant coup de dents.

« Aïe ! »

« Ça, c'est pour m'avoir fait vraiment très mal l'autre soir... » lui murmura Reno. Puis il descendit jusqu'à son bas ventre en l'embrassant à intervalle régulier et Zack ne put réprimer l'angoisse qui montait en lui lorsqu'il lui retira son boxer.

« Me mords pas là... »

« Tu le mériterais pourtant... » susurra son partenaire.

« Je sais... Mais ça risquerait de me rendre à nouveau méchant ! » Son avertissement le fit pouffer.

« D'accord... Je vais peut-être me montrer meilleur que toi alors ? » Le première classe hocha presque fébrilement la tête et, quand il sentit la bouche toute chaude de Reno prendre son sexe, il gémit de plaisir. C'était si bon... Et ça faisait si longtemps... Il sentit quand même légèrement les dents de son amant, mais ne put lui en tenir rigueur. C'était sa première fois aussi... Mais, se rappelant que c'était à lui de se faire pardonner, il le ramena à sa hauteur et l'embrassa. Puis il le fit rouler sous lui et parcourut tout le chemin jusqu'à sa virilité du bout de la langue. Le roux se mit à se cambrer sous lui et à haleter au fur et à mesure qu'il accélérait le rythme en le suçant, mais il avait envie de plus. Il s'arrêta donc et remonta jusqu'à lui.

« Je peux... continuer à me faire pardonner ? » demanda-t-il avec son air le plus candide tout en continuant d'une main ses caresses sur son sexe.

« Mmmmh... Oui... » Reno se mit alors à lui lécher les doigts et le guida de lui-même jusqu'à l'entrée de son corps, se crispant légèrement quand il entra le premier en lui.

« Détends-toi... » lui chuchota-t-il.

« J'essaye... » Il en introduisit un deuxième et se mit à travailler l'étroit conduit de chair, puis arracha un petit cri de surprise à son amant en entrant le dernier.

« Presque fini... Ce sera meilleur, après... »

« Hn... » Il l'embrassa à nouveau, tentant de lui faire oublier ce mauvais moment. Lorsqu'enfin il fut prêt, il se glissa entre ses jambes et pressa son sexe contre son intimité.

« T'as intérêt à bien te faire pardonner toi... » murmura Reno avant d'étouffer un gémissement dans le cou du brun lorsqu'il le pénétra.

« Désolé... » Il s'enfonça sur toute la longueur puis ne bougea plus. « Dis-moi quand tu voudras que je continue... »

« Qu'est-ce que qui te fait croire que je voudrais que tu continues un truc pareil ? » cracha le roux avec hargne. « Ça fait mal, bordel ! »

« Pardon... » Zack se sentait vraiment mal. Il avait envie de continuer, mais pas d'encore le blesser. Et, pour une deuxième fois, qu'il avait voulu la plus agréable possible pour son partenaire, il se laissait encore guider par ses propres envies. Il se demandait quoi faire quand le Turk se mit à bouger lentement sous lui. Il lui répondit donc avec toute la douceur possible et le sentit se décontracter peu à peu entre ses bras. Il chercha alors le bon angle et le fit gémir de plaisir en le trouvant.

« Comme ça ? Ca va maintenant ? » demanda-t-il au bout de quelques va et viens, lorsqu'il fut sûr que les bruits que faisait le rouquin étaient bien dus au plaisir.

« Oui...ah... Encore... » Il se mit donc à aller plus rapidement, ravit de l'entendre exprimer son bien-être, et le couvrit de baisers en même temps. Il finit par se redresser un peu plus et fit aller et venir sa main sur son membre tendu. Reno s'accrocha d'une main aux draps et de l'autre lui griffa le dos, mais ça ne fit que le faire accélérer et aller plus fort, heureux d'enfin procurer d'agréables sensations au jeune homme.

« Continue ! Ah... Zack.. Je vais... » Il fit donc comme il le souhaitait et le sentit se libérer entre eux. Les contractions autour de son sexe le firent venir presque aussitôt et il se laissa aller en lui.

Reno l'attira ensuite et l'embrassa.

« Je crois que je vais te pardonner finalement... » lui chuchota-t-il, le faisant sourire.

« Déjà ? Mais j'ai pas fini de m'excuser, moi! » répondit Zack en se laissant rouler à côté de lui.

« Ah bon ? Alors j'ai rien dit... » Et quelques minutes plus tard, il se jeta sur lui en riant.

oOo

En se réveillant avec le rouquin dans les bras, Zack ne put s'empêcher de sourire. Il était adorable, le visage complètement détendu et serein. Il se dégagea doucement en le faisant grommeler dans son sommeil et s'assit. Il se sentait bien. Et il s'était fait pardonner, lui faisant l'amour à plusieurs reprises sans plus jamais lui faire mal. Il voulut se lever, mais sentit une main l'attraper et deux bras minces bien que musclés s'enrouler autour de sa taille et le ramener contre le corps de son amant.

« Je dois aller me doucher... »

« Nan ! » répondit l'autre en lui embrassant la nuque.

« Si... Je dois aller bosser. »

« M'en fou ! » Zack réussit à se tourner vers lui et le regarda. Ses yeux verts étaient superbes. Il ressemblait un peu à un renard. Un jeune renard extrêmement taquin qui commençait à se frotter contre lui.

« Tu en veux encore ? » Sa résistance l'étonnait.

« Mmmh... Oui. Mais j'ai mal aussi ! » grommela-t-il.

« T'es trop mignon... » La remarque le fit bondir.

« Moi ? J'suis pas mignon ! Nononon... » fit-il en secouant sa chevelure flamboyante, ce qui lui donna un air encore plus adorable. Le brun se sentit mal. Il n'avait pas prévu que leur relation évolue vers autre chose que du sexe, mais il semblait que le rouquin s'attachait déjà à lui et il ne savait pas quoi faire. Il ne se sentait pas prêt. Il pensait encore trop à Cloud. Visiblement ses doutes devaient se lire sur son visage, car Reno revint se blottir contre lui et hasarda:

« On n'est pas ensemble, hein... ? »

« Non, on n'est pas ensemble... »

« Ah. »

« Je suis désolé Reno... »

« Je te plais pas assez ? »

« Si ! Bien sûr que si... mais je... Je suis pas... »

« T'as quelqu'un d'autre ? »

« Non... »

« Mais tu aimes quelqu'un d'autre... » Ce n'était même pas une question.

« Pardon Reno... J'suis qu'un égoïste. »

« Ouais... Mais s'pas grave. J'aime bien ton égoïsme. » Répondit-il d'une toute petite voix, le faisant rire. Il était vraiment charmant. Et cette constatation le rendait encore plus triste. Pourquoi n'était-il pas capable de tirer un trait sur son blondinet et de se laisser aller à aimer ce jeune homme qui semblait n'attendre que ça ?

« Tu... tu veux venir avec moi sous la douche peut-être ? » risqua-t-il.

« Mmmmh... Oui. J'aimerais beaucoup en fait ! » répondit-il avec un sourire à lui fendre le coeur tout en se redressant. Il lui vola un baiser et se leva. Zack le regarda se diriger vers la salle de bain, admirant son corps mince aux muscles à peine apparents. Il était vraiment beau. En entendant l'eau couler, il soupira. Ce pourrait être si simple de se laisser aller... Mais Zack se compliquait toujours trop les choses. Depuis qu'il avait rencontré Valentine dans ce bar, et découvert cette nouvelle facette de lui-même, plus rien n'était pareil. Au début il avait trouvé sa relation avec Vincent tellement plus simple que celle qu'il avait pu avoir avec les femmes. Mais en réalité c'était beaucoup plus compliqué. Il se battait toujours avec eux. Chacun essayant de dominer l'autre sans le laisser paraitre. Peut-être était-ce juste la façon de faire de son premier amant... Et que s'il était sorti avec un autre ce soir-là il ne se comporterait pas comme ça. Mais c'était trop tard maintenant...

Il se leva et alla rejoindre Reno sous la douche, le faisant sursauter en se collant à lui. Il attrapa le savon et se mit à le laver. Sa peau était si douce... Le rouquin se retourna en faisant d'abord frotter ses fesses contre son sexe déjà dur avant de plaquer son bas ventre contre le sien. Il le souleva alors avec douceur et appuya son dos contre le mur encore froid. Il sentit le Turk sourire dans son cou et se guida en lui, le faisant gémir délicieusement. Il se mit à bouger lentement en lui en le faisant s'agripper à ses épaules, sentant ses ongles s'enfoncer dans sa chair. Trouvant le bon angle, il lui arracha un cri.

« J'te fais pas mal au moins ? » demanda-t-il anxieusement.

« Du tout... Continue. » Et les lèvres de Reno trouvèrent les siennes, sa petite langue mutine quémandant l'entrée tandis qu'il reprenait ses allées et venues, le faisant gémir dans sa bouche en l'embrassant. Il accéléra de plus en plus en se mettant lui aussi à gémir. Il aurait aimé pouvoir le caresser en même temps, mais, tout savonneux comme il était, il le sentait glissant comme une anguille.

« Caresse-toi. » Demanda-t-il en rompant le baiser et s'éloignant un peu pour pouvoir le voir faire. Le rouquin lui fit un sourire légèrement pervers avant de prendre son sexe en main et de se branler lentement, ses yeux verts ne quittant pas son visage. Zack se lécha les lèvres tout en le regardant faire. Il l'excitait vraiment. Ses coups de reins se firent plus brusques, faisant presque hoqueter Reno aux premiers, et il se sentait proche de l'orgasme.

« Plus vite. » Et le Turk fit aller sa main plus vite.

« Je... j'vais jouir, Zack... » finit-il par gémir quelques minutes après.

« Vas-y. » Et il le regarda se libérer entre eux, les contractions enserrant sa queue et le faisant venir presque en même temps.

Il se laissa ensuite glisser jusqu'au sol, le gardant dans ses bras, et l'embrassa.

Il prit alors le shampoing et le fit se tourner pour pouvoir lui laver les cheveux. Il était rare qu'il ait ce genre de geste tendre envers un autre homme, mais Reno lui semblait tellement fragile depuis qu'il l'avait maltraité. Et il aimait s'occuper de lui. Lorsqu'il eut fini de le laver, le rouquin lui rendit la pareille, le couvrant de baisers entre chaque étape. C'était agréable de se sentir choyer.

Quand ils sortirent enfin de la douche, il était déjà fort en retard. Il s'habilla rapidement et dut partir sans prendre le temps de boire un café, au grand désespoir du Turk.

« J'suis désolé... Mais fait à ton aise ! Claque simplement la porte en partant. » Et il l'embrassa, prenant son si joli visage dans ses mains. « On se reverra. » Lui promit-il avant de partir.

En enfourchant Fenrir, il se sentait vraiment bien. Rien ne pourrait entamer sa bonne humeur aujourd'hui. Pas même le rejet continuel de Cloud, il en était sûr.

oOo

Le vendredi de la semaine suivante, en entrant au Mog's pour attendre Reno, Zack se sentait toujours aussi heureux. Bien sûr la situation avec Cloud ne s'était toujours pas arrangée et les entrainements étaient toujours aussi pénibles, mais sa relation avec le Turk lui faisait oublier tout ses soucis. D'un commun accord, bien que silencieux, ils avaient décidé de continuer à se fréquenter sans chercher plus loin et, même s'il se doutait que le rouquin aurait adoré passer à une relation plus sérieuse, ils s'entendaient à merveille. Sa grande gueule n'était plus un problème, le SOLDAT s'était même mis à aimer l'entendre parler. C'était agréable de discuter de tout et de rien. Puis, quand il en avait assez, Reno était toujours prêt à faire l'amour. Ce qu'il faisait même de mieux en mieux ! Dès le début il avait été délicieux, mais, désormais, quand il le suçait ou le chevauchait, il était encore meilleur...

Perdu dans ses agréables pensées, Zack s'assit au bar sans remarquer le chasseur assis au fond. Ce fut seulement lorsqu'il prit place à côté de lui et lui parla qu'il se rendit compte de sa présence.

« Zack... Tu m'as l'air bien heureux ! Raconte-moi... » Susurra la voix chaude de son ex.

« Vincent... J'ai pas envie de parler de ce genre de chose avec toi. »

« Mais que c'est dommage ! » Le première classe fit signe à Ted qui lui apporta presque en courant son verre de Whisky.

« Alors, tu ne traumatises personne ce soir ? » Demanda-t-il après avoir savouré sa première gorgée.

« Non... Ce soir j'avais plutôt envie de m'occuper de toi, puisque tu es là... » fit Vincent en s'approchant de lui, effleurant sa cuisse du bout des doigts en se mordant la lèvre.

« J'attends quelqu'un. » Fit-il en chassant la main baladeuse, regrettant d'avoir autant apprécié ce bref contact. Son ex lui faisait toujours beaucoup trop d'effet et, s'il le laissait le toucher encore, il savait qu'il aurait beaucoup de mal à le repousser. Il voulut se détourner du regard sanglant qui le transperçait, mais une main glacée l'attrapa par le menton, le forçant à plonger dedans.

« C'est bien dommage..." chuchota Valentine en se léchant les lèvres sensuellement. Ce geste éveilla en Zack énormément de désir, le faisant se sentir à nouveau faible. Il détestait l'ascendant qu'avait cet homme sur lui et regrettait souvent que ç'ait été lui son premier amant masculin. Au moment où il sentit qu'il allait craquer il sentit deux bras l'entouré et un baiser dans sa nuque.

« Bonsoir beau brun... » murmura la douce voix du turk à son oreille. Il se retourna pour accueillir son amant dans ses bras, happant ses lèvres et l'embrassant avec délice. Il entendit son ex grogner avant de s'éloigner pour son plus grand soulagement.

« Je vois que je ne dois plus te laisser seul ici..." continua son petit renard, l'oeil espiègle, tout en continuant à picorer ses lèvres.

« Non... Surtout quand il est là... » réussit à dire le brun avant de sentir la petite langue taquine quémander l'entrée de sa bouche. Il l'aspira en collant un peu plus le corps du rouquin au sien, sentant son désir contre le sien.

« J'ai envie de toi..." fit le Turk en ondulant des hanches, frottant son entrejambe langoureusement.

« Moi aussi viens, on y va... » Et il paya sa boisson avant d'entrainer son amant dehors.

oOo

Ted vit le petit blond assis au fond de la salle se tasser encore un peu plus quand Zack sortit avec son ami. Il était sûr que Valentine avait fait exprès de détourner l'attention du SOLDAT de là où était assis le jeune homme. Surtout qu'il était avec lui juste avant que n'entre le brun. Il ne comprenait décidément pas à quel jeu ils jouaient tous, mais fut peiné pour lui. Il se souvint de la première fois où le dénommé Cloud était venu seul. Dès son troisième verre, il avait commencé à discuter avec le barman, puis pleurer, en lui racontant à quel point il était perdu, et combien son tuteur l'attirait. Ted avait bien essayé de le conseiller au mieux, mais lui-même dans ses relations amoureuses, bien qu'étant exclusivement féminine, ne se débrouillait pas très bien. Il avait cru qu'appeler le concerné lorsque Vincent s'était mis à profiter de la faiblesse du plus jeune serait une bonne idée et permettrait qu'il se rapproche enfin, mais rien ne semblait s'être déroulé comme il l'avait espéré et maintenant il ne pouvait plus qu'observer. La tristesse du blond le désolait. Il demanda donc à la serveuse de s'occuper du bar quelques minutes et alla le rejoindre avec deux verres à shot et la Tequila qu'il préférait.

« Alors gamin, c'est pas la forme ce soir ? » demanda-t-il en s'asseyant devant lui et en leur servant à boire. Le gamin en question vida deux verres avant de se décider à répondre, la tête dans les mains.

« Je sais plus quoi faire, m'sieur... C'est si difficile... »

« Pleure pas petit, ça va s'arranger ! » Et Ted le resservit, le regardant gentiment pendant qu'il buvait.

« J'pleure pas ! » fit le blond en se frottant rageusement les yeux. « C'est juste que ça fait si mal... »

« Pourquoi tu lui dis pas, tout simplement ? »

« Lui dire quoi ? » demanda l'autre, visiblement ahuri.

« Bein que tu l'aimes, tiens ! »

« Mais j'suis pas Pd ! » s'emporta Cloud. Ted leva les mains en signe d'apaisement.

« J'ai jamais dit ça gamin ! C'est juste que... bein ça crève les yeux ! Tu réagirais pas comme ça sinon... »

« Ah... Vous croyez vraiment ? »

« Si je crois quoi ? » Et il le resservit encore.

« Que j'suis Pd ? »

« Heu... Ca j'en sais rien... » Le barman sentait le terrain devenir glissant et ne voulait vraiment pas s'engueuler avec le môme. « Mais ce que je sais par contre, c'est que t'es amoureux ! »

« Ah... » Et le blond vida son verre avant de poser son menton sur la paume d'une de ses mains, l'air pensif. « Et alors ça fait de moi un Pd, je suppose... »

« Heu... » Ted ne voulait vraiment pas s'engager là-dedans.

« Mais j'oserais jamais lui dire ! » cria presque le jeune homme, les yeux humides.

« Il le faudra bien petit ! Tu veux continuer à souffrir ? »

« Nan... » fit-il en croisant ses bras sur sa poitrine.

« Et tu penses pouvoir arrêter de l'aimer ? »

« Nan... C'est pas que j'essaye pas ! Depuis que je l'ai rencontré je fais tout pour... mais c'est trop dur... Au début je croyais que c'était juste de l'admiration. J'étais toujours voulu devenir SOLDAT, vous voyez... Mais avec lui, c'est différent... J'ai envie qu'il me prenne dans ses bras... J'ai même failli l'embrasser quand il est venu me dire que je pouvais suivre l'entrainement et repasser les examens d'entrée, vous vous imaginez ! »

Ted ne répondit pas. Non, il ne s'imaginait pas, il n'avait jamais voulu embrasser un autre homme. Même bourré. Mais il pouvait quand même sans trop de peine s'imaginer comment le gamin devait se sentir. Lui-même aurait été complètement perdu s'il avait eu envie d'embrasser un autre homme, ça, il en était sûr ! Il versa encore un peu de Tequila à Cloud, le regardant réfléchir furieusement en se grattant le menton, ses fins sourcils tout froncés par l'intense réflexion.

« Alors, tu vas lui dire ? » risqua le barman en se versant un autre verre. Il lui jeta un oeil et le resservit aussi, se promettant de lui appeler un taxi dès qu'ils auraient fini de discuter. Le blond le vida à nouveau et le regarda, les larmes aux yeux.

« Mais c'est trop tard maintenant ! Vous avez vu comme moi... Il a quelqu'un d'autre... Je savais bien que c'était pas normal qu'il se mette à sourire comme un débile du jour au lendemain ! Vous auriez dû le voir, pendant les entrainements... Toujours la tête ailleurs alors qu'avant il me regardait tout le temps ! C'est horrible... » Et il éclata en sanglots. Vincent choisit pile ce moment-là pour réapparaitre et poussa Cloud pour s'assoir près de lui, le prenant dans ses bras.

« Chut... Là, là » fit-il en lui caressant les cheveux. « C'est rien... Ça va passer Cloudy... Je sais qu'il est méchant Zack, mais pleure plus... » Ted n'en revenait pas. Ce type était vraiment prêt à tout pour arriver à ses fins !

« Mais ça fait si mal Vince... » continua à sangloter le blond en s'accrochant à ses vêtements. Le brun lui fit signe qu'il voulait un verre et le barman le servit, même s'il n'en avait aucune envie. Il le regarda boire et continuer à consoler le gamin. Quand il fut un peu calmé, Vincent demanda d'un air innocent :

« Tu veux venir dormir chez moi ce soir, Cloudy ? » Le blond frotta ses yeux tout rouges.

« Mais tu vas encore me faire dormir dans ton canapé ! » Et il se remit à pleurer en se pelotonnant à nouveau dans ses bras.

« Mais non... Si tu veux, tu pourras dormir avec moi. »

« C'est vrai ? » demanda Cloud, les yeux pleins d'un espoir candide.

« Oui c'est vrai. Pour qui tu me prends ? » À ces mots le regard si bleu s'assombrit.

« Mais tu vas vouloir faire des trucs... » soupira-t-il. Valentine sembla hésiter avant de répondre.

« Non. Si tu veux pas de moi, je vais pas t'obliger... Tu dormiras juste dans mes bras, OK ? »

« Promis ? »

« Promis. » Le jeune homme se mit à sourire en séchant ses larmes et déposa un bisou sonore sur la joue du chasseur. Ted ne savait pas quoi faire. Il ne faisait absolument pas confiance à ce type, mais n'avait aucun droit d'intervenir. Il les laissa donc partir, répétant pour la millième fois au gamin que la bouteille était un cadeau et qu'il pouvait l'emporter, ainsi que de faire bien attention à lui. Le barman était déçu de n'avoir pas pu finir de le convaincre de tout dire à son mentor, et espéra qu'il le ferait de lui-même, et le plus rapidement possible. Il retourna donc derrière son comptoir, l'esprit tout accaparé par les problèmes de l'aspirant SOLDAT.

Fin du troisième chapitre.