Tequila, cannelle, sexe et torture.

Souvenirs

« Fais-moi ce que tu lui as fait. »

« Je lui ai fait mal... »

« Je m'en fous. Fais-le, c'est tout. »

« Matt... »

« Quoi ? Je suis plus assez bien pour ça ? Mais qu'est-ce que tu attends de moi Mihael ? Tu veux que je te supplie peut-être ? »

« Ne m'appelle pas comme ça ! »

« Pourquoi ? Tu as peur que quelqu'un s'en serve contre toi ? Ou tu as peur de ce que tu étais, là bas, à l'orphelinat, quand il n'y avait que moi qui te faisais jouir, hein, Mihael ? »

« Ta gueule ! »

« Je préférai tellement dire ce nom-là... Mais je me contenterai de Mello. Alors, donne-le-moi ! »

« Tu fais chier ! »

Mais le blond le fit quand même basculer, glissant sa main sous sa tête pour qu'elle ne heurte pas le sol de plein fouet. Il l'embrassa, mais se fit mordre.

« Tu pues la pomme ! »

« Tu m'excuseras, mais y a plus de javel ! »

« J'te déteste ! »

« Je sais... »

Présent.

Cette soirée avait vraiment été étrange pour le blond, il ne savait pas pourquoi, mais il avait obéi à Matt, et avait reproduit les gestes qu'il avait eus pour Near. Seulement il ne lui avait pas fait mal, ce qui l'avait fait tiquer. Mais Mello avait su calmer ses craintes. Il ne voulait pas lui faire de mal, tout simplement ! Une semaine était passée depuis cette drôle de demande et il n'avait toujours pas revu son rival. Le blond était seul dans le lit, et il détestait ça. Pourquoi est-ce qu'il lui arrivait de plus en plus souvent de se réveiller sans personne à ses côtés ? Heureusement, il pouvait entendre Matt jouer sur sa maudite console dans le salon. Il se leva en s'enroulant dans le drap et partit le rejoindre, heureux de pouvoir passer la journée dans ses bras. Seulement, en arrivant dans le salon, il sentit son sang bouillir. Télévision allumée, manette vibrant au sol, bouteilles éparpillées, cendrier débordant... Mais pas de Matt ! Où pouvait-il bien être, ce crétin ? Lui qui détestait sortir, il le plantait là, comme ça, sans raison, dès le réveil ? Il voulut donner un coup de pied dans la console, mais se ravisa et opta pour la manette, elle coutait moins cher, et était bien plus solide. Rien que de repenser à la fois où il avait balancé une PlayStation par la fenêtre, il se mit à frissonner. Jamais Matt n'avait été aussi en colère, il lui avait même fait peur ! Il passa donc ses nerfs sur la manette vibrante, tapant du bout des orteils et arrivant à se faire mal. Il jura tout bas en se les frottant et alla se laisser tomber dans le fauteuil. Il attrapa le reste de la tablette de chocolat dont Matt avait étonnamment réussi à détourner son attention la veille, et se mit à la lécher pensivement. Une idée faisait lentement son chemin dans son esprit torturé. Dès que son jaloux d'amant allait rentrer, il la mettrait en action, et le guérirait pour toujours de cette possessivité soudaine et plus qu'ennuyante ! Sur cette sage décision, il croqua dans sa tablette en souriant.

oOo

Peu après sa victoire, Mello attrapa son gsm et appela son rival.

« Near ? Je viens te chercher dans 45 minutes. »

« Pardon ? Et pour quoi faire ? »

« Depuis quand j'ai besoin d'une raison pour venir te prendre ? »

Les mots employés mirent Matt mal à l'aise, mais il avait accepté, et ne pouvait donc plus reculer.

oOo

Near se demandait ce qui prenait à Mello. Il lui avait annoncé qu'il l'emmenait chez lui, mais que c'était sa planque personnelle, et qu'il ne servirait donc à rien de venir essayer de l'arrêter là par la suite, il n'y serait plus après cette nuit. Near était resté perplexe, mais était quand même monté sur la moto de son rival après avoir mis son casque. Il avait froid, et se colla plus près de lui, serrant sa prise autour de la taille de Mello. Celui-ci tourna la tête et lui sourit avant de reporter son attention sur la route en accélérant. Near ferma les yeux. Il ne voulait pas savoir où ils allaient, et ne voulait surtout pas se retrouver tenter plus tard.

Lorsqu'il arrivèrent, il se força à regarder le moins possible autour de lui et s'engouffra rapidement dans le hall d'entrée, suivant Mello. Quand celui-ci le fit entrer dans l'appartement, Near enleva ses chaussures avant d'aller au salon, et se figea. Matt était là, assis dans le canapé en écoutant de la musique, et lui lança un regard noir.

« Ah oui, j'ai oublié de te prévenir, ce soir risque d'être un peu spécial ! » lui annonça le blond joyeusement.

« Mello... »

« T'en fais pas ! Ça va être super, allez, va t'assoir près de Matt, je vais chercher à boire pendant que vous refaites connaissance ! »

Et il disparut dans la cuisine, les laissant seuls.

« Salut Near. »

« Salut. »

Il alla s'assoir, mais resta le plus loin possible de Matt. Il n'aimait vraiment pas du tout le tour que prenait la situation, et se retenait de ne pas partir en courant.

« Désolé pour... ça. Mello a souvent de drôles de fantasmes. »

« De... fantasmes ? »

« Ouais... »

Near le vit rougir, et déglutit difficilement. Il commençait même à avoir un peu peur. Mais Mello revint avec des bières et une bouteille de tequila, coupant court à toutes tentatives de fuite. Il en prit une, ne sachant pas quoi faire d'autre, et regarda Mello s'installer sur un coussin à leur pied, souriant en buvant une longue gorgée. Near l'imita donc, suivit de Matt. Il détestait la bière, mais se dit qu'être soul vaudrait sûrement mieux vu le regard brulant que lui lança le blond.

« Peu avoir plus fort ? » demanda-t-il, bien décidé à finir complètement bourré avant que Mello ne le force à faire quelque chose d'aussi tordu que lui. Matt se leva pour aller chercher des verres à shot et revint, les remplissant rapidement avec l'alcool blanc et lui en tendit un. Near s'apprêtait à le boire lorsque Mello lui présenta un doigt couvert de sel.

« C'est meilleur avec. »

Il haussa les épaules, puis le lécha, regardant le blond lui sourire. Il vida ensuite son verre d'un trait en fermant les yeux. Le liquide lui brula la gorge, mais lui fit du bien. En ouvrant les yeux, il vit Mello, agenouiller devant lui, tenant une rondelle de citron entre ses lèvres. Avant qu'il n'ait pu reculer, son rival l'attira à lui et il mordit dans le citron, aspirant doucement le jus sur. Il grimaça en s'éloignant et Mello rit en retirant la rondelle, puis but son propre verre. Matt lui rendit la pareille, mais le blond lui enleva le citron avec ses doigts avant de l'embrasser. Near détourna les yeux et se resservit un autre verre en rougissant. Il le but sans sel, et sans citron, et se resservit aussi tôt.

« N'essaye pas de te souler Near ! »

« Je fais ce que je veux Mello ! »

Matt lui prit la bouteille des mains et but directement au goulot, se forçant visiblement.

« Matt ! Arrête ça tout de suite ! » s'écria le blond en lui arrachant la bouteille, aspergeant son menton et son torse au passage.

« Et voilà, t'es trempé maintenant ! »

Mais Near se pencha vers lui, léchant son cou du bout de la langue. Il ne savait pas ce qui lui prenait, et la tête lui tournait un peu. Il tira sur le col après avoir léché toute la tequila à sa portée, et essaya de lécher son torse. Mello le fit reculer, et il crut qu'il allait s'en prendre une.

« Enlève le Matt, tu vois bien qu'il veut te nettoyer, sois pas malpoli ! »

« Malpoli mon cul oui ! » cracha Matt, fusillant du regard Near qui se recroquevilla.

« Allez Matt, c'est bien toi qui parlais des fantasmes de Mello... »

« Putain ! Vous me faites chier ! Y en a pas un pour rattraper l'autre ! »

Mais il obéit, enlevant son pull rayé en soupirant. Near leva les yeux timidement vers lui, l'énervant un peu plus.

« C'est bon, vas-y si t'en as envie. »

Il se pencha donc sur son torse, l'attirant à lui par la taille et passa une jambe dans son dos, avant de reprendre là où il s'était arrêté. Il releva brusquement la tête, l'air dépité, et se tourna vers Mello.

« À plus ! » geignit-il.

Le blond se mit à rire et versa un peu d'alcool sur le torse de son ami qui se mit à protester :

« Non, mais ça va ! T'es complètement jeté ! »

« Sans blague, on n'était pas au courant ! »

Ce fut au tour de Near de pouffer avant d'aspirer l'alcool avidement, léchant consciencieusement sa peau et descendant jusqu'à un téton qui se durcit sous sa langue. Matt sentit Mello détacher sa ceinture et dégrafer son pantalon tandis que le plus jeune s'éloignait pour s'allonger dans le canapé. Near prit appui sur ses coudes et se mit à lécher son ventre, tournant autour de son nombril pendant que son amant libérait son sexe, émettant un petit ricanement en le trouvant dressé.

« Je savais que ça te plairait, Matt ! »

Il grogna en baissant les yeux vers lui, le regardant méchamment. Mais le blond se contenta de lui sourire avant de verser de l'alcool sur son ventre. Celui-ci coula jusqu'entre ses cuisses et il s'écria :

« Je t'interdis d'en verser sur ma queue Mello, j'te préviens ! »

Son ami se mit à rire et prit une gorgée de tequila qu'il garda en bouche.

« Nan ! Nan, Mello, oublie ça tout de suite ! »

Mais le blond prit quand même son sexe en bouche et Matt serra les dents, persuadé que l'alcool allait le bruler. Mais rien ne vint, et à part la délicieuse sensation de sa queue entourée de liquide aucune douleur ne se fit ressentir. Il soupira, et attrapa Mello par la nuque pour s'enfoncer plus loin, mais celui-ci bloqua ses hanches et prit tout son temps, le faisant gémir. Near entra sa langue à ce moment dans son nombril et se mit à jouer avec. Matt lui caressa la nuque en fermant les yeux, appréciant ce qu'ils lui faisaient tous les deux. Il sentit le plus jeune descendre vers son sexe et rouvrit les yeux lorsque Mello recracha sa queue et avala ce qu'il restait de tequila dans sa bouche.

« Oh non, vous n'allez quand même pas... Oh bordel de merde... »

Les deux garçons qui léchaient son sexe se mirent à rire en levant les yeux vers lui et il se sentit rougir. Mais il n'arrivait pas à détourner les yeux, les voir s'occuper ainsi de sa queue l'excitait beaucoup trop. Il jura entre ses dents lorsque Near prit son sexe en bouche tandis que Mello en léchait la base avant de passer à ses bourses et se mit à gémir.

« Arrêtez ! Je vais jouir ! »

« Mais on attend que ça nous. » Susurra Mello en se redressant, venant embrasser ses lèvres et les mordiller tout en caressant le dos de Near sous sa chemise.

« Near... Ah... Arrête s'il te plait ! »

Le gosse secoua la tête tout en continuant à pomper son sexe et il sentit l'orgasme monter.

« Near... »

Mello le fit reculer, mais trop tard, et son visage enfantin fut éclaboussé de sperme. Il se releva, visiblement choqué, avant d'éclater de rire, les joues roses et les yeux pétillants. Mello se joignit à lui et lui lécha la joue.

« Vous êtes complètement malade... » soupira Matt en les regardant.

Le blond continua à le lécher et Matt lui tendit son pull, faute de mieux sous la main, pour qu'il puisse s'essuyer, mais Near le refusa, préférant laisser son rival le nettoyer en riant.

« C'est pas vrai... » murmura le rouquin en frottant son ventre.

Étrangement, il ne se sentit pas trop jaloux en voyant son amant lécher le gosse, et ne put s'empêcher de sourire en les voyant s'amuser autant. Quand Mello eut enfin fini, il se rinça la bouche avec la tequila avant de se tourner vers Matt, lui déclarant :

« Ton sperme goûte la cannelle ce soir ! »

« Mais bien sûr... »

« Si si ! Moi aussi je l'ai gouté en me léchant les lèvres ! »

Il prit la bouteille des mains de Mello et but longuement, essayant de penser à autre chose qu'à ce qui allait forcément suivre, et continuant à les traiter intérieurement de fous furieux.

Le blond se mit à déshabiller Near en l'embrassant et Matt découvrir des bleus jaunit sur le torse du plus jeune. Il ne put s'empêcher de ricaner :

« Il tape fort, hein ? »

Near baissa les yeux tendit que Mello le regarda par-dessus son épaule d'un air mauvais.

« Y a que la vérité qui blesse ! » dit sentencieusement le rouquin en cherchant ses cigarettes. Il s'apprêtait à en allumer une quand il reçut un coup de coude dans le tibia.

« Ouais, c'est bon, je sors... Pfff... »

Il remonta son pantalon et voulut passer son pull avant de se souvenir que celui-ci était recouvert de sa semence, et soupira. Il attrapa la veste rouge de Mello qui se trouvait sur le comptoir de la cuisine et sortit sur la terrasse en l'enfilant. Il vit avec plaisir son amant entrainer Near à sa suite dans sa chambre en allumant la lumière, se souvenant d'une de ses règles qui était de ne pas rester seul sans lui. Cette petite attention le fit sourire et il s'adossa à la rambarde de pierre en les regardant.

Near déshabillait Mello après l'avoir fait assoir au bord du lit et le blond lui murmura quelque chose qui le fit rougir. Leur rival s'agenouilla ensuite entre ses cuisses et prit son sexe en bouche. La première pique de jalousie de la soirée lui perça le coeur comme un poignard devant l'expression de plaisir de son amant tandis que le plus jeune le suçait avec ferveur. Il grinça des dents en tirant sur sa cigarette et la finit en quelques bouffées avant de la jeter dans le vide. Il rentra ensuite dans la chambre en refermant la porte-fenêtre et se débarrassa du manteau et de son pantalon.

« Suffis Near, on passe aux choses sérieuses maintenant ! »

Le gosse releva la tête, l'air tout à coup complètement paniqué, ce qui le fit rire.

Les deux amants s'assirent face à face et entrecroisèrent leurs jambes. Ils n'avaient pas pris le temps de se concerter, mais semblaient parfaitement savoir ce qu'ils voulaient, faisant se sentir le plus jeune presque de trop. Mais Matt prit gentiment Near par la taille et le fit assoir entre eux. Il le souleva délicatement par les hanches et Mello guida le sexe de son ami dans l'intimité dûment préparée de son rival. Celui-ci se crispa, et attrapa les genoux du blond, plantant ses ongles profondément dans sa chair. Mello l'embrassa dans la nuque tandis que le rouquin frottait son nez contre le sien. Lorsque Near fut enfin complètement empalé, il commença à se détendre. Son rival laissa ses mains courir sur son torse et son ventre, couvrant son cou de baisers tandis que Matt l'embrassait avec tendresse et glissa une main dans son dos pour caresser les abdos de son premier amant. Mello releva les yeux et vit ceux de Matt le regarder avec amour. Near finit par glisser ses mains autour de la nuque du rouquin et ondula légèrement des hanches. Le blond le prit alors par la taille et le fit monter avant de le relâcher sur le membre tendu de son ami. Near gémit fortement, cachant son visage dans le cou de Matt, mais Mello ne se laissa pas attendrir et continua ainsi quelques minutes avant de passer le relais à son ami qui le suréleva tandis que le blond prenait son propre sexe et l'enduisait de lubrifiant. Il appuya ensuite contre l'anneau de muscle de Near déjà occupé. Celui-ci se crispa, mais ne protesta pas.

« Ça va aller, Near. » Chuchota Matt en le laissant glissé sur le gland gonflé de désir de son amant. Les sensations pour lui comme pour Mello étaient exquises et totalement nouvelles. Ils pouvaient tous deux sentir la dureté de l'autre et les contractions du chaud fourreau du plus jeune qui essayait de se dérober à cette double intrusion en geignant et s'agitant.

« Calme-toi, j'y suis presque. » Murmura le blond, et, à son plus grand étonnement, Near l'écouta, tournant la tête pour essayer de happer ses lèvres. Il sourit et l'aida, se penchant par dessus son épaule pour les lécher du bout de la langue. Matt profita de la gorge offerte à sa portée pour la mordiller et lécher la peau qu'il avait rougie en la suçotant. Mello fut enfin entré jusqu'à la garde et ne bougea plus, lui comme Matt attendant le signal du garçon pour reprendre. De longues minutes passèrent, Near haletant entre eux, une main sur la cuisse de Mello et l'autre accrochée à l'épaule du rouquin, comme s'il cherchait à rester légèrement surélever sur les sexes qui l'écartelaient douloureusement. La souffrance ne s'atténuait pas, et il remerciait silencieusement ses amants de se montrer si patients. Il avait à peine fini de formuler sa pensée qu'il sentit les mains de Mello appuyé sur ses cuisses.

« Near, on en peut plus, laisse-nous te faire l'amour. »

Le garçon se raidit en entendant ce terme et même Matt releva la tête, le fusillant du regard. Le blond l'attira par la nuque et l'embrassa par-dessus l'épaule de Near tout en remuant légèrement des hanches. Son amant fit de même, arrachant de petits cris au garçon coincé entre eux. Mais, très vite, l'un des sexes en lui toucha sa prostate, lui arrachant un hoquet de surprise.

« Encore ! » pallia-t-il, faisant sourire ses ainés qui se mirent à bouger en cadence, s'enfonçant en lui l'un après l'autre de sorte qu'il soit constamment rempli. Il attira Matt à lui, plaquant sa bouche contre la sienne et mordant ses lèvres. Mello passa un bras autour de sa taille et caressa doucement son sexe délaissé, le faisant frémir. Il planta ses dents dans l'épaule délicate lorsqu'une décharge de plaisir se fit plus forte. Le sexe de Matt frottait contre le sien à chaque mouvement, et il trouvait ça délicieux, se demandant pourquoi il n'avait jamais pensé à ça plus tôt. Se décollant brusquement du rouquin quand Mello empoigna franchement son sexe et le branla d'un mouvement rapide, Near se cambra en arrière, laissant sa tête pendre et reposer sur la clavicule du blond, s'accrochant au dos de son vis-à-vis.

« Ca vous plait ? » susurra Mello, et deux oui soupirer parfaitement en coeur le firent rire.

Matt continuait de soutenir le corps de Near pour leur permettre d'aller et venir chacun à leur tour à l'intérieur de l'intimité si serrée du garçon, et Mello souleva un genou pour l'aider à supporter son poids. Le rouquin se mit à couvrir le cou et le haut du torse du plus jeune de baisers sans quitter son premier amant des yeux, lui souriant. Le blond se lécha les lèvres en le regardant, lui rendant son sourire et retenant ses gémissements comme il pouvait. Accélérant le mouvement de son poignet et celui de ses hanches, il sentit avec ravissement Matt faire de même et, au bout d'un moment, ils s'enfoncèrent tous deux dans le corps de Near d'un même mouvement, l'écartelant encore plus. Mais celui-ci semblait apprécié énormément, même s'il avait les larmes aux yeux. Il redressa la tête et la nicha à nouveau dans le cou de Matt, attrapant la peau tendre entre ses dents et jouant avec. De sa main libre, Mello attira son ami encore plus près et son menton s'appuya sur l'épaule du plus jeune, permettant au blond d'embrasser ses lèvres et de les lécher.

« Aaaah... Matt...Ah ! Mello ! Encore ! Plus fort ! »

La demande les surprit tous deux, mais il ne tardèrent pas à obtempérer, le rouquin le soulevant encore un peu plus tandis qu'ils le pénétraient violemment, le faisant crier de plaisir. La douleur était toujours un peu présente, mais elle ne faisait plus qu'exacerber les sensations que Near ressentait, tandis que le frottement de leurs deux glands donnait à Matt et Mello des frissons d'extase.

« Vais.. Vais jouir ! » gémit le plus jeune, s'accrochant au corps du rouquin en tremblant.

« Vas-y. » répondirent ses deux amants en même temps, cognant en lui encore plus fort tandis que le blond faisait monter et descendre sa main sur le sexe gonflé entre son ami et son rival. Celui-ci se libéra en se tendant de tout ses muscles, criant presque, et les contractions de son étroit fourreau firent venir les deux garçons en même temps. Ils mordirent chacun une épaule en fermant les yeux, ondulant une dernière fois des hanches pour faire durer leur orgasme, puis Matt laissa retomber le corps de Near entre eux, épuisé de l'avoir soutenu tout du long. Le plus jeune eut un hoquet, les deux sexes toujours en lui, et encore fort durs, mais se détendit très vite. Mello les fit ensuite basculer sur le côté et ils décroisèrent leurs jambes en s'allongeant, sortant tous les deux à regret de Near en soupirant. Le plus jeune ne savait plus où il était, ni qui il était, l'esprit tout embrumé par l'orgasme étonnant qu'il venait d'avoir. Matt et Mello se pressèrent contre lui en le couvrant de la couverture et échangèrent un baiser langoureux au-dessus de leur jeune amant, la main du blond jouant dans les cheveux du rouquin. Puis ils se recouchèrent en enserrant Near dans leur bras, et entrelacèrent leurs doigts avec les siens.

Ils étaient tous comblés, et s'endormirent instantanément, le sourire aux lèvres.

oOo

Il faisait nuit noire lorsque Matt se réveilla en sursaut. Il crevait de chaud. En baissant les yeux, il tomba sur deux têtes. Deux ? Les souvenirs revinrent et c'est en insultant Mello de tous les noms qu'il chassa les deux garçons qui avaient pris son torse comme oreiller. Il alla s'assoir au pied du lit et se demanda vraiment ce qui avait bien pu lui prendre pour avoir accepté une chose pareille ! Oui, ç'avait été très bon, oui ça lui avait beaucoup plu, oui, il aurait bien recommencé, mais non ! il n'était pas du tout fier de lui. Et il préférait avoir Mello rien que pour lui de toute façon...

C'est exactement ce qu'à dû se dire Near pendant que tu le baisais !

Raaaaah ! Ta gueule ! Voix de la raison de mes deux, dors ! C'est pas une heure pour venir me faire chier !

Sur cet échange plus qu'habituel avec sa conscience, il se leva pour remettre son jeans et aller se chercher une cigarette. Il se rendit donc au salon en trainant des pieds, et arracha le store qui empêchait la lune d'éclairer la pièce. Il n'avait aucune envie d'allumer une lampe qui allait l'éblouir, mais à peine le store tombait-il à terre avec un bruit tintant qu'il regretta son geste. Le soleil aussi pourrait entrer désormais... Il se maudit intérieurement et fouilla dans le canapé. Mello lui avait interdit de fumer à l'intérieur pendant tout le temps où Near resterait. Et, le pire, c'est qu'il avait obéi...

Je suis désespérant...

Il finit par trouver ses cigarettes et retourna dans la chambre. Prenant appui sur le mur, il fouilla dans la poche arrière de son pantalon et en sortit le Zippo que Mello lui avait offert.

Traitre !

Il alluma sa cigarette et tira une première bouffée. Seulement, alors qu'il la savourait, les yeux fermés, un coussin s'écrasa sur son visage.

Connard !

Il ouvrit donc la porte de la terrasse et sortit dans le froid.

Fils de pute !

Et c'est en sautillant et se frottant les bras qu'il continua sa cigarette. Après avoir jeté le mégot dans le vide, il rentra et tomba sur Near, grelotant, pelotonner dans les bras de Mello qui souriait en dormant.

Mais comme c'est mignon ! Vas-y avoir de la bouillie d'albinos au p'tit déj, je le sens bien là...

Il ressortit donc en râlant après avoir pris un pull propre et s'assit sur le rebord en pierre de la petite terrasse. S'allumant une nouvelle cigarette, il mit les écouteurs de son iPod qui n'avait heureusement pas quitté son jeans malgré le cinéma de la veille... Il se demandait toujours pourquoi Near n'avait pas eu de mal à se laisser déshabiller et avait été si empressé...

Surement parce qu'il ne tient pas l'alcool ! Une bière et quelques dés à coudre de Tequila, il devait être fait !

Il savait qu'il se mentait, Near n'avait même pas fini sa bière. Et à moins de faire une hypersensibilité à l'alcool, il devait avoir toute sa tête la veille lorsqu'il avait encouragé Matt à se laisser aller.

Qu'est-ce que Mello à bien put te promettre pour que tu acceptes de faire ça, hein ? Putain de blond manipulateur à la con !

Il commençait à sérieusement s'énerver tout en se débattant avec les noeuds de ses écouteurs, ce qui le força à les retirer le temps de les démêler. Il ne savait pas pourquoi il avait fini par céder, et se sentait vraiment lâche, même s'il avait résisté le plus longtemps possible, c'est-à-dire toute une après-midi, ce qui n'était pas si mal vu ce que le blond lui avait fait subir pour lui arracher ce maudit « oui » qu'il avait fini par crier comme un possédé.

Alors quoi ? T'avais peur que Mello te jette si tu n'acceptais pas de baiser avec son nouveau joujou ?

Seulement Mello ne lui avait jamais demandé de coucher avec qui que ce soit ! Ce n'était pas son genre... Ce gars baisait énormément, tout le temps à vrai dire, et avec presque n'importe qui, du moment que corps et visage soient à son goût. Mais malgré son esprit plus que pervers, jamais il n'avait demandé à Matt de faire quelque chose de semblable.

Peut-être parce que c'est toi le joujou maintenant, et Near son véritable amant ?

Ta gueule !

Il remit enfin ses écouteurs et tomba sur la pire chanson qu'il aurait pu trouver.

I hate everything about you,

So why do I love you ?

Il tira rageusement sur sa cigarette et se brula les doigts.

Comment est-ce que j'ai bien pu accepter un truc pareil bordel de merde ?

Mais il se souvenait très bien de comment Mello l'avait fait céder...

L'après-midi précédente :

Matt fermait à peine la porte qu'une tornade blonde lui avait sautée dessus, le plaquant au mur, et toute son envie de se plonger dans le dernier jeu vidéo qu'il était sorti acheter à grande peine lui avait passée. Il s'était laissé entrainer dans la chambre, déshabiller et caresser en soupirant. Mello l'avait allongé et il avisa le dernier tiroir de leur commode qui était ouvert. Son amant avait sorti ses jouets... Il s'était quand même laissé faire, et son ami lui avait passé les menottes de cuir en souriant, attachant fermement ses poignets au lit. Lorsqu'il lui avait mis les deux harnais et attaché le cou et les chevilles, il n'avait que levé les yeux au ciel. Il n'aimait pas tellement être entravé ainsi, les cuisses repliées et écartées, mais n'avait rien dit. Quand Mello lui avait passé un anneau autour du sexe qu'il avait préalablement longuement sucé pour le faire bander, il n'avait rien dit non plus. Puis quand son pervers d'amant lui en avait passé un plus petit autour de ses bourses, il n'avait que haussé un sourcil. Il avait émis un grognement en le voyant lubrifié le gode que L lui avait si gentiment offert au temps de la Wammy's, mais s'était détendu pour éviter de souffrir. Il n'avait pas pu retenir un gémissement quand Mello l'avait préparé. Par contre, il avait ouvert de grands yeux après que le blond l'ait embrassé avec passion et lui avait dit plus que demandé :

« J'aimerais beaucoup invité Near, et qu'on le prenne tous les deux... »

Il avait d'abord cru à une mauvaise blague. Puis, devant l'air plus que sérieux de son amant, il avait tiré sur les menottes en s'agitant.

« Non ! C'est hors de question Mello ! Maintenant, détache-moi tout de suite, finit de jouer, crétin ! »

« Je savais que tu dirais ça... » lui avait susurré son ami, et il lui avait violemment enfoncé le gode, le faisant crier. Mello avait fait quelque va-et-vient avec, puis l'avait allumé en le coinçant contre sa prostate, le faisant gémir.

« Je vais te laisser y réfléchir un peu, Mail... »

Et il était parti dans le salon, le laissant attaché et parcouru de frisson de plaisir incontrôlable. Matt savait qu'il ne pourrait pas jouir à cause des anneaux et s'était mis à crier. Mello était donc revenu, et l'avait embrassé en caressant son sexe lentement, du bout des doigts.

« Déjà, changé d'avis mon amour ? »

Matt s'était raidi. Jamais le blond ne l'avait appelé comme ça. Il l'avait appelé par son prénom quelques minutes avant, et maintenant il l'appelait son amour ? Matt savait que ce n'était qu'une ruse pour le faire céder, mais elle était diablement agréable. Il avait rompu le baiser en reculant la tête comme il pouvait malgré ses entraves et s'était repris.

« Non ! Jamais ! Mais tu vas me détacher tout de suite ou je te jure que... »

Il n'avait pas pu terminer sa phrase, Mello lui ayant glissé une barre en bois entre les dents et attachée celle-ci à l'aide des cordes en cuir qui allait avec. Matt s'en voulut de ne pas avoir brulé toutes ces choses dès le premier jour où son tordu d'amant les avait achetés, comme il en avait eu envie. Il avait tout de suite su en les voyant qu'il allait en souffrir, même s'il devait bien admettre qu'il avait aussi eut certain de ses meilleurs orgasmes grâce à eux, que s'ait été lui ou Mello qui était livré aux fantasmes de l'autre, totalement soumis et sans défense.

« Bon, très bien, je te laisse alors ! »

Et son ami était sorti en ricanant de la chambre sous le regard noir de Matt qui se démenait furieusement. Il avait essayé d'expulser le gode de son corps, mais Mello l'avait coincé avec d'autres liens, et il s'était retrouvé à gémir, seul, et se tortillant dans tout les sens pour essayer d'échapper à tout se plaisir qui menaçait de le rendre fou. Son sexe était rapidement devenu extrêmement douloureux, et il avait eu beau le regarder, la vision troublée par les larmes qu'il n'arrivait pas à contenir, les anneaux l'empêchaient de jouir.

Mello était revenu le voir régulièrement, lui reposant la question et lui promettant le meilleur orgasme de sa vie s'il acceptait, mais Matt était demeuré inflexible, secouant la tête à chaque fois. Le blond aurait pu perdre patience, et finir par remplacer le gode par son propre sexe pour le prendre violemment et le faire jouir comme Matt l'espérait de tout son coeur (et, accessoirement, de toute sa queue), mais non. Mello savait faire preuve de beaucoup de patience quand il désirait réellement quelque chose. Le temps s'était écoulé, affreusement lent, tandis qu'il entendait son amant rire devant la télé, dans la pièce d'à côté, et que lui avait de plus en plus de peine à retenir ses gémissements.

Le blond était revenu pour la quatrième fois, quelques dizaines de minutes seulement après sa dernière tentative d'arracher un hochement de tête positif à sa victime.

« Tu commences à me faire chier Matty... Ça fait plus de deux heures que tu es attaché ! Dis-moi oui... »

Matt s'était contenté de lui lancer son regard le plus noir et avait détourné fièrement la tête.

« Allez Matty... Ça va être délicieux... Il a un de ces culs ! Mmmmh... Si serré... »

Mello s'était assis près de lui et s'était penché, ses cheveux blonds chatouillant le visage de sa victime tandis qu'il lui susurrait ses arguments dans le creux de l'oreille, caressant distraitement son torse et jouant avec les boutons de chair durcie.

« Ses lèvres... Si douce... Comme sa peau. Une vraie peau de bébé. Ne me dis pas que ses grands yeux gris ne t'ont jamais fait envie, hein Matty ? »

« Mmmghmmmg ! »

« Et sa queue... Délicieuse ! Tu voulais que je te fasse ce que je lui avais fait, hein, Matty ? Pourquoi tu ne le lui ferais pas toi même ? Je suis sûr que quand tu te branlais en criant mon nom à la Wammy's, tu pensais aussi parfois à lui... »

« Mmmmm ! »

« C'est un oui ou un non ça ? »

Matt avait secoué frénétiquement la tête de gauche à droite. Jamais il n'avait fantasmé sur Near ! Bien sûr, il se demandait ce que Mello lui trouvait, mais ça ne voulait pas dire qu'il avait envie de lui !

« Bon, très bien. Je vais te laisser attaché comme ça jusqu'à ce que tu n'aies plus une seule larme pour pleurer, p'tit con ! »

« Grrrrrr ! »

« Oh ! Tu grognes ! Comme c'est mignoooon ! Allez, à demain ! »

Tout le corps de Matt s'était tendu. Il n'allait pas le laisser comme ça jusqu'au lendemain quand même, si ? Non, il n'oserait pas...

« Changé d'avis peut-être ? »

Il avait à nouveau secoué la tête. Non, il ne céderait pas. Même si son sexe devait devenir noir et tombé. Mello lui avait plaqué un baiser sur les lèvres malgré la barre de bois, puis s'était levé en lui faisant un petit signe de la main voulant dire au revoir et était parti en fermant la porte derrière lui. Il avait ensuite entendu celle de l'entrée claquer et s'était mis à hurler.

Lorsque, longtemps après, il avait entendu les clés dans la serrure, il s'était remis à pleurer. Le gode lui faisait mal, et il ne ressentait plus aucun plaisir. Son sexe était toujours dur, mais uniquement à cause des anneaux, sinon il y aurait longtemps qu'il aurait débandé. Mello était entré dans la chambre en souriant, et s'était assis près de lui avant de lui caresser le visage.

« Ne pleure pas Matty... Il te suffit de me dire oui. »

Il avait détourné les yeux en sanglotant. Son « ami » lui avait pincé un téton, le faisant crier, puis était descendu entre ses cuisses. Il lui avait retiré le gode et Matt avait soupiré de soulagement.

« Oh... Il te faisait mal ? »

Il avait hoché la tête doucement. Mello s'était allongé contre lui et avait déposé sa tête au creux de son épaule.

« Tu sais que je pourrais m'endormir comme ça ? Je suis toujours tellement bien quand tu es près de moi... Pas toi ? »

« Mmmmgmmm ! »

« Oui, pas là, je suppose... Mais le reste du temps, tu n'es pas bien avec moi ? »

Matt avait baissé les yeux vers ceux, bleus marines, de son amant. Il avait à nouveau hoché positivement la tête avant de gémir doucement. Il voulait que Mello lui enlève au moins cette maudite barre.

« D'accord, mais tu me promets de ne pas te mettre à hurler, hein ? »

Il avait acquiescé et le blond lui avait enlevé le bâillon. Il avait fait jouer sa mâchoire qui était horriblement douloureuse.

« Mello, t'es mort. Je vais te tuer en t'enfonçant ce putain de gode jusqu'à ce qu'il te ressorte par la bouche, connard. » Avait-il dit posément.

« Matty, Matty... Pourquoi dis-tu des choses si méchantes ? Tu m'aurais dit oui tout de suite, tu n'aurais absolument pas souffert ! »

« Tu rêves Mello ! Jamais je n'accepterais un truc pareil ! »

« Ne commence pas à gueuler, ou je te le remets ! »

« Tu m'fais chier... »

« Je sais mon amour... »

« M'appelle... »

Mais les lèvres de Mello sur les siennes l'avaient fait taire. Il le mordit violemment et avait reçu une gifle en retour. Le blond se tenait la lèvre, le fusillant du regard.

« Détache-moi. Et cours ! Je vais te fourrer mon flingue dans le cul et te vider mon chargeur dans les entrailles, salaud ! »

« Matt... »

Mello était passé entre ses cuisses en souriant et avait pris son sexe en main, le branlant lentement.

« Lâche-moi ! »

« Sûrement pas ! "

« Mais qu'est-ce que tu ne comprends pas quand je te dis non, crétin ? »

« Tout... Pourquoi tu ne veux pas me faire plaisir, Matty ? »

« Parce que là, t'abuses ! Non, non Mello, ne fait pas ça... Aaaah ! »

Son tortionnaire venait de passer sa langue sur toute la longueur de son sexe douloureux et il se cambra.

« Tu vas me supplier d'aller le chercher, Matty... »

« Jamais ! Aaaaaaaaaaaah ! »

Mello avait aspiré son sexe et le masturbait tout en le pompant. C'était bien trop bon, et il allait jouir. Non, rectification, il voulait jouir.

« Mello, enlève-moi ces putains d'anneaux ! Maintenant ! »

« Hinhin. »

« Si ! »

Son bourreau ricana, et tout son sexe vibra dans sa bouche, le faisant gémir. Il continua comme ça pendant de longues minutes puis s'arrêta et remonta sur son torse, posant ses coudes de chaque côté du corps tremblant de Matt et appuyant son menton sur ses mains.

« Alors Matt, tu me dis oui ? »

« Non ! »

« Pas besoin de crier ! »

Le blond s'était redressé et avait lentement ouvert la tirette de son haut en cuir, souriant. Il l'enleva ensuite et délassa son pantalon, se léchant les lèvres.

« T'as pas intérêt à faire ça Mello... »

« Oh que si... et te voir, comme ça, si excité et sans défense... Mmmmh... Ça me fait bander beaucoup trop fort. J'en ai mal aux couilles et à la queue, c'est vraiment désagréable ! » ricana-t-il.

« T'es vraiment qu'un salaud... »

Matt se remit à pleurer. Il n'en pouvait plus. Et ne voulait pas céder. Vraiment pas. Mello avait fini de se déshabiller et s'agenouilla entre ses cuisses en le soulevant par la taille.

« Mmmmh... Tu es déjà bien élargit, je n'ai plus qu'à me glisser à l'intérieur comme... » Il se guida en lui d'un coup de rein puissant, lui arrachant un cri. « ... ça ! »

« Arrête... »

« Surement pas. »

Il s'était mis à onduler des hanches rapidement, gémissant en se mordant les lèvres. Il avait rapidement trouvé sa prostate et l'avait fait crier encore et encore.

« Tu aimes, hein, Matty ? »

« Oui ! Mais enlève-moi ces trucs bordels ! »

« Non. »

« Juste les anneaux... S'il te plait... »

« Si je te laisse jouir, tu acceptes que je fasse venir Near ? »

« Non ! »

« Alors non, tu les gardes. »

« Mello ! »

« Matt ! » lui répondit-il en riant, se penchant pour lécher son torse couvert de sueur.

Il se redressa et attrapa une de ses chevilles et sa cuisse droite, s'en servant pour cogner en lui de toutes ses forces.

« Allez Matt ! Dis-moi oui ! »

« Oui ! D'accord ! Oui ! »

Mello avait souri, et détaché rapidement les deux anneaux. Matt s'était courbé, et avait joui instantanément en criant. Puis il s'était laissé retomber en gémissant.

« T'es qu'un salaud... »

« Je sais Matt... Mais c'est comme ça que tu m'aimes, hein mon amour ? »

Matt n'avait rien répondu, se contentant d'enfouir son visage dans le creux de son bras, seule façon qu'il avait d'un peu se dérober au regard triomphant de son cruel amant. Celui-ci avait continué à aller et venir rudement en lui, gémissant de temps en temps sans le quitter des yeux. Il avait détaché ses chevilles, et son amant enroula ses jambes autour de sa taille sans même s'en rendre compte. Il se pencha ensuite pour détacher ses poignets et glissa ses bras sous le dos du rouquin, l'attirant à lui en cherchant ses lèvres.

« Laisse-moi... Finis ce que t'as à faire et laisse-moi tranquille... »

« Matt... Ne dis pas ça. Tu sais bien que je ne pourrais jamais te laisser tranquille... Je tiens bien à trop à toi... »

« T'es qu'un putain d'égoïste surtout ! » lui avait-il craché au visage en plantant ses yeux dans les siens. Son regard n'avait plus l'air triomphant. Il avait l'air... triste.

« Je sais Matt... Pardonne-moi. Mais je te promets que ce sera une des meilleures soirées de ta vie ! »

« Ca j'en doute... Attends, tu comptes quand même pas le faire venir ce soir ? »

« Si, bien sûr ! Je vais pas te laisser le temps de changer d'avis mon amour ! »

« Arrête de m'appeler comme ça, t'as eu ce que tu voulais, alors cesse cette putain de comédie ! »

« Tu fais chier Matt ! »

« Termine maintenant, je suis fatigué, j'aimerais dormir avant que cet albinos à la con ne débarque. »

Mello s'était alors brusquement retiré.

« Plus envie. Tu me fais trop chier. »

Il s'était laissé lourdement retomber à côté de lui en soupirant, lui tournant le dos, et Matt s'était redressé pour enlever les menottes qui entouraient toujours ses chevilles avant de passer à celle de ses poignets. Il avait ensuite enlevé le collier et les harnais qui attachait ses cuisses et son torse, pestant contre les blonds pervers et les albinos surdoués et avait prit une cigarette et des allumettes dans le tiroir.

« Ne fume pas quand Near sera là, et si tu ne peux pas te retenir, tu sors sur la terrasse. »

« Tu vas vraiment le faire venir ce soir ? »

« Ouais... »

Matt s'était collé contre son dos en délaissant sa cigarette qu'il n'avait même pas pris la peine d'allumer, passant son bras autour de sa taille pour l'attirer à lui en embrassant sa nuque.

« Alors j'ai quelques règles à établir, si tu permets. »

« Vas-y toujours. »

« Je t'interdis d'être seul avec lui. »

« Ok. »

« Tu ne le suces pas. »

« Pourquoi ? »

« Pas envie, déjà que tu vas l'embrasser... »

« Il peut me sucer alors ? »

« Mmmh... Ouais, ok. »

« Quoi d'autre ? »

« 'Sais pas... »

« Je peux le baiser au moins ? »

« Ouais... Sinon tu vas continuer à me faire chier. »

« Exact. »

« Et moi ? »

« Tu dois ! Absolument ! »

« Pourquoi ? »

« Parce qu'il est dé-li-cieux Matt ! »

« C'est toi qui es délicieux... »

« T'es con. »

« Toi aussi Mello. »

Mello avait ensuite frotté ses fesses contre le bas ventre de Matt en soupirant, et celui-ci s'était senti durcir à nouveau. Il avait alors attrapé le lubrifiant et s'était rapidement enduit le sexe avant de se glisser dans son intimité, mordant sa nuque et le faisant gémir. Il avait ensuite pris ses hanches et avait entamé un lent mouvement en lui, frottant contre le centre de son plaisir.

« Branle-toi... »

Mello avait obéi, prenant son membre gonflé en main, et la faisant monter et descendre de plus en plus vite, gémissant de plus en plus fort avant de se libérer en criant. Matt l'avait suivi au même moment, enfonçant ses dents plus profondément dans la chair tendre de sa nuque. Quand il l'avait lâché, Mello s'était retourné pour le serrer dans ses bras, calant sa tête dans son cou en soupirant d'aise.

« Mello...Ne recommence jamais une chose pareille, c'est clair ? »

« Oui oui. »

Et ils étaient restés comme ça un long moment sans rien dire avant que Mello n'appelle Near. Ils s'étaient ensuite douchés et, pendant que le blond allait chercher leur « invité », Matt avait changé les draps et rangé l'appartement en se maudissant d'avoir cédé, même s'il savait avoir fait de son mieux. Il n'était qu'un homme après tout !

Présent.

Matt finit par rentrer après avoir jeté son mégot et attraper Mello par une cheville, le tirant en bas du lit. Son tendre amant cria en se cognant la tête, mais le rouquin lui fit signe de se taire en désignant Near qui dormait toujours, et le traina dans le salon. Il se coucha sur lui, à même le sol froid, et lui écarta les cuisses.

« Putain Matt, mais baise Near au lieu de venir me faire chier ! »

Matt se redressa, déçut.

« Tu préfères que je le prenne lui ? » demanda-t-il en sentant sa gorge se nouer.

« Ouais ! » s'écria Mello en le repoussant durement.

« Ok. »

Il se releva et alla dans la chambre, s'allongeant contre Near et l'attirant à lui, frottant son entrejambe contre ses fesses. Il attrapa le lubrifiant et prit le temps d'en enduire sa queue et embrassa le gosse qui dormait toujours.

« Désolé, mais Mello préfère ! »

Et il le pénétra, le faisant se réveiller en criant.

« Mello ! »

« Désolé de te décevoir, ce n'est que moi... »

« Matt... » soupira Near en se collant à lui.

« Je... je te dérange pas ? » s'étonna-t-il.

« Du tout... C'est très agréable, continues. »

Il ricana en entendant Mello croquer rageusement dans son chocolat derrière lui et fit des mouvements de reins plus amples, faisant gémir Near. Il sentit le blond se coucher près de lui et lui embrasser la nuque en lui attrapant hanches.

« Mello, lubrifiant.» Lui rappela-t-il en le regardant par-dessus son épaule.

Il grommela, mais obéit avant de se glisser entre ses fesses et de presser son sexe contre son intimité. Il le pénétra d'un coup sec, le faisant crier :

« Brute ! »

« Tu peux parler... »

Mello se calqua rapidement sur le rythme de son amant, et il lui mordit l'épaule. Near ne disait rien, laissant simplement un gémissement lui échapper de temps en temps. Les sensations qui assaillaient Matt de toute part devenaient de plus en plus insoutenables et il se mit à gémir en attrapant le sexe de Near, qui sursauta. Il se mit à le branler violemment, sentant son propre orgasme monter.

« Matt ! Ralentis ! Je... je vais... Aaaah... jouir... »

« Tant mieux ! Moi aussi... »

« Moi pas ! » s'écria Mello en se redressant sur un coude pour lui mordiller le lobe de l'oreille.

« Bein dépêche-toi alors ! »

« Tu fais chier, Matt ! »

Il sentit Near se libérer dans sa main en se cambrant et déchargea en lui au même moment. Seulement Mello ne semblait pas près de les suivre, et il l'attira à lui, le forçant à se mettre sur le dos en sortant de son corps et y retournant rapidement en gémissant.

« Tu permets Near, mais j'aimerais faire crier un peu mon mec là... »

« Je permets ! » ricana Near en se tournant pour les regarder, se redressant et s'appuyant sur son coussin. Matt rougit en détournant la tête. Mello l'avait appelé son mec ? C'était la première fois ! Il ne put s'empêcher de sourire avant de pousser un cri quand son amant toucha sa prostate et s'agrippa à lui.

« Touché. » Murmura Mello, et il reprit ses coups de reins plus violemment, le faisant hoqueter à chaque fois. Matt pouvait sentir son sexe se durcir à nouveau, et Mello se redressa en le regardant.

« Near, tu veux bien t'occuper de ça pour moi ? »

Le gamin se mit à rire en empoignant le membre tendu du rouquin et fit aller et venir sa main au même rythme que la queue de Mello qui continuait à s'enfoncer dans l'intimité de Matt, le faisant gémir de plaisir.

« Mello... Vais finir par encore... »

« Vas-y... »

Et il se libéra à nouveau, se tendant et happant les lèvres du blond au passage, les mordant sans le vouloir. Mello finit par jouir aussi quelques minutes plus tard et se laissa retomber sur lui.

« Bouge ! Tu m'écrases ! »

« Ouais ouais... T'es toujours charmant après la baise toi ! »

La remarque fit grogner le roux qui se redressa.

« Bon, tu m'excuseras Near, mais j'ai envie d'une cigarette, et j'ai la flemme d'aller sur la terrasse. »

« Ah, mais ça me dérange pas du tout ! »

Matt donna un coup de poing dans l'épaule de Mello en se retournant.

« Comme de par hasard ! Tu fais vraiment chier Mello ! Passe-moi mes clopes et du feu. »

Le blond les lui passa en se massant l'épaule.

« Ouais. Je trouve même que je devrais être payé pour faire que ça, tellement je suis doué ! »

Matt alluma sa cigarette en haussant un sourcil tandis que Near pouffait. Ils se collèrent tous les deux au rouquin qui protesta :

« Ah non ! Vous allez encore me donner trop chaud ! Oust ! »

« Mais heu ! » gémit Near sans s'éloigner.

« T'auras qu'à jeter le plus chaud en bas du lit ! » ricana Mello.

« Ouais... Mais ce sera d'office toi alors ! »

Et Matt se mit à rire, Near se retenant difficilement en se tournant pour enfouir son visage dans son cou.

« Je vois... Vous vous êtes ligués contre moi ! Une vraie mutinerie dans cette piaule ! »

Le rouquin se redressa sur un coude et l'embrassa.

« Tu l'as voulu, tu l'as eu Mello ! »

« Mouais... »

Mais il lui rendit tout de même son baiser et se pelotonna ensuite contre lui. Matt lui passa le mégot de sa cigarette qu'il écrasa en râlant dans le cendrier qui se trouvait sur la table de nuit avant de revenir se coller à lui en soupirant. Matt s'endormit rapidement, se sentant beaucoup moins honteux et beaucoup plus heureux. Mello ne lui avait pas menti, ç'avait vraiment été une des plus belles soirées de sa vie !

Fin du quatrième chapitre !

Voilà un très long chapitre, j'avais hésité à le couper en deux, mais j'ai décidé de ne pas me montrer trop cruel, mais maintenant pour la suite, il faudra attendre ! Faut que je remplisse à nouveau mon inspiration, j'ai tué trois muses en l'écrivant aussi vite ! Et ma mère qui arrive dans 14 minutes, moi qui n'ait toujours pas dormis, et qui ai bien besoin d'une douche... Je suis morte ! Kyaaaaaa !

Review please, pour un cadavre en sursis !