Même maintenant, je ne possède ni le Seigneur des Anneaux, ni Rurouni Kenshin...

!°,',',',',',',',',',',',',',',°!

« Je ne sais absolument pas comment diriger un bateau. »

Commenta Kenshin en tentant d'ignorer la sensation presque douloureuse qui le harcelait depuis maintenant presque une minute. Legolas regarda Kenshin et son fardeau avec amusement, mais lui répondit immédiatement, sans faire de commentaires.

« Moi oui, et ce bateau n'est pas bien difficile à diriger dans tous les cas, je l'ai construit dans cette intention. Je vous demanderai de m'aider, bien sûr, mais je vous dirai aussi ce qu'il faut faire. Et Tomoe saura faire, elle est une elfe. La mer est dans notre sang. »

Les yeux noirs de l'elfe étaient sceptiques tandis qu'elle tentait tant bien que mal de libérer la mèche de cheveux de Kenshin. La main qui la maintenait prisonnière ne semblait cependant pas prête à lâcher. Un petit gloussement de bambin répondit à ses efforts, et Kenshin lui fit signe d'abandonner. Le rire rocailleux de Gimli se fit entendre de là où il était, assit sur un rocher chauffé par le soleil.

« Kazu, je pense que ta mère préfère son mari avec tous ses cheveux... Tu ne veux pas l'attrister, non ? »

Deux grands yeux noirs, derrière une frange auburn, se posèrent sur le nain, aux cheveux à présent complètement blancs, et le regardèrent avec une forte concentration, qui trahissait l'incompréhension du petit garçon. À deux ans et quatre mois, Kazuhiro ne comprenait pas toujours l'humour. Ni les phrases compliquées. Mélanger les deux finissait toujours avec les sourcils froncés de l'enfant, et cette claire expression qui montrait sa confusion, son envie de comprendre, et sa frustration à en être incapable. Legolas et Gimli n'avaient pas tardé à le comprendre, et trouvaient cette expression suffisamment adorable pour que toutes les excuses deviennent bonnes pour la faire naître sur le visage rond du bambin.

Kenshin secoua la tête avec une exaspération amusée, et repoussa une mèche auburn derrière la petite oreille légèrement pointue de son fils. L'attention de Kazuhiro retourna immédiatement à la queue de cheval de Kenshin, et il se saisit à nouveau d'une mèche rouge feu avec la force des tout-petits, et une sorte de gazouillement qui ressemblait vaguement à du japonais, sans en être vraiment. Kazu n'utilisait pas toujours les mots pour s'exprimer. Kenshin fit une grimace mais le laissa faire.

« Nous sommes prêt à partir ! » S'exclama Legolas avec joie et impatience, ses yeux posés sur le bateau elfique amarré au ponton.

L'elfe prit quelques secondes pour admirer son travail, qui avait prit de longues semaines malgré l'aide de Kenshin. Gimli soupira et se redressa avec difficulté et quelques craquement d'articulations.

« J'aurai souhaité emmener Dame Arwen avec nous. Elle n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était... »

Le visage de Legolas s'assombrit en entendant les mots de son meilleur ami.

« Elle a fait son choix. Elle préfère rejoindre Aragorn, et je ne peux pas le lui reprocher... Nous autres elfes pouvons mourir de tristesse, et son choix de devenir mortelle lui garantira de pouvoir le revoir... »

Kenshin replaça Kazu au dessus de sa hanche, le bambin ayant glissé un peu, et testa les planches de la passerelle reliant le bateau au ponton. Il n'y eut pas un grincement, mais cela ne le rassura pas vraiment.

« Legolas, tu es sûr que ce bateau sera capable de naviguer ?

- Douterais-tu de mes capacités de construction ? Soit rassuré, j'ai fait toutes les vérifications nécessaires, et toutes les pièces sont neuves. Il n'y aucune raison pour que quelque chose aille mal. »

Effectivement, le bateau semblait tout à fait sûr. Kenshin y monta avec Kazuhiro, Tomoe les suivit avec leurs affaires, et Legolas prit les siennes et celles de Gimli, et laissa passer son ami devant lui. Gimli monta doucement, et une fois sur le pont du bateau, il se figea, s'attendant presque à ce que le navire coule sous leur poids. Il ne tangua même pas. Legolas déposa les dernières affaires dans la chambre commune qu'ils allaient tous se partager jusqu'à leur arrivée en Valinor, puis il redescendit sur le quai pour retirer la corde d'amarrage. Il remonta bien vite, et redressa la passerelle qui leur avait permit de monter.

Il appela Kenshin pour qu'il vienne l'aider à dresser les voiles pour sortir du port. Le maître de sabre confia Kazu à Tomoe, et l'elfe guida l'enfant vers le milieu du pont avec la ferme intention de le garder loin du bord malgré le fait que les rambardes soient trop haute pour que le petit garçon puisse passer au-dessus. Kenshin rejoint l'elfe blond, et suivit ses instructions pour sortir les voiles, et, miraculeusement, le bateau commença à avancer. Les yeux de Kenshin s'agrandirent en sentant le petit navire bouger et en entendant le clapotis de l'eau contre ses flancs de bois.

« Je ne pensais pas qu'il pourrait partir...

- Nous sommes des maîtres artisans Kenshin, et des experts de la navigation. Pour quelqu'un venant d'un archipel, tu n'as décidément pas l'air à l'aise sur l'eau... Tu semble aussi à ton aise que la première fois que tu es monté à cheval. »

Il fut une époque où Kenshin aurait répondu par un regard noir ou embarrassé, mais à cent-quarante-deux ans, Kenshin avait changé. Tomoe un peu moins, bien qu'elle souriait plus souvent, et que quelques uns de ses traits de caractères s'étaient adoucis lorsqu'elle était devenue mère. La seule réponse du rouquin fut donc de sourire mélancoliquement.

« Aah... En effet... Mais à moins que ce bateau ait une conscience, et idéalement qu'il soit aussi doux que Sil'ivren l'ait été, je doute que je puisse m'habituer aussi facilement à la navigation qu'à l'équitation. »

Il observa le magnifique port elfique, maintenant déserté, profitant de sa dernière vue de la Terre du Milieu éclairée par les rayons orange du soleil couchant. Il était heureux qu'Aragorn ait put rencontrer leur fils, et que Tomoe ait put accoucher à Minas Tirith, mais à présent la mort du roi semblait avoir marqué pour eux la fin de leur séjour en Terre du Milieu. Kenshin était peut-être attristé de la mort de son ami, mais il ne regrettait rien, et s'impatientait de voir Valinor. Il pourrait revoir Gandalf et Galadriel.

Et il pourrait remercier les valar.

Il lui semblait avoir attendu ce moment toute sa vie.

« 'Tou-chan ! »

Kenshin baissa les yeux vers son fils qui avait échappé à sa mère durant une seconde d'inattention. Deux grands yeux noirs le regardaient d'une manière suppliante, et Kenshin reçu le message sans que Kazuhiro n'ait besoin d'utiliser des mots. Il prit son fils dans les bras pour lui permettre de voir la mer plus aisément. Un cri de joie retentit quand Kazu se sentit être soulever dans les airs.

« Umi ! Tou-chan ! Umi desu ! »

Oui, ils avaient bien fait de partir. Ne serait-ce pour que Kazu ne connaisse pas la peine causé par la perte d'un ami mortel. Kenshin jeta un dernier regard à la côte qui s'éloignait, et se tourna vers l'ouest, face au soleil qui se couchait.

« Yami no yo ni
owaru koyomi no hyôshi kana.
* »

Tomoe sourit en s'approchant d'eux.

« C'est vrai. Mais après tout, n'est ce pas très bien ainsi ?

- Si, cela laisse la place à une nouvelle ère. Une fin est aussi un début. »

!°,',',',',',',',',',',',',',',°!

À quoi comparer
Notre vie en ce monde?
À la barque partie
De bon matin
Et qui ne laisse pas de sillage.
Manzei

!°,',',',',',',',',',',',',',',°!

Traductions :

* « Dans le soir sombre
la couverture du calendrier
qui se termine » – Buson

Kazuhiro : grande harmonie/paix

'Tou-chan : raccourci de Otou-chan, « Papa », le chan étant la forme de respect la plus affectueuse et mignonne du japonais, souvent traduite par « petit/e ». C'est également un son plus facile à prononcer pour les petits que « san ».

Umi : la mer

Umi desu : c'est la mer

Notes : Ce dernier poème par Manzei n'est pas un Haiku, mais un Tanka, une autre forme poétique japonaise.

Remerciements :

Merci à Yellou pour ma toute première review sur ce site, et pas la seule qu'elle m'a laissé !

Merci à Yamiken pour ses très nombreuses reviews, et ses conseils qui n'étaient pas moins nombreux, et infiniment utiles !

Merci à Plew A.E et annadriya pour les reviews régulières également ! Elles m'ont beaucoup encouragées au début de cette fic alors pas vraiment connue ou suivie !

Pour le petit rappel concernant les dialogues, je remercie Vent d'autan bien sûr !

Merci à Kaomisha pour m'avoir laissé une review vraiment émouvante (et oui, Kenshin a été un de mes premiers mangas, et à ce jour reste mon préféré à moi aussi...)

Et merci à toutes les autres personnes ayant laissé des reviews bien sûr, parce que c'est ce genre de petit gestes qui encourage les auteurs sur ce site à ne pas abandonner leurs fics (ce que je n'aurai jamais fait!), et leur permet de tenir le coup ! Pas besoin de dire grand-chose, juste de dire que vous avez aimé, et vous illuminez ma journée !

Et enfin, merci, merci, merci, merci à Fumseck73 , ma correctrice et bêta-lectrice... Et je ne m'attendais pas à être directement contactée pour me demander si on pouvait corriger ma fic, ça a été un des plus beau compliment que l'on m'ait fait à ce jour (et accessoirement ça m'a permit de peut-être bien former une amitié ;-p ). Je ne sais pas ce que j'aurai fais sans toi (enfin si, j'aurai embêté ma mère...), donc encore merci !