NdA :

Et OUI ! Voilà un chapitre totalement inattendu ! Je me surprends moi-même d'ailleurs, mais comme il était déjà bien avancé, je me suis dis « allez, courage, fais donc plaisir à tes lecteurs ! » même si beaucoup ont surement abandonné l'espoir de voir cette fanfic terminée un jour… moi pas ! Même si ça doit prendre des années, celle-ci fait partie de mes projets préférés, malgré mon passage du côté originale de la force (yaoiste toujours, of course !).

Par contre il doit surement rester des fautes, il est 4heures du matin et je n'ai plus les yeux vraiment en face des trous, mais mieux vaut ça que rien, non ?

Je préviens d'avance, je n'ai aucune idée de quand viendra le chapitre suivant, et certainement pas avant un moment, étant déjà bien trop en retard dans mes publications de fictions originales.

Je vous invites d'ailleurs à me retrouver sur fictionpress, le site ''frère'' de fanfiction . net sur lequel vous pouvez me trouver sous le même nom d'auteur et où j'ai déjà posté nombre de OS et fictions (en cours) toujours aussi chaude et pleines de beaux mâles ! Vous pouvez trouver le lien au tout début de mon profil si nécessaire.

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture, et à bientôt j'espère !

Sade, votre auteur bonne à fouetter pour sa façon de publier des mois après… ^^'

.

.

How to train your Pet

.

Chapitre trois

.

Daryl était finalement venu le chercher pour le préparer après lui avoir servit son repas dans sa chambre, semblant comprendre l'envie de rester dans ce qui se rapprochait le plus d'un refuge de Riki.

Puis il l'avait aidé à se laver, malgré les incessantes protestations habituelles du jeune bâtard, et lui avait fait enfiler un short sombre bien trop court et moulant ainsi qu'un haut sans manches s'arrêtant juste sous ses pectoraux assortit. Il lui avait ensuite demander de le suivre, toujours aussi poliment, presque gentiment.

« Pourquoi encore ici ? » demanda alors Riki en regardant le vide, et les autres plateformes, lorsqu'ils furent arriver là où Iason tentait régulièrement de le dompter.

« Le seigneur Mink aime la vue, je suppose. » répondit d'une voix douce Daryl en lui faisant signe de s'allonger sur la couche.

Il savait que le Furniture allait l'attacher, et eut un mouvement de recul instinctif.

« Dois-je appeler quelqu'un ? » hasarda toujours aussi doucement le jeune homme.

« Non. »

Riki était en colère. Devoir s'allonger et accepter d'être enchainé ainsi lui coutait toujours énormément, mais il préférait cela à se faire ceinturer par les gardes, et jeter de force, généralement drogué pour rester calme malgré les chaines qui le maintiendraient quand même au final. Cette drogue le rendait malade, généralement, et lui donnait la tête lourde, l'empêchant de protester contre ce que lui faisait Iason, et rendait les choses encore plus désagréables.

Il s'allongea donc, et laissa Daryl attacher ses poignets au-dessus de sa tête, laissant ses jambes libres. Essayant de trouver une position confortable, il se prépara à patienter jusqu'à la venue de son « cher maître adoré ».

« Bonne chance... » souffla alors le Furniture, tellement bas qu'il crut rêver, puis il l'entendit s'éloigner, et quitter la plateforme.

o.O.o

Riki sut immédiatement que quelque chose avait changé.

Le regard de Iason s'était fait encore plus prédateur, alors qu'il le regardait, admirant la façon dont il était offert, attaché sur cette couche.

Sans une parole, le Blondie s'allongea près de lui, l'obligeant à venir coller son dos contre son torse, à moitié couché sur lui. Son bras enserra possessivement sa taille, et sa bouche vint se plaquer contre son cou, juste sous son oreille, lui arrachant un frisson involontaire.

Sa peau le brulait déjà. Le sentir ainsi lui semblait insupportable, après cet après-midi entier de sollicitation, son sexe devenu trop sensible à cause des stimulations continuelles et son corps excité par le moindre frôlement.

« As-tu retenu la leçon, Pet ? »

« Vas t'faire foutre ! » cracha-t-il.

Etonnement, rien ne se produisit, et il tourna légèrement la tête, craintif, pour regarder du coin de l'oeil les réactions de celui qu'il exécrait tant. Son visage était parfaitement impassible, mais il lui sembla voir un feu étrange au fond de ses iris glacés, et s'attendait au pire. Pourtant, un mince sourire vint orner les lèvres du Blondie, qui se pencha, mordillant le lobe de son oreille alors que ses mains gantées se mettaient à parcourir son ventre, palpant les abdominaux tendus, et remontant jusqu'aux pectoraux musclés en passant sous le haut moulant.

« Ce n'est pas grave. Je suis quelqu'un de patient, petit bâtard. »

Riki se raidit. Il détestait la façon dont cette insulte prenait une toute autre dimension dans sa bouche. Devenant quelque chose d'obscène, et en même temps une sorte de... qualité, avait-il l'impression. Comme si Iason était fier de cet état de fait. C'était à ne plus rien y comprendre.

Les doigts gantés attrapèrent l'un de ses tétons, et le pincèrent violemment, le faisant se courber en gémissant, l'écrasant et le faisant rouler entre eux jusqu'à lui faire monter les larmes aux yeux. Riki dut serrer les dents. C'était la première fois que Iason lui faisait réellement mal, de cette manière, et c'était déroutant. Aurait-il fait quelque chose qu'il n'aurait vraiment pas dût ?

« Retire tes gants au moins, bordel !» haleta-t-il dans une vaine tentative de détournement d'attention, mais Iason ne relâcha pas sa prise.

Un sourire mauvais finit par tordre ses lèvres sensuelles alors qu'il comprenait la raison de tout ceci :

« Tu m'as entendu dans ma chambre, c'est ça ? Tu me surveillais ? » demanda-t-il, sûr que c'était le cas.

La morsure, douloureuse, dans son cou fut sa seule réponse, et il gémit sourdement.

Iason fit alors quelque chose qu'il n'avait encore jamais fait : il se mit à se frotter lascivement contre lui, son entrejambe tendu se pressant contre les fesses de Riki, le faisant perdre pied. Contrairement à ce qu'il avait dit lors de leur rencontre, personne n'était jamais assez digne pour qu'un Blondie lui fasse l'amour, et même baiser un Pet était trop dégradant pour eux. Il ne comprenait d'ailleurs pas pourquoi ils entrainaient alors des kyrielles de Sex Dolls et autres poupées qui passaient leur temps à parader à moitié nu, ou à coucher entre eux devant des parterres de spectateurs faisant partie de l'élite. C'était tout simplement incompréhensible.

Mais Iason ondulait contre son corps, un bras coincé sous lui, et son autre main posée sur sa hanche. Riki fut électrisé par ce contact nouveau, et qu'il découvrait comme lui ayant manqué. Allant à l'encontre de tout ce qu'il s'était promis depuis qu'il était sous le joug du Blondie, il se mit en mouvement, faisant cogner ses fesses contres le bas ventre de son maître honnit, et donnant des coups de reins secs, accentuant toujours le contact, dans une imitation brutale de l'acte en lui-même dont il avait bien trop envie.

Deux doigts pressèrent alors sa hanche, dans le creux si sensible, en rythme, semblant l'encourager, tandis qu'il gémissait lourdement. Tout son corps répondait, et au bout d'un moment, il ralentit, faisant glisser ses fesses contre l'érection proéminente derrière lui, haletant comme s'il faisait réellement l'amour. Il avait tellement envie de le sentir en lui...

Ce n'était pas possible. Daryl avait dû lui donner un aphrodisiaque sans qu'il ne s'en rende compte !

Mais son cerveau avait beau réfléchir, chercher à comprendre, son corps ne lui appartenait déjà plus.

« I... Iason... » gémit-il en penchant la tête en arrière, cherchant ses lèvres.

Il se raidit brusquement, prenant conscience de ce qu'il venait de dire. C'était exactement comme s'il l'avait supplié ! Dégradant...

Le rire moqueur du Blondie le pétrifia un peu plus, et des larmes lui montèrent à nouveau aux yeux, la rage l'écrasant et le déchirant autant que son désir.

« Tu es vraiment tellement adorable, quand tu veux, mon petit Pet têtu. » susurra Iason dans le creux de son oreille.

« J'suis pas ton Pet ! » hurla-t-il encore, mais la main qui se trouvait sous lui s'infiltra dans le minuscule short qu'il portait en passant contre sa cuisse, le forçant à l'écarter.

« Il serait temps que tu cesses de te répéter, Riki. Cela en deviendrait vite fort lassant. Mmmh... Visiblement, ta non-appartenance que tu as passé ton temps à déclamer ne t'empêche pas d'être naturellement excité par mon toucher, petit bâtard ! »

Riki voulut riposter, mais du bout des doigts, Iason décalotta son gland, et le pressa, lui envoyant une décharge de plaisir qui le fit se cambrer en gémissant, se mordant la lèvre inférieure jusqu'au sang. Son sexe avait déjà subit bien trop de stimulation durant la journée, et pourtant il savait qu'il aurait encore pu jouir sous ses caresses bien trop habiles.

« Et tu es si sensible... » se moqua le Blondie en le relâchant et retirant sa main.

Lentement, il la porta à ses lèvres et se servit de ses dents pour enlever son gant avant de rapidement passer la langue sur ses doigts, et replonger dans son short. Ceux-ci prirent un chemin inattendu, et, lorsqu'ils les sentit se presser contre l'endroit le plus intime de son corps, peau contre peau, il ne put retenir un gémissement. Un espoir fou naquit en lui, le faisant se dégouter un peu plus de sa personne, mais il ne pouvait que se rendre à l'évidence : Il voulait ressentir à nouveau le plaisir d'avoir quelque chose en lui, même si cela venait de Lui.

Ses jambes écartées se mirent à trembler violemment, et il haleta désespérément. Jamais Iason n'avait encore fait cela ainsi, et il l'avait pris totalement au dépourvu. Tout son ventre se contracta brutalement, et ses yeux s'écarquillèrent alors que les doigts pénétraient au plus profond de son intimité, heurtant durement sa prostate, se mettant à aller et venir en lui de la plus délicieuse des façons, une légère douleur accentuant son plaisir de manière inattendue, et presque insupportable.

C'est dans un brouillard cotonneux que son corps finit par le lâcher, ses yeux se révulsant légèrement alors qu'il essayait de les garder ouverts, mais ses paupières finirent par s'abaisser.

L'anneau de sa condition étant encore resserré, il n'avait put éjaculer. Mais cela ne l'avait pas empêché d'avoir un orgasme ravageur au moment où il s'y attendait le moins, jouissance purement anale dont il ne se savait pas capable, et il retomba, épuisé et soudainement trop faible, sur le matelas moelleux de la couche, réussissant à ne pas le faire sur le corps de son « maître ». Mais sans y penser, il se pelotonna contre Iason malgré ses poignets toujours attachés, et le Blondie le serra doucement, lui caressant les cheveux en murmurant quelque chose qu'il ne comprit pas. Riki s'en moquait de toute façon. Il était ailleurs.

« Tu es monPet, Riki. » finit-il par comprendre au bout d'un moment, Iason le lui soufflant à nouveau, les lèvres appuyées contre son front, le déstabilisant bien plus qu'il n'aurait voulu l'admettre par ses démonstrations de tendresses.

Alors il voulu gronder, surtout par principe, mais le son rauque ne passa jamais ses lèvres, mourant dans sa gorge, car trop épuisé pour réellement protester. Il serait toujours tant de remettre les points sur les I plus tard. Il était bien trop perdu dans ce monde devenu calme et doux, après cet orgasme aussi dévastateur qu'inattendu, et ne ressemblant en rien à une punition ou même un tentative de dressage.

Le Blondie déposa une série de baisers légers sur son visage, le faisant froncer les sourcils d'incompréhension, mais il ne chercha pas à se dérober. L'étreinte, chaude et apaisante, était tout ce dont il avait besoin après la violence de sa journée.

A suivre…

Et espérons, pas dans un an…

Vos reviews sont toujours attendues avec impatience et bonheur, c'est le seul salaire des auteurs en ligne de ce site, ne l'oubliez pas !

Sade.