Bonjour à tous, voici un moment que je n'avais pas fait de fic AC, pour plusieur raisons qui sont entre autre dues au fait que je viens d'avoir mon diplôme de cuisinier et que j'ai commencé à "vraiment travailler". Donc les horaire de resto ne me laissent plus autant de temps. Mais rassurez-vous, pendant que je mutile les légumes, je crée des scénarii. Voici donc sans plus attendre le prologue d'une fic Altaïr-Malik dans le monde contemporain qui est désormais assez aboutie dans ma cervelle de taré ! ^_^

Pour le petit blabla habituelle : aucun des personnages ne m'appartient, tous sont la propriété d'Ubisoft (gloire à eux !)

Cette fic mettra en scène un grand nombre de personnages de la saga et plusieurs pairing, il y en aura normalement pour tous les goûts, et je suis ouvert aux propositions !

Bon, je vous laisse découvrir ce prologue qui ne dit pas vraiment grand chose, mais c'est le but d'un prologue, non ? O_o ?

Allez, bonne lecture

Enjoy !


Le cycle de la Rédemption

Prologue : six ans plus tard

Encore une fois, le cauchemar se forma dans le subconscient du jeune homme alors qu'il dormait. Pour dire vrai, il s'agissait en réalité d'un souvenir, terrifiant de réalisme, retraçant dans les moindres détails le jour où sa vie avait basculé.

Il revoyait la scène avec netteté, entendait les cris comme s'ils étaient émis juste à côté de ses oreilles, ressentait l'effroi, puis la douleur avec tant de réalisme qu'il eut l'impression de sombrer dans la folie pour la seconde fois.

Il y'avait la voiture, les coups de feu, la salle d'opération, le bruit de la scie électrique, celui de la chair déchirée, des os qui craquent, ce visage qui l'observait dans l'ombre, puis les ténèbres, à nouveau...

Malik Al-Sayf se redressa en hurlant dans son lit, trempé de sueur, tremblant de terreur. Reprenant son souffle, fouillant l'obscurité de la pièce d'un regard affolé, le jeune homme de vingt-quatre ans se calma quelque peu en constatant qu'il était dans sa chambre, dans son appartement, seul et en sécurité.

Lentement, son cœur se calma, sa respiration revint à la normale, ses tremblements se calmèrent et il se laissa retomber sur le matelas confortable, le duvet à ses pieds. Il ferma les yeux un instant pour finir de reprendre contenance, se fit de l'auto-persuasion pour se convaincre que tout ceci était derrière lui, qu'il était passé à autre chose.

Vraiment ?

Lorsqu'il rouvrit les paupières, il jeta un coup d'œil à son radioréveil et constata qu'il ne restait qu'une heure avant qu'il ne sonne. Soupirant, car il savait pertinemment qu'il ne parviendrait pas à se rendormir en si peu de temps, il se leva. Le jeune homme s'étira en grand, avança vers sa fenêtre et écarta l'épais rideau qui l'obstruait, relevant également ses stores.

Au dehors, le soleil ne s'était levé que depuis peu de temps et la ville se gorgeait de ses doux rayons matinaux. C'était une journée de fin de printemps radieuse qui s'annonçait, du moins pour la plupart des gens. Pour Malik en revanche, elle serait comme toutes les autres. Une de plus depuis l'accident.

Il sortit de la chambre, pénétrant dans un salon moderne : meubles design et décoration épurée. Il lança la machine à café dans la petite cuisine ouverte et fila à la salle de bain prendre une douche. L'eau qui coulait sur son corps finement musclé lui fit un bien fou, comme si elle chassait toutes les peines endurées. Mais Malik savait que ça ne durerait pas. Toujours sous le flux constant, il tendit le bras gauche et regarda sa main ouverte. Après quelque seconde comme ça, elle se mit à trembler, prise de spasmes. Il serra le poing et ramena le bras le long de son corps, soupirant à nouveau.

Lors de l'accident, son bras avait été grièvement blessé, au niveau de l'épaule. Bien que les chirurgiens aient réussi à en sauver la motricité, certains nerfs n'avaient pu être réparés, et il en conserverait les séquelles à vie. Depuis, il manquait de force et ne pouvait presque plus se servir de son bras gauche.

Le jeune homme basané éteignit l'eau et sortit, se séchant avant de s'entourer de son linge, puis il se posa devant le miroir embué. Il l'essuya de la main et se contempla dans le reflet. Il avait l'air fatigué mais cela ne l'étonnait pas, avec les nuits qu'il passait en ce moment.

Le cauchemar devenait de plus en plus fréquent à l'approche de la date fatidique ou sa vie avait basculé. Et encore, il avait de la chance, lui était en vie, à l'inverse de son frère : Kadar.

En repensant à son cadet, il sentit une vague de tristesse l'envahir, mais la repoussa, comme d'habitude.

Sortant de la salle d'eau, il alla s'habiller, revêtant un pantalon noir, une chemise à rayures sobre, ses vêtements habituels en semaine. Il but rapidement son café, fourra la tasse dans la machine à vaisselle, prit sa serviette de travail en bandoulière et quitta l'appartement, fermant à clé derrière lui.

Il allait arriver en avance au boulot et se noyer sous une montagne de boulot pour oublier, comme chaque jour depuis six ans et probablement pour tout le restant de sa pitoyable existence.

Bien sûr, il ne pouvait pas savoir à cet instant que la Roue du Destin s'était remise en marche et lui réservait une surprise de taille.


Alors, ça vous à plu ? N'hésitez pas à commenter même si ce n'est pas le cas ^_^