Note de l'auteur : Bonjour tout le monde !

Et voici donc la fameuse confrontation entre Reno et Rude, qui marquera également la fin de cette fic. Toutes les bonnes choses ont une fin (si si, ma fic est une bonne chose xd) et j'espère que vous avez pris plaisir à la lire autant que j'ai pris plaisir à l'écrire. J'espère également que mes enchainements entre les chapitres ne vous ont pas semblé trop étranges, parce que j'ai l'impression d'être carrément rouillée sur les fic longues/mi-longues à force de n'écrire que des OS. Bref, bonne lecture et à très bientôt pour de nouvelles aventures ^^

Résumé : Un Turk va toujours jusqu'au bout ... quoi qu'il puisse arriver.

Rating : M

Pairing : Reno x Rude

Disclaimer : Final Fantasy appartient à Square Enix.


Jusqu'au bout

Chapitre 5

La pluie tombait toujours sur Midgar. Toujours aussi violente, s'abattant en de véritables trombes d'eau qui venaient ravager les Taudis déjà plongés dans un état misérable. Sa sortie de cette sordide arène clandestine semblait avoir sonné le glas du soleil, et ces deux semaines n'avaient apporté aucune amélioration climatique. Pire encore, le temps s'était drastiquement rafraîchi pour annoncer d'ores et déjà le début de l'hiver.

Reno n'aimait pas l'hiver. Il ne l'avait jamais aimé. Et ce n'était pas les derniers événements qui allait le faire changer d'avis à ce sujet. Et surtout pas cette journée pourrie qui ne semblait plus vouloir se stopper tandis que lui et Rude s'étaient vu contraints de rentrer de mission à pied lorsque leur véhicule de service les avait lâché en pleine averse ! La poisse, la guigne ! Et tous les synonymes que pouvaient compter toutes les langues de Gaïa ! Le rouquin commençait à en avoir sérieusement assez de ce karma pourri qui se complaisait à lui ravager le moral, aussi n'avait-il pas lâché un seul mot de tout le trajet long de plusieurs kilomètres, se contentant d'alterner silence complet et ruminements inintelligibles.

Rude ne s'en était d'ailleurs pas offusqué. De toutes façons, Rude ne s'offusquait jamais de rien ! Depuis une semaine que son partenaire se montrait infect avec lui afin d'obtenir une conversation détournée mais en vain, le chauve demeurait d'une patience d'ange à son égard. Ne pipant mot ni même ne soupirant. Tel un parent qui ne prêterait même plus attention aux caprices de son enfant. Reno se sentait tel un enfant, et cela ne faisait qu'amplifier sa rage !

« Jte préviens qu'tu vas rechercher la voiture tout seul demain, tu te démerdes ! J'en ai marre de m'tapper des kilomètres parc'que t'as pas capable de réviser un putain de moteur ! »

Combien de fois l'avait-il répété en une heure ? Dix fois ? Vingt fois ? Lui-même avait arrêté de compter, et l'acquiescement muet de Rude lui fit lever les yeux au ciel tout en poussant un grognement de frustration devant ce manque de réaction. La situation aurait été comique dans toutes les autres situations … mais pas dans celle-là. Ses nerfs étaient à vifs, ne demandant manifestement qu'à lâcher. Et si possible en faisant le plus de dégâts possibles ! Heureusement, ils arrivèrent bientôt en vue de son appartement, et Reno passa la porte sans même prendre la peine d'inviter son partenaire à le suivre … ce qui ce dernier fit malgré tout. Un Rude pragmatique valait bien un Reno boudeur … .

Le rouquin avait d'ailleurs disparu aussitôt dans la salle de bain sans un mot, s'enfermant dans une nouvelle crise de mutisme après avoir râlé, et le panneau de bois claqua sèchement dans son dos tandis que sa veste et sa chemise mouillées furent jetées avec colère dans un coin de la pièce. Encore une fois, son regard s'était directement fixé sur le reflet de sa gorge … . Il fallait décidément que tout cela cessât.

Alors quoi ? Allez directement parler à Rude ? Alors que celui-ci se donnait tout le mal du monde pour l'ignorer ? Hors de question ! Reno avait encore sa fierté - voire même beaucoup trop auraient dit certains - aussi se refusait-il à venir quémander une discussion comme si c'était lui le fautif de l'histoire ! Comme si c'était lui qui … . Putain, il en avait sa claque de tout ce merdier !

Ses cheveux gouttaient lamentablement le long de son visage pour tracer des sillons sur sa peau rendue sale par un malencontreux vol plané dans la boue, et le Turk ouvrit l'eau au maximum afin de venir passer sa figure en dessous pour se décrasser un peu et retrouver forme humaine. Ses goggles résonnèrent d'ailleurs fortement sur la céramique du lavabo en tombant dans son creux, mais Reno ne s'en inquiéta pas davantage et resta ainsi quelques secondes, relevant ensuite sa tête pour effectuer un magnifique sursaut tandis que son myocarde s'affola brusquement. Rude se trouvait juste derrière lui, le fixant d'un regard critique au travers de ses lunettes noires. Il ne l'avait même pas entendu rentrer … .

« Rude … tu veux quoi ? »

Le ton du rouquin s'était fait hésitant tandis qu'une main rejeta ses cheveux mouillés en arrière afin de se redonner contenance après cette frayeur, mais son partenaire ne lui apporta aucune réponse, se contentant de s'approcher tout près de lui jusqu'à toucher son dos. Tout le corps du jeune homme s'était d'ailleurs tendu face à cette ''intrusion'', et il n'y avait plus guère que sa fierté qui le maintenait encore debout entre la vasque et son collègue se reflétant dans le miroir. Malgré sa peur. Malgré ce besoin de fuir qui lui broyait les entrailles.

Sentir la main du chauve remonter le long de son bras et frôler son épaule pour venir effleurer sa gorge du bout des doigts fut toutefois de trop, et Reno se débattit brusquement tandis que Rude l'étreignit doucement de son bras libre. Ses lèvres déposèrent un chaste baiser sur la tempe tatouée de rouge. Puis les lunettes noires chutèrent dans le lavabo pour rejoindre les goggles s'y trouvant déjà, dévoilant ainsi un regard blessé et qui s'ancra dans deux pupilles céladons reflétant un début de panique vaguement contenu.

« Je voudrais simplement pouvoir effacer cette cicatrice qui ne semble pas vouloir partir … . »

Et joignant le geste à la parole, Rude embrassa doucement le rouquin au creux du cou, faisant glisser ses doigts le long de ce torse pâle sans toutefois jamais resserrer son étreinte afin de ne pas angoisser davantage Reno. Un Reno qui s'était d'ailleurs tendu comme sous le coup d'une grande douleur, et ses mains crispées avec violence sur le bord du lavabo tiraient ses muscles jusqu'à lui faire mal dans les épaules. L'instant était indéniablement délicat tandis que le regard vert demeurait fermement fixé dans ces pupilles brunes qui s'obstinaient à ne pas ciller … . Délicat jusqu'à ce que le plus jeune repoussât presque brutalement son aîné pour se retourner vers lui et lui coller son poing dans la figure !

« Et moi j'aurais voulu que t'essaye pas d'me tuer ! Putain mais t'étais vraiment obligé de serrer comme ça ?! T'aurais pas pu m'prévenir avant ou alors serrer moins fort ?!

- Pour qu'on se fasse tous les deux tuer parce que ça aurait été trop flagrant ?! Réfléchit cinq minutes Reno, tu crois vraiment que ça m'a fait plaisir de te faire ça ?! Tu crois vraiment que je l'aurais fait si j'avais eu un autre choix ?! »

Enfin, Rude n'était plus calme.

Enfin, Rude montrait des signes d'énervement face à la situation.

C'était sûrement trivial, mais il n'y avait rien de plus important pour le rouquin qui se rapprocha alors de son partenaire à pas lents tandis qu'un sourire narquois retroussait ses ourlées, sa main se faisant caressante lorsqu'elle vint frôler la pommette blessée et qui ne tarderait pas à se colorer d'un bel hématome. Comme un défi. Comme une insulte.

« Et ben t'vois que finalement, t'peux réagir comme un homme et pas comme un Turk … .

- Ne me cherche pas trop quand même Reno, c'est un conseil.

- Sinon quoi ? »

Leurs visages n'étaient plus qu'à quelques millimètres l'un de l'autre, mais aucun des deux ne semblaient vouloir céder et se reculer. Leurs colères respectives allaient au-delà de la bienséance. Une bienséance dont ils se foutaient totalement de toutes façons.

« Reno … . »

Le susnommé fut parcouru d'un long frisson en entendant son partenaire susurrer ainsi son prénom d'une voix plus grave qu'à l'accoutumée, et cette réaction épidermique lui lécha lentement l'échine jusqu'au creux des reins lorsque Rude posa ses mains en coupe autour de son visage.

« Je t'interdis de penser que je t'ai étranglé sans aucun état d'âme. Ça m'a fait certainement aussi mal qu'à toi … enfin presque. »

Il était extrêmement rare de voir Rude faire de l'humour, et tous deux se sourirent comme deux gamins tandis que la tension retombait enfin. Le rouquin en avait d'ailleurs doucement hoché la tête de gauche à droite comme pour souligner le ridicule de tout cela, mais le chauve ne le laissa pas pour autant s'échapper lorsque Reno esquissa un pas en arrière. Ses mains toujours posées sur ses joues raffermirent leurs positions, ses pouces jouèrent tendrement sur la peau douce malgré la saleté qui la maculait … et deux lèvres vinrent capturer leurs jumelles dans un baiser sage. Sage jusqu'à ce qu'une langue bien entreprenante vînt titiller les ourlées de Reno pour quémander l'accès à sa bouche. Sage jusqu'à ce que le rouquin s'y offrît entièrement tout en venant coller son corps tout contre celui de son partenaire.

Ce fut d'ailleurs pantelants et légèrement haletants qu'ils se séparèrent quelques instants plus tard, et les mains du rouquin se glissèrent aussitôt sous la veste de son partenaire afin de l'en délester, ses doigts passant presque fébrilement sur les boutons de sa chemise afin de lui faire subir le même sort. A présent qu'elles s'étaient trouvées, leurs lèvres n'avaient de cesse de s'embrasser avec une avidité ouvertement marquée par l'angoisse qu'ils avaient pu ressentir dans cette arène, et ce fut bientôt deux corps nus qui s'acheminèrent à tâtons vers la cabine de douche sans se lâcher un seul instant.

Les mains caressèrent les corps, les massages détendirent les muscles fatigués, les gémissements s'entremêlèrent bientôt tandis que leurs deux êtres n'aspiraient plus qu'à se fondre l'un dans l'autre … .


Un sursaut agita brusquement Reno tandis que ses yeux s'ouvrirent en une fraction de seconde pour se poser sur l'objet l'ayant tiré de son sommeil, mais ce léger emballement se calma sitôt que la silhouette allongée à ses côtés étendit le bras afin de faire taire son réveil strident. Comment Rude pouvait-il tolérer d'entendre pareille sonnerie chaque matin, il tenait à devenir sourd avant l'âge ou quoi ?! Pour une fois qu'il passait une bonne nuit exempte de tout cauchemar et de toute sueur froide, il fallait que ce fut cette saleté d'application PHS qui lui gâchât sa grasse matinée !

« Promets-moi un truc Rude : n'utilise plus jamais cette saleté à l'avenir !

- Hum … promets-moi un truc Reno : ne te mets plus jamais bêtement en danger à l'avenir. »

Des pupilles céladons plongèrent dans des pupilles siennes. Se cherchèrent. Se défièrent. Puis un sourire retroussa une paire de lèvres tandis qu'une tignasse rouquine s'abattit tel un fauve sur sa proie. Des hanches se calèrent sur un ventre musclé, des doigts jouèrent sur une peau pâle où quelques cicatrices achevaient de disparaître.

Et puis le PHS sonna, signalant un appel. Une fois, deux fois … dix fois. Ne détournant même pas l'attention de deux Turks bien trop occupés à se donner un avant-goût de ce que serait désormais leurs matins.

Et une pensée traversa fugitivement l'esprit de Reno : un jour, Tseng allait vraiment le butter !