La fan fiction démarre après l'épisode 6 de la saison 4. Caroline a accepté un rendez avec Klaus en échange d'un hybride a tuer. Que va t'il se passer après ? Fiction avant tout Klaroline même si les autres personnages seront présents.

Chapitre 1 : le rendez-vous

J'avais accepté un rendez-vous avec Klaus en échange d'un de ses hybrides. Sur le moment, j'avais trouvé que c'était une bonne idée puisque ça allait nous permettre de sauver Elena et de l'empêcher d'avoir des hallucinations. Plus l'heure approchait et plus j'angoissais et ressentais une boule au niveau de l'estomac. J'avais même des nausées qui commençaient à arriver alors qu'en prinicipe les vampires ne tombent pas malade. En rangeant mes affaires dans ma chambre, j'avais retrouvé un parchemin fermé par un ruban noir et cela m'avait fait repartir quelques jours en arrière au moment où j'avais su où et quand le rendez-vous avec Klaus aurait lieu.

Flash back

Je venais de rentrer chez moi après avoir été voir Tyler. Nous nous étions disputés à cause de l'hybride que Klaus avait sacrifié et il était très en colère d'apprendre que j'allais sortir avec lui. Du coup je n'étais pas très bien ce jour là, je dirais même que je n'étais pas en forme du tout. Je m'étais fait une tasse de chocolat chaud, j'étais montée dans ma chambre et sur mon lit je vis un parchemin entouré d'un ruban noir. Je savais très bien d'où il venait et qui me l'avait déposé là. J'hésitai pendant quelques secondes à le jeter à la poubelle sans le lire mais finalement ma curiosité prit le dessus et je l'ouvris :

Caroline,

Je t'invite à venir chez moi samedi soir à 19h pour notre rendez-vous
J'ai hâte de te rencontrer.

Affectueusement.
Klaus

Retour au présent

En me tournant vers le réveil, j'eus un coup de panique. Il était près de 18h, il me restait à peine une heure pour me préparer alors que je traînais encore en pyjama. Je pris donc une douche qui était censée être rapide mais qui dura quand même près de 25 minutes, puis je rejoignis ma chambre. Et là, un nouveau coup de stress ! Je ne savais absolument pas quoi me mettre pour aller à cette soirée. Je voulais une jolie tenue mais pas trop sexy. Après tout, ayant rendez-vous avec Klaus, je ne voulais absolument pas qu'il croit que je me faisais belle pour lui plaire. J'avais donc choisi de porter un pantalon slim noir, un maillot bleu ample et évasé au niveau des épaules avec comme accessoires une grosse ceinture et un sac noirs accompagnés d'escarpins bleus. Une fois que ma tenue fut prête, je commençai le maquillage et la coiffure. J'avais décidé de mettre juste un peu de mascara et de la poudre pour avoir plus de couleurs et un peu de gloss. Pour ma coiffure, j'avais refait le même chignon que lors du bal des Mickaelson. En me retournant vers mon réveil une seconde fois, je vis affiché 18h45, il était donc temps de me mettre en route. La boule que j'avais à l'estomac était de plus en plus présente et j'avais les nerfs à fleur de peau. Je pris mes clefs de voiture, sortis de chez moi et partis pour mon rendez-vous.

Point de vue de Klaus
J'avais enfin réussi à avoir ce que je voulais depuis des mois maintenant, un rendez-vous avec Caroline. D'accord, elle était un peu forcée d'accepter pour sauver sa très chère amie Elena mais tout de même c'était un pas en avant. En plus de cela, j'avais appris qu'elle n'était plus avec l'abruti qui me servait d'hybride donc j'allais essayer de tout faire pour lui faire plaisir et pour qu'elle apprenne à me connaître. Pendant que je finissais de me préparer, j'entendis les serveuses que j'avais engagées pour la soirée finir de préparer la salle. Je fus interrompu par des bruits de voiture. Je m'approchai de la fenêtre et je vis mon ange descendre de sa voiture, elle était tellement belle et radieuse. J'avais voulu lui faire un peu peur alors je me précipitai à vitesse vampirique pour lui ouvrir la porte avant même qu'elle n'enclenchât la sonnette.

Point de vue de Caroline
10 minutes après, j'arrivai devant l'imposant manoir. Je sortis de ma voiture, m'avançai vers la maison et allai sonner quand Klaus ouvrit la porte me faisant sursauter. Il me fit un petit sourire moqueur et m'invita à entrer. Je m'avançai donc tout en le détaillant du regard en passant et j'eus honte de penser une chose pareille mais mon dieu qu'est ce qu'il était canon. Il portait un jean noir, un t-shirt gris avec un col en V et une veste noire. Il me prit mon sac, l'accrocha sur le porte manteau et m'invita du bras à entrer dans la salle à manger qui, je devais bien l'avouer, était magnifique. La table était sublimement décorée mais pourtant cela restait simple et il y avait une musique en fond sonore. Klaus s'approcha de moi, recula ma chaise pour me permettre de m'asseoir et vint s'asseoir en face de moi. Il me proposa un verre de vin et même si ce n'était pas le genre d'alcool que j'avais l'habitude de boire, j'acceptai volontiers. Au début, il n'y avait aucun bruit, personne n'osait prendre la parole le premier. On se contentait de se regarder sans rien dire puis Klaus se décida et me dit :

« Tu es très belle ce soir et cette coiffure me plaisait déjà lors du bal mais je l'adore encore plus aujourd'hui. »
Et là, je restai sans voix. Klaus avait reconnu la façon dont étaient attachés mes cheveux alors que Tyler, qui était censé être mon petit ami, n'avait jamais été capable de reconnaître un changement, même quand je venais juste de quitter le coiffeur. Pensant que c'était encore une ruse de Klaus, je ne voulais pas entrer dans son jeu et préférai lui répondre simplement en essayant de cacher ma gêne :
« Merci beaucoup ! »

Point de vue Klaus

Caroline avait réussi à me faire sourire, elle essayait tant bien que mal de cacher son rougissement en mettant ses mains devant son visage mais malgré tout j'avais très bien vu qu'elle était embarrassée par mon compliment. Elle n'était peut être simplement pas habituée à en avoir ou alors c'était le fait qu'ils viennent de moi qui la gênait.
J'appelai mes serveuses pour qu'elles nous apportent enfin l'entrée. Je vis les yeux de Caroline écarquiller de surprise et d'envie à la vue des plats. Il faut dire que j'avais fait exprès de ne préparer que des plats qu'elle aimait particulièrement pour lui faire plaisir. Nous étions en train de manger quand Caroline me dit :

"- Tu as dû hypnotiser un super cuisinier ce repas est très bon.
- Je n'ai hypnotisé personne Love j'ai cuisiné moi même.
- Tu as cuisiné toi même ? Je ne savais pas que le plus grand vampire bad de tous les temps savait cuisiner.
- Il y a plein de choses que tu ne sais pas à mon sujet Sweetheart."

Caroline se mit à sourire et ce simple geste me réchauffa le cœur.
L'entrée terminée, j'appelai de nouveau mes serveuses pour qu'elles nous apportent le plat principal et je nous resservis un verre de vin.

"- Tu avoues qu'il y a plein de choses que je ne sais pas sur toi. Donne-moi un exemple ? Me mit au défi Caroline en souriant.
- J'ai 1000 ans et du coup j'ai vécu toutes les époques, tous les effets de mode et je peux t'assurer que je suis ridicule au possible avec le look des années disco. J'avais une choucroute sur la tête à la Elvis et c'était vraiment immonde, je portais des pantalons et des chemises pleins de couleurs et de motifs. Vraiment j'avais l'air grotesque, Caroline me regarda et me dit :
- Je ne te crois pas, tu as toujours un look super soigné, je n'arrive pas à t'imaginer dans un accoutrement pareil.
- Attends je vais te le prouver," dis-je en me levant d'un bond.
Je sentis le regard de Caroline me suivre pendant que je me dirigeais vers l'une des étagères du salon. Je pris une boite qui traînait depuis des années tout en haut, elle était toute poussiéreuse. Je revins m'asseoir à table et je me mis à chercher une photo de cette époque. Caroline me regardait curieuse et elle était impatiente de voir. Une fois que la photo fut trouvée, je la tendis à Caroline en lui disant ;
"Si tu ne me crois pas, regarde par toi-même !"

Et là elle eut le plus gros fou rire que je n'avais jamais entendu, elle rigolait tellement qu'elle en était toute rouge et qu'elle se tenait les côtes. Elle avait les yeux qui pleuraient et plus elle regardait la photo, moins elle se contrôlait. J'aurais dû être vexé de la voir se moquer comme ça mais son rire était tellement contagieux que je me mis à rigoler aussi.

Point de vue de Caroline

Après avoir vu la photo de Klaus en mode disco, je ne pouvais plus m'empêcher de pouffer. Il avait l'air tellement risible avec son pantalon bleu lagon et sa chemise bariolée mais le pire c'était sa coupe absolument immonde. Une fois que mon fou rire fut passé, je me retournai vers Klaus et lui dit :
« Tu sais que maintenant je ne te verrai plus jamais de la même manière, je resterai hantée à vie par l'image de ta choucroute sur la tête !
- C'est bien ce que j'espère Love, que ta vision sur moi change, que tu vois autre chose qu'un monstre. »
Je me rendis finalement compte que je passais une bonne soirée en sa compagnie, il était très agréable. Le dessert arriva ensuite et pendant que nous mangions, nous parlions de tout et de rien. Il me racontait des anecdotes sur sa famille, sur lui. Il me décrivait les voyages qu'il avait fait, les gens qu'il avait connus. Et moi, j'étais absorbée par tout ça, ses récits me donnaient envie de voyager, de parcourir le monde.
Après le repas, Klaus se leva et me proposa une visite guidée de la maison. Je le suivis donc.

Point de vue de Klaus

Je racontais des histoires sur ma vie passée à Caroline. Et elle avait l'air intéressée, elle me posait énormément de questions et était très curieuse. Elle voulait tout savoir, tout comprendre. Donc je voulus lui faire découvrir un peu plus mon univers en lui faisant visiter les lieux. Elle avait déjà vu certaines pièces lors du bal organisé par ma mère mais j'avais envie de lui montrer une autre de mes pièces fétiches : la bibliothèque.

Point de vue de Caroline

Il me guida à travers les couloirs et les escaliers remplis de peintures anciennes et de sculptures toutes aussi belles les unes que les autres. Il me mena jusqu'à la bibliothèque. C'était une pièce extrêmement lumineuse, très grande. Il y avait énormément d'étagères où étaient rangés des milliers de livres. Au centre de la pièce se trouvait un grand canapé. Je commençai à m'aventurer dans la salle, mon regard était attiré par plusieurs endroits à la fois. Klaus se posa sur le canapé pendant que je fouillais parmi les livres. Il y avait des auteurs très connus et d'autres dont les noms m'étaient étrangers. Je remarquai aussi que Klaus n'avait pas de style de livres préférés, il avait des livres de sciences fictions, des romans d'aventures, des encyclopédies et j'en passe.

Point de vue de Klaus

Je laissais Caroline vagabonder dans la salle, elle avait l'air captivée par le nombre de livres que je possédais. Elle prenait les livres dans ses mains, les feuilletait et les retournait pour lire le résumé. Je m'approchai d'elle doucement, mis mes mains sur ses hanches et lui dis dans le creux de l'oreille :
« Est ce qu'il y a un livre qui t'intéresse Love ? »
Elle se retourna vers moi en souriant et me répondit :
« Peut être, j'aime bien les romans d'amour, les livres à l'eau de rose qui font pleurer. Mais je ne sais pas si tu en possèdes, tu n'as pas l'air d'être le genre à adorer ces histoires là.
- Tu te trompes, j'en possède quelques uns et je peux te dire qu'ils font partis de mes préférés. »
Je partis vers l'étagère opposée à la sienne, cherchai le livre en question. Je finis par le trouver et le tendis à Caroline :

« Lis celui-là, c'est une très belle histoire d'amour. Je suis sûre qu'il te plaira beaucoup.
- Merci beaucoup, je te dirai ce que j'en ai pensé.
- Tu veux encore rester ici ou je peux te faire découvrir une autre pièce que j'aime bien ? Lui demandais-je
- Non c'est bon nous pouvons y aller, répondit Caroline. »

Point de vue de Caroline

Klaus avait voulu me prêter un de ses livres préférés et malgré moi, je dois dire que j'avais hâte de le lire pour savoir si on avait les mêmes goûts. Il s'approcha de moi, et prit ma main dans la sienne. Je voulus l'enlever mais il était trop fort et d'ailleurs je pense que je n'en avais pas vraiment envie. Il me guida vers le fond de la bibliothèque et ouvrit une autre porte, elle nous conduisit dans une autre pièce plus petite. Au fond de cette salle, près de la baie vitrée se trouvait un grand canapé blanc et au centre il y avait un piano, lui aussi de cette couleur. Klaus m'invita à m'asseoir et il alla se poser sur le banc. Il se retourna vers moi, me sourit et commença à jouer. Il avait l'air habité par le morceau qu'il jouait, il dégageait tellement de grâce, de pureté et de sérénité que je ne pus m'empêcher d'être émue. Quand ses doigts glissaient sur le clavier, c'était un homme différent, ce n'était plus le psychopathe qui avait traumatisé la plupart de mes amis mais un homme heureux. J'eus les larmes aux yeux pendant toute la musique.

Point de vue de Klaus

Je voulus montrer une autre facette de ma personnalité à Caroline en jouant un morceau de piano pour elle. Je ne la voyais pas mais je sentais son émotion. Elle avait le cœur qui battait plus vite et sa respiration était saccadée. La savoir émue me rendait heureux

Point de vue de Caroline

Je ne voulais pas que Klaus me voit comme ça, aussi émue et avec les larmes aux yeux. Malheureusement, il finit par se retourner vers moi et par me regarder. Honteuse, je m'étais alors retournée vers la fenêtre pour qu'il ne me voit pas. J'entendis ses pas dans mon dos et sentis ses mains se poser sur mes épaules. Il me chuchota à l'oreille :
« N'aies pas honte de pleurer devant moi Love, je ne veux surtout pas que tu te caches et que tu occultes tes émotions. »
J'avais ses mains sur moi et son souffle près de mon oreille et tout cela commençait à me perturber plus que je ne l'aurais cru, je ressentais des choses que je n'avais pas le droit de ressentir. Je voulus contrôler ma respiration devenue un peu trop saccadée à mon goût et cela afin qu'il ne s'en rendît pas compte, je dis :

« Ne t'imagines surtout pas que le fait que je sois émue en t'écoutant jouer veut dire que mon avis sur toi ait changé ou que je commence à t'apprécier parce que si c'est le cas tu te trompes.
- Je ne crois que ce que je vois et ce que j'entends Love et c'est ton cœur et ta respiration que j'entends s'accélérer. Si ce n'est pas parce que tu commences à m'apprécier, c'est pour quoi ?
- Et alors ! Tu ne te dis pas que c'est de l'appréhension et de la peur d'être dans la même pièce que le pire psychopathe du monde, l'homme qui a tué Jenna, qui s'est servi de ma meilleure amie comme poche de sang, qui a transformé mon copain en hybride et j'en passe...
- On a déjà été dans la même pièce plusieurs fois Love, on a même déjà dansé ensemble deux fois et pourtant je n'ai jamais entendu ton cœur battre comme ça ni ta respiration se saccader de cette manière... Donc ton excuse n'est pas valable et tu le sais.
- Et alors ! Qu'est ce que cela change le fait que j'aime ta façon de jouer du piano ? Qu'est ce que ça pourrait bien changer ? Même si je ressens quelque chose pour toi, et je t'assure que ce n'est pas le cas, qu'est ce que ça changerait entre nous ? Cela est et sera toujours impossible entre nous. »

Point de vue de Klaus

Caroline ne se rendit pas compte du mal qu'elle m'avait fait en disant cela. J'étais en colère contre elle parce qu'elle ne voyait que le monstre en moi, et j'étais aussi énervé contre moi-même car j'avais laissé cette fille prendre du pouvoir sur moi. Je détestais me montrer faible devant elle mais pourtant je n'arrivais pas à faire autrement.
Je m'approchai d'elle en la fixant et lui dit :
« C'est impossible entre nous parce que je suis un monstre qui a fait du mal à tes proches ? Et alors ? Je n'ai pas l'intention de m'excuser d'être ce que je suis. J'ai 1000 ans Caroline et je suis un vampire. J'ai tué des gens, je les ai hypnotisés et menacés pour arriver à mes fins. Je ne suis pas un enfant de cœur et je ne changerai pas. En outre, je ne suis pas le seul à avoir fait du mal autour de moi. Regarde autour de toi, tu connais beaucoup de vampires qui n'ont jamais tué d'humains, qui n'ont jamais fait de mal autour d'eux ? Je vais te donner la réponse, il y en a peu. Il serait peut être temps que tu arrêtes de te comporter comme une humaine et que tu comprennes que ce que j'ai fait par le passé, même si c'est affreux, fait parti de moi et que je ne regrette rien du tout.

- Je ne vois même pas pourquoi on en parle. De toute façon ce n'est qu'un jeu pour toi. Tu veux juste te venger de Tyler qui a brisé le lien avec toi et avec ton esprit tordu la seule façon que tu as trouvé pour te venger est de me tourner autour. Ce n'est qu'un de tes plans pour détruire notre groupe mais je vais te dire quelque chose Klaus : ça ne marchera pas ! »

Je me rendis compte, en l'entendant prononcer ces mots, qu'elle ne me connaissait pas du tout. Elle n'avait jamais remarqué que j'étais différent avec elle. J'avais souvent manipulé, hypnotisé et menacé des personnes pour arriver à mes fins mais avec elle j'étais sincère depuis le début. Je lui dis :

« Tu as tort Caroline. Si je voulais vraiment me venger de Tyler, je te drainerais avant de t'hypnotiser pour coucher avec toi... J'ai toujours été honnête avec toi, je ne t'ai jamais rien demandé, je veux juste apprendre à te connaître et que cela soit réciproque. Je veux également te faire découvrir ce monde que tu ne connais pas. Au final, j'ai juste envie de passer du temps avec toi... » Lui dis-je d'un ton authentique.

- Pourquoi moi ? Pourquoi t'intéresses-tu à moi comme ça ? De toute façon tu sais que ça ne changera jamais entre nous, qu'il ne se passera rien de plus.
- Tu me captives parce que tu es lumineuse, tu es intelligente, drôle, pleine de vie.
Tu essaies de voir le bon coté de la vie quoi que tu fasses, tu es toujours souriante. Tu es la lumière qui éclaire mon obscurité. Et j'avoue que je te trouve magnifique aussi. Mais si tu penses toujours que ce n'est qu'un jeu tu n'as qu'à partir je ne te retiendrai pas. »

Point de vue de Caroline

J'avais été touchée par ses mots. Jamais personne n'avait parlé de moi comme ça. Et cela commençait à me faire peur. J'avais dû utiliser toute ma volonté pour empêcher mes larmes de couler. Je ne voulais surtout pas perdre la face devant lui et le laisser me perturber. Je baissai donc la tête et lui dis :
« Je crois que je devrais m'en aller... »
Il ne me regarda même pas, il était tourné vers la fenêtre et semblait perdu dans ses pensées. Je commençai à m'en aller, puis, arrivée à la porte, je me retournai et lui dis :
« Merci pour cette soirée Klaus. J'ai passé un excellent moment avec toi malgré tout. »

Klaus me regarda et me sourit mais ce n'était pas comme d'habitude, ce n'était pas un sourire charmeur ou moqueur. Celui-là était plus triste, maussade.

Point de vue de Klaus

Ma belle m'avait avoué avoir passé une bonne soirée avec moi. Je l'entendis descendre les escaliers, fermer la porte d'entrée puis je la vis monter dans sa voiture et s'en aller. Je m'assis dans le canapé, me servis un verre de vin, pris ma planche à dessins et mon crayon pour y dessiner les images de Caroline que j'avais dans la tête.

Point de vue de Caroline

Je venais de rentrer chez moi après mon rendez-vous avec Klaus et dans ma tête c'était le bazar. J'étais perdue dans ce que je ressentais. Ma soirée avec Klaus avait été très intéressante, j'avais beaucoup appris sur lui et sur sa famille. Néanmoins, la fin de la soirée me perturbait. J'étais touché par ses mots, plus que je ne voulais l'admettre. Je me posai sur mon lit, ouvris le tiroir de ma table de nuit et ressortis le dessin que Klaus m'avait donné après le bal. Je ne sus pas combien de temps j'avais regardé ce dessin mais je fus ramenée à la réalité par mon portable qui vibra. C'était un SMS d'un numéro inconnu. J'ouvris le message et je lus :
« Moi aussi j'ai passé une bonne soirée Love. Merci de m'avoir rendu le sourire que j'avais perdu. A bientôt ! »

Je commençai à sourire toute seule dans ma chambre en me disant que désormais plus rien ne serait comme avant et que je ne pourrais alors plus cacher le fait que Klaus Mickaelson me troublait plus que je ne l'aurais souhaité.