Salut les gens ! Et voilà je continu avec mon délire de traduction ! Voici un two-shot de Alyson Metallium.

Voilà le lien en anglais si vous voulez le lire directement sur son compte et pourquoi pas lui laisser des commentaires : s/1891770/1/When-Teasing-Doesn-t-Work

MERCI à toutes celle et ceux qui m'ont reviewer pour mon autre trad (trop plaisir!) Grand merci donc à Amygdaloide (qui verra mon commentaire plus détaillé quand elle réussira enfin à atteindre son compte XD), à qqn m' écrit (c'est quoi ce pseudo? MDR) dont le commentaire m'a fait trés plaisir (ps j'ai corriger la faute que t'a souligné ;p), à Talimsan, chibi-yuya et Neliia (qui ont répondu a mon coup de panique avant la publication de Suffocate), A yuyab et Bloody kyo qiu n'ont pas de compte et à qui je n'ai pas pu répondre mais dont le commentaire cour mais cool m'ont fait si plaisir (en plus des autres évidemment!) que j'ai traduit un autre k/y rien que pour vous! (et pour pas réviser aussi j'avoue)

Donc profitez bien de mon dur labeur chers amis! Et bonne lecture!

Voilà son commentaire originale (elle a écrit cette fic bien avant la sortie des mangas, quand elle regardait encore les scans sur internet du tome 12 ! C'est trop vieux tous ça ! C'était la belle époque... X3) :


Notes Rapides : Cette fic a lieu grossièrement pendant le volume 12 du manga, un jour ou deux après que le groupe ne se coupe en deux. Pour que vous ne soyez pas perdu (puisque le volume 12 ne sera pas traduit avant L'ANNÉE PROCHAINE! T-T) je vous fais un petit topo. Shinrei apparaît, tout le monde se bastonne, Yuya fini par être attaquée d'une façon TRÈS INTÉRESSANTE. Et c'est à peu près tout ce que je peux dire sans donner de spoilers ou révéler des points importants de ma fic. Pour ne pas mentionner le fait que je ne peux pas lire le manga, mais que je peux seulement regarder les jolies scans et tenter de comprendre ce qui se passe. Oh et je suis furieusement fan du KyoxYuya et j'ai été ravi de trouver d'autres fans, aussi fou que moi.

When Teasing Doesn't Work(Quand l'embêter ne marche pas)

Yuya se redressa brusquement sur son futon, sa couverture serrée contre sa poitrine alors qu'un cri déchirant restait silencieusement sur ses lèvres. Le silence de sa chambre coupé uniquement pas le bruit de sa respiration haché alors qu'elle repoussait d'une main tremblante ses cheveux imbibé de sueur. C'était la troisième nuit consécutive qu'elle avait été réveillée par des cauchemars engendrés par l'attaque de Shinrei.

Elle enveloppa ses bras autour d'elle alors que son corps commençait à trembler d'une manière incontrôlable. Si elle se concentrait assez fort, elle pensait qu'elle pouvait presque sentir le dragon d'eau se déplacer autour de son coeur. Elle se mordit les lèvres, essayant de contrôler ses frissons, mais le geste ne fit seulement que de lui rappeler comment Shinrei avait réussi à mettre son attaque à l'intérieur de son corps.

Elle pouvait toujours sentir la force d'acier de son bras enveloppé autour de sa taille alors qu'il l'avait traînée contre son corps si vite qu'elle n'avait pas eu le temps de réagir. Son esprit s'était dispersé comme des pétales cerisier dans un vent violent alors que ses lèvres glaciales s'étaient refermées sur les siennes. Si seulement elle avait réagi plus rapidement, elle aurait pu ne pas se retrouver dans cette situation du tout, mais pendant ces quelques, infimes secondes critiques elle avait été si choquée par la sensation de la langue de Shinrei forçant la voie de ses lèvres et de ses dents qu'il avait pu envoyer facilement son dragon d'eau au travers de sa gorge.

Avec un grognement frustré, Yuya expédia sa couverture et se mit debout. Elle avait besoin de boire un peu d'eau, sa bouche lui donnait l'impression que quelqu'un y avait bourré son kimono et de toute façon, elle savait qu'elle n'arriverait pas à se rendormir avant un bon moment.

Elle sortit aves précaution de la maison de maître Muramasa, tachant de ne pas déranger les habitants endormis, se déplaçant aussi silencieusement que possible vers la porte de la cour. Elle laissa échapper un soupir de soulagement quand elle déboucha à l'air libre. L'aire doux de la nuit et la lumière de la pleine lune éclairait le paysage juste assez pour qu'elle retrouve son chemin sans problèmes.

Alors qu'elle puisait de l'eau dans le grand réservoir pour se rafraîchir elle se prit à repenser à leur groupe maintenant dispersé. Cela faisait deux jours depuis que Tigre Rouge, Sasuke et Okuni s'étaient détaché du groupe dans l'espoir de trouver plus d'informations sur le Clan Mibu ainsi que pour s'entrainer de leur côté, la laissant elle, Bontenmaru et Kyo avec Muramasa, qui avait l'intention d'emmener Kyo en haut la montagne pour lui enseigner les techniques ultimes du Mumiyo Jinpu Ryu.

Yuya pencha la tête en arrière laissant les quelques gouttes restantes glisser sur son visage alors qu'elle levait les yeux vers les étoiles. Elle se mentirait à elle-même si elle ne reconnaissait pas qu'elle était inquiète, tant pour Kyo que pour elle-même. Elle détestait se sentir comme si son temps était limité, mais elle ne pouvait pas cacher le fait qu'elle était en réalité encore plus inquiète que Kyo se batte contre Shinrei à leur prochaine bataille. Et son inquiétude pour Kyo était encore amplifiée par sa formation intensive avec Muramasa, ne sachant pas comment celle-ci l'affecterait par rapport au dix minutes de temps limite que son corps emprunté lui imposait. Elle avait vu ce qui s'était passé quand Kubira l'avait poussé au-delà de la limite de temps, et elle n'a pas envie de penser aux conséquences si quelque chose de semblable se passait pendant l'entrainement. Mais elle ne pouvait que faire confiance à Muramasa, fin de l'histoire.

La sensation soudaine qu'elle était surveillé lui bloqua la respiration et lui fit atteindre rapidement son pistolet à trois coups alors même que les poils fins sur l'arrière de son cou se hérissaient, la mettant en garde. Une fraction de seconde plus tard, elle se détendit quand elle reconnut l'aura de la personne qui la regardait, alors elle se tourna avec une grimace au visage et son pistolet à la main pour faire face à la silhouette d'Onime no Kyo quand il quitta les ombre en se tournant vers elle.

"Merde, Kyo!" s'écria-t-elle rangeant son pistolet à sa place à l'intérieur de son yukata. "Ne te faufile pas derrière moi comme ça, j'ai failli te tuer!"

Le tueur de mille hommes renifla dédaigneusement à cette déclaration, le clair de lune donnant à ses yeux une lueur rouge sanglante presque surnaturelle alors qu'il sorti de l'ombre et sourit à la chasseresse de primes.

«Si j'avais je l'avais voulu, tu serais morte avant même d'avoir fait feu» dit-il, l'élargissement de son sourire creusant une fossette profonde sur sa joue gauche. "Tu étais tellement occupée à rêver que tu n'aurais jamais remarqué ma présence avant qu'il ne soit trop tard."

«J'ai très bien remarqué ta présence!" rétorqua Yuya, croisant les bras sur sa poitrine en le fusillant du regard.

«Seulement après que plusieurs minutes critiques se soit écoulées. Tu devrais travailler ta garde, gamine," répondit Kyo, atteignant ses côtés et prenant le godet de sa main. Elle fulminait en silence pendant qu'il le remplissait avec l'eau du seau qu'elle avait puisé plus tôt, et bu longuement.

"Que fais-tu ici, de toute façon?" elle demanda quand il eut fini, l'irritation d'être interrompu au cours de sa contemplation silencieuse évidente dans sa voix, même si elle ne s'attendait pas vraiment à une réponse.

Ce qui explique pourquoi elle fut un peu surprise quand il demanda: «Tu t'attendais vraiment à ce qu'on puisse trouver le sommeil alors que tu piétine tout autour de la maison à minuit?"

Kyo regarda Yuya du coin de l'œil, s'attendant à ce que son tempérament brûlant s'enflamme comme une torche. Ce qu'il obtint à la place fut un petit rougissement, alors qu'elle détournait les yeux suivi d'un marmonnement rapide, "Désolé." Elle s'éloigna, mais au lieu de retourner vers la maison, elle sortit dans le jardin, apparemment inconsciente du fait qu'il regardait chacun de ses mouvements, la confusion passa brièvement sur ses traits. Une curiosité à peine contenue le fit la suivre alors qu'elle s'asseyait sur un banc de pierre qui avait été placée près d'un bouquet de douces fleurs odorantes. Sans invitation, il s'assit à côté d'elle, en veillant à maintenir son épée contre le banc à proximité pour l'atteindre rapidement si quelqu'un essayer de les attaquer par surprise.

Le silence, plein de tension et d'incertitude de la part de Yuya, et de calme pour Kyo, s'installa sur la paire. Yuya s'agita un peu, plissant et déplissant le tissu de son yukata de nuit, lançant de temps en temps des regards à la dérobée à Kyo par dessous ses cils. Kyo l'observait du coin de l'œil, en comptant mentalement les secondes qui passaient avant qu'elle ne rompe le silence et se mette à babiller. Il espérait qu'elle serait tellement énervée qu'elle laisserait échapper la raison pour laquelle elle avait du mal à dormir. Il s'agissait de la troisième nuit qu'il avait été réveillé durant son sommeil par ses sursauts, mais c'était la première nuit où elle s'était réveillée et avait effectivement quitté sa chambre. Il avait entendu le glissement furtif de sa porte quand elle s'ouvrit et se referma et le doux effleurement de ses pieds, alors qu'elle a fait son chemin dans le couloir.

Il n'aurait jamais avoué à personne, et encore moins à lui-même, qu'il était inquiet pour elle, il s'entêtait à se dire que son envi de la suivre était de la simple curiosité et rien de plus. Des années d'instincts aiguisés et de patience lors de nombreuses batailles l'avaient empêché de s'approcher d'elle quand il l'avait vu debout à côté du puits, le visage incliné vers les étoiles. Il avait été un peu surpris quand elle avait senti sa présence, mais il repoussa l'idée à l'arrière de son esprit. Elle était une chasseuse de primes hautement qualifiés, et même si son instinct de combat était très loin d'atteindre son niveau, elle était toujours consciente de son environnement, assez pour savoir quand elle était surveillée.

Et Yuya pouvait le sentir la regarder maintenant, même si elle ne pouvait pas réellement l'attraper à la regarder directement. Elle remua un peu plus, se demandant pourquoi les battements de son cœur avaient commencé à s'accélérer, quand elle a finalement lâché: «Je continue à avoir des cauchemars ...» elle s'arrêta et toucha légèrement sa poitrine, indiquant sans paroles ce à quoi ses cauchemars se referaient.

Elle ne savait pas pourquoi, mais tout à coup elle se retrouva à parler, libérant la peur et l'incertitude que l'attaque de Shinrei avait instillé en elle. Peut-être que c'était le clair de lune, ou peut-être que c'était parce que c'était Kyo, mais le barrage avait éclaté et elle ne pouvait pas maîtriser ses paroles plus longtemps. Elle réussit à garder pour elle le fait qu'elle n'était pas inquiété du fait qu'il serait incapable de vaincre Shinrei, mais qu'elle avait peur que Shinrei puisse juste se mettre en tête de libérer complètement la malédiction et la tuer bien avant qu'ils ne soient jamais parvenue au château des Mibu.

Elle finit par manquer de souffle et resta immobile quelques instants, apparemment perdu dans ses pensées. Kyo était resté silencieux tout au long de sa tirade, son corps se détendant pendant qu'elle s'expliquait. Pendant quelques instants, le silence enveloppa la petite cour.

"Ce n'est pas que je ne crois pas que tu vas botter les fesses de Shinrei," dit-elle à la hâte quand le silence se prolongea craignant que Kyo ait interprété ses paroles comme signifient exactement cela. "C'est juste que je continue de rêver qu'il va revenir et ... qu'il va encore ..," elle s'arrêta, incapable de finir sa pensée, mais ses actions dirent à Kyo bien plus que ses paroles ne l'avaient faites. Elle leva sa main droite et brossa légèrement le bout de ses doigts sur ses lèvres, sursautant au contact. Sa main tomba à ses genoux et le bref silence fut brisé par le grondement sourd de Kyo.

"Pas étonnant que tu sois si peu développée, tu penses trop."

Le sourcil gauche de Yuya se crispa avec ennui quand elle répondit sèchement: «Eh bien, excuses-moi de ne pas avoir un cerveau vide comme toi!"

Kyo la fixa du coin de l'œil. Le visage de Yuya reflétait des nuages de tempête alors qu'elle regardait droit devant elle dans les ténèbres. Kyo savait que la meilleure façon pour la distraire de ses pensées était de la mettre en colère, mais elle n'avait pas menacé de le tuer, de le mutiler ou de le dénoncer, ce qui signifiait qu'il n'avait pas réussi à mettre son esprit hors de ses cauchemars. Pendant qu'il réfléchissait à cela, une idée commença à se développer au fond de son esprit, il l'ignora d'abord. Mais elle refusa d'être ignorée, et quand il lui permit de prendre forme, il reconnut rapidement son ingéniosité. Si la taquiner, puis essayer de la mettre hors d'elle, ne fonctionnait pas, alors peut-être que remplacer ses souvenirs par d'autres pourrait faire sortir de son esprit ce qu'il s'était passé.

Il se retourna et fit face Yuya, attendant patiemment jusqu'à ce qu'elle se tourne et le fixe en retour, ses yeux verts mordant, légèrement en colère. Il plaça son épée soigneusement et délibérément entièrement au sol, tout en ne quittant jamais son visage des yeux.

"Quoi?" fit-elle sèchement, fusillant toujours Kyo du regard alors qu'il se contentait de la regarder.

Il ne répondit pas. Au lieu de cela, il tendit sa main droite et fit doucement courir ses doigts sur sa joue en une caresse si douce qu'elle senti à peine les callosités dût à toutes ses années à manier une épée. Yuya cligna des yeux, et Kyo vit la colère les quitter lentement pour être remplacé par la confusion. Il caressa son visage, cette fois en utilisant sa main entièrement en un mouvement sensuel sur le côté de son visage qui prit fin quand il engloba sa mâchoire en coupe. Il prit un moment pour apprécier la façon dont la couleur de ses yeux s'approfondi à un vert plus foncé, sa confusion plus forte, avant qu'il ne finisse de glisser sa main le long de sa mâchoire jusqu'à ce qu'il attrape son menton dans une poigne douce.

Elle écarquilla les yeux, effrayée, quand elle sentit sa main gauche se glisser autour de son dos quand il l'attira à lui. C'était exactement la même position que Shinrei avait utilisé quand il avait implanté son attaque d'eau en elle. Elle se raidit quand le souvenir lui revint, se préparant à devoir se battre.

Kyo sentit sa résistance, il vit dans ses yeux et compris où elle voulait en venir. Avant qu'elle ne puisse commencer à se débattre, il baissa la tête et effleura légèrement ses lèvres contre les siennes. Elle se figea, clignant des yeux comme la peur fut de nouveau remplacée par la confusion. Kyo vit le changement, ne quittant jamais les yeux des siens quand il effleura ses lèvres à nouveau, il dût se battre pour s'empêcher d'approfondir le baiser, retenant avec peine son envi de la dévorer. Il savoura la sensation de ses lèvres douces comme il continuait à effleurer ses lèvres contre elles, son corps emprunté se crispant avec ardeur alors qu'il continuait à la taquiner avec doucement.

L'esprit de Yuya se perdait dans la confusion, les souvenirs reculèrent pour être remplacé par le choc. Kyo l'embrassait. Cette pensée était la seule qui avait un sens réel dans le kaléidoscope de son esprit. Elle le dévisagea, des questions plein les yeux, quand il baissa de nouveau sa tête et pressa fermement ses lèvres contre les siennes.

Toutes les questions fuirent l'esprit Yuya tandis que son attention se porta sur la sensation des lèvres de Kyo sur les siennes. Où Shinrei avait été froid, dur et puissant, Kyo étaient chaleureux, ferme et doux. Elle sentit ses muscles se détendre et ses yeux se fermer doucement quand elle répondit légèrement au baiser. Elle sursauta et se raidit quand elle sentit la langue de Kyo brosser contre la veine de ses lèvres, une fois, deux fois, une troisième fois. La chaleur commença à s'accumuler dans son abdomen et les poils de ses bras s'hérissèrent quand elle réalisa qu'il était en train de lui demander la permission de la goûter.

Elle ouvrit la bouche hésitante. Elle senti une poussée d'énergie quand la langue de Kyo bondi à l'intérieur d'elle et qu'il gémit. Imaginez, le puissant Onime no Kyo gémissant comme si le simple goût d'elle était suffisant pour le mettre à genoux. Il explora l'intérieur de sa bouche, puis commença à frotter sa langue sensuellement contre la sienne. Yuya fondit tandis que son sang se transformait en feu liquide.

Kyo grogna quand il sentit Yuya se donner à lui, et sa main se durcie sur son menton en même temps que la faim qu'il avait sans pitié gardé en échec jusqu'à maintenant se libéra de ses chaînes. Sa main glissa de sa mâchoire jusqu'à ce que ses doigts s'emmêlent dans ses cheveux qu'elle avait laissé lâchés pendant qu'elle dormait. Il inclina sa bouche sur la sienne et approfondit le baiser encore, balayant le corps de Yuya vers lui dans un tourbillon de désir.

Voulant se rapprocher d'elle, il resserra son emprise sur sa taille et la traîna au travers du banc jusqu'à ce qu'elle soit à cheval sur ses genoux, son bras l'écrasement contre lui. Ses seins aplatis contre sa poitrine alors qu'il inclinait sa bouche sur la sienne, encore et encore, enfin sa langue imita la sienne ils commencèrent à danser un rituel aussi vieux que les arbres Cerisier.

La respiration de Yuya s'était accélérée, et elle haleta quand Kyo libera sa bouche de la sienne. Elle pencha sa tête en arrière tandis qu'il fit courir ses lèvres sur sa mâchoire et sur sa gorge. Sa main qui avait été coincée dans ses cheveux, se relâchât et commença à voyager à l'arrière de sa tête puis sur son cou. Elle la sentit jouer avec le bord de son kimono, puis ses doigts chauds glissèrent à l'intérieur caressant la peau nue de son épaule.

Yuya se sentait comme si elle était en train de se noyer dans une mer de nouvelles sensations alors que les doigts Kyo laissaient une traînée de feu brulante sur sa peau. Ses petites mains agrippèrent le tissu noir de son kimono. Elle voulait être plus près, elle voulait sentir sa peau sous ses doigts. Elle se rapprocha encore... et son monde devint noir.

Le souffle en lambeau, Kyo enleva ses doigts du point de pression situé sur l'épaule de Yuya, et déplaça son corps inerte pour qu'il puisse ramasser son épée et la prendre dans ses bras. Il grogna soudain quand la voix mentale impromptue de Kyoshiro se mit à crier dans son oreille interne, exigeant qu'il cesse de "séduire Yuya-san" jusqu'à ce qu'il ait retrouvé son corps d'origine.

"Ne t'inquiètes pas, bâtard," grogna finalement Kyo, renvoyant Kyoshiro à la salle mentale qu'il avait lui-même visité quand l'autre avait temporairement repris le contrôle de leur organisme. «Je n'ai pas l'intention de laisser n'importe quelle partie de ton corps la réclamer pleinement."

Kyoshiro se calma et disparu en murmurant: «Ne t'avise pas de lui faire du mal», déclenchant un grognement de dégoût de la part de Kyo.

Berçant Yuya dans ses bras, Kyo fit son chemin à travers la maison de Muramasa jusqu'à ce qu'il atteigne la chambre de Yuya. Une fois à l'intérieur, il posa doucement sa forme endormie sur son futon. Il la recouvrit ensuite d'une couverture avant de se lever abaissant son regard vers son visage. Encore une fois il maudit Kyoshiro pour l'avoir piéger à l'intérieur de son corps. Il ne voulait rien de plus à cette instant que de réclamer ce qu'elle avait été sur le point de lui offrir quelques minutes auparavant.

Il tourna brusquement les talons et sortit de la chambre de Yuya, sachant qu'elle prendrait certainement ce qu'il venait de se passer pour un rêve, ce qui, bien que cela le blesse de l'admettre, était exactement ce qu'il voulait. Cette action aurait un double objectif. Premièrement, il maintiendrait son esprit hors des souvenirs de Shinrei et il l'espérait, bannirait le pire des rêves qu'elle avait eu. Deuxièmement, elle se mettrait à rêver de lui, ce qui permettrait d'ouvrir la voie pour le moment où il serait de nouveau en possession de son corps d'origine et en mesure de pleinement la revendiquer comme sienne.


C'est frustrant hein? Imaginez comment Kyo, lui, doit être frustré! Le deuxième chapitre n'est pas un lemon, il est un plus plus sombre aussi (et plus cour.. ouf! et je l'aime un peu moins mais faut dire que la première partie est sensuelle! (hot quoi! Héhéhéhéhé)) Mais moi j'ai kiffé!

Bah alors? tu voix ce qui m'arrive jusqu'à 3h12 du mat quand tu dors chez Deubeuret? Bravo Amygdaloide c'est tout de ta faute! XD

Allez les gens faites moi plaisir... (ou pas!) Review?