Memories

« Mirajane observait d'un air critique l'équipe la plus forte de Fairy Tail. Enfin, ce qu'il en restait. Cette dernière mission les avait tous profondément changé et elle ne les reconnaissait plus. Entre Grey amnésique, Natsu qui perdait totalement les pédales, Erza toujours plongée dans le coma, Lucy qui ne venait presque plus à la guilde, et Happy -non, Happy restait Happy – la belle serveuse commençait sérieusement à s'inquiéter. »

Disclaimer : Tous les personnages mentionnés ainsi que l'univers appartiennent à Hiro Mashima. Certains personnages sont de ma pur invention et mon travail est le mien.


Yo!

Voici le prologue de ma nouvelle fic. J'espère que vous passerez une agréable lecture, même si on ne parle pas de FT. Sinon je vous invite à lire le chapitre 1 pour vous faire une vraie idée (:


Il comptait les secondes défiler, affalé sur un vieux canapé rouge aux coussins déchirés. Le temps s'écoulait bien trop doucement. Trois heures étaient passées et il n'avait toujours pas bougé de son divan. Il réfléchissait intensément et cherchait une réponse à la seule question qu'il n'avait toujours pas éludée depuis une dizaine d'année. Qui était-il ? Il ne supportait plus ce sentiment, cette absence d'émotion, ce vide qui l'étouffait chaque jour de plus en plus. Une fureur s'empara de lui, comme tous les s'ennuyait.

Il s'ennuyait.

Il ferma les yeux quelques secondes, marquant la fin de ses intenses et douloureuses réflexions. Il laissa passer son mal de tête qui était apparu puis il se leva pour se diriger à l'autre bout de la chambre à l'aspect désordonné. Les nombreux miroirs étaient brisés, et leurs morceaux de verre éparpillés dans toute la chambre lui reflétaient à chaque pas une infime partie de son visage. Il passa à côté d'une armoire renversée sur le sol sans y faire attention et évita les abondants livres jetés sur le sol, tel un robot. Tout le chaos qui y régnait ne le touchait pas, cela lui était parfaitement indifférent. Cette pièce était le reflet parfait de sa vie et de son âme. Brisée, chaotique et misérable.

Il s'arrêta devant un coin et récita à voix basse des paroles inaudibles. Une petite porte noire apparut devant lui et il la prit, empruntant un étroit escalier qui le conduisait dans les tréfonds de sa demeure. Les torches accrochées sur les murs s'allumèrent sur son passage, éclairent faiblement sa figure pâle et gracieuse et ses cheveux jais qui adoucissaient ses traits. Il aurait pu ressembler à un ange si ses yeux d'un bleu marine n'étaient pas aussi cernés et qu'une horrible cicatrice ne lui mangeait pas la moitié du visage, partant de son arcade pour passer par son œil gauche et finir sa course près de sa lèvre inférieure.

Il arriva dans une vaste salle après plusieurs minutes de marche et reporta son regard sur la scène qui se déroulait sous ses yeux.

Devant lui s'étendait le résultat de toutes ses années à voler les souvenirs. D'innombrables bulles flottaient dans l'air glacé et vif. Grande, ronde, ovale, petite, ou encore totalement difforme, c'était un vrai spectacle pour les yeux. Elles voltigeaient et tourbillonnaient dans tous les sens à différente vitesse, se traversant mutuellement sans jamais exploser. Cela donnait un étrange tableau, un ballet éclatant et brouillon qu'il ne se lassait pourtant jamais d'admirer. Il devait s'avouer plutôt fier de son travail, même si pour cela il avait dû détruire un nombre incalculable de vie. Et pourtant, une douce lassitude commençait peu à peu à grignoter son cœur et son esprit, le plongeant un peu plus dans la tristesse qui dirigeait entièrement son ennuyeuse vie. Il était tellement fatigué de vivre et de poursuivre un rêve irréalisable…

Qui était-il ?

Les yeux débordant de désespoir il leva avec une extrême douceur sa main et effleura légèrement une petite bulle jaune, comme s'il avait peur de la voir disparaître à son simple toucher. Il sentit un coup sourd résonner dans tous son corps et des souvenirs affublèrent avec la force d'un ouragan dans son esprit. Des flashs de mille couleurs, mille sons, mille paroles et lieux défilèrent. Il était dans les souvenirs de cette jeune fille à laquelle il avait arraché toute sa mémoire la veille. Les souvenirs s'arrêtèrent après quelques minutes et il frappa le sol jusqu'à ce qu'un liquide chaud s'écoule de ses mains. Encore un échec… N'arriverait-il donc jamais à trouver ne serait-ce qu'une infime piste sur sa véritable identité ? Personne ne l'avait-il donc connu ou aimé ? Il se contrôla pour ne pas se faire encore plus de mal

L'ennui revenait.

Il releva la tête et observa toutes les bulles briller d'un air vide. Au loin, il entendit quelqu'un crier. Sûrement un de ses sbires qui torturait un pauvre innocent. Il ne s'était jamais adonné à cette activité, ne voyant pas vraiment le but et le plaisir qu'on pouvait y trouver. Malgré cela, il ne refusait jamais lorsqu'un de ses compagnons proposaient quelques doux châtiments aux victimes capturées. Après tout c'était grâce à eux qu'il en était là. Il leur devait tout. Et puis, il n'en avait que faire du sort de ses prisonniers. Techniquement ils étaient ses ennemis. Le cri se fit plus strident avant de se briser, sûrement sous l'effet de la douleur devenue trop forte, et il poussa un long soupir.

Il s'ennuyait tellement.