Voilà je me suis lancée dans l'écriture donc voici mon premier OS. Un OS Quitana, un couple que je trouve de plus en plus intéressant, en espérant que ça vous plaise. Toutes reviews sont les bienvenues, bonnes ou mauvaises! C'est avec des critiques qu'on avance donc n'hésitez pas, même si c'est pour laisser 2 mots, ça fais toujours plaisir ;-).

Disclamer: Les personnages de Glee ne m'appartiennent pas etc...

Quinn marchait dans un couloir du lycée, quand une main l'agrippa et la tira dans une salle de classe. A peine fut-elle à l'intérieur, qu'un corps se colla au sien, la plaquant au mur, et des lèvres s'affairaient déjà sur les siennes. Un baiser fougueux, urgent, avide. Elle ne s'était pas débattu ayant très vite reconnu l'instigatrice de ce baiser, Santana.

Cela faisait maintenant plusieurs semaines qu'elles se retrouvaient dans une salle de classe, une réserve, un vestiaire, et où leur combat débutait. Un combat pour le pouvoir, le pouvoir sur l'autre, la possession du corps. Toujours dans des lieux peu intimes, où elles pourraient être découvertes à n'importe quels moments, cela ajoutait de l'excitation au jeu. Bien que les endroits différaient, leur rencontres se déroulaient presque toujours de la même façon, et cette fois-ci ne ferait pas exception.

Passé la surprise du moment, Quinn, d'un mouvement de bassin, échangea leur places. Santana était maintenant plaquée au mur. Quinn profita de son effet de surprise pour emprisonner les poignets de la brune au-dessus d'elle, les maintenant de sa main droite. Sa main gauche alla se loger sur la hanche de Santana, la poussant un peu plus contre le mur, et elle repartit dans un baiser des plus passionnés. Malheureusement, bien qu'un peu plus petite, Santana était bien plus forte que Quinn, elle n'eut aucun mal à se dégager de la prise de la blonde. Ses deux mains l'attrapèrent par les hanches et elles basculèrent une fois encore, échangeant leur place.

Cette fois-ci, Santana ne laissa pas à la blonde le temps de réagir, et glissa sa main dans sa nuque, l'empoignant fermement et se ruant sur son cou, à la manière d'un vampire, mordit la chair à pleine bouche, enfonçant ses dents assez pour être sentie mais pas assez pour faire mal.

N'ayant pas anticiper, Quinn ne put que gémir à cette attaque délicieuse. C'est ce qui la perdit, ce gémissement, signe d'abandon à l'autre. A cet instant, elles surent toutes les deux. Le combat était finit, Quinn avait perdu et Santana gagné. Elle s'était abandonnée, avait baissé sa garde et la brune en avait profité. Plus que le contrôle, elle avait gagné le plaisir de donner du plaisir, et bien qu'elle ne l'avouerait jamais, c'était bien plus important pour elle.

Elles allaient maintenant pouvoir entamer la pièce, les rôles étaient définis, Santana contrôlait et Quinn n'avait plus qu'à se laisser guider. Santana continua de mordre son cou, tirant de la blonde de nouveaux gémissements. Elle planta ses ongles dans sa nuque la forçant à dégager un peu plus l'accès son cou. Elles rompirent le contact physique quelques secondes, Santana voulant retirer à la blonde son haut d'uniforme de pom-pom girl, et retrouvèrent presque aussitôt la position qu'elles avaient laisser. De sa main droite, la brune empoigna la poitrine de la blonde, avec force mais délicatesse. Sa bouche remonta de son cou à sa mâchoire dans un mélange de baisers et morsures. Sa main gauche quitta la nuque de la blonde, et descendit jusqu'à sa cuisse, passant délicatement entre ses seins et son ventre dénudé, arrachant des frissons à Quinn qui lui remontèrent le long de la colonne vertébrale et la fis se cambrer un peu plus.

La blonde était complètement déboussolé, perdu dans les sensations que la brune savait lui donner. Des frissons. Du désir. De l'impatience. L'impatience d'être délivrée de cette douce torture qu'elle lui infligeait. Elle sentait son bas-ventre s'embrasé, avide des ces mains qui parcouraient son corps. La brune souleva sa cuisse et naturellement Quinn enroula sa jambe autour de son corps, laissant à Santana un meilleur accès à son sexe. Elle glissa alors sa main gauche dans le dos de la blonde, à la fois pour la coller un peu plus à elle et pour la soutenir, sentant Quinn chancelante à cet instant. Sa main droite quitta la poitrine de la blonde et se faufila entre ses cuisses, caressant du bout des doigts le tissu maintenant trempé. La blonde se cambra, essayant dans un mouvement de bassin d'appuyer son sexe contre la main de la brune, son désir étant à son comble. Santana continua de jouer avec elle, caressant doucement, sans trop d'insistance, son sexe couvert par cette étoffe bien fine. Quinn planta ses mains crispés dans le dos de la brune ne supportant plus cette torture dans un gémissement pouvant presque être entendu du couloir.

C'est alors que la brune décida que le supplice avait assez durer. Elle releva la jupe de la blonde et glissa sa main avec vigueur dans sa culotte, entrant en contact direct avec son clitoris. Quinn laissa échapper un râle de plaisir et de délivrance, très vite remplacé par l'avidité. Elle faillit s'écrouler, ses jambes lui faisant défaut, mais Santana la soutint de son bras gauche enroulé autour de son corps. Ses doigt s'activèrent sur le sexe de la blonde, lui arrachant des soupirs et des gémissements de plus en plus pressés.
Tout le corps de Quinn était tendu, crispé, attendant la délivrance. Son esprit avait arrêté de fonctionner, seul le plaisir de ces caresses délicieusement impitoyables lui importait, elle voulait plus, encore plus. Ce qui ne tarda pas arriver, dans un ultime mouvement de doigt Santana fis jouir la petite blonde. Elle fut prise d'un sublime orgasme qui n'en finissait plus. Elle resta plusieurs secondes les ongles plantés dans le dos de la brune se laissant porter par le plaisir. Elle eut toutes les peines du monde à retenir son cri, un cri de plaisir.

Puis elle se détendit, épuisée par cet effort. Santana l'enlaça, et lui glissa à l'oreille "Ça va ?" avant de chercher dans ses yeux une réponse. Même si elles ne l'avoueront jamais, plus que de faire l'amour, c'est ce moment qu'elles aimaient, ce moment où toutes les deux baissaient définitivement leur garde. Pendant un bref instant, elles n'étaient plus ces garces qui dirigeaient le lycée et avaient une réputation à tenir mais deux amantes soucieuses du bien-être de l'autre.

Elles se regardèrent, et une conversation muette se fit entre elles deux. Leur regard était doux, affectueux, compréhensif, attentionné. Elles ne pouvaient échanger aucun mots, tenant à leur fierté réciproque, elles ne pouvaient exprimer ce qu'elles ressentaient à cet instant, alors leurs yeux parlaient pour elles, révélant leurs fêlures, leurs faiblesses, probablement leurs amours également... Mais aucune ne dirait, aucune n'exprimerait ses sentiments, trop effrayée des conséquences.

Et c'est ainsi qu'après un moment qui leur sembla une éternité, elle se séparèrent, leurs corps se détachant à contre-coeur. Un dernier regard, emplie de tendresse et de cette promesse silencieuse qu'elles se faisaient à chaque fois. Non pas une promesse d'adieu, ni d'avenir mais une promesse de plus tard, de peut-être, de jamais aussi.

Fin.