Bien donc voilà suite, en espérant que cela vous plaise. D'autres chapitres devraient suivre normalement... N'hésitez pas à laisser un commentaire, même deux petits mots, ça fais toujours plaisir... Bonne lecture!

Disclamer: Les personnages de Glee ne m'appartiennent pas etc...


Santana venait de terminer son cours d'histoire, elle se dirigeait maintenant à son casier pour changer de livres. Les couloirs du lycée étaient bondés. Les élèves se bousculaient, plus ou moins volontairement, discutaient, récupéraient leurs affaires...

Quand elle arriva enfin, non sans avoir envoyé un élève de première année valsé dans d'autres étudiants, elle vit de l'autre côté du couloir Quinn adossée à son casier. Elle discutait avec un footballeur de l'équipe du lycée. Discuter étant un bien grand mot, faire la belle serait plus exacte. Elle écoutait à peine ce bêta expliquer ses tactiques de jeu.

Santana esquissa une moue de dégoût devant ce spectacle pitoyable. La petite blonde la vis, et lui lança un regard de feu, non pas de haine mais de désir. Le joueur ne se rendit même pas compte qu'elle ne le regardait plus qu'à peine. Santana comprit que Quinn la provoquait et lui rendit son regard de luxure. La petite blonde fixait maintenant avec intensité la brune, voulant gagné ce duel de regards.

Elle humecta sa lèvre supérieur d'un mouvement sensuel de la langue, assez rapide pour n'être vue que d'elle. La réaction fut immédiate chez la brune, elle sentit son bas-ventre se soulever et sa respiration s'accélérer. Elle se mordit la lèvre inférieure. Décidément, cette fille savait comment l'exciter mais elle ne s'en sortirait pas si facilement décida-t-elle.

La cloche sonna, le footballeur embrassa rapidement la petite blonde en lui disant au revoir ce qui rompit leur contact visuel. Quinn se tourna vers le jeune homme, l'ayant presque oublié, et lui rendit son au revoir alors qu'il s'en allait. Santana en profita pour récupérer ses livres dans son casier.

Elle prit son temps, attendant qu'il n'y est plus personne dans le couloir. Elle n'avait pas besoin de se retourner pour savoir que la petite blonde n'avait pas bougé, elle sentait ce picotement dans sa nuque, celui qui vous indique que vous êtes observé.

Elle souriait déjà contre son casier, à l'idée de ce qu'elle allait faire. Elle referma violemment la porte de son casier, se retourna et marcha avec assurance et détermination jusqu'à la petite blonde. Une fois arrivée à sa hauteur, elle s'adressa à elle :

Alors, tu fricote avec un autre abruti ? Non parce qu'il faut reconnaître que t'as déjà un beau palmarès, entre le baleineau, bouche de mérou et queue de blaireau écrasé.. Tu fais dans l'animalier ? Lui dit-elle sarcastiquement.

Dois-je te rappeler que tu t'es tapé ces abrutis aussi ?

Oui mais moi j'ai pas décidé de me faire toute l'équipe...

Si je ne te connaissais pas, je dirais que tu es jalouse, mais Santana Lopez jalouse, j'ai du mal à y croire, à moins que... lui répondit Quinn un sourire malicieux aux lèvres, attendant une suite à sa phrase.

Prend pas tes rêves pour des réalités Blondie ! Je suis juste venir te dire de ne pas m'appeler trop tard.

Pourquoi est-ce que je t'appellerai ?

La brune s'approcha de la blonde, colla son corps au sien, glissa sa jambe droite entre les siennes, et lui glissa à l'oreille :

Parce qu'on sait toutes les deux que personne ne sait te donner du plaisir comme je le fais... Alors quand t'auras finit de jouer à touche-pipi avec ces tocards et que tu voudras vraiment t'amuser, tu m'appellera... Parce que tu le fera. Alors pas trop tard...

Elle se recula sans la lâcher du regard, lui fit un clin d'œil et s'en alla vers sa classe en souriant, ravie de son effet. Quinn n'avait pas bougé de sa place, encore troublée à la fois par les mots de la brune mais aussi par la chaleur de son corps contre le sien.

Elle réfléchit à ce que Santana venait de lui dire. Elle l'avait peut-être sous-estimé. A ce petit jeu de la séduction et de la provocation, la brune avait l'air plus à l'aise que ce qu'elle ne s'était imaginée. Non pas qu'elle doutait de sa capacité à séduire, mais elle ne pensait pas qu'elle serait aussi audacieuse et courageuse pour se risquer à ce petit jeu dans un endroit aussi exposé qu'un couloir du lycée.

Elle se rappela alors qu'elle avait cours, et se hâta vers sa salle de cours. Arrivé devant son professeur, elle inventa une excuse bidon, Sue l'avait retenue pour discuter des prochains entraînements de cheerleading. Aucun professeur n'aimait Silvester, s'il pouvait se passer de lui adresser la parole, il ne s'en priverait pas. Il n'irait donc pas vérifier et Quinn le savait.

Enfin assisse à sa place, elle n'écouta le cours que d'une oreille distraite, son esprit étant ailleurs. Elle repensait à Santana et ce qu'elle lui avait dit. Bien qu'elle lui ressemblait, la réaction de la brune était... bizarre. C'est le seul mot qui lui vint en tête. Elle s'était attendu à la verve habituelle de la brune, mais il y avait quelque chose d'autre. Elle avait vraiment eu l'impression de sentir de la... jalousie ? Non, ça ne pouvait pas être ça, et pourtant c'est le sentiment que Quinn avait eu. La brune pouvait-elle vraiment être jalouse ? Ou était-ce ce que Quinn espérait ?

Depuis le début de leur relation améliorée, les choses avaient changé entre elles, au-delà du fait qu'elles couchaient ensemble bien sûr. Quinn s'intéressait aux garçons plus par obligation sociale que par intérêt. Elle n'avait qu'une envie, c'était de retrouver Santana dans un coin du lycée. Elle mit ça sur le compte de l'imbécillité des garçons de son âge. C'est vrai qui voudrait rester écouter un joueur expliquer sa dernière action au football quand on peut passer un très agréable moment avec une fille qui vous comprend sans même que des mots ne soient échangés ?

Mais bien qu'avant elle ne pensait qu'à la brune dans des situations plus qu'explicites, elle se surprenait à s'imaginer avec elle partageant un plat au Breadstix, ou assise sur un banc du parc, blottie contre elle, la tête sur son épaule, critiquant les passants.

Où cette histoire était-elle entrain de les mener ? Quinn ne sortirait jamais avec une fille, c'était tout bonnement inconcevable, et avec Santana qui plus est, encore moins. Alors pourquoi espérait-elle quelque chose de plus ? Pourquoi voulait-elle toujours rendre la petite brune jalouse ? Et surtout, tout ceci était-il réciproque ?

La cloche retentit et sortit Quinn de ses pensées.

–-

A l'instant même, où Santana avait fais ce clin d'oeil à Quinn et s'était retourner pour prendre la direction de sa classe, son sourire s'était évanouie. Elle tourna à gauche au bout du couloir, fis quelques pas, s'arrêta et plaqua son dos au mur. Le regard emplie de tristesse, il lui fallait quelques instants pour récupérer. Elle avait de plus en plus de mal à faire comme si tout ce petit jeu l'amusait et surtout ne l'atteignait pas.

La vérité s'était qu'elle était perdue. Ces moments passés avec Quinn étaient divins, mais à l'instant même où ils prenaient fin, un vide incommensurable s'emparait d'elle. Et la voir pavaner avec ces abrutis l'énervait au plus haut point. Mais que pouvait-elle faire ? Elles étaient Santana Lopez et Quinn Fabray, les deux plus grandes spécialistes pour ce qui était d'ignorer leurs sentiments, et de ne surtout jamais en parler.

Comment en était-elle arriver là ? Comment tout ce petit jeu avait-il pu déraper à ce point ? Ce qui ne devait être qu'une histoire de sexe, était tout simplement entrain de lui échapper. Elle ne contrôlait plus ses sentiments, tout juste ses actions... Que se passerait-il la prochaine fois ? Serait-elle capable de se retenir d'encastrer un de ces abrutis dans un casier pour avoir oser poser les yeux sur la jolie petite blonde ?

C'était de la folie. Pourquoi tout ceci arrivait ? Elle avait toujours été là pour Quinn, surveillant ces arrières et prête à se battre avec quiconque s'en prendrait à elle, et la réciproque était vrai. Elles avaient toujours fonctionner ainsi, sans même se le dire, elles savaient qu'elles pouvaient compter l'une sur l'autre.

Alors comment des parties de jambes en l'air avait pu autant remettre en question leur relation ? Et surtout combien de temps encore allait-elle supporter ce petit jeu ? Car si tous ceci la perturbait, elle était persuadée que Quinn ne rencontrait pas ce genre de troubles. Elle allait devoir se débrouiller seule.

Santana remit son masque d'impassibilité et de garce et reprit le chemin de sa classe

...