Même s'il n'appréciait pas franchement son personnage, Sir Arthur Conan Doyle est le créateur de Sherlock Holmes et du Docteur Watson. Beaucoup de gens admirent le génie de cet homme et l'amitié entre Holmes et Watson comme Steven Moffat et Mark Gatiss. Je les remercie pour l'excellente série qui passe sur la BBC, France 4 et France 2 chez nous. J'ai eu le plaisir de découvrir Benedict Cumberbatch et Lara Pulver grâce à elle et j'ai redécouvert Martin Freeman.

Merci à eux !


Epilogue : Une vie bien rangée


Les années qui suivirent furent encore riches en rebondissements pour la famille Holmes-Adler et le jeune Nero devint un beau jeune homme couru par une bonne majorité de filles. Nero s'en amusait et ayant hérité ce trait de sa mère, flirtait avec elles. A l'âge de dix-neuf ans, il sortit avec une belle jeune fille du nom d'Isabelle. Ils se marièrent tous les deux bien plus tard au grand amusement de John Watson qui avait regretté l'absence de mariage entre Sherlock et Irène. Cela dit, il ne prononça pas tout haut ses opinions, sinon il se serait attiré les foudres du couple. Le mariage était des chaînes en plus pour le couple et aucun ne voulait se révéler en public, ils cultivaient le secret avec passion.

Entretemps, Sherlock et Irène eurent un second fils qui ressemblait davantage à Sherlock du point de vue physique et il semblait avoir hérité la personnalité de Sherlock mais fort heureusement, Irène lui avait donné sa capacité à sourire malgré la haine, pour mieux plaire. L'enfant portait le doux nom de Damian Hamish et il avait neuf ans de différence avec son aîné, un écart très important et les deux frères n'arrivaient pas forcément à se comprendre. Et pourtant, ils s'adoraient : Nero jouait le rôle du grand-frère protecteur à la perfection et le jeune Damian aimait malgré ses crises passer du temps avec son aîné.

Les deux frères cultivaient l'amour de la musique au grand damn des amis de la famille : Mycroft avait espéré que le jeune Nero ne soit pas mélomane et John rêvait de pouvoir dormir plus ou moins tranquillement. Au contraire, Nero prenait un malin plaisir à partager ses talents musicaux en frottant les cordes d'un violoncelle ou à pincer les cordes d'une harpe. Surtout quand son oncle était présent dans le salon de Sherlock. Et au grand plaisir de Nero, son jeune frère avait développé un talent pour le piano et le violoncelle.

Les deux frères composaient de temps à autre des morceaux pour les fêtes de famille et au fil du temps, leur envie de créer s'était transformer en une sorte de compétition. Cette rivalité leur permettait de se surpasser et de montrer l'ampleur de leurs talents respectifs. Autre conséquence : Damian choisit de poursuivre des études musicales, sous la tutelle de sa mère, et choisit une carrière de professeur de musicologie à l'université, tout en menant une carrière brillante de soliste. Quant à Nero, il mena des études de droit à l'université d'Oxford pour devenir un membre influent du gouvernement, au grand désespoir de son propre père et au grand plaisir de son oncle.

Il arrivait à Sherlock de donner des cours de déduction à ses deux fils mais ils ne partageaient pas son goût pour les enquêtes policières, préférant consacrer leur intellect à d'autres passions. John riait sous cape quand il assistait aux efforts constants de Sherlock de montrer à quel point la déduction était importante. Fort heureusement, le détective ne s'apercevait pas que son meilleur ami se moquait de lui, sinon, il aurait droit à la liste de ses moindres faits et gestes pendant les trois dernières semaines.

Cette ambiance familiale permit à John et Mary de se marier et d'avoir deux enfants : George et Lucy. Ils firent le bonheur de leurs parents et poursuivirent des études en médecine et en économie. Lucy et Nero travaillèrent ensemble pour trouver des solutions aux problèmes financiers de l'Angleterre et bientôt une femme du nom d'Isabelle les rejoignit dans leur combat. Nero et elle s'étaient déjà rencontrés à l'université et étaient particulièrement proches. Lucy encouragea vivement celui qu'elle appelait son cousin à se fiancer très vite. Isabelle crut pendant un certain temps que les deux sortaient ensemble ce qui déclencha une dispute entre Nero et elle. Nero lui assura qu'il n'y avait qu'elle et que Lucy faisait partie de sa famille.

La jeune femme parut dubitative pendant un certain temps parce qu'elle préférait observer et voir les résultats. Un jour, elle vit Lucy avec son père John Watson dans un parc, Nero appelait John Watson, oncle ce qui la rassura très vite la jeune femme jalouse. Puis, elle aperçut Sherlock Holmes et John Watson marchant dans une allée discutant d'une affaire ou des soucis de santé de Sherlock en compagnie des deux fils du détective. Cette conversation calma encore plus Isabelle, jamais les fils de Sherlock Holmes ne sortiraient avec Lucy Watson. Elle avait cru un instant que celui qu'elle aimait l'avait trompée.

Plus tard, les deux jeunes gens se marièrent et Sherlock, pour la première fois de sa vie, il avait plus de cinquante ans, se sentit vraiment vieux, très vieux. Ses rhumatismes le firent vraiment souffrir et il suivit plus que d'habitude les instructions de John concernant sa santé, ce qui ne l'empêchait pas de nager dans la Manche quand il avait envie. Irène n'était plus toute jeune non plus, mais sa voix restait intacte et son charme était encore plus puissant qu'avant. Elle avait cultivé le plaire et le paraître toute sa vie, son second fils prenait aussi goût à cette vie et il faisait encore plus de ravages que sa mère. Il ressemblait comme deux gouttes d'eau à son père et plusieurs filles qui rêvaient de sortir ave le détective, voulurent mettre le grappin sur elle.

Damian n'aimait pas se comporter mal comme le disait si souvent sa mère, il était bien trop comme son père mais toute cette foule autour de lui l'amusait toujours, il souriait malgré tout, il faisait des courbettes pour pouvoir jouer sur de grandes scènes. Mais sa vie n'en était pas pour autant complète, il ne trouva son âme-sœur que très tard dans la vie, pendant que son père était allongé sur un lit d'hôpital à ruminer le manque d'activité. Or, ses soucis de santé étaient dus à un manque d'alimentation régulière et au manque de sommeil au cours de sa vie. John l'avait plusieurs fois mis en garde mais il n'avait rien écouté, prétendant qu'il pouvait se passer de ce genre de choses. Il le payait très cher. Il était constamment sous médicaments mais son intellect était toujours aussi vif ce qui lui donnait tout de même l'occasion d'aider la police.

Il ne pouvait plus rentrer chez lui et Irène mit une pause à sa carrière pour pouvoir s'occuper de lui comme il le fallait, ils avaient passé toute leur vie à éviter les chaînes des autres, à être indépendants mais la santé de Sherlock ne leur permit plus de se conforter derrière cette idée. Irène s'installa au 221B de façon définitive et mit de l'ordre dans les affaires de Sherlock, elle ne pouvait rien faire d'autre. Elle était seule, John et Mary avaient quitté l'Angleterre pour l'Ecosse dès que John avait prit sa retraite, Mrs Hudson était morte et Irène avait racheté l'ensemble des appartements, prenant des locataires comme la précédente propriétaire.

C'était sa seule compagnie, hormis ses fils et Mycroft de temps à autre. Lestrade prenait aussi le temps de venir malgré ses propres soucis de santé, la retraite était difficile pour l'officier de police. Seule la présence de Molly lui offrait un havre de paix qu'il chérissait à chaque instant. L'ancien médecin légiste appréciait chaque minute passée en la présence de son compagnon comme un don précieux. Elle avait enfin réussi à ignorer ses sentiments pour Sherlock et à les faire taire définitivement, cette perspective l'avait libérée de Sherlock et Molly se sentait plus à l'aise en compagnie d'Irène, de Sherlock et de leurs enfants.

A la mort de Mrs Hudson, Molly et Irène avait longuement discuté du devenir des appartements et avait décidé de partager le fruit des locations en trois : une pour Molly et Greg, l'autre pour les Watson et la dernière pour les Holmes-Adler. Tous avaient ri sous cape, Irène n'avait pas besoin de plus d'argent, elle pouvait vivre sans travailler jusqu'à la retraite grâce à sa carrière de chanteuse, cependant, ils voyaient l'immeuble comme une partie de leur héritage qu'il devait chérir. La vieille femme avait toujours été là lors des périodes de crises entre les couples et les amitiés et ils se faisaient un devoir de lui rendre la pareille : s'occuper des appartements. Ils revirent le Noël raté quand Sherlock avait reçu le paquet rouge évoquant le rouge à lèvres d'Irène, les agents de la CIA être humiliés par un simple détective et sa logeuse…

Au final, ils avaient partagé de bons moments entre eux malgré les sautes d'humeur de Sherlock, les clients qui s'évanouissaient devant le seuil de l'immeuble et autres joyeusetés… Sherlock était devenu ce que Lestrade avait souhaité depuis leur première rencontre, ce moment fatidique quand Sherlock était dans un état proche de la mort, un homme bon. Cet homme s'était établi, avait eu des enfants et s'était peu à peu ouvert aux autres ce qui avait renforcé les liens du groupe d'amis. Cet homme avait été détruit à nouveau mais il s'étai redressé malgré tout en grande partie grâce à l'affaire Sholto. Cet homme avait enfin gagné ce combat contre ceux qui le traitaient de psychopathe : il avait ri aux plaisanteries de ses amis les plus proches et avait même complimenté certains policiers.

Même Sally Donovan avait commencé à apprécier Sherlock Holmes, lui trouvant un certain charme par moments à l'insu de ce cher Anderson qui voulait passer plus de temps avec elle. Au fond, ce qu'elle avait demandé, c'était de la reconnaissance, du respect et un peu de confiance de la part de ses collègues et alliés, pas des insultes sempiternelles sur sa vie privée. Oui, elle ce nouveau Sherlock Holmes, cet homme qui s'était forgé une nouvelle personnalité, un nouveau caractère et comportement. Il avait fait beaucoup d'efforts dans ce sens là et l'ancien sergent de police avait beaucoup admiré ce travail sur lui-même. Elle aurait pu dire qu'ils étaient amis mais ce n'était pas le cas : trop de choses s'étaient passées entre eux pour qu'ils s'apprécient vraiment, comme l'affaire Moriarty, mais au final, ils se respectaient et c'était l'essentiel.

Pour tous.


C'est la fin, merci à celles qui m'ont suivie : Leiriad Jenkins, Kilimiria, Artemis et Rose-Eliade. Vos commentaires m'ont vraiment aidée à tenir jusqu'au bout de ce récit.

Merci encore à vous et au plaisir de vous revoir.

Je vais peut-être écrire une fanfiction en anglais avec un triangle amoureux mais pas pour le moment. Je fais une pause dans l'écriture des fanfictions pour mes originaux.