Voilà le chapitre si peu attendu :D et j'ai respecté le délai que je m'étais donné! YATAA!

Alors bonne lecture à vous mes cher peu lecteur en esperant que vous aprécierez.


Chapitre 2

Le lendemain matin je me réveille à cause d'un infime détail. Je suis à moitié coucher sur Sasuke qui lui dort encore et nous sommes tout les deux en érection. C'est une situation énormément gênante. Je veux me décoller mais il ressert ces bras autour de moi. C'est assez problématique. Au bout de 5 minutes qui durèrent une éternité pour moi je finis par calmer mon érection matinale. Maintenant le deuxième problème est que je ne peux pas bouger et à chaque mouvement que je fais il ressert ces bras autour de moi comme si il avait peur que je parte.

Je n'ai plus qu'a attendre. Une dizaines de minutes plus tard il me lâche et se recule doucement pour se retourner et se rendormir. C'est l'occasion rêvé pour partir en douce. Je me lève en faisant le moins de bruit possible et me dirige vers la porte. J'essaie de tourner la poignée mais elle ne bouge pas d'un centimètre et c'est à se moment la que je me rappel qu'il l'a fermé à clef. Ce connard il va me le payer. Je regarde autour de moi pour trouver les clef et regarde les endroit ou il a été hier avant de se coucher. La table de nuit! Je m'approche doucement et rendu en face de la table de nuit je me penche et ouvre un premier tiroir, rien, le deuxième, rien du tout, le dernier, rien non plus! Hum réfléchis ou peut-elle être. Je survole la chambre des yeux mais ne voit pas ou il aurait put la cacher.

Mon regard vient finalement se poser sur lui. Et la c'est l'illumination, sous l'oreiller! Je m'approche silencieusement de lui. J'approche doucement ma main et la glisse sous son oreiller. Bingo je l'ai. Je me relève tout content et marche vers la porte. Au moment ou j'arrive pour insérer la clef je me fais plaquer contre le mur. Je pousse un cri de surprise et de douleur.

- Ou tu vas.

- Chez moi.

- Hum t'aurait put le demander au lieu de fouiller dans ma chambre.

- Et tu me l'aurais donné peut-être.

- Bien sur.

- Hum, alors je peux partir.

- Non.

- Mais tu viens de dire que tu me laisserais partir.

- Si tu me l'avais demandé, mais tu ne l'as pas fais.

- Et alors?

- Alors tu vas rester jusqu'à se que j'ouvre la porte.

- C'est du kidnapping!

- Qui va appeler la police?

- ...

Je rétorque rien car il a parfaitement raison, personne ne me chercherais ou s'ennuirais de moi, même si je disparaitrais. Il se décolle de moi et va dans la chambre après avoir pris des vêtements propre. Moi je me dirige vers le lit et m'assoie dessus. Je retiens difficilement quelque larmes mais je me suis promis de ne jamais plus pleurer. C'est alors que je remarque qu'il m'a laissé la clef. Je me lève, me dirige vers la porte, y insère la clef et l'ouvre.

Je passe la tête dans le couloir pour me repérer. Mais je suis dans un manoir ou quoi? Je sors de la chambre et détale dans le couloir, tourne à gauche, puis à droite, descend les escaliers, remonte les escaliers, tourne encore à droite, ensuite à gauche, pour finalement s'asseoir au milieu du couloir pour souffler. Rectification, c'est un labyrinthe. Je me relève et repars a la recherche de la sortie. Alors que je suis sur le point d'abandonner je percute quelqu'un et nous tombons; moi par dessus. Je relève la tête pour m'excuser mes les mots se coince dans ma gorge car je suis tomber sur la personne que je voulais le moins voir, Sasuke qui me regarde encore avec un rictus.

- Te voilà.

- Hum, on dirait.

- Aller on va déjeuner.

- J'ai pas faim.

Mais mon ventre me dénonce en gargouillant.

- Tu pourrais te lever.

Je me relève en devenant aussi rouge qu'une tomate et lui tend la main qu'il prend s'en dire un mot. Il part devant et je le suis en prenant bien le temps de regarder ou nous passons au cas ou j'aurais besoin de m'enfuir de nouveau. Je regardes les toiles qui parsèment les couloirs mais ne reconnait aucun artiste que je connaisse. Nous arrivâmes devant une grande porte avec deux serviteur qui ouvrirent la porte dès qu'ils nous aperçûmes. La salle est immense avec tout le mobilier de cuisine, la grande table entourés de six chaise aux tissus de couleur rouge bordeaux.

Les mur n'avait aucune toiles mais ils étaient à eux seul des œuvres d'arts. D'autres serviteurs entrèrent par la porte au fond de la pièce avec le set de table, et un plateau repas. Ils déposèrent le tout placé sur la table et repartirent sans un mot ou un regard pour nous. Il me fait signe de me mettre à table se que je fais rapidement tout en bavant presque devant la nourriture tellement cela avait l'air délicieux.

- Sert toi Dobe.

Je le regarde remplir son assiette et fais de même. Le déjeuner se passe en silence avec comme seul bruit le bruit de nos ustensiles. Le repas était excellent! Je n'avais jamais mangé quelque chose d'aussi bon d'aussi loin que je me souvienne. Lorsque nous finissons il se lève et me fait signe de le suivre, se que je fais après avoir penser à partir en courant mais je n'ai pas vraiment envie de me perdre. Il remonte dans sa chambre et je le suis avec réticense: d'un coup qu'il veule refermer la porte à clef.

- Alors tu vas me la montrer la sortie?

- Hn, tu devrais t'habiller avant.

Hein? Je baisse les yeux et remarque que je ne porte qu'un long t-shirt avec un boxer noir.

- Teme! Tu m'as laissé me promener comme sa dans toute la demeure!

- Hn, ces toi qui est partit.

- ...

D'accord il marque un point, mais hors de question que je lui avoue.

- Euh... ano... t'aurais du linge?

- Hn.

Il se dirige tranquilement vers son armoire et sort un jeans bleu foncé ainsi qu'une chemise blanche. Il me les tend sans parler et c'est à se moment la que je remarque que lui il est déjà habillé. Je lui lance un regard noir donc il ignore toute signification et me dirige vers la salle de bain sans un mot de plus. Je me regarde dans le miroir et reste pétrifié. Se n'est pas moi sa! Je ne porte rien de coloré. Alors que j'allais sortir pour protester la porte s'ouvrit et je la reçue en pleine tête.

- Bah tu fais quoi?

- TEME!

- Dobe, t'as finis?

- Nan! ces pas assez coloré.

- Hn.

Il s'approche de moi et me tire par le bras et je le suis sans rechigner pour une fois. Avant d'avoir pu m'en rendre compte, j'étais sur le perron et Sasuke avait déjà refermé la porte après m'avoir dis qu'il viendrait chercher ces vêtements le lendemain étant dimanche. Je me dirige chez moi et rendu à la porte je remarque qu'elle est grande ouverte. Je rentre et reste figé. Mon appart était sacagé partout, en allant des meubles, au murs, aux objets et même mon linge était fichu. J'étais habitué qu'on vandalise l'exterieur mais jamais on ne s'en étais pris ainsi à mes affaires. Je cours vers mon lit et commence à chercher un cadre photo mais je ne le trouve nul part. Déprimé, je m'éfondre à terre tout en retenant mes larmes, m'étant promis de ne plus jamais pleurer. Au final je m'endors sans m'en rendre compte et perds toute notion de temps.


Alors, c'étais correct.

Je mérite de reviews?

Pas des tomates pitiéé, des poires mais pas de tomates!