Chupp's : bon, je crois que nous nous sommes tout dit dans nos grande bulles XD!

Guest : merci d'avoir laissée une trace de ton passage, ça me touche beaucoup! J'espère que ce chapitre va te plaire ^^!

LokiPower : même une petite review comme ça, ça me fait plaisir X)! merci beaucoup ^^!

Saskia K : merci d'avoir laissée une trace de ton passage, je te laisse voir si tes hypothèses sont corrects ^^!

MissLine : ça me touche beaucoup que tu est prit un peu de ton temps à m'écrire un encouragement...snif...merci ^^!

mama : déjà : merci d'avoir reviewé, ensuite, je ne vais répondre qu'a une question : Hermione n'est pas aveugle ^^!

labelge : voilà la suite ^^! (et arrête de baver XD!)

Elodie-Malefoy : je te remercie aussi fort que les autres d'avoir prit le temps de m'encourager ;)...snif...merci ^o^!

Anas : ça m'a fait très chaud au coeur quand j'ai vu ta review ^^! merci énormément, j'espère que cette fic sera à la hauteur de tes attentes ^o^!

Merci à tous ceux qui ont lu le prologue, qui ont reviewé, qui me suivent et qui m'ont mis en favori ^^! j'espère que ce chapitre vous plaira! (et je sais j'avais dit que je le posterais mercredi mais j'ai pas pu tenir plus longtemps X)!

Bonne lecture ^^!

Chapitre 1 : les chevaliers de la nuit

Quand Hermione se réveilla, elle n'ouvrit pas tout de suite les yeux. Elle voulait profiter encore de cette sensation de confort. Elle savait que son corps allait bientôt lui faire remarquer qu'elle avait dormi sur le sol dur, froid, plein de cailloux et de trous de sa cellule sombre. Ce ne serait pas la première fois, ce qui l'a aidée à tenir aussi longtemps dans cet horrible endroit pendant tout ce temps a été son moral, sa volonté de vengeance, ses souvenirs...

Il lui était arrivée parfois de rêver qu'elle était dans un bon lit moelleux à souhait et que, lorsqu'elle ouvrait les yeux, tous ses amis la regardaient en souriant et riant. Personne ne parlait dans son rêve, ils souriaient et riaient. Tout simplement. Mais cela restait un rêve et chaque rêve a une fin, et à chaque fois qu'elle se réveillait, son corps endolori lui rappelait de l'endroit où elle se trouvait. Quand les mangemorts venaient la voir, il rigolaient de son état. Ce qu'on lui donnait à manger était peu et parfaitement dégoûtant, mais elle se forçait. Elle n'avait plus que la peau sur les os, le teint pâle, ses cheveux bruns avaient été coupés très courts et une multitude de cicatrices couvrait son corps.

Mais quelque chose la ramena à la réalité, pourquoi avait-elle toujours cette impression de confort ? Elle aurait dû se rendre compte de l'endroit depuis longtemps ! Doucement, elle commença a frôlé du bout des doigts l'endroit où elle se trouvait. Elle ne rencontra que le doux tissu des draps. Elle utilisa alors son odorat et une fraîche odeur de violette se fit sentir. Elle ouvrit alors un œil, puis deux. Une faible lumière passait des rideaux fermés de la pièce, ce qui laissait deviné que l'on était en plein jour.

« Je dois être morte. »

« Tu n'es pas passé loin en tout cas, on a cru que tu ne te réveillerais jamais ! »

Surprise d'entendre cette voix, elle tourna la tête un peu trop vite et retint un gémissement de douleur. Elle avait déjà entendu cette voix. En ce remémorant les événements de la veille elle se rappela alors que c'était la voix familière de la personne qui l'avait sortie de son enfer. Elle allait enfin savoir qui c'était ! Elle ouvrit à nouveaux les yeux et se tourna plus doucement vers la personne, quand elle le vit enfin, elle ouvrit grand les yeux et tenta de se redresser.

« Zabini ? »

Voyant qu'elle avait du mal à s'asseoir, il la prit sous les bras et la souleva.

« Salut Granger...ou plutôt Hermione. Tu nous as fait peur tu sais ! »

« Mais qu'est ce que tu fais là ? »

« Je vis ici. »

« Hein ? Toi, un serpentard, sang-pur en plus, tu vis dans un taudis pareil ? Tu crois vraiment que je vais avaler ça ? » fit-elle le ton froid.

Le serpentard rigola en se balançant d'avant en arrière sur sa chaise. Voyant le regard noir de la brune, il arrêta de rire mais n'effaça pas son sourire.

« Je fais parti du célèbre clan de résistant. Libérateur des prisonniers ! Gardien de la veuve et de l'orphelin ! On nous surnomme...les chevaliers de la nuit ! »

Hermione le regarda avec de grand yeux avant de pouffer de rire à son tour. Blaise se redressa interloqué.

« Qu'est ce qui te fait rire ? »

Hermione eut du mal à s'arrêter. Il semblait tellement sérieux !

« Rien...c'est juste...que pendant un instant j'aurais pu te croire ! Non franchement qu'est ce que tu fous ici Zabini ? »

Ce fut au tour de Blaise de la regarder avec de grands yeux. Il ne bougea pas pendant quelques secondes, essayant de trouver la moindre trace de blague dans le ton de la brune. Mais non. Elle semblait vraiment sérieuse. Hermione arrêta de rire et commença à s'inquiéter devant l'état du noir qui ne bougeait plus d'un pouce. Il finit, toujours dans le même état et les yeux toujours aussi grands, par lever un doigt vers elle.

« Tu rigoles hein ? Ne me dis pas que t'as jamais entendu parler de nous ? »

Hermione le regarda et secoua négativement la tête.

« Du tout ? Les chevaliers de la nuit ? Non ? »

agacée par son attitude, Hermione s'exclama :

« Je n'en ai jamais entendu parler ! En même temps quand on est enfermée pendant deux ans dans la même cellule sans pouvoir bouger, parler, manger ou même dormir correctement, je trouve un peu normal que je n'en ai pas entendu parler ! Tu me diras j'aurais pu l'entendre par les rares visites des mangemorts, mais comme je viens de le dire, elles étaient RARES ! Et je ne crois pas qu'ils auraient prit la peine de me tenir au courant de détail dans ce genre ! »

Blaise resta scotché sur place par ce que venait de lui sortir la brunette. Il hocha les épaules et reprit sa place sur sa chaise. Hermione, elle se prit la tête entre ses mains.

« Excuse moi. Je n'aurais pas dû crier. Tu n'as rien fait. »

« C'était tout à fait justifié. Tu as été enfermée pendant deux ans au même endroit sans voir personne, faut bien que ta rage sorte un jour ! »

Il lui fit un sourire chaleureux qui rassura l'ex-gryffondor. Elle fit balader son regard dans la pièce. C'était assez spacieux, le lit était collé au mur en parallèle à la porte, une armoire se trouvait au pied du lit, une commode était juste en-dessous de la fenêtre, un bureau dans un coin de la pièce et deux portes.

« La porte en face de la fenêtre, fit-il en devinant ses pensées, c'est la salle de bain avec les toilettes. Celle en face de toi c'est la sortie de ta chambre. »

Hermione aimait bien cet endroit. Elle s'y sentait à l'aise.

« Où sommes nous ? » demanda-t-elle en reportant son attention sur le noir.

« Dans un ancien camps de réfugiés. Pendant les temps sombre d'autrefois, une riche famille de sang-pur a voulut se protéger des sang-mêlés, sang-de-bourbes, cracmols, etc...ils ont eut alors l'idée de créer cet endroit sous terre. Nous sommes vraiment nombreux ici. »

« Mais si nous sommes sous terre, d'où vient la lumière de cette fenêtre ? »

« La magie Granger. La magie. »

« Combien êtes vous ? »

« Á peu près mille à présent. Peut-être un peu moins quand même... »

Hermione n'en revenait pas. Mille personnes libres. Ils étaient aussi nombreux ?

« Mais il ne doit pas y avoir assez de place, non ? »

« On ne sait pas exactement comment, mais grâce à de la vieille magie, cet endroit créer une chambre dès qu'on inscrit un nouveau. Son nom s'affiche sur la porte et il obtient donc une chambre personnelle. Sauf si quelqu'un vient ''habiter'' avec lui. Là il y aura deux noms...enfin t'as compris. Par contre quand quelqu'un meurt...la chambre disparais. En un sens c'est assez pratique. »

« Je vois. Au fait, je ne te l'ai pas dit mais...merci de m'avoir sauvée. »

Blaise lui sourit chaleureusement avant de frotté ses cheveux énergiquement.

« Hey ! »

« Oh, j'ai bien le droit non ? Tu nous as fait une de ces peur ! »

« Comment ça ? »

« Tu étais gravement blessée tu as dû être touchée par un sort pendant que je te transportais et quand j'ai transplané ça n'a pas arrangé ton cas. En plus tu étais déjà très faible ! C'est presque un miracle que tu sois là ! Tu as dormi une semaine ! »

« Une semaine ! »

« Ouais. On était pas sûr que tu ressortes vivante de cette "expérience", alors on n'a prévenu personne qu'on t'as ramenée. Sinon ça aurait fait du bruit pour rien. Mais maintenant que tu est tirée d'affaire, on va pouvoir l'annoncer! Y'en as qui vont être heureux ! »

« Qui ? »

« Je te laisse la surprise. »

« Et je me demandais... »

« Oui ? »

« Qui dirige ce clan ? »

Le serpentard se redressa sur sa chaise, croisant les bras et les jambes, lui faisant un sourire mystérieux.

« Ça aussi tu verras. »

« Quoi ? Non tu n'as pas le droit ! »

« Bien sur que si Granger ! J'ai tout les droits ici ! »

Hermione croisa les bras et tourna la tête. Elle voulait bouder mais en même temps, elle était tellement heureuse d'avoir quelqu'un à ses côtés, même s'il s'agit d'un ancien serpentard qui lui a pourri la vie. Elle ne put retenir plus longtemps les questions qui tournaient en boucle dans sa tête. Alors, sans lui jeter un regard, elle lui demanda :

« En quoi consiste votre clan ? »

« Je savais bien que tu ne tiendrais pas longtemps ! Et bien, on essaye de trouver le plus de monde possible pour qu'on puisse passer à l'action. »

« Donc c'est pour ça ? » fit-elle d'une voix soudainement glaciale.

Hermione se tourna en colère, ce qui le surpris. Il savait que la miss-je-sais-tout de Poudlard était plutôt étrange mais il pensait qu'avec le temps, ça aurait changé. Il s'était bien trompé, elle ne cessait de passer d'une humeur à l'autre, ça devenait fatiguant ! Il ne put ouvrir la bouche que la brune reprit.

« Vous libérez des prisonniers, des esclaves pour les jetés dans votre guerre ! Vous ne valez donc pas mieux que "ceux d'en haut" ? »

Ce fut comme si la bonne ambiance qui était présente il y a encore de cela quelques minutes venait de disparaître. Le visage de Blaise se ferma mais Hermione ne sembla pas s'en rendre compte et poursuivit.

« Moi qui croyais que vous aviez changé ! Je croyais que vous les sortiez de leur enfer pour qu'ils soit libres, mais en fait vous les enfermés à nouveau et vous les obligez à se battre ! »

« Granger... »

« Avez-vous une idée de ce qu'ils ont pu vivre ? Pour qui vous vous prenez ? »

« Granger, je te conseil de... »

« Ah ça oui ! " libérateur des prisonniers ! Gardien de la veuve et de l'orphelin ! " je veux bien le croire ! Pour les envoyer à la boucherie quelques instants après c'est ça ? »

« BON MAINTENANT, cria-t-il en faisant tomber sa chaise, ÇA SUFFIT GRANGER ET TU VAS M'ÉCOUTER AU LIEU DE TE FAIRE UN FILM ! »

Hermione resta bouche bée. Le serpentard blagueur et joueur qu'elle avait connu était à présent dans un état qu'elle n'avait jamais vu, même lors des années à Poudlard. Elle se rendit compte alors qu'elle avait dû pousser le bouchon un peu trop loin.

« Ne parle pas de ce que tu ne sais pas Granger. Tu ne sais pas quelles ont été nos souffrances. À peine arrivée, sans avoir vu une seule des personnes ici, tu te permets de juger. C'est peut-être dû à ta maison, mais toi et les autres, vous aimez bien jugez sans connaître, sans prendre le temps de regarder ce que l'on cache. »

Il sembla se détendre mais resta fermé, comme blessé. Il ramassa sa chaise mais ne se rassit pas. Il se tourna vers la porte et commença à partir. Au moment où il voulu franchir la porte, elle l'arrêta.

« Attend ! Excuse moi. C'est vrai, je viens de me réveillée et je commence à te traiter comme un ennemi alors que tu m'as sauvé la vie. Mais comme tu l'as si bien dit tout à l'heure : " faut bien que ma rage sorte un jour ! ". »

Blaise ne se retourna pas, mais écarta sa main de la poignée. Hermione prit ce geste comme une invitation à continuer.

« C'est vrai, j'ai été directement enfermée dans cette cellule après la mort d' Harry, je ne sais donc pas ce qui a pu arriver aux autres pendant ces deux longues dernières années -à part Ron, les mangemorts ce sont fait un plaisir de me l'annoncer !-. Je suis désolée, mais on m'a forcée à me taire avec cette muselière et merlin sait que j'aime parler ! Alors tu imagines ! Je trouve enfin un truc à dire et malheureusement c'est contre toi ! »

Hermione aperçut un mouvement d'épaules qui lui prouvait que ces paroles avaient de l'effet. Il se retenait de rire et ça lui faisait plaisir. Elle ne mentait pas, elle avait trouvée un sujet de débat dans les paroles du noir et en avait profité, sans pouvoir se retenir. Elle savait que ce qu'elle venait de faire était mal, mais elle savait que ça allait être une des dernière fois puisqu'à présent, elle pouvait parler librement. Comme Blaise ne se retournait toujours pas, elle abattit ses dernières cartes.

« Je sais qu'on a jamais été très amis tous les deux mais...tu veux bien me faire un câlin ? »

Ses paroles eurent l'effet escomptés et Blaise se retourna vers elle dans un état de surprise absolue. Elle avait ses bras grand ouvert avec un grand sourire qui illuminait son visage. Elle était radieuse, il l'avait toujours vu comme une sang-de-bourbe mais à présent...il la voyait comme une femme. Une femme forte qui n'as cessée de se battre depuis tout ce temps. Une femme qui savait réconforter, se faire pardonner, qui avait les mots pour plaire, belle, intelligente...il aurait pu en citer tant d'autre mais, la liste était tellement longue ! Il s'approcha du lit et, timidement la prit dans ses bras. Hermione le serra fortement en posant sa tête sur son épaule.

« J'en avais aussi besoin. Je n'en ai pas eu depuis tellement longtemps... »

Il resserra sa prise. Il comprenait alors ce que Potter et Weasley aimait chez cette femme qu'il avait si longtemps ignorée et méprisée. Il comprit alors la chaleur que pouvait avoir les gryffondors entre eux, alors que chez que les serpentards, c'était froid. Tout le monde se méfiait de tout le monde, faisait attention à ses moindres gestes afin de ne pas se retrouver insulté et méprisé comme les autres. Sentant que le câlin dura un peu trop longtemps, il s'éloigna en souriant et se dirigea vers l'armoire. Il sortit un jean et un tee-shirt bleu clair qu'il lança à la figure de la brune.

« Tu es pardonnée Granger ! Allez, habilles toi, je vais prévenir les autres et je reviens te chercher, ce serait dommage que tu te perdes dès ton arrivée ! »

Il se dirigea vers la porte et fut à nouveau arrêté.

« Zab...Blaise ? »

« Hm ? »

« Merci »

« De rien Granger, allez, habilles toi maintenant ! Je ne suis pas sûr que tu sois vraiment d'accord pour qu'on te voit dans cette...tenue. »

Et il sortit en riant. Hermione ne comprit pas tout de suite ce qu'il voulait dire, mais en baissant son regard, elle rougit de honte. La couverture avait glissée et elle ne portait absolument aucun vêtement ! Seul un bandage couvrait sa poitrine qui avait souffert durant son long séjour. Elle se couvrit rapidement en ramenant la couverture sur elle, dire qu'elle avait serrée Blaise ainsi vêtue ! Sachant qu'à présent il était inutile de se cacher, elle se découvrit et regarda son corps, entièrement recouvert de bandages.

Elle prit ses vêtements et essaya de se lever, elle y arriva mais ses jambes étaient en coton et dû se tenir aux murs pour ne pas tomber. Quand elle arriva dans la pièce, elle tomba directement en face du miroir d'une petite commode. Son visage, avait environ trois points de sutures. Au moment où elle voulu les effleurées, elle se rappela comment elle se les étaient faites. Elles l'avaient fait souffrir vraiment longtemps. Elle détourna le regard et regarda vers la gauche, un grand miroir était accroché au mur permettant de voir tout son corps. De l'autre côté ce trouvait un lavabo presque collé à une petite douche. Dans un autre coin, les toilettes. La pièce n'était pas spécialement grande ni vraiment petite, juste ce qu'il fallait. En même temps, n'importe quoi aurait pu convenir à Hermione tant qu'elle pouvait profiter des bien faits de l'eau chaude ! Elle vit sur la petite commode un mot. Elle le prit et l'ouvrit.

Hey Granger !

Voilà ta salle de bain, dans cette commode se trouve tout ce dont tu pourrais avoir besoin. Ça fait parti du sortilège, tu as dans cette commode tout ce qu'il faut ! Allant des serviettes pour la douche au nécessaire pour tes besoins mensuels ! Tu peux enlever tes bandages pour la douche, tu es presque guérie.

Ne prend pas trop de temps ;p !

B.Z

Elle froissa le papier et le jeta dans la mini corbeille. Pour qui il se prenait ? Elle avait vécue pendant deux ans dans une cellule minuscule, avec pour seul confort, un seau pour faire ses besoins naturels ! Mais ça, il n'était pas obligé de le savoir. Elle le remercia tout de même intérieurement de prendre autant soin d'elle. Elle enleva ses bandages et se mit devant la grande glace afin de voir l'étendue des dégâts. Ce qu'elle put remarquer en premier lieu, c'était ses cheveux. On avait dû les brosser et laver pendant son sommeil, car ils étaient doux et soyeux alors qu'avant ils étaient rugueux et emmêlés. Nostalgique, elle passa sa main dans ses cheveux à présent court. Elle vit ensuite sa corpulence, sa peau ne touchait plus autant ses os et pensa que la magie n'avait pas un petit rôle là-dedans. Même si elle restait vraiment maigre, voir anorexique. Ses cicatrices avaient presque disparues, seuls des lignes roses, plus ou moins fine, barraient sa peau blanche. Mais, elle fut déçut qu'une seule ne soit pas partie -même si elle s'était doutée de toute manière que celle-la, ne partirait pas comme ça-. C'était la marque des esclaves, signe de sa défaite, preuve de ses souffrances. Elle la brûlait depuis deux ans, elle la faisait souffrir depuis deux ans. Mais, maintenant qu'elle était libre, elle pourrait se venger, elle et ses amis ! La flamme qui brûlait dans le regard d' Hermione s'agrandit. Elle était plus déterminée que jamais à tuer Voldemort.

Elle finit pas entrer dans la douche et alluma l'eau. Lorsque les premières gouttes d'eau chaude arrivèrent sur sa peau fragile, elle ne put contenir un gémissement de plaisir et dû se mordre la lèvre pour ne pas faire d'autres sons trop choquant. Elle en avait rêver de cette chaleur humide ! Et maintenant qu'elle y était, elle ne voulait plus partir ! Mais, elle se rappelait que Blaise devait revenir et elle voulait savoir de quelles personnes il parlait. Elle sortit au bout d'une demi-heure avant de s'habiller rapidement. Quand elle regarda le tee-shirt que lui avait passé Blaise et ne put s'empêcher de le détester.

« Zabini, Zabini, Zabini...mon cher serpentard, tu pensais réellement que j'allais porter cette chose sur moi sans rien dire ? Tu ne connais pas assez Hermione Granger... »

Elle remit le tee-shirt là où il l'avait trouvé et regarda les autres. Malgré la taille de l'armoire, elle était relativement vide. Il y avait, quatre tee-shirts, trois jeans, deux shorts, une jupe, une robe et plusieurs sous-vêtements.

« Cet endroit a dû avoir un sort qui donne de quoi répondre aux besoins les plus basiques...un peu comme la salle sur demande. Il faudra que je mène ma petite enquête... »

Elle en prit un au hasard, mais surtout, avec un décolleté moins plongeant que le premier. Une fois prête, elle refit le lit et s'assit au bureau. Elle ouvrit les tiroirs et découvrit des morceaux de parchemins, des plumes et des bouteilles d'encre. Elle resta à cet endroit pendant quelques instants, attendant le retour du serpentard. Plus le temps passait plus elle s'ennuyait. Vint le moment où la porte s'ouvrit enfin.

« Granger ? »

Il ne la vit pas tout de suite, le bureau étant derrière la porte.

« Granger ! »

« Je suis là Zabini. »

Il se tourna et respira un grand coup. Il ne l'avait pas vue et si elle était sortie, il aurait sans doute mis un certain temps avant de la retrouver.

« Suis moi, on va dans la salle de réunion n°3. Je t'explique rapidement, là je vais te montrer à certaines personnes. Généralement, après chaque sauvetage, on fait une sorte de présentation afin que si des personnes se connaissent, elles puissent se retrouver facilement. Mais comme tout le monde te connait, ça ne devrait pas être un problème... »

« Comment ça tout le monde me connait ? »

« Fais pas l'innocente Granger ! Tout le monde connait au moins ton nom ! Tu est une célèbre figure de la guerre ! »

Elle se sentait mal, elle savait que Voldemort c'était fait un plaisir de dire que Harry était mort mais maintenant, elle avait peur...peur du regard de ces personnes. Qu'allaient-ils penser ? Qu'elle était une lâche ? Une ratée ? Blaise interrompis le court de ses pensées.

« Allez viens. »

Il s'écarta de la porte afin de la laisser passer. La tête haute, elle s'avança dans le couloir suivis du noir. Ils marchèrent côte à côte pendant un moment sans rien dire, sans croiser personne. Hermione essayait de retenir le chemin, ça pouvait toujours être utile. Mais plus elle essayait, moins elle y arrivait, elle était dans un tel état d'angoisse que cela semblait impossible. Heureusement -ou malheureusement selon les points de vue- ils arrivèrent rapidement devant une grande porte marron où les lettres dorées " salle de réunion n°3 " y étaient inscrites. Blaise se tourna vers Hermione, un sourire amusé aux lèvres.

« Bon, voilà ce qu'on va faire...je vais entrer en premier et quand je t'ouvrirais la porte, tu entreras, d'accord ? »

Hermione le regarda un instant puis finit par accepter.

« Si ça t'amuse. »

« Tant mieux ! Je sens que je vais me marrer ! »

Il inspira profondément et ouvrit doucement la porte, prenant un visage sérieux et fermé. Il referma presque aussitôt la porte laissant Hermione plantée dans le couloir à attendre.

« Je ne sais pas à quoi rime cette histoire Zabini mais si tu n'ouvre pas cette porte dans les secondes qui suivent, je fais un malheur ! »

à peine cette pensée formulée que la porte s'ouvrit, laissant passer la voix du noir.

« ...voici donc mon amie que je voulais vous présenter. Vous allez voir, elle est canon ! »

« C'est vraiment ce que tu penses ? » demanda-t-elle ironiquement en entrant dans la salle.

À peine eut-elle posée un pied dans la pièce que le silence ce fit. Elle n'y croyait pas. Ça ne pouvait pas être vrai !

« Her...Hermione ? C'est toi ? »

Incapable de prononcer le moindre mot, elle resta plantée là à regarder les personnes en face d'elle. Incertain, il avança vers elle, les mains tendues dans sa direction.

« Hermione ? C'est vraiment toi ? Tu n'es donc pas morte ! »

Hermione avala difficilement sa salive et finit par lui sourire.

« Salut Seamus. Salut Fred. »

°O°O°O°O°O°O°O°

J'attends de nouveau votre verdict (bon ou mauvais) et je vous dis à bientôt ^^!