Alors, j'ai decidé d'ecrire une courte fanfic en français sur Les Misérables. Désolé pour les erreurs ou les anglicismes

Disclaimer : Je ne possède pas les droits de Les Misérables ou les personnages.

Éponine Thénardier marchait à travers les rues de Paris, toute seule. Il faisait très noir, c'était la nuit. Éponine frissonna dans la froide. Tous ses vêtements étaient râpés et ne pouvaient la garder au chaud. Éponine avait juste donné un lettre au père de Cosette. Le lettre avait été de Marius. Éponine soupira.

«Pourquoi ?» demanda-t-elle. « Pourquoi l'a-t-il aimée ? Ce n'est pas juste ! Je l'ai aimé la première ! » Des larmes coulaient de ses doux yeux bruns, les yeux qui conservaient encore un peu de sa jeunesse et de sa beauté. Éponine se retrouva à marcher proche de la Seine. Elle la regarda et sembla considérer quelque chose. « C'est... c'est une sortie. Je peux échapper à ma misère... c'est trop facile... » dit-elle. « Je sais que je ne manquerai pas à Marius... il ne m'aime pas... c'est triste, mais c'est vrai... Si je meurs, il va être heureux...» Elle regarda la Seine encore, avec un air misérable. «C'est facile...» murmura-t-elle. Elle s'approcha de la Seine. « Trop facile... » Elle regarda en bas et se prépara à sauter.

« Éponine ! » Una voix s'écria. Éponine se tourna vers Marius. « Éponine, que fais-tu ? » demanda-t-il. Eponine rit.

« Vous êtes très ignorant, Monsieur, si vous ne comprenez pas ce que je vais faire.» dit-elle. Elle regarda la Seine encore.

« Mais, Éponine, pourquoi ?» il la regardait. Il ne comprenait pas. Pourquoi voudrait-elle se suicider? réfléchit Marius.

« Pourquoi ? Mais c'est évident, non ? »

« Apparemment pas. Mais 'Ponine, quelle que soit la raison, ce n'est pas la peine de vous tuer. »

« Vous n'avez pas idée.» elle se rapprocha de la Seine.

« Éponine, s'il te plait, écoute-moi, tu as toute ta vie devant toi. Tu ne devrais pas te tuer.» dit-il, le désespoir dans sa voix. Elle le regarda avec une expression indéchiffrable.

« Quel est le but de ma vie, Marius ? Qui se soucie de la pauvre Éponine ? Rien ni personne... C'est la raison pour laquelle je veux mourir...»

« Je m'en soucie, 'Ponine. Tu es ma meilleure amie. Je ne veux pas que tu meures. S'il te plait, Éponine, ne te tue pas. J'ai besoin de toi dans ma vie...»

« Non, Monsieur, vous n'avez pas besoin de moi dans votre vie. Vous avez Cosette. »

« Oui, j'ai Cosette, mais elle n'est pas la même que toi, 'Ponine. Tu es ma meilleure amie, et cela ne changera jamais.» Éponine le regarda avec les larmes dans ses grands yeux. Elle murmura une chose incompréhensible. « Que dis-tu ? »

« Ce n'est rien... »

« 'Ponine, qu'est que tu dis ? »

« J'ai dit que... »

« Oui ? »

« Marius... je pense que... non, je sais que...» Elle ne finit pas sa phrase, elle marcha plutôt vers lui et l'embrassa. Marius recula de surprise. «Que je vous aime...»

« Éponine... »

« Non, Monsieur. Ce n'est pas nécessaire. Je sais que vous ne m'aimez pas. Je sais et c'est d'accord... je suis répugnante. Rien ni personne ne peut m'aimer. Je sais que je suis-» Marius ne la laissa pas finir. Il arrêta sa phrase d'un baiser. Le souffle d'Éponine s'étrangla dans sa gorge, mais elle lui rendit son baiser avec une passion aveugle. « Je vous aime, Monsieur Marius. » dit-elle en un souffle.

« Juste Marius. » Il la corrigea. Elle sourit.

« Je t'aime, Marius. »

« Je t'aime aussi, ma chère 'Ponine. »J'espère que ça vous a plu. S'il vous plaît votre avis!