Quand la vie est comme elle est

.


Auteur : Tenshia31

Genre : Shonen Ai, Amitié, OOC

Couples : 3+4+3, 5+Sa+5, 2+1+2

Disclamers : les personnages appartiennent à sunrise... et blablabla

Note : Désolée, ce chapitre a été long à être publié. Mais bon par manque de temps, je n'ai pas pu le poster avant.

Mais bon pour me faire pardonner, il est plus long que les précédents... et pour cause c'est le dernier chapitre...

Review : Kei ? En même temps faut le comprendre quoi ? Tiens, je fais un sondage : Un Duo Maxwell te plaque, tu fais quoi toi ? ;-)

.


Chapitre 17 : Quand petit à petit, les choses s'améliorent


December 29, 200 A.C.

Duo ouvrit les yeux. N'y voyant pas trop clair, il plissa les yeux et attendit que sa vision s'éclaircisse.

Il était allongé...

Il observa les alentours.

Un plafond blanc...

Des murs de la même couleur...

… Et cette odeur... qui lui rappelait tant de mauvais souvenirs...

Longtemps, il était resté allongé dans un endroit similaire... avec cette même odeur, ces mêmes couleurs, ces mêmes bruits, qu'il ne supportait plus.

Son premier réflexe fut de vouloir se relever, mais une forte douleur à la tête l'obligea à la reposer.

_Hey doucement, Duo.

Cette voix ?...

_Quatre ?

_Oui.

_Où suis-je ?

_A l'hôpital.

Il écarquilla les yeux aux dires de Quatre.

Son pressentiment s'avérait réel...

_Mais qu'est ce que je fous là ?

_Tu es là depuis hier... Tu es tombé sur la tête... et les secours ont jugé nécessaire de t'amener ici...

_Et ils ont bien fait, parce que tu as une légère commotion cérébrale.

Trowa...

Duo se redressa plus doucement cette fois. Et en effet, il put ainsi voir Trowa, assis sur une chaise non loin du lit.

Il fit le tour de la pièce.

Heero était là également, adossé contre le mur, à côté de la fenêtre.

Il regardait dans le vide.

Sentant un regard posé sur lui, il tourna la tête vers Duo, qui, à son tour, détourna le sien.

Il sembla réfléchir un instant.

Peu de choses lui revenait en mémoire.

_Mais qu'est ce qui s'est passé ?, demanda t-il à Quatre.

_Et bien, on ne sait pas trop... Heero s'est retourné. Apparemment, il t'aurait vu avec un groupe de jeunes. Il les a vu te donner des coups et ils ont décampé. Le temps qu'on se retourne à cause du bruit, Heero avait déjà accouru vers toi.

_Ahh...

Les événements de la veille commençaient à s'éclaircir dans sa tête.

Une bande de jeunes...

Des amis de Kei...

Les menaces...

_Tu te souviens de quelque chose ?

_... Euh...

_C'était qui ? Qu'est ce qu'il te voulait ?

Silence.

_Quatre laisse le tranquille un peu. Il vient à peine de se réveiller.

… Heero...

Il était enfin sorti de son coin et avait ouvert la bouche pour la première fois depuis qu'il s'était réveillé.

Il alla ajouter quelque chose quand, soudain, le téléphone de Quatre sonna.

Dring, dring...

Il prit le téléphone et observa le nom de l'interlocuteur qui s'affichait à l'écran.

_C'est Wufei.

Il décrocha.

_Oui.

_Oui, il est réveillé.

_A l'instant.

_Oui, ce matin...

...

_Non, ils ont dit que c'était une petite commotion cérébrale. Ça aurait pu être pire... Et il a un bel œil au-beurre-noir.

En entendant ces mots, Duo se toucha instinctivement l'œil.

Il grimaça.

Ça faisait un mal de chien, mais bon il en avait vu de bien pire.

Il vit Trowa lui tendre un miroir.

Il le lui prit et se regarda.

_Mais c'est moche, chuchota t-il pour lui même.

_C'est pas comme si t'en avait jamais eu, lui annonça Trowa sur le même ton que lui.

Sans qu'il n'est eu le temps d'ajouter quoique ce soit, Quatre s'approcha de lui.

_Tiens, il veut te parler.

Il lui tendit le téléphone, qui le lui prit.

_Oui ?, demanda t-il en se le mettant à l'oreille.

_Ça va mieux ?

_Euh... oui...

_Quand même, t'es vraiment une calamité Maxwell !

_Gnagna... comme si c'était de ma faute...

_J'ai pas dit ça, mais bon.

_...

_Bon allez, repose toi bien.

_Oui. Je te repasse Quatre.

Sur ce, il tendit à son tour le combiné à l'arabe.

_Oui ?

_Oui je comptais aller voir...

_Oui je te tiens au courant. A tout à l'heure.

Il raccrocha.

_Je vais aller voir les médecins pour savoir si tu peux sortir aujourd'hui ou pas.

_Ok. Et Quat', insiste, je veux pas rester ici moi ! J'aime pas les hôpitaux...

Pour toute réponse, Quatre lui sourit et sortit de la chambre accompagné de Trowa.

Duo et Heero restèrent seuls.

Aucun regard.

Aucun échange.

Puis soudain, contre toute attente, Duo leva la tête vers la japonais.

Il ouvrit la bouche... la referma...

Il hésitait...

Mais avec un peu de courage, il se lança.

_... Merci... Hee... chan...

Plus que surpris face à ce prénom, Heero tourna la tête et le regarda.

Il lui répondit par un sourire, qui signifiait tout.

Puis il s'approcha et, un air sérieux sur le visage, il s'assit au bord de lui, face à l'américain.

_Tu sais qui c'étaient ces gars, n'est ce pas ?

Il le vit hésiter...

_... Euh...

_Duo, tu peux me le dire.

Il le regarda droit dans les yeux.

_Je ne veux pas... que les autres le sachent. Toi, tu es à moitié au courant déjà...

Heero acquiesça et attendit patiemment la suite.

_Ce sont des amis d'un de mes... ex... amants... Kei... celui à qui tu as parlé...

_Et que t'ont-ils dit ?

_... Des menaces... Qu'il allait me le faire payer de l'avoir quitté...

Silence.

_Mais putin, on était même pas ensemble... On faisait que coucher...

Duo réalisa les paroles qu'il avait prononcé, face à celui qui l'aimait...

_Il n'était rien pour moi. Juste une compagnie dans mes instants d'égarements..., préféra t-il ajouter.

Il avait besoin de se justifier.

_J'ai dérapé et depuis que je veux essayer de changer, de tout régler, les choses dérapent encore...

Il baissa la tête, honteux.

_Duo, tu veux arranger ta vie, c'est ça le principal ! Je t'aiderais, ne t'inquiète pas.

_Avant j'avais pas besoin d'aide. Maintenant, je ne suis même plus capable de me défendre seul...

Heero le stoppa net dans sa phrase.

_Duo, il était cinq, dont deux qui te tenaient par les bras. Qu'est ce que tu voulais faire ? Et tu n'as jamais travailler seul. On a toujours travailler en équipe, et ça continuera. Ok ?

_Ouais...

_Tu verras, on leur ferra regretter de s'attaquer à Duo Maxwell.

Cette petite réplique eut le bénéfice de le faire sourire.

Duo allait ajouter quelque chose, mais Quatre et Trowa étaient de retour accompagnés du médecin.

Heero se leva afin de laisser le médecin face à son patient.

_Mr Maxwell...

Il regarda sa fiche.

_Comme vos amis vous l'ont dit, vous avez eu, suite à la chute, une légère commotion cérébrale. Rien de grave, mais nous avons préféré vous garder en observation cette nuit. Si vous le souhaitons, vous pouvez rentrer.

_Oh que oui !

_Je vais vous fournir le traitement adéquat.

Puis le médecin se retourna vers les autres.

_Par contre, il va avoir besoin de repos. Vous devrez surveiller tous signes anormaux : des problèmes de mémoire, de concentration, des troubles du sommeil, des changements d'humeur, de l'hypersensibilité à la lumière et au bruit... Si vous constatez un de ces symptômes, vous le ramenez et je lui ferrez passer des examens complémentaires.

_D'accord, merci docteur.

Le médecin sourit et leur serra la main.

Il se tourna une dernière fois vers Duo.

_Rentrez bien Mr. Maxwell et surtout reposez-vous, lui dit le médecin en lui tendant la main.

_Oui docteur, répondit Duo en la lui serrant.

Le médecin se retourna, et sur un « Bonne journée », il passa la porte.

_Tiens Duo, on t'a amené tes affaires. Tu te changes, on t'attend dehors.

_Oui.

Ils sortirent tous les trois et laissèrent à Duo le temps de s'habiller.

Quelques minutes plus tard, Duo alla les rejoindre et ils purent enfin partir.

.


De retour au chalet, ils furent accueillis par Wufei et Sally.

_Alors, Maxwell, ils t'ont enfin lâché, ou ils en avaient déjà marre de toi ?

_Oh, Wufy, le médecin a dit qu'il me fallait du repos, alors chut !

Sally prit la parole.

_Alors, Duo, tu te sens mieux ?

_Ça va mais j'ai un mal de crane.

Quatre tendit alors un sachet à Sally.

_Tiens, c'est le traitement prescrit par le médecin.

_Merci, dit-elle en prenant les médicaments.

Elle regarda rapidement.

_Très bien, je t'en donnerais au moment de passer à table Duo. Vas te reposer en attendant. Heero, tu l'aides à monter ?

_... Oui.

Comme convenu, Heero accompagna Duo dans sa chambre.

Il lui déposa ses affaires par terre.

_Je te laisse te reposer. Je t'appellerais quand on passera à table.

_Merci, Hee..-Chan...

Heero lui caressa doucement les cheveux situé au sommet du crane, lui sourit et sortit de la pièce.

.

Le reste de la journée se passa calmement.

Ils mangèrent tous ensemble.

Puis dans l'après-midi, Heero décida d'aller skier seul, tandis que les autres restèrent au chalet, afin de tenir compagnie à Duo.

.


December 30, 200 A.C.

De même que la veille, Heero alla skier, mais cette fois, il fut accompagné des autres.

Ils prirent les remontées mécaniques comme à leur habitude.

Ils naviguèrent de pistes en pistes.

Piste rouge.

Piste bleue.

Piste rouge.

Puis vers 16h00, ils firent une petite pause au bar/restaurant où il avait pris l'habitude d'aller.

_T'es bien calme aujourd'hui, Heero, ça va pas ?, lui demanda Quatre.

En effet, depuis qu'il était parti, Heero était étrange.

Bien qu'il ne parlait pas beaucoup à son habitude, là, il était totalement muet. Il observait les alentours, scrutait les gens. Il était aux aguets.

_Ca va.. ca va..., répondit-il.

Furtivement, il se leva.

_Je ne fais qu'observer...

Sous les yeux confus des autres, il s'avança vers un petit regroupement, assis à une table non loin d'eux.

Heero les avaient reconnu de suite...

Et il se souvenait très bien de lui...

Et ils avaient osé revenir au même endroit...

Il se souvint, qu'il y a deux jours, lorsque Duo avait eu cette altercation, il avait couru vers lui. Arrivé à sa hauteur, il avait eu le choix entre partir à la poursuite de la bande ou s'occuper de son ami. Le choix avait été vite fait.. Mais il avait mémorisé leurs visages au cas où...

Et l'occasion se présentait aujourd'hui...

Quand il l'avait vu le frapper, son sang n'avait fait qu'un tour...

Et le destin était si bien fait qu'il les avait retrouvé...

Ainsi, il se dirigea vers celui qui l'avait agressé...

Il se positionna face à lui.

_Hey toi, dégage, tu me fais de l'ombre.

Heero ne bougea pas d'un poil et ne dit rien.

_Mais putin, c'est quoi ton problème à toi ?!, beugla t-il en se levant.

Heero s'approcha dangereusement de son interlocuteur. Il le regarda froidement, comme il savait si bien le faire.

_Mon problème, c'est toi... Alors maintenant, écoutes moi bien, tu oses encore t'approcher de Duo, je te refais le portrait c'est bien compris ?, lui annonça t-il calmement.

_Quoi ?! Ah ! Tu veux parler du gars d'hier. Hey, attend, tu t'en prends à lui, pas à moi. C'est lui qu...

Heero commençait à perdre son sang froid. Il le prit furieusement par le col.

_Ferme-la. Je t'ai pas demandé de parler... Tu ne l'approches plus, tu ne lui parles plus, tu ne le regardes même plus. C'est bien compris.

Le gars ne répondit rien. Et ses amis ne semblaient en mener large.

Les ex-pilotes avaient observé la scène de loin. Mais Trowa se décida à intervenir, ne s'inquiétant pas pour Heero, mais plutôt pour l'autre garçon.

Il posa une main sur son épaule.

_C'est bon Heero, viens maintenant.

Sous la pression, ce dernier s'apaisa.

Il vit la peur dans les yeux du garçon et il finit par le lâcher et se retourna vers ses amis.

L'autre garçon arrangea son pull, soutenu par ses amis et il osa lancer à Heero :

_Allez, sois pas jaloux. On te la laisse cette tafiole !, dit-il un sourire provocateur sur le visage.

Ni une ni deux, Heero se retourna et en un bond, il se retrouva face à lui.

Trowa ne chercha même pas à le retenir, ayant compris le sujet de la conversation.

Heero frappa fortement la joue de son vis-à-vis, qui se retrouva au sol.

_Tu ne parles même plus de lui, ou je te crève.

Il serra les poings et se força à se calmer. Il ne voulait pas faire quelque chose qu'il lui coûterait pas mal d'ennuis.

Pourtant, il en avait envie... Mais ça pourrait lui coûter sa vie auprès de Duo.

Il se retourna vers les autres de la bande.

Froideur.

_Et c'est valable pour vous aussi.

Personne ne lui répondit...

Ils devaient avoir compris, et c'était dans leur intérêt.

Heero retourna s'asseoir auprès de ses compagnons.

Au loin, il vit la bande de jeunes partir.

_C'était qui ceux là ?, demanda Quatre.

_Ceux qui ont agressé Duo...

_Ah...

_Je suis à leur recherche depuis hier, poursuivit Heero. Je les ai finalement trouvé, comme le destin est bien fait, ajouta t-il, un sourire sur les lèvres.

_Ils n'ont eu que ce qu'il mérite.

.


Plus tard, en fin d'après-midi, ils rentrèrent au chalet.

A peine eurent-ils passés la porte, qu'il entendirent une voix s'élever.

_Mais ce jeu est nul. J'y comprend rien !

Ils sourirent. C'était Duo, qui avait, apparemment, repris du poil de la bête.

Ils entrèrent dans le salon.

Lui et Sally étaient en pleine partie d'échec...

Discrètement, Wufei se plaça derrière l'américain. Puis par dessus son épaule, il prit une pièce et la déplaça.

_C'est pourtant simple, regarde... Échec et mat !

Duo sursauta.

_Ah ! Wufy, tu m'as fait peur !

Il se mit à bouder, ce qui fit rire le reste du groupe.

_Bon, tout s'est bien passé ?, leur demanda Sally.

_Euh.. oui, très bien !

_Parfait.

Elle regarda sa montre.

_Avec tout ça, on a pas vu l'heure passée...

_Ne t'inquiète pas. Repose, on s'occupe du repas ce soir, annonça Trowa.

_Mais...

_Pas de discussion, dit Quatre.

_Merci. Par contre, Heero, tu pourrais accompagner Duo dans sa chambre s'il te plaît, histoire qu'il se repose avant qu'on passe à table.

_Oui, bien sûr.

_Mais je peux me reposer là, moi...

_Oui, bien sur, t'as la bougeotte, tu vas vouloir aider. Non, dans ta chambre..., lui ordonna Sally.

_Pffff...

_Duo, allez, viens..., déclara le japonais déjà en bas de l'escalier.

Contraint et forcé, Duo monta les marches, soutenu par Heero, et alla dans sa chambre. Arrivé à l'intérieur, il s'assit sur le lit.

Lorsque Heero s'apprêta à sortir, l'américain lui demanda :

_Tu me tiens un peu compagnie ?

_Bien sûr, lui répondit-il sans hésitation.

Il vint alors le rejoindre sur le lit, et Duo commença la conversation.

_Ça s'est bien passé cette après-midi ?

_Oui très bien.

_Vous êtes allés où ?

_On est monté tout en haut, on a fait quelques pistes, comme d'habitude quoi.

Heero ne souhaitait pas lui parler de son altercation de cette après-midi. Il n'avait pas besoin de le savoir.

Après tout l'important c'est que c'était réglé.

_D'accord. Pfff, vivement que je revienne skier. Je m'ennuie ici.

_Sally est là quand même.

_Oui mais elle doit se reposer. Sa grossesse la fatigue. Et puis sans t... sans vous... c'est pas pareil...

_Bientôt, ne t'inquiète pas.

.

Au fil de la conversation, ils se retrouvèrent allongés côte-à-côte, à regarder le plafond.

_Tu repars quand déjà ?

_Vers le 15 janvier...

Bien que Heero ne répondit rien, Duo entendit un soupir furtif... Il se retourna vers lui.

_Heero...

_Hum.. ?

Duo était sûr d'avoir tout son attention. Il retourna donc à sa position initiale.

_Merci... pour ce que tu fais...

_Tu sais... je ne le fais pas que pour toi...

_Et bien merci quand même...

Silence.

_Dis moi Duo...

_Oui ?

_Quatre a toujours une place pour toi dans la boite tu sais ?

_Heero...

Silence...

_Je ne sais pas... Tu sais, j'ai… ma vie sur Terre...

_Hum...

Silence.

_Il faut que je réfléchisse.

_Hum...

_Il y a Jack... Hilde... son bébé qui va bientôt arriver.

_Et en contrepartie, qu'est ce qu'il y a ?

_Il y a... pas mal de... chose aussi...

_Ils pourront venir te voir tu sais ?

_Hum...

Ils continuèrent à parler comme ça jusqu'à ce que Quatre vint les chercher.

Tous ensemble, ils descendirent pour manger.

.


December 31, 200 A.C.

Le lendemain, et durant toute l'après-midi, tout le monde s'affairait en cuisine et au salon afin de préparer la petite soirée qu'ils avaient prévus pour le soir-même en l'honneur de la nouvelle année.

_Non, Fei, ne met pas ça là ?!

_Maxwell, t'es pas handicapé, tu peux te bouger aussi.

_Pffff, faut tout faire ici !

Duo se leva, lui prit le plat des mains et le plaça au centre de la table.

.

Plus tard, en début de soirée, tout était prêt.

Quelqu'un sonna à la porte.

Heero alla répondre.

C'était Marthe, la vieille boulangère. Chacun l'appréciait beaucoup.

La japonais la serra dans ses bras.

_Content que tu es pu venir.

_Je n'aurais pas manquer ça Heero. Vous ne venez pas souvent ici.

Heero referma la porte et lui ouvrit le passage. Elle s'avança et vit Duo en pleine discussion avec Wufei.

_Marthe est arrivée, annonça Heero.

Duo se retourna et lui fit un large sourire, puis s'avança pour aller l'embrasser.

_Je suis contente de voir que tu vas mieux.

_Merci encore pour tout, et désolé pour le désordre.

_Bouh, ne t'en fais pas pour ça, petit !

.

Tous s'installèrent et le dîner put enfin commencer.

Les discussions allèrent de bon cœur toute la soirée.

Et une fois le repas fini, tous s'installèrent dans le salon, en attendant le fameux décompte des minuit.

_Alors, quels sont vos vœux et vos bonnes résolutions pour cette nouvelle année ?, leur demanda Marthe.

Quatre prit la parole en premier. Il regarda Duo.

_Que tout redevienne comme avant entre nous, et ma bonne résolution sera de toute faire pour.

_Je pense que c'est une très bonne résolution, et que plus, on est à la suivre, mieux elle pourra se réaliser, insista Wufei.

_Et toi, mon petit Duo ?, demanda Marthe.

Duo sembla réfléchir...

Il se mordit la lèvre inférieure.

Il regarda ses amis... Son regard s'attarda sur Heero...

_Moi, je vou...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que les minuits sonnèrent.

_Bonne année, cria Sally.

Tous se levèrent, afin de s'embrasser et se souhaiter la bonne année, et espérer plein de bonnes choses à venir.

_Bonne année mon Duo, lui déclara Quatre, en le serrant dans ses bras.

Puis l'arabe s'écarta et se dirigea vers son cher et tendre.

Duo lui se retrouva face à Heero...

Prenant son courage à deux mains, il s'avança vers lui.

_Tu sais c'est quoi ma bonne résolution à moi ?

_... Ah, tu en as une ?

Il prit son visage entre ses mains, et délicatement, il posa ses lèvres sur les siennes pour un doux, qui devint de plus en plus langoureux et passionné. Signe d'un Amour trop longtemps gardé.

A son tour, Heero resserra sa prise lui aussi. Il attendait ce moment depuis tant d'années.

A bout de souffle, ils se séparèrent à contre cœur, tout en restant front contre front.

_Bonne année !, lui chuchota Heero.

_... Je... t'aime Heechan...

_Aishiteru, Duo-kun...

Il l'aimait plus que tout...

Et il ne voulait qu'une chose : être auprès de lui...

.


* Owari *


.

Et voilà, cette fic est terminée ! Happy End !

J'espère qu'elle vous aura plu.

Une suite/OS est en préparation. Par contre, je ne sais pas encore quand elle sera prête...

Le titre ? « Triste temps » sans doute

(par contre, ce sera une deathfic...:X...)