Bonjour à tous ! Encore une fois, je tiens à m'excuser pour les longs mois qui se sont écoulés depuis le précédent chapitre, l'université puis mon stage m'ont laissé peu de temps pour écrire, et l'inspiration est malheureusement parfois dure à relancer, mais tout va mieux maintenant puisque j'ai fini ce relativement long chapitre.

Je tiens à rappeler encore une fois que je ne prévois pas d'abandonner cette fiction tant que des gens la liront ! Merci à tous ceux qui m'ont laissé des reviews sur le chapitre précédent, qui m'ont ajouté à leurs favoris ou à leurs alertes et ceux qui m'ont envoyé des messages pour s'informer sur l'avancée de ce chapitre, c'est vraiment toujours très motivant pour un auteur, donc n'hésitez vraiment pas, ça ne peut que m'encourager à écrire plus !

Normalement, j'ai répondu à tous ceux qui m'avaient laissé des reviews avec leur profil (si j'en ai oublié l'un d'entre vous, désolé), encore merci pour celles-ci ! Merci aux reviewers sans compte, à savoir Yaya (merci pour tes encouragements) et Odessa (merci pour tes reviews toujours détaillées et ne t'excuse pas pour ton retard, vu mes publications irrégulières. Pour Caroline, tu en sauras plus dans ce chapitre et pour Klaus, tu as raison, il est particulièrement énervé).

Juste un dernier rappel : cette fiction débute après l'épisode 4x21 mais toute l'intrigue autour de la grossesse d'Hayley n'existe pas, pas d'Hope donc ici.

On se retrouve à la fin de ce chapitre, bonne lecture à toutes et à tous !


Chapitre 12

Un monde plongé dans l'obscurité, où seule une très légère et lointaine lueur venait rompre la monotonie des ténèbres, telle était la vision s'offrant à Caroline lorsqu'elle se réveilla enfin, la faisant se demander si elle n'était pas encore plongée dans un état d'inconscience. Après quelques minutes de confusion, elle réalisa que ce rayon lumineux provenait d'un vasistas, situé sur ce qui semblait être l'un des murs latéraux d'une pièce. Avide de comprendre où elle se trouvait, la vampire se redressa d'un bond, décidée à inspecter cette ouverture de plus près, mais une force inattendue la fit brutalement retomber sur le sol.

Examinant ses bras et ses jambes, elle découvrit que ceux-ci étaient entravés par de lourdes chaines qui, si elle se fiait à leur désagréable odeur et à la sensation de brûlure qui l'envahissait, étaient recouvertes de verveine. Cette douleur lui fit l'effet d'un électrochoc, ranimant brutalement les souvenirs du tragique affrontement s'étant produit juste avant qu'on lui brise la nuque. Elle se souvenait du combat acharné livré par ses gardes dont elle n'avait pu être qu'une spectatrice impuissante, de sa tentative de fuite dans l'espoir de retrouver Klaus, mais surtout de l'individu qui avait surgi brutalement devant elle, telle une ombre de son passé lui rappelant les drames des dernières semaines, sans que son esprit ne parvienne à appréhender le comment et le pourquoi de ce qui ne pouvait être qu'une hallucination.

Un bruit de pas provenant de derrière elle la fit se reconcentrer sur la précarité de sa situation présente, tant par la faiblesse physique qu'elle ressentait, que par son ignorance et son isolement apparent. Un frisson lui parcourut le corps, l'avertissant de la nature hostile de l'individu s'approchant peu à peu d'elle, à une vitesse qui lui paraissait pourtant non-surnaturelle. Une porte s'ouvrit ensuite, la laissant savoir que celui-ci ne se trouvait plus qu'à quelques pas, puis un son d'ampoules grésillants envahit la pièce, tandis qu'elles s'allumaient difficilement tour à tour.

Aveuglée par cette lumière soudaine, Caroline ne fut dans un premier temps en mesure que de discerner une silhouette apparemment féminine, mais passé quelques instants d'adaptation, elle réussit finalement à rouvrir les yeux et ne put retenir un glapissement de surprise face à l'identité de sa visiteuse.

-Tu fais moins la fière désormais, pas vrai ? la toisait de toute sa hauteur Hayley Marshall. Et dire que tu osais te pavaner face à moi dans Mystic Falls comme si tu m'étais supérieure…

-Hayley ? s'exclama la vampire avec incrédulité, encore sous le choc de cette seconde apparition familière en seulement quelques heures. C'est toi qui m'as fait capturer ? Comment… comment as-tu pu ?

-Evidemment cela te surprend, après tout, je suis trop bête à tes yeux pour réussir un plan de cette envergure…

A son plus grand déplaisir, Caroline devait admettre qu'elle marquait là un point. Elle avait déjà commis l'erreur par le passé de sous-estimer Hayley lorsque celle-ci avait pris l'initiative de délivrer tous les hybrides de Klaus, et cela avait conduit à la mort de Carol et de tous les compagnons de Tyler, ainsi qu'à la fuite de ce dernier. Elle était donc déterminée à faire preuve de plus de prudence cette fois-ci, d'autant plus que sa situation présente ne lui laissait guère de marge de manœuvre. La vampire n'oubliait néanmoins pas que la dernière fois que la louve avait réussi à la prendre de court, elle était également aidée d'un allié doté d'une intelligence diabolique, qui avait dirigé toutes les opérations, en l'utilisant plus comme son larbin sur le terrain que comme une véritable acolyte.

Caroline peinait donc à comprendre comment elle avait cette fois-ci réussi à élaborer toute seule un kidnapping quand soudain, elle réalisa la vérité : la jeune louve devait à nouveau être au service d'un individu plus puissant et plus intelligent qu'elle, qui l'employait encore une fois pour effectuer son sale boulot sans s'impliquer directement. Et qui d'autre que l'autoproclamé roi de la Nouvelle-Orléans aurait pu procéder de la sorte ? Les regards oscillant entre suspicion et curiosité qu'il avait fréquemment eu à son égard l'avaient peut-être conduit à enquêter sur son passé et à découvrir sa valeur aux yeux de Klaus, à moins qu'Hayley ne soit d'elle-même allée lui vendre ces informations, dans un but vindicatif.

-Tu travailles avec Marcel n'est ce pas ? décida de la confronter la jeune blonde d'un ton affaibli en raison de la verveine imprégnant l'atmosphère mais où son mépris se percevait de façon évidente. Tu lui as dit qui j'étais ?

-Et qui es-tu exactement ? Un bébé vampire se croyant importante parce qu'elle sert de putain à un Original ? Parce que si tel est le cas, laisse-moi détruire tes illusions une bonne fois pour toute : tu n'es pas la première femme à coucher avec lui et tu ne seras pas la dernière, je suis la preuve même de cela !

-Qu'est…qu'est ce que tu veux dire ? balbutia Caroline, qui ne comprenait malheureusement que trop bien où la brune voulait en venir.

-A ton avis ? la railla celle-ci avec arrogance, semblant se délecter de sa détresse grandissante.

Si la vampire était loin d'être naïve et se doutait pertinemment qu'en 1000 années d'existence, Klaus n'avait nullement agi comme un moine et vécu un certain nombre d'histoires plus ou moins éphémères, elle avait néanmoins supposé que depuis qu'il avait manifesté clairement la profondeur de son affection pour elle et sa volonté de capturer son cœur, il s'était restreint de ce point de vue là, se contentant de simples aventures d'un soir, qui n'entamaient en rien ses sentiments pour elle. Coucher avec l'une de ses pires ennemies, chose dont l'hybride avait parfaitement conscience, remettait totalement en cause cette vision utopique et forçait Caroline à se demander s'il ne s'était pas joué d'elle depuis le départ, en lui faisant croire à ses prétendus sentiments pour obtenir plus facilement ce qu'il souhaitait d'elle, qu'il s'agisse de se venger un peu plus de Tyler, de simplement la mettre dans son lit ou de l'utiliser pour des informations.

-Tu n'as quand même pas cru que tu étais la seule capable de capter son attention ? poursuivit Hayley de façon moqueuse. Les hommes semblent peut-être captivés par toi au premier abord, tel Tyler par exemple, mais dès qu'ils découvrent à quel point tu es insignifiante et superficielle, ils te laissent tomber sans une hésitation, comme l'a fait Matt.

L'évocation de son petit ami, ou ex-petit ami en raison de la vendetta de Klaus à son égard, provoquait usuellement une sensation confuse de tristesse et de culpabilité chez la jeune blonde, aussi bien car elle s'en voulait de ne pas avoir réussi à obtenir sa liberté ou de ne pas avoir fui avec lui, mais également plus récemment parce qu'elle avait accepté de rester pour un temps sous la protection de l'Originel à la Nouvelle-Orléans et apprécié certains des moments passés en sa compagnie. Cette fois-ci néanmoins, elle constata avec stupeur que la colère et le sentiment de trahison qu'elle ressentait envers Klaus l'emportait largement sur son agacement né de cette mention de Tyler. Elle tenta bien de se rassurer en se disant que c'était simplement parce qu'elle était certaine de l'amour que celui-ci lui portait et qu'elle n'avait donc pas à craindre qu'il l'abandonne, mais une petite voix vicieuse dans sa tête lui rappelait qu'il n'avait eu aucun problème à le faire par le passé, au contraire de Klaus, d'où sa peur que les mots d'Hayley puissent se révéler vrais, et que l'hybride finisse par se détourner d'elle.

Bouleversée par ce trop plein d'émotions, elle agrippa une nouvelle fois ses chaines et tenta d'en briser les maillons, espérant que sa nouvelle colère lui donnerait la force de s'en libérer ou tout au moins l'opportunité de se rapprocher de son ennemie pour lui infliger la même douleur que celle qu'elle connaissait en cet instant précis, à la fois moralement et corporellement. Peu troublée par cette agitation, Hayley se contenta de rire hautainement même si, comme le nota Caroline avec une certaine satisfaction, elle avait par précaution reculé de quelques pas, sans doute consciente qu'en cas de combat régulier, elle ne ferait pas le poids.

Malgré ses efforts acharnés, les chaines ne semblaient néanmoins pas se détacher ou se distendre ne serait que d'un seul centimètre et, après quelques minutes de tentatives qui lui semblèrent des heures à cause de la verveine brûlant ses membres, la vampire dut se résoudre à s'arrêter, réalisant que sa peau et ses muscles ne pouvaient pas guérir dans une telle atmosphère, et que ses efforts acharnés n'avaient contribué qu'à l'affaiblir un peu plus.

Une voix aux tonalités qu'elle ne connaissait que trop bien retentit alors dans la salle, la faisant sursauter :

-Maintenant que tu sembles calmée, il est grand temps de passer aux choses sérieuses !

Levant la tête pour l'apercevoir, elle vit ses suspicions se confirmer quant à l'identité de l'individu, peu importe combien cela lui semblait impossible. Déterminée à le confronter à ce sujet, elle entrouvrit la bouche mais celui-ci s'agenouilla à ses côtés et tout en passant son index sur les lèvres de la jeune blonde, lui murmura d'une voix doucereuse :

-Tout te sera expliqué au moment voulu, Caroline, mais pour l'instant, tu vas nous aider à contacter ton « petit ami » Klaus !


Après avoir passé plus de mille ans à fuir Mikael, la peur n'était pas un sentiment inconnu de Klaus et plus largement des Originels, en revanche, il était beaucoup plus rare pour lui, pour ne pas dire invraisemblable, de s'inquiéter pour une personne extérieure à son cercle familial, simplement parce qu'il considérait que personne d'autre n'était digne de son intérêt. Lorsqu'il avait mordu Caroline pour se venger de Tyler et qu'il s'était trouvé incapable de la laisser mourir, il avait évidemment pris conscience que la jeune vampire semblait à même de rompre cette règle et de devenir sa faiblesse, d'autant plus dangereuse que son âge et son désir de protéger coûte que coûte ses amis la rendait particulièrement vulnérable. Il s'était alors promis de tout faire pour l'empêcher d'être blessée à nouveau, autant par affection pour elle que par égoïsme, ne voulant pas connaître la vacuité d'un monde où elle n'existait plus.

Ses précautions n'avaient néanmoins apparemment pas suffi, d'où cette sensation bien trop familière d'angoisse et de colère mêlées qui tiraillait l'estomac de l'hybride depuis que le seul de ses hommes ayant survécu à l'affrontement du matin avait interrompu sa rencontre avec les loups pour lui apprendre la terrible nouvelle. Face à la gravité de la situation, il s'était pour une fois retenu de lui arracher la tête et avait plutôt contacté son frère, pour que ce dernier l'aide à organiser des recherches. Toujours suspicieux à l'égard de Sophie, il s'était d'abord opposé à ce qu'Elijah la contacte, mais réalisant qu'il ne disposait pas d'une autre sorcière plus sûre à proximité, il s'était résolu à sa présence, tout en décidant d'agir par lui-même pour retrouver Caroline au plus vite.

Cette détermination expliquait pourquoi il se tenait désormais face à la porte du manoir de Marcel, dont il avait neutralisé les deux gardiens silencieusement, afin de confronter celui qu'il avait autrefois considéré comme un fils et un ami et qui lui apparaissait désormais être le seul responsable possible de cette attaque. Celui-ci semblait en effet avoir compris l'importance de la jeune blonde à ses yeux et il était également suffisamment fou et inconscient pour se croire en mesure de l'empêcher de déclencher l'apocalypse dans cette ville, s'il récupérait Caroline avec la moindre petite blessure.

Sentant la rage l'envahir une nouvelle fois face à cette image, l'Originel fracassa l'entrée de la demeure et fila à vitesse vampirique jusqu'à la salle où l'autoproclamé roi de la Nouvelle-Orléans était en train de recevoir ses fidèles.

-Où est-elle ? gronda-t-il sans préambule, laissant percevoir à travers ses poings figés et ses yeux se teintant de jaune l'étendue de sa colère.

Réalisant la gravité de la situation, la plupart des vampires et humains présents dans la pièce s'efforcèrent de placer le plus de distance possible entre eux et l'hybride, à l'exception des quelques gardes de Marcel qui l'entourèrent d'une façon qui aurait pu paraître menaçante s'ils n'avaient pas semblé si hésitants dans leur manœuvre, craignant sans doute sa légendaire vindicte.

-Quel bon vent t'amène ici, Klaus ? s'exclama le métisse toujours assis dans son fauteuil d'un ton nonchalant, même si le plissement de ses yeux traduisait sa surprise face à cette arrivée impromptue. Tu sais que tu n'as pas besoin de débouler telle une tempête pour venir me voir, je ne fermerais jamais ma porte à un vieil ami !

-Arrête de prétendre que ceci est une visite de courtoisie ! le coupa Klaus, dont le courroux augmentait dangereusement à chaque seconde. Tu sais très bien pourquoi je suis ici, donc maintenant dis-moi où elle se trouve !

-Elle ? l'interrogea son ennemi en fronçant les sourcils. Mais de quoi parles-tu ? Ce n'est quand même pas mon problème si la gente féminine fuit ta compagnie, peut-être est-il temps de remettre en question tes propres aptitudes de séduction…

Ne supportant plus son ton sarcastique, Klaus le projeta en un seul mouvement contre le mur le plus proche, brisant par la même occasion son « trône », et sans lui donner le temps de se relever, il enserra sa gorge d'une main et se mit à lui écraser la trachée dans le but de le rendre plus coopératif, sous les yeux médusés et effrayés de ses hommes.

-Où est Caroline ? répéta-t-il d'un ton mortellement sérieux.

-Ah, donc tout ce barnum est au sujet du charmant bébé vampire que tu as passé tant de semaines à prétendre ne pas connaître ? Qu'est-ce qui t'a fait changer d'avis ? T'a-t-elle convaincue grâce à ses capacités d'oratrice, son physique charmant ou aurait-elle utilisé d'autres arguments ?

Le poing de Klaus s'entrechoqua dans la mâchoire du vampire métisse avant même de réaliser ce qu'il faisait. Laisser Caroline espionner Marcel avait été l'une des concessions les plus difficiles qu'il ait effectué dans sa longue vie, tout d'abord parce que contrairement à ses prétendus amis de Mystic Falls, il refusait de la laisser croire qu'elle n'était bonne qu'à jouer les distractions, alors même que sa grande vivacité d'esprit et sa force mentale la prédisposait à des rôles bien plus valorisants, notamment de régner à terme à ses côtés (du moins si elle l'acceptait), mais aussi surtout en raison du danger que cela représentait.

Si l'Originel considérait l'actuel dirigeant de la Nola comme un arrogant usurpateur oubliant qui l'avait recueilli, élevé et façonné, il avait néanmoins pleinement conscience que pour se maintenir à une position si convoitée, son ancien fils avait dû continuer à développer l'intelligence et la prudence qui avait auparavant fait sa fierté, lorsqu'ils vivaient encore sous le même toit. L'hybride ressentait donc une profonde culpabilité face à cette situation, ayant pleinement conscience que son affection pour la jeune blonde et son désir de ne pas la laisser se sentir impuissante ou dépréciée en étaient à l'origine même de sa capture, lui confirmant la triste vérité des propos qu'il avait tenu près de cinq siècles auparavant à son frère : l'amour était une faiblesse.

Décidé à rattraper cette erreur par tous les moyens, même si cela signifiait perdre la ville qu'il avait passé tant de temps à essayer de reconquérir, il décida de passer à la vitesse supérieure et plongeant sa main dans la poitrine de Marcel, il l'enroula autour de son cœur :

-Tu as cinq secondes pour me dire où tu l'as emmenée et si tu refuses, je n'hésiterais pas à te tuer sur le champ. Et n'essaye pas de me mentir, tu sais mieux que personne que je ne suis pas un homme patient ou miséricordieux !

-Je.. je ne lui ai rien fait du tout Klaus, contesta le vampire d'une voix où la peur faisait pour la première fois son apparition, malgré sa vaillante tentative pour la masquer. Je ne l'ai plus vue depuis cette soirée où je l'avais invité, c'est justement cela qui m'a conduit à enquêter sur elle !

-Arrête de mentir ! hurla l'hybride, qui refusait de considérer tout autre possibilité. Seul un individu possédant un certain pouvoir avait en effet pu être en mesure d'entraîner et de réunir suffisamment d'hommes pour déborder ses propres gardes, pourtant sélectionnés pour leurs exceptionnelles qualités de défense. Or, le statut de roi de Marcel lui offrait un contrôle sur tous les êtres supernaturels de la ville et son animosité envers ses anciens protecteurs couplée à sa peur de se voir détrôné constituait un motif évident de rébellion aux yeux de l'Originel, dont Caroline se trouvait être la malheureuse victime.

-Je te promets que je ne mens pas Klaus ! niait pourtant le vampire, tout en cherchant frénétiquement du regard une quelconque aide parmi ses sujets et alliés tous paralysés par leur peur du blond sanguinaire.

Exaspéré, ce dernier le fit voler dans la salle, créant un vide autour de l'endroit où le métisse retomba, et s'en approcha lentement, à la manière d'un loup encerclant sa proie, afin de lui laisser une dernière chance de se confesser avant de commettre une action beaucoup plus définitive. Alors même qu'il se penchait vers lui, une sonnerie de portable se fit entendre, provenant de la poche même de l'hybride, le forçant à stopper net son action. Sachant que personne n'oserait l'appeler dans un tel contexte à moins de lui offrir des nouvelles indispensables, il se décida à décrocher, sans pour autant cesser de surveiller Marcel du coin de l'oeil, afin de ne pas lui laisser l'opportunité de s'échapper.

-Klaus, c'est .. c'est moi, prononça une voix saccadée à l'autre bout du fil, après une profonde inspiration. C'est Caroline !

Reconnaissant le timbre de la jeune blonde, une myriade d'émotions se mit alors à submerger l'Originel. Il était à la fois soulagé de savoir qu'elle était en vie, toujours capable de parler ce qui semblait signifier qu'elle n'avait pas subi de dommages irréversibles, mais aussi particulièrement inquiet face à ses difficultés d'élocutions, le laissant supposer qu'elle avait sans doute été blessée lors de sa capture et de sa détention, voire peut-être même torturée. Il était également d'une certaine façon en colère contre elle pour ne pas avoir été plus prudente auparavant, ce qui lui aurait empêché d'attirer l'attention de ses ennemis, mais aussi contre lui-même pour avoir décidé de la laisser seule le matin même, alors qu'il pressentait que quelque chose de sinistre allait se produire. Une part de lui enfin ne pouvait s'empêcher de ressentir de l'espoir face à cet appel, peut-être l'adolescente avait-elle réussi à échapper à ses ravisseurs ou au moins à découvrir où elle se trouvait, lui laissant ainsi l'occasion d'aller la sauver avant qu'il ne soit trop tard.

-Comment vas-tu ? Es-tu blessée ? As-tu réussi à voir où tu étais ? la mitrailla-t-il donc aussitôt de questions, tachant d'ignorer son appréhension afin d'être le plus efficace possible.

-Non, je… je n'étais pas consciente lorsqu'ils m'ont transporté ici, lui répondit-elle d'une voix faible, dont la compréhension était de plus entravée par les grésillements de son portable. Et ça va, il y a juste de la verveine dans la pièce où ils me retiennent.

Imaginant la souffrance que la vampire devait ressentir à cause de la présence de cette plante malgré ses braves propos, d'autant plus fortement que son jeune âge l'empêchait d'avoir développé une accoutumance à celle-ci, le sang de Klaus ne fit qu'un tour, et son envie de massacrer quiconque osant s'approcher d'elle repartit de plus belle.

-Je te promets que je ferais payer toute personne impliquée de près ou de loin dans ta capture, pas un seule ne s'en sortira vivante ! gronda-t-il avec détermination, imaginant déjà comment il allait pouvoir venger un tel affront.

-Je suis sûre que tu le feras, murmura-t-elle d'un ton doux et affectueux malgré son inquiétude perceptible, donnant pendant un instant l'impression à Klaus d'être de retour la veille au soir lorsqu'elle l'avait remerciée de son soutien face au drame qui la touchait.

La réalité lui revint néanmoins très rapidement à l'esprit, matérialisée par les plaintes de douleur que Caroline laissait échapper à chaque fois qu'elle respirait mais aussi par la tonalité fragile et larmoyante de sa voix qu'elle tentait malgré tout de contenir, comme si ses nerfs étaient en train de la lâcher mais qu'elle refusait de l'alarmer.

-Je ne comprends pas ce qu'il m'arrive, lui avoua-t-elle finalement avec frustration, cela n'est juste pas possible, je ne sais pas ce que je dois faire, je…

-Chut, calme-toi, cesse de t'en faire ! la coupa-t-il, tentant autant de la rassurer elle que lui-même. Je te jure que je vais te sortir de là avant que quoi que ce soit d'autre ne t'arrive ! Tout va bien se passer ! Tu me fais confiance ?

-Oui, mais…

-Il n'y pas de « mais » qui tienne ! Je t'ai fait une promesse et tu sais mieux que personne que je ne trahis pas mes engagements, surtout ceux qui te sont liés ! Marcel se trouve juste à côté de moi, je vais le forcer à avouer le lieu de ta détention !

-Non, Klaus, tu te trompes ! lui révéla-t-elle d'une voix de plus en plus tremblotante, comme si sa peur venait brutalement d'augmenter. Marcel n'est pas le responsable de mon enlèvement, il n'a rien à voir là-dedans !

-Qu'est ce que tu veux dire par là ? la pressa l'hybride, soudainement perdu. Si ce n'est pas lui, qui est-ce ?

Un chuchotement indistinct se fit alors entendre à l'autre bout du fil, mais pris de court par ce qu'il venait d'apprendre, Klaus ne prêta pas tout de suite attention à ce brouhaha, ses sens se focalisant plutôt sur le vampire qui gisait toujours à ses pieds. Etait-ce encore un autre de ses jeux, une simple manipulation destinée à le torturer mentalement tandis que Caroline se faisait tourmenter physiquement, ou se pouvait-il vraiment que l'adolescente dise la vérité et qu'il soit totalement innocent dans cette affaire ? Si tel était le cas, la situation se révélait encore plus préoccupante que l'Originel ne le pensait jusqu'à présent, puisque cela signifierait qu'un autre de ses ennemis avait réussi à devancer ses plans et à les contrer et n'avait pas hésité à utiliser son unique faiblesse, excepté sa famille, contre lui. Pour en être capable, cet adversaire devait nécessairement disposer de nombreux serviteurs ou tout au moins d'une intelligence particulièrement poussée, dont Klaus ignorait tout, ce qui le faisait soudainement douter de ses chances de retrouver la blonde au plus vite.

-Ils m'ont assuré que si je te donnais la moindre information, ils s'en prendraient à ton frère, lui avoua finalement celle-ci d'un ton accablé, après un temps d'hésitation. Et si tu n'acceptes pas leurs conditions, ils le tueront et moi aussi.

-Elijah ? s'exclama-t-il interloqué, avant de se reprendre. Non, cela n'est pas possible, ne te fais pas de souci pour lui, je t'assure qu'il peut se défendre contre n'importe quelle menace ! Tu es ma priorité, une fois que je t'aurais sorti de là, tu verras par toi-même qu'il ne risque rien !

-J'ai peur, Klaus ! admit-elle avec vulnérabilité, comme si elle n'avait pas entendu ces précédentes paroles.

Cette déclaration glaça l'hybride. Dès sa première rencontre avec Caroline, il avait noté combien elle refusait de craquer en présence des autres, autant pour ne pas les inquiéter que pour ne pas apparaître dans une position de faiblesse. Cette force semblait d'autant plus augmenter que la situation était critique, comme lorsque son père était décédé, qu'elle affrontait des ennemis plus puissants qu'elle ou même lorsqu'elle était en train en mourir à cause de son venin, ce qui l'avait toujours hautement impressionné. En plus d'un an, il ne l'avait finalement vu vulnérable qu'à deux reprises, quand elle avait été torturée par Alaric dans sa propre salle de classe ainsi que lorsqu'elle s'était cachée dans sa chambre par crainte de Silas quelques semaines auparavant, et à chaque fois, il avait été là pour la protéger de ces menaces, ou tout du moins l'en éloigner. L'écouter concéder son angoisse aussi brutalement lui rappelait donc à quel point il avait échoué en permettant sa capture, mais surtout renforçait le sentiment de panique qui lui nouait l'estomac, le forçant à se demander ce que ses ravisseurs avaient dû lui faire subir pour briser son courage et sa fougue de la sorte.

-Te rappelles-tu ce que je t'ai dit le jour où tu t'es échappée de ton lycée ? Je t'ai assuré que tu étais sauve puisque j'étais là et je compte bien réitérer cette promesse, peu importe ce que je dois faire pour te tirer de cette situation. Je refuse de laisser la moindre chose t'arriver, tu m'entends ?

Face au silence qui accueillit cette formule rhétorique, Klaus réalisa soudainement qu'il n'entendait plus le souffle saccadé de l'adolescente.

-Caroline ? questionna-t-il, inquiet.

-Désolée d'avoir dû interrompre ce dialogue si mélodramatique ! lui répondit une voix dont la froideur et la moquerie sous-jacente n'était définitivement pas celle de l'adolescente. Toute cette agitation a fatigué notre cher bébé vampire, j'ai donc pensé qu'il était temps que je me manifeste en personne.

Remarquant les intonations particulières du ton de son interlocuteur, l'Originel se figea. Après avoir passé plusieurs années avec celui-ci, il ne pouvait pas se tromper sur son identité, mais comment cela était-il possible ?

-Stefan ? finit-il par murmurer, déconcerté.

-Pour un être de plus de mille ans, tu n'es vraiment pas vif d'esprit ! se moqua l'homme à l'autre bout du fil d'un rire méphistophélique. Mais comme je suis de bonne humeur, je vais te laisser une autre chance…

- Silas ! finit-il par réaliser avec effroi.

-Bravo Klaus ! ironisa l'immortel âgé de plus de deux mille ans. T'avais-je manqué ?


Voilà pour ce chapitre, comme toujours, n'hésitez pas à me donner vos commentaires, conseils, critiques, suggestions, hypothèses par review ou pm !

J'ai encore quelques jours avant de reprendre les cours donc je vais travailler le prochain chapitre mais je ne pense pas avoir le temps de le poster avant la rentrée, je vous tiendrais au courant sur mon profil.

Juste deux précisions/ questions :

-Tout d'abord, j'avais prévu dès le début de ma fic de donner un petit rôle à Hayley, mais je sais qu'elle n'est pas très populaire parmi les fans du Klaroline (je ne l'aime pas beaucoup moi-même). Je trouve néanmoins qu'elle fait une antagoniste intéressante, mais si sa présence vous gène (ou si, au contraire, vous avez apprécié sa scène), dites le moi et je peux réduire ses apparitions (qui sont assez limitées de toute façon).

-Pour Silas, je l'ai donc écrit dans ce chapitre avec l'apparence de Stefan sans préciser pourquoi lui en particulier. Lorsque j'ai commencé cette fic, mon point de départ était en effet le 4x21 pour éviter toute cette intrigue des doubles, qui me semblait un peu tirée par les cheveux. Je peux néanmoins l'inclure si c'est plus clair pour vous ou au contraire, partir du principe que son apparence est totalement différente et que sa décision d'apparaître sous la forme de Stefan est liée à d'autres motifs (comme prévu à l'origine). Ca ne change pas mon intrigue quoi qu'il arrive donc n'hésitez pas à me le faire savoir !

Voilà pour cette fois, j'espère que ça vous a plu et désolée pour ces deux longues notes d'auteur !