Tout le crédit, les idées et la conception de cette histoire reviennent à lmraven. Cette histoire est la sienne, je ne suis qu'une traductrice.

Désolée à tous ceux qui ont lu le premier chapitre, ajouter cette histoire à leur favorite ou dans la liste de suivi. Ça fait longtemps que le premier chapitre a été posté et je m'excuse pour cette attente.

Axellelia3: Désolée pour ton attente! Je vais essayer de faire l'autre chapitre plus rapidement mais je ne promets rien.

Luckygirl2000: Désolé! Si tu aimes les Bella/Damon, est-ce que tu as lu mon autre histoire, Vie Tranquille, Adieux?

chat-de-nuit: Eh bien, Ines pour un frère, moi aussi j'adore le côté protecteur de Damon. J'espère que ce chapitre te plaira également!


Chapitre 2: Bienvenue à Forks

7 mois plus tard

Le panneau «Bienvenue à Forks» marquant la population à 3 349 personnes et Damon gémit en cause. Maigre choix fut la première pensée qui est venue à son esprit. Cela va être pareil à Mystic Falls, seulement plus froid et mouillé, et généralement juste plus misérable. Stefan, en entendant les ronchonnements de son frère, jeta un coup d'œil à son visage déterminé pendant qu'il conduit.

«Rappelle-moi encore pourquoi nous faisons ça?» demanda Stefan.

Damon roula ses yeux. «Tu sais pourquoi.»

«Ah, oui. Parce que tu regardes encore pour une évidence sans aucune importance de la grosseur que Katherine peut encore avoir le moindre petit bout d'humanité en elle.»

Damon lança un regard noir à Stefan. «Crois-moi. Je sais qu'il n'y reste plus rien de cela, s'il n'y a jamais eu un début avec son humanité.»

«Mais tu continues tout de même qu'il y a une possibilité qu'elle dise la vérité.»

«Hey, c'était ton amie sorcière, Bonnie, qui nous a dirigé ici avec son sort de location. Donc, au moins, nous savons que la fille existe.»

Stefan secoua tristement la tête. «Elle n'est pas Isabella, Damon.»

«Nous ne savons pas cela, Stefan.» répliqua Damon en coupant Stefan.

Stefan ne veut pas relancer l'argumentation encore. Ils ont eu assez de temps durant la course de trois jours depuis qu'ils ont trouvé la photo avec leur sœur, l'image d'Isabella dans la chambre de Katherine.

Trois jours plus tôt

Ils ont enfermé Katherine dans la tombe après l'avoir trompée avec la pierre de Lune que Bonnie et Lucy ont charmé. Une fois que ce grand exploit a été accompli, Stefan et Damon ont défait la chambre de Katherine dans le Inn. Ils regardaient pour une quelconque chose qu'ils pourraient trouver à propos des quels sont ses réels motifs pour retourner à Mystic Falls et son réel but en essayant d'obtenir la pierre de Lune. Ils n'ont rien trouvé. Mais ce qu'ils ont trouvé était infiniment plus troublant.

Damon a trouvé un compartiment secret dans les bagages de designer de Katherine. Il regarda à cela brièvement avant de laisser tomber l'item comme s'il avait desséché dans sa peau et sauta vers l'arrière. Son visage était plus pâle que ce que Stefan ne l'a jamais vu.

«Qu'est-ce que c'est? As-tu trouvé quelque chose?» demanda Stefan, prenant le petit item que Damon venait de laisser tomber.

«C'est impossible.» chuchota Stefan, sa main couvrant sa bouche en choc. Il fixait l'image photographique de quelqu'un qui aurait pu être la jumelle de sa sœur morte. Elle semblait plus vieille, peut-être seulement d'une couple d'années mais il n'y a aucune erreur dans les traits faciales, les cheveux couleur acajou, le doux sourire porté sur ses lèvres. Le fait le plus bizarre, cependant, était le fait apparent que cette photo était récente; très, très récent. Si la fille aurait été vêtue des vêtements du 19ième siècle et non le gilet moderne et les jeans qu'elle portait dans la photo, Stefan aurait pensé que cette fille était Isabella.

Armés avec la photo dans la main, Damon et Stefan sont retournés à la tombe pour confronter Katherine.

«De retour si tôt?» ronronna-t-elle. «Je savais que vous, garçons, ne pourraient pas en avoir assez de moi.»

Damon montra la photo avec un grognement. «Quoi, ou devrais-je dire, qui est-ce?»

La bouche de Katherine forma un «o» en surprise mais remit rapidement son masque.

«Je suppose que la vie privée d'une fille n'est plus sacrée. Est-ce que vous avez reçu des coups de pied lorsque vous avez fouillé dans ma lingerie?»

Damon a presque passé la barrière invisible de la tombe dans sa colère mais Stefan le tira vers l'arrière.

«Fais juste nous le dire Katherine.» dit Stefan avec fatigue.

«À qui ressemble-t-elle?» railla Katherine en réponse. Ce jeu commençait à l'amuser.

«Ma sœur est morte.» dit Damon au travers de ses dents serrées ensemble.

Katherine ria à son tourment apparent. «Morte est tel un terme relatif, spécialement dans notre monde. Tu devrais savoir cela maintenant, Damon.»

Cette fois, c'était Stefan qui a été retenu d'entourer ses mains autour du cou de Katherine.

«Ne te joue pas de moi.» gronda Stefan, luttant dans la prise de Damon pour se libérer.

«Laisse moi sortir et je pourrais te le dire.»

«Aucune chance. Tu peux pourrir ici pour ce que je me soucie.» lui dit Damon.

«Dans ce cas, vous ne le saurez jamais.» Elle haussa les épaules avant de retourner dans la partie sombre du tunnel.

«Nous allons la trouver!» cria Damon dans la tombe.

«Vous pouvez espérer que vous le ferez ou il pourrait être trop tard.» Les mots sinistres de Katherine chantèrent depuis les ténèbres.

«Quatre-vingt-dix-neuf pourcent de ce qui vient de la bouche de Katherine est un mensonge.» dit Stefan à son frère après qu'ils soient de retour à la boarding house. Non, pensa Stefan alors qu'il secoua sa tête. Il n'y avait qu'une seule façon qu'Isabella soit encore en vie et les implications de cela étaient juste trop horrible. Il n'aurait pas souhaité son existence pour personne même s'il désire vraiment de la voir.

«Tu dois admettre que même toi, tu penses à des possibilités.» dit Damon en regardant l'expression passée sur le visage de Stefan.

«Il n'y a aucune possibilité, Damon!» cria-t-il en colère. «Elle s'est jouée de nous et tu es tombé pour son jeu.»

«Elle est toujours dans la tombe, n'est-ce pas? N'es-tu seulement pas un tout petit peu curieux?» railla-t-il. La vérité est que bien qu'il haïsse l'admettre, il a besoin que son frère le fasse avec lui.

«Je suppose que je vais la trouver tout seul. Je demanderais à Bonnie de faire un sort de localisation.» Damon commença à partir pour la porte. 3-2-1, compta Damon dans sa tête avant que Stefan le prenne par le col du gilet dans une prise de la mort.

«Cela peut être un piège.»

«Pourquoi Stefan, je ne pensais pas que tu t'en souciais.» Les mots de Damon possédaient un bord sarcastique. «Maintenant, lâche-moi.» dit-il au travers de ses dents serrées.

«Ok.» Stefan le lâcha. «Depuis que tu es suffisamment stupide pour y aller, je devrais me joindre à toi.»

Jour présent

C'était il y a trois jours et, depuis lors, Stefan a laissé Damon planifier leur parcours. Elena a convaincu Bonnie de faire le sort et, miraculeusement, elle a accepté. Depuis qu'Elena était suffisamment en sécurité à présent, c'était décidé que Stefan et Damon ferait ce voyage avec leurs propres moyens.

«Donc, nous sommes arrivés. Qu'est-ce que l'on fait maintenant?» demanda Stefan à Damon, étudiant son corps tendu.

«Je croyais que c'était apparent. Tu vas t'inscrire au lycée... encore. Si elle vit vraiment ici, je suppose que le lycée local est l'endroit où elle devrait être présente.»

«Merveilleux!» dit sarcastiquement Stefan. «Et qu'est-ce que tu vas faire à part terroriser les gens de la ville et embêter le monde en général par ta présence?»

Damon regarda Stefan innocemment. «Moi? Bien, je vais allez à l'école moi aussi. Je suis sûr qu'un professeur chanceux ne se dérangera pas pour allonger son absence donc je pourrais remplir leur place.»

«Toi? J'ai un mouvement de recul à l'idée que tu sois dans le rôle de former les esprits des jeunes.»

«Pourquoi pas? J'ai déjà formé suffisamment de jeunes.» replia Damon dans sa manière lubrique typique.

Stefan ignora sa remarque, croisant ses bras sur son torse mais il avait besoin de demander cela. «Et quel sujet penses-tu que tu serais qualifié pour enseigner?»

«L'éducation sexuelle semble intéressant et j'ai de nombreuses années merveilleuses d'expérience.» Stefan donna à Damon un regard entendu. «Mais je pense que je vais y aller avec l'histoire. Après tout, j'ai vécu beaucoup durant celle-ci.»

Damon aurait normalement adoré les plaisanteries avec son frère; il aime tellement pousser les boutons de Stefan, mais son cœur mort-vivant n'était pas dedans. Le plus loin qu'ils allaient avec ce voyage, il se sentait de plus en plus énervé. C'était seulement maintenant qu'il comprenait pourquoi. Pour la première fois depuis un long laps de temps, il ressentait de l'espoir. Il n'était pas sensé ressentir cela, il ne voulait pas mais c'était présent. Cela le taquinait impitoyablement au travers de ses rêves et tout au long des heures où il est éveillé. Et juste en arrière de cette histoire, c'est le ténébreux nuage du scepticisme qui menace de le tuer.

Il ne peut pas blâmer Stefan pour ne pas croire Katherine; il ne la croit pas non plus mais là, il y a une chose qui reste remarquablement claire. Quelque part, ici dans cette petite ville misérable appelée Forks, il y a une fille qui ressemble tellement à Isabella. Il ne peut rien faire de plus sauf de mettre toute son énergie pour la trouver. Jusqu'à ce que ça l'arrive, il ne peut rien planifier ou il ne peut pas espérer pour quelque chose d'autre.

«Qu'est-ce qui se passera lorsque nous la trouverons, si nous la trouvons, évidemment?» Stefan a semblé tirer cette question en dehors des pensées de Damon.

«Je suis sûr que nous allons penser à quelque chose.»

«Je suis inquiet, Damon.» admit Stefan. «Inquiet que celle qui lui ressemble ne soit pas ce qu'elle semble. Inquiet que Katherine nous a composé quelque chose d'une manière ou d'une autre.»

«Oh, je sais qu'elle nous a composé quelque chose mais même toi, tu ne peux pas dénier qu'il doit bien y avoir une connexion entre cette fille et nous. Le sort de Bonnie n'aurait jamais fonctionné s'il n'y en avait pas.»

Stefan avait pensé à cela aussi. Le sortilège de Bonnie n'a pas seulement fonctionné mais il a fonctionné tellement rapidement que même Bonnie a été surprise. Peu importe la connexion qu'il y a, elle était puissante et très forte. Il savait que Damon espérait et que si le temps a appris quelque chose à Damon, ça lui a appris que l'espoir n'était pas fructifiant. Si Damon pouvait être optimiste, pourquoi ne le pouvait-il pas?

«Nous avons besoin d'approcher ceci rationnellement quand nous allons la trouver. Nous ne pouvons aller directement et tout lui dire.» l'avertit Stefan.

TOMR

Edward regarda amoureusement à la magnifique fille qui était assise dans ses bras à côté de lui dans l'avion qui allait à la maison en partant de l'Italie. Maison, pensa-t-il. Oui. Forks est ma maison. Cela le sera aussi longtemps que Bella sera là pour rendre Forks agréable. Ça a été sept mois entiers depuis qu'il a respiré sa magnifique odeur, sept mois entiers qu'il était parti sans son essence. Il ne pouvait pas empêcher ses mains de tracer ses délicates formes... il ne pouvait pas s'empêcher de placer ses lèvres sur ses cheveux, ses poignets et n'importe où qu'elles pouvaient aller... ses lèvres ont été la seule exception. Il ne ressentait pas le droit de faire cela pour le moment. Pas jusqu'à ce qu'ils aient parlé. C'était impossible de le faire maintenant, pas quand elle est épuisée. C'était pour plus que la vive allure qu'elle a gardé pendant qu'elle essayait de le sauver... plus que la confrontation avec les Volturi qui a presque fini sa propre vie. Il savait, instinctivement que c'était ses propres actions qui se perpétraient sept mois auparavant qui a causé ceci.

Bella était encore magnifique pour lui... elle le serait toujours. Mais elle avait l'air plus fragile... plus cassable présentement qu'elle ne l'a jamais été. Sa pâleur était si pâle que c'était presque translucide, si c'était possible, la silhouette de ses os était plus évidente au travers de sa peau et il est mal à l'aise alors qu'il traçait la teinte de mauve foncé sous ses yeux. Edward était inquiet.

«Relaxe. Tu vas faire une pagaille de ça assez tôt. Alors tout sera correct.» Les pensées d'Alice arrivèrent à lui.

Oui, Alice. Il ne savait pas s'il devrait être fâché après elle pour risquer la vie de Bella en Italie comme elle a fait ou immensément reconnaissant pour être la main qui a réuni lui et sa raison pour son existence. Bella n'était pas morte en sautant de la falaise. Bien qu'il ne sache pas s'il croyait entièrement que le saut en soi était purement récréatif comme Bella l'a clamé. C'était juste une autre chose qu'il aura besoin de découvrir lorsque Bella sera pleinement reposée. Il n'y a aucune façon qu'il la quittera encore... il n'y a pas une seule façon qu'il pourrait le faire.

Bella était reconnaissante qu'Edward n'ait jamais embrassé ses lèvres. Ça aurait fait que la douleur serait beaucoup plus intense quand il la quittera de nouveau. Elle pouvait déjà ressentir le trou à l'intérieur d'elle commencé à se propager largement, ouvert, à cette pensée. Après tout, n'était-il pas celui qui a dit qu'elle n'était pas suffisamment bonne pour lui, qu'elle n'a pas sa place dans son monde? Mais elle ne penserait pas à cela maintenant. Elle se contentait de faire semblant que tout soit comme il se doit. Il y aura suffisamment de temps pour souffrir quand sa la fantaisie se terminera.

«Tu devrais dormir, amour.» lui chuchota doucement Edward pendant qu'il flattait ses cheveux.

Bella secoua sa tête. «Je ne peux pas. J'aurai juste des cauchemars.»

Il hocha la tête une fois en guise de compréhension. Mais il ne comprenait pas vraiment, pensa Bella pour elle-même. Il pensait qu'elle aurait des cauchemars à propos des Volturi. Mais la réalité était que c'était pire que cela. Ses cauchemars venaient avec une douleur physique... tellement qu'elle se réveille donc en criant. La plupart du temps, les cauchemars étaient à propos d'Edward mais quelques fois, elle aurait des cauchemars de chute. Il y avait deux autres personnes dedans son rêve mais leurs visages étaient toujours floues. Il y en avait d'autres aussi. D'autres états de rêve quand elle était pleinement éveillée. Encore, toujours floue mais elle avait le sentiment qu'elle était dans un temps différent. Et la douleur... bien, elle venait avec eux aussi.

Soudainement, elle se maudit elle-même pour y penser alors qu'elle commençait à ressentir la douleur sourde qui les commençait toujours. S'il te plaît pas ici, pas maintenant, pensa-t-elle. Elle avait besoin de sortir et d'aller à la salle de bain maintenant! Alice et Edward pourraient ne jamais le savoir et Bella espérait qu'Alice soit incapable de voir cela dans ses visions psychiques. C'était douteux, Alice ne pouvait pas vraiment voir les choses qui vont arriver spontanément sans rime ou raison.

«J'ai besoin d'un moment d'humain.» dit Bella à Edward. Elle était entrain de commencer à paniquer alors qu'elle ressentait la sueur froide et moite commencée à se former à l'arrière de son cou. Ça lui a pris tout ce qu'elle avait pour conserver l'agonie en dedans d'elle et de ne pas la démontrer sur son visage et elle était très reconnaissante que son esprit soit fermé à Edward.

Bella s'est dirigée rapidement aux toilettes, heureuse que personne ne les occupait. Mouillant une débarbouillette, elle la tient à l'arrière de son cou avec une de ses mains pendant que l'autre massait son front. Ses yeux commençaient à pleurer à cause de la douleur et son image dans le miroir s'effaça et se métamorphosa en une autre scène.

Elle se regardait dans un autre miroir entier, ovale, orné avec du bois complexe. Son image était vague mais de ce qu'elle pouvait en voir, elle était habillée dans une robe de bal bleu complexe à la taille courte, le genre qu'elle n'a jamais vu auparavant. Ses cheveux étaient dans un chignon stylé avec la raie au milieu et ornés de petites fleurs. Elle regarda avec une expression amusée sur son visage alors qu'une silhouette mâle jusqu'à être derrière elle. Elle ne pouvait pas voir son visage mais elle a noté que ces cheveux étaient foncés, presque noir.

«Je sais que Père a dit que tu étais trop jeune pour danser la valse mais depuis quand est-ce que nous portons attention à ses décrets stricts?»

Bella était sur le bord de parler à cet étrange homme dans sa vision... de lui demander qui il était... qu'est-ce qu'elle faisait ici... pourquoi est-ce qu'il pensait qu'elle était sa sœur mais il posa un doigt sur ses lèvres à lui comme si c'était pour la garder silencieuse.

«Shh, je ne vais pas le dire si tu ne le fais pas.» Il tendit sa main gantée blanche à elle et elle pouvait le sentir, mieux que le voir, un sourire arrogant sur son visage.

Avant qu'elle puisse confier sa main dans la sienne, elle était se fixait elle-même dans le miroir de la salle de bain de l'avion, regardant avec horreur son nez commencer à saigner.

Il y avait un doux cognement à la porte. «Bella, c'est Alice.»

Merde, Alice, pensa-t-elle dans un état de panique. Elle essuya rapidement son nez pour nettoyer le sang, espérant éviter le début de la nausée que ça causait et priait pour qu'Alice, avec ses sens vampiriques, ne soit pas capable de le sentir à travers la porte.

«Je serai dehors dans peu de temps Alice.»

«Edward commence à s'inquiéter énormément. Tu as été là-dedans pour 15 minutes.»

Est-ce que ça été aussi long? «Je suis juste entrain de me rafraîchir. Je serai dehors dans peu de temps.» cria-t-elle à sa meilleure amie.

«C'est ce que je lui ai dit mais il m'a fait vérifier tout de même. Les hommes!»

Elle entendit les pas d'Alice s'éloigner et elle poussa un soupir de soulagement. Désastre évité. Du sang mélangé avec deux vampires dans un espace aérien fermé n'était jamais une bonne combinaison... même si on dit que les vampires étaient «végétariens».

La majorité du retour à la maison se passa dans un état surréel après cela. Elle se rappela avoir vu le reste des Cullen attendant pour eux à l'aéroport pour leur arrivé et les excuse sincères de Rose qu'elle a passé une barrière en disant à Edward pour son supposé suicide et par le fait même, motiver Edward à s'enfuir en Italie pour plaider sa cause en même temps.

Après ça, il n'y avait rien mis à part les ténèbres jusqu'à ce que le rêve de chuter revienne à nouveau. Elle se réveilla en sursaut pour voir Edward la regarder avec tellement d'amour et de concerne qu'elle a presque pleuré. Quelque chose ne fonctionnait pas avec cette hallucination pourtant. Les yeux d'Edward étaient près du noir à cause de la faim. Son Edward hallucinatoire était habituellement mieux nourri. Elle est venue avec la seule conclusion qu'elle pouvait avec ses pensées embrumées. Elle était morte et les dernières quarante-huit heures n'ont jamais existé. Elle est réellement morte lorsqu'elle a sauté en bas de la falaise. Jake ne l'a jamais sauvé, pas du tout.

«Oh!» s'exclama-t-elle effrayée. Après avoir frotté ses yeux, elle voyait encore le pâle visage d'Edward apparaître près du sien.

«Est-ce que je t'ai fait peur?» demanda la voix de velours de son Edward.

«Oh merde!»

«Qu'est-ce qu'il y a Bella?» demanda Edward qui commençait vraiment à s'inquiéter sur son état confus.

«Donc, je me suis réellement noyée. Merde, merde, merde. Ça va tuer Charlie.»

«Bella. Tu n'es pas morte.»

«Alors pourquoi est-ce que je ne me réveille pas?»

«Tu es éveillée, Bella.»

«Non... je suis soit morte, soit je rêve. Tu ne serais pas là aussi non.» lui dit-elle comme si cela était tout le sens de ce monde.

Son expression était douloureuse maintenant. «Bella, écoute-moi. Tu n'es pas morte, tu es réveillée et je suis vraiment ici et très en vie. Merci à toi, puis-je ajouter.»

Bella prit un moment pour absorber cela. «Donc tout ça est arrivé?»

«Si tu veux dire par là que tu as presque été massacrée par les Volturi en Italie, donc oui. Cela est réellement arrivé.» Il la regarda comme si elle allait soudainement briser alors qu'il la regardait prendre ces informations.

«C'est amusant. Je n'ai jamais été plus loin à l'est qu'Alberquerque.»

Cela ne lui obtient un roulement d'yeux. «Je pense que tu devrais te rendormir. Tu délires encore.»

«Non, je suis debout.» Bella s'assit plus droite dans son lit, poussant ses cheveux plus loin que son visage. Edward la regardait sérieusement maintenant. Elle pouvait dire qu'il avait quelque chose à dire et elle ne savait pas si elle voulait l'entendre.

«Je te dois une excuse. Non, c'est sûr que je te dois plus, beaucoup plus que ça.» Les mots d'Edward commençaient à sortir d'une manière agitée comme s'il ne pouvait plus attendre pour les ôter de son système. «Mais, tu as besoin de savoir que je n'avais aucune idée. Je ne réalisais pas le désordre que je quittais derrière. Je pensais que c'était sauf pour toi ici. Tellement sauf. Je n'avais aucune idée que Victoria reviendrait. Je vais l'admettre, quand je l'ai vu cette fois-là, je portais beaucoup plus d'attention aux pensées de James. Mais je n'ai juste pas vu qu'elle avait cette sorte de réponse, de vengeance en elle. Qu'elle avait même un lien aussi fort à lui. Pas qu'il n'y ait aucune excuse pour ce que je t'ai laissé affronter. Quand j'ai entendu ce que tu as dit à Alice – ce qu'elle a vu elle-même – quand j'ai réalisé que tu avais mis ta vie dans les mains des loups-garous, immature, lunatique, la pire chose en dehors à côté de Victoria elle-même. S'il te plaît, je veux que tu saches que je n'avais aucune idée pour tout cela. Je me sens malade, malade au coeur, même maintenant, quand je peux voir et te sentir en sécurité dans mes bras, je suis la plus misérable excuse pour...»

«Arrête.» Bella leva sa main pour, effectivement, l'arrêter avant qu'il ne continue. Il n'y avait aucune raison pour tirer cela en dehors de lui et elle pouvait voir où cela allait. Il se sentait coupable. Il avait besoin de son absolution et elle allait le lui donne peu importe le prix pour elle. Il n'y avait pas une seule façon qu'elle pouvait le laisser ressentir de la culpabilité inutile pour elle. «Fais juste arrêter! Edward... tu ne peux pas prendre la responsabilité pour les choses qui arrivent ici. Rien de tout cela et je veux dire, rien de cela n'est ta faute. Fais juste arrêter d'essayer de prendre le blâme pour cela. Je sais que c'est dans ta nature de ressentir de la culpabilité et même si j'ai sauté de la falaise pour mourir, cela aurait été mon choix et non ta faute. Partir en Italie parce que tu pensais que j'étais décédée? Ça c'était un peu extrême, même pour toi. Est-ce que tu as seulement pensé à qu'est-ce que ça aurait fait à Carlisle ou à Esmé ou...»

Elle fit une pause pour respirer profondément et c'est à cet instant qu'elle a remarqué l'expression ténébreuse d'Edward. C'était tellement intense que ça lui a failli retourner en-dessous des couvertes pour se cacher.

Edward ne pouvait plus écouter le discours de Bella. Plus les choses ridicules sortent de sa bouche, plus il devient fâché. Ne réalise-t-elle pas combien elle signifie pour lui... jusqu'à qu'elle pour il l'aime? Elle pensait qu'il avait fait ça à cause de la culpabilité?

«Isabella Marie Swan» Sa voix sortit comme un chuchotement étranglé. «Penses-tu que j'ai demandé aux Volturi de me tuer parce que je ressentais de la culpabilité?»

Ça la coupa direct. «Ne ressentais-tu pas de la culpabilité?»

«La culpabilité? Plus que tu ne pourras jamais savoir.»

«Ça c'est mon point. Tu n'a pas besoin de...»

Il posa un doigt sur ses lèvres pour la garder silencieuse et secoua sa tête tristement. «Bella, je suis allé aux Volturi parce que je pensais que tu étais... morte.» Même maintenant avec elle ici et sauve, il avait encore de la misère à prononcer le mot. Il eut un frisson involontaire et il continua. «Même si ce n'était pas de ma faute, je serais tout de même allé en Italie.»

«Mais je ne comprends toujours pas.» Bella était plus confuse que jamais.

«Excuse-moi?»

«Qu'est-ce qui se serait passé si je serais morte? Tu m'as quitté, souviens-toi? Tu m'as di...» Elle ne voulait pas se rappeler tous les mots blessants. «Bien... tu m'as dit plein de choses.» Elle sentait les larmes qu'elle retenait depuis longtemps qui menaçaient de déborder et c'est ce qu'elles firent.

Edward en captura une et la fixa, son visage se tordit dans une grimace douloureuse. «Bella, tu sembles te tromper et c'est ma faute, réellement. J'ai menti ce jour dans les bois. J'ai menti mais pour t'avoir à me croire si facilement... c'était atroce. Bella, la vérité est que je ne peux pas vivre dans un monde où tu n'existes pas... Je ne veux pas vivre dans ce monde. Après toutes les fois où je t'ai dit à quel point tu comptais pour moi, comme si je pourrais exister sans avoir besoin de toi... comment peux-tu laisser un seul mot briser ta foi en moi?»

«Parce que ça n'a jamais fait de sens... pour toi de m'aimer.» répondit simplement Bella en croyant les mots qu'elle a dit. Edward le voyait dans son expression et il voulait la prendre dans ses bras si fortement parce que rien de ce qu'elle dit ne peut être plus loin de la vérité.

«Oh Bella,» soupira-t-il. «Comment avons-nous pu rendre les choses si mauvaise? Je suis tellement désolé pour ce que je t'ai fait passer au travers... pour ce que j'ai inutilement mis sur nous deux. Mais mettons une chose au clair maintenant. Je suis seulement parti parce que je pensais que je te protégeais. Je voulais que tu ailles une vie humaine normale et saine. C'est la seule action véritablement désintéressé que j'ai fait dans un long, long temps. Et cela est revenu sur moi.»

«Tu ne partiras pas de nouveau, non? demanda Bella ressentant comme si elle allait réellement déchirée en morceau si après tous ces mots, il pouvait lui tourner dos à nouveau.

Il secoua sa tête. «Bella, j'ai promis. Je n'irai pas nulle part... pas sans toi. Tu es ma vie.» Il rit sans humour à cet instant. «J'étais sur mon chemin du retour de toute façon. Même si je n'aurais pas reçu le coup de téléphone de Rosalie... Je revenais, prêt à ramper pour l'éternité si nécessaire juste pour être prêt de toi.

Bella le serra dans ses bras, ayant le besoin de se sentir près de lui qu'elle a été affamée de ressentir après trop de temps. «Tu n'as pas besoin de ramper.»

Il la serra plus fort, respirant son odeur. «Je vais le faire si tu me le demandes.»

Elle rit dans son cou. «Il y a seulement une chose que je veux de toi en ce moment.»

«N'importe quoi.»

«Embrasse-moi.» Et il le fit. Le baiser n'était pas aussi prudent que ceux échanger auparavant. Ce baiser parlait de la profondeur de l'amour, de la perte, du désir et de la douleur. Pour une fois, à la joie de Bella, il ne se retient pas et, à son tour, elle lui donna tout ce qu'elle avait.

«Ça m'a manqué.» dit-il lorsqu'ils se sont finalement séparés.

Ce n'était jamais comme ça, pensa Bella mais elle resta silencieuse à propos de ça. Après ça, elle ne pensait pas qu'elle pourrait retourner aux baisers chastes qu'elle était habituée d'avoir de lui. Son corps entier picotait encore avec le besoin.

«Moi aussi.» Bella voulait essayer pour une humeur moins solennelle. «Donc... qu'est-ce que tu as fait pendant que tu étais parti?»

«Je traquais... quelque chose que j'étais obligé de faire.» dit-il soudainement fâché.

Bonne façon de briser l'humeur, Bella, pensa-t-elle. «Je ne comprends pas. Qu'est-ce que ça veut dire?»

«Ça veut dire ça, même si je ne me suis jamais attendu à du danger de la part de Victoria, je n'étais pas pour la laisser aller avec... Bon, comme j'ai dit, j'étais nul pour ça. Je l'ai traqué aussi loin que le Texas, mais là-bas, j'ai suivi une fausse piste qui m'a mené au Brésil – et en réalité, elle venait ici.» gémit-il. «Je n'étais même pas sur le bon continent! Et pendant tout ce temps, pire que mes pires craintes –»

«Tu chassais Victoria?» hurla à moitié Bella, passant à travers de deux octaves.

«Pas bien,» répondit Edward, étudiant son expression outragée avec un regard confus. «Mais je vais être meilleur cette fois. Elle ne teindra pas le parfait bon air en inspirant et en expirant pour beaucoup de temps.»

«Ça c'est... en dehors de la question,» Bella réussit à s'étouffer. Insanité. Même s'il avait ses frères, Emmett ou Jasper pour l'aider. Même s'il avait l'aide d'Emmett et de Jasper. C'était pire que son autre imagination : Jacob Black debout de l'autre côté d'un petit espace avec la silhouette féline et vicieuse de Victoria. Elle ne pouvait supporter l'image d'Edward là, même s'il était beaucoup plus résistant que son meilleur ami à moitié humain.

«C'est trop tard pour elle. Je peux l'avoir laissé m'échapper l'autre fois, mais pas maintenant, pas après –.»

Elle l'interrompit à nouveau, essayant de prononcer calmement ces mots. «Ne viens-tu pas juste de promettre que tu ne me quittera pas?» demanda-t-elle. «Ce n'est pas exactement compatible avec une extension d'une expédition de traque, non?»

Il fronça les sourcils. Un grondement commença à se créer bas dans son torse. «Je vais garder ma promesse, Bella. Mais Victoria» – le grondement devient plus prononcé – «va mourir. Bientôt.»

«Ne sois pas aussi hâtif,» dit-elle, essayant de cacher sa panique. «Peut-être qu'elle ne reviendra pas. Le pack de Jake l'a probablement terrifié. Il n'y a pas réellement de raison d'aller voir pour elle. En plus, j'ai des plus gros problèmes que Victoria.»

Les yeux d'Edward se plissa, mais il hocha la tête. «C'est vrai. Les loups-garous sont un problème.»

Bella grogna. «Je ne parlais pas de Jacob. Mes problèmes sont pires qu'une poignée d'adolescents loups qui sont eux-mêmes dans le trouble.»

Edward sembla vouloir dire quelque chose, et puis, il pensa mieux à propos de ça. Ses dents claquèrent ensemble, et il parla au travers de ses dents serrées. «Vraiment?» demanda-t-il. «Alors quel serait ton plus grand problème? Qui ferait que le retour de Victoria pour toi semble être une question sans conséquence en comparaison?»

«Quoi à propos du deuxième plus gros?» esquiva-t-elle.

«C'est correct,» accorda-t-il, suspicieux.

«Il y en a d'autres qui vont venir voir pour moi,» lui rappela Bella dans un chuchotement modéré.

Il soupira, mais sa réaction n'était pas aussi forte que ce qu'elle aurait imaginé.

«Les Volturi sont seulement ton deuxième plus gros problèmes?»

«Tu ne sembles pas bouleversé à propos de cela,» remarqua-t-elle.

«Bien, nous avons plein de temps pour y penser et passer au travers. Le temps signifie quelque chose de vraiment différent pour eux plus que pour toi, ou même moi. Ils comptent les années la façon dont tu comptes les jours. Je ne serais pas surpris si tu avais trente ans avant que tu ne croises leurs esprits de nouveau,» ajouta-t-il légèrement.

L'horreur passa au travers d'elle.

Trente ans.

«Mais Alice a dit qu'elle allait...»

«Oublie à propos ce qu'Alice a dit qu'elle fera. Tu ne peux pas me demander d'accepter cela.»

Bella devenait de plus en plus fâchée par sa phrase. «Je ne te le demandais pas.»

«S'il te plaît, Bella. Je ne risquerai pas ta magnifique âme juste pour que je puisse t'avoir pour le reste de mon éternité. Ce serait la chose la plus égoïste que je pourrais ne jamais faire.»

«Mais...»

«Shh, amour. Tu es encore fatiguée. Nous allons discuter de cela une autre fois... je te le promets.»

Bella le regarda avec doute et Edward savait qu'elle ne croyait pas pleinement à ses mots.

«Je te le promets.» réitéra-t-il et elle fit un signe de tête pour acquiescer. «Maintenant, repose-toi. J'ai besoin d'aller chasser avant d'aller à l'école demain matin. Seras-tu là?»

Bella hocha la tête. «J'en ai déjà trop manqué.» Elle n'expliqua pas sa longue absence quand sa famille a quitté. «Tout le monde voudra savoir pourquoi vous êtes revenus.»

«Ne t'inquiète pas.» Il lui fit un clin d'oeil. «Nous allons venir avec une excuse. Je te donne le récapitulatif durant la matinée.»

Après qu'il ait quitté, Bella découvrit qu'elle ne pouvait plus dormir. Elle avait beaucoup à penser à propos, le moindre de tout ça était ses hallucinations dérangeantes non-reliées à Edward.

«Souviens-toi, jeune fille. À la maison à la fin de l'école.» lui annonça Charlie alors qu'elle venait seulement de mettre un pied en dehors de la porte.

«Je m'en rappelle.» Bella ne blâme pas réellement Charlie pour la gronder. C'était un petit prix à payer pour ce qu'elle lui avait fait subir. Mais les choses commençaient à s'améliorer. Malgré les menaces de la part des Volturi, et les observations de Victoria et le chagrin qu'elle était sûr d'entendre de Jacob, elle était finalement heureuse de nouveau. Edward était de retour et il était ici pour rester. Rien ne pouvait aller de cette manière-là. Ou alors, pensa-t-elle.


Voilà la fin du chapitre 2 tant attendu! Je vais encore m'excuser pour le délai mais je vais essayer de faire le prochain chapitre plus rapidement!

Laissez-moi un review pour m'encourager!

Merci,
ginnybella98