Bonjour, bon après-midi, bonsoir, bonne nuit!

Pims10: Désolée pour l'attente, voilà le nouveau chapitre! :D Bisous ^^

Pim's: Je suis contente que tu aimes la fic et tu peux toujours laisser un mot comme celui-ci puisque c'est toujours encourageant pour moi! :D Tu devrais apprécier davantage ce chapitre puisqu'il est centré sur la relation entre Edward et Bella en plus d'un peu des frères Salvatore, surtout Damon.

Tout le crédit, les idées et la conception de cette histoire reviennent à LMRaven. Cette histoire est la sienne, je ne suis que la traductrice. Aussi, grand merci à ma bêta! :D

Je vous laisse! Bonne lecture!


Chapitre 6: Tout n'est pas parfait au Paradis

Damon fixait le feu ronflant dans le foyer en pierre, son verre de scotch étant appuyé contre son front quand il entendit la porte de devant s'ouvrir.

«Nous avons un problème.» déclara-t-il d'un ton neutre, sans bouger avant même que Stefan ait une chance de fermer la porte derrière lui.

«Quoi maintenant?» demanda Stefan avec une touche de résignation dans sa voix.

«Bien,» dit Damon, faisant finalement face à son frère. «Pendant que tu étais dehors entrain de sucer à sec tous les rongeurs qui sont à proximité, j'ai eu une discussion très intéressante avec Elena.»

«Tu l'as appelé?» Il semblait surpris et pas du tout blessé.

«En fait, elle t'a appelé, mais tu avais oublié ton téléphone.» Damon lança le cellulaire à Stefan qui l'attrapa automatiquement. «Il semblerait que notre copine soit allée à la crypte pour voir Katherine.»

«Quoi? Pourquoi ferait-elle ça?»

Damon remarqua qu'il n'avait absolument pas fait attention à la remarque «notre copine» et cacha un sourire. «Pourquoi est-ce qu'Elena fait quelque chose Stefan?» Damon leva les yeux au ciel. «Elle pense qu'elle nous aide. La fille n'a apparemment aucun instinct de survie.» Juste une des nombreuses différences qu'elle a avec Katherine, songea-t-il. Katherine faisait tout pour se sauver elle-même et se fout de tout le monde qui lui entrave le chemin. «Donc... après que je l'aie complètement disputé pour avoir fait quelque chose d'incroyablement stupide, elle m'a dit certaines choses vraiment intéressantes.» Il prit une autre gorgée de son scotch pour se donner du courage. «Qu'aimerais-tu que je raconte en premier, les mauvaises nouvelles ou les mauvaises nouvelles pas trop pire?»

«En supposant que Katherine peut être crue, ce que nous savons tous le deux qu'elle ne peut pas.»

«Hmm, oui, en supposant ça, bien sûr. Peu importe, Katherine était juste suffisamment ambigüe selon Elena pour me faire croire que certaines choses qu'elle a dit était la vérité ou une vérité partielle.» L'esprit de Damon s'égara sur sa discussion avec Elena quand il lui a demandé ce que Katherine voulait en échange de l'information, sachant que Katherine ne donnait jamais rien pour rien. Elena mentionna qu'elle lui avait offert du sang, mais de la façon dont sa voix tremblait, il ne pensait pas que c'était tout ce qu'elle voulait.

Stefan s'assit en défaite, des rides d'inquiétude se formèrent dans ses traits. Damon versa de l'alcool à son frère et lui tendit. «Tiens, tu pourrais en avoir besoin.»

Stefan fixa le soudain breuvage dans ses mains et fut accablé par l'inquiétude.

«Qu'est-ce qu'Elena a dit exactement?»

«Version courte? Selon Katherine... Bella Swan est à la fois notre sœur et ne l'est pas... peu importe ce que ça signifie. Et que le grimoire d'Emily Bennett contient peut-être les réponses à ce mystère particulier. Ça, ce sont les mauvaises nouvelles pas trop pire.»

«Et les mauvaises nouvelles?» Stefan ne voulait pas vraiment demander.

«Ah, c'est là où ça devient intéressant. Katherine a suggéré à Elena que les deux, elle et Bella Swan, sont en danger imminent et écoute ça, je cite: ''Il y a des forces qui s'allient que tu ne peux même pas imaginer'' et la pierre de Lune en est seulement une partie.»

«Où est Elena maintenant?»

«Quand nous parlions, elle était sur sa route vers la maison de Bonnie.»

Aussitôt que Stefan a ouvert son téléphone pour appeler Elena, Damon se leva et mit sa veste de cuir. «Et c'est mon signal pour quitter.»

«Attends un peu. Où vas-tu?»

«J'ai un petit creux.»

«Damon.» La voix de Stefan sortit comme un avertissement.

«Stefan.» rétorqua Damon d'un ton pleurnichant, seulement pour ennuyer encore plus son frère. «Quoique sérieusement, j'ai fait une promesse à Elena, je ne la briserai pas.»

XXXXX

Jasper flatta les cheveux d'Alice alors qu'ils s'assirent, blottis sur leur lit, loin du reste de la famille. Alice était dans une mélancolie inhabituelle depuis le dîner. Elle a fait un bon spectacle, mais elle ne pouvait pas tromper son mari empathe.

«Qu'est-ce qu'il y a darlin'? Tu es tellement triste aujourd'hui.» demanda-t-il, appuyant ses lèvres sur ses cheveux à l'odeur de jasmin.

Alice, qui était appuyé sur Jasper, se retourna pour le regarder, se demandant si elle devrait lui dire ce qu'elle savait. Bella a seulement dit de ne pas le dire à Edward, elle n'a rien dit à propos de le dire à Jasper. C'était quelque chose qu'elle avait besoin de partager. Elle ne pouvait plus supporter le fardeau de cette connaissance et, en plus de cela, elle a toujours promis d'être honnête avec Jazz.

«J'ai peur, Jazz. Vraiment peur que nous allons perdre Bella... pour de bon, cette fois. Et si cela arrive...» Sa voix se brisa et elle était incapable de continuer, mais Jasper savait ce qu'elle allait dire. S'ils perdaient Bella, ils perdaient Edward... ils perdaient tout.

«Hey, hey.» dit-il en embrassant son front, tentant de la réconforter. «Nous venons seulement de la récupérer. Qu'est-ce qui te fait penser que nous allons la perdre?»

«Je lui ai promis que je n'en parlerai pas à Edward, mais si je te le dis, tu dois me promettre de ne même pas penser à propos de cela autour de lui.» dit-elle avec férocité. Elle ne voulait pas perdre la confiance de Bella avec tout le reste.

«Edward n'entendra rien de ma part.» la rassura-t-il.

Satisfaite avec cela, Alice continua. «Je pense qu'elle est malade, Jazz. Je veux dire, vraiment malade. Elle est seulement trop entêtée pour l'admettre.»

«Je sais, elle n'avait pas... l'air bien dernièrement.» déclara-t-il lentement, envisageant ce qu'Alice lui disait.

«C'est plus qu'une perte de poids et la pâleur de sa peau. Aujourd'hui dans la salle de bain, son nez saignait à cause de la douleur dans sa tête. Et après, elle m'a dit que cela durait depuis quelques mois. Depuis des mois, peux-tu y croire? Elle était tellement nonchalante à propos de cela et j'ai peur d'avoir été un peu rude avec elle, mais elle me terrifie, Jazz.»

«Que te disent tes visions?»

«Chaque fois que je tente de voir, il n'y a rien sauf si quelques chose arrive dans peu de temps. Je ne comprends pas.» Elle secoua sa tête en signe de confusion. Elle remonta ses genoux à sa poitrine et passa ses bras autour de ceux-ci pour se réconforter elle-même.

Jasper fut silencieux pendant un moment en pensant à tout ce qu'Alice venait de lui révéler. «Je n'aime pas avoir cette information et ne rien faire avec.» lui dit-elle honnêtement.

«Tu m'as promis que tu ne le diras pas à Edward.»

«Et je ne le ferai pas... sauf s'il le demande.»

«Mais...» Alice était énormément consternée.

«Non Alice.» Le ton de Jasper ne laissait pas de place pour aucun argument. «Je pense seulement à comment je me sentirais si la situation était inversée et qu'Edward saurait ce qui se passe avec toi et ne me le dirais pas. Je ne peux pas lui mentir complètement avec une bonne conscience.» Lorsqu'il ne reçut aucune réponse, il la regarda et la trouva assise, les yeux fixant le vide, perdue dans une vision... mais c'était plus que ça, elle semblait pétrifiée.

«Alice?» questionna Jasper, lui secouant légèrement l'épaule. Elle cligna deux fois les yeux en sortant de sa transe et regarda Jasper, l'horreur peinte sur son visage.

En se relevant, elle commença immédiatement à chercher quelque chose dans la pièce, passant sa main sur les draps du lit, regardant sur sa table de chevet. «Non, non, non! Jasper, où est le téléphone? Pourquoi est-ce que je ne peux pas le trouver?»

«Qu'est-ce qu'il y a, Alice?» dit-il en se levant pour l'aider lorsqu'il a senti ses émotions se transformer en panic.

«Nous devons appeler Edward... C'est Bella, son futur disparaît dans quinze minutes.»

XXXXX

«Je suis content que tu sois revenu. Ça fait longtemps que nous n'avons pas été chassés comme ça.» dit honnêtement Emmett à Edward alors qu'ils marchaient à travers la dense végétation jusqu'où ils savaient qu'ils allaient trouver leurs proies à quatre pattes.

«Moi aussi.» répondit Edward, lui donnant une petite tape dans le dos. Edward savait qu'il avait beaucoup de relations à réparer après son exil. Ils le regardaient tous comme s'il avait un pied en dehors de la maison alors qu'ils marchaient sur des œufs autour de lui, effrayés de le faire partir. Est-ce qu'il a merdé au point où plus personne n'a confiance en lui? Il savait déjà la réponse à sa question avant même d'avoir fini de la formuler dans sa tête. Oui.

Emmett se racla la gorge, son esprit tourbillonnant de pensées qu'Edward ne pouvait déchiffrer. «Donc... euh... as-tu décidé de la transformer finalement?» Il regarda son frère attentivement, sachant que c'était pratiquement un sujet tabou, mais il n'a pas pu s'empêcher de le demander.

Edward se tourna vers lui, essayant de cacher son sifflement à la seule pensée de transformer Bella en un monstre comme lui. «Quoi? Non. Bien sûr que non!» Il choisit d'agir avec l'offensive à la place.

«Je suis certain que Bella a des idées différentes.» Emmett ria dans sa barbe. «Et Alice a dit qu'elle l'avait vu... qu'elle l'avait vu comme l'une d'entre nous.»

«Les visions d'Alice peuvent changer. Tu le sais aussi bien que moi.» Edward devait repousser la partie égoïste de lui qui voulait Bella à ses côtés pour l'éternité. De réellement vivre la vision qu'Alice a eue lorsqu'ils étaient à Volterra. De voir ses yeux dorés avec sa peau scintillante alors qu'elle court vers lui. C'était une vision qui l'emmenait presque à genoux tellement il le voulait. Il le désirait tellement que ça lui causait presque des blessures physiques comme une soif qu'il ne pouvait étancher. Il secoua la tête. Non, il ne pouvait pas lui faire ça... il ne pouvait pas la transformer en un monstre sans âme comme lui.

La sonnerie de son téléphone dans sa poche le ramena à la réalité.

«Alice...» Avant même qu'il puisse dire un mot de plus, Alice criait presque dans le téléphone.

«Elle disparaît, Edward... dans quelques minutes, son futur disparaît.»

L'esprit d'Edward commença à imaginer tous les différents scénarios qui pourraient faire du mal à Bella alors qu'elle était supposée être en sécurité à l'intérieur de sa maison. Ses peurs augmentaient à chaque seconde jusqu'à ce qu'il arrête sa torture mentale.

«Que faisait-elle juste avant que tu n'arrêtes de la voir?» demanda-t-il, se forçant à demeurer calme.

«Elle parlait au téléphone dans sa chambre, puis plus rien.»

Edward relaxa seulement une minute. «Je sais ce qui se passe. Elle va le voir.» grogna-t-il.

«Bien sûr.» Alice soupira de soulagement. Les loups. Elle ne pouvait pas voir ces stupides cabots. Rien de grave n'est arrivé à Bella. Du moins, pas encore.

Edward raccrocha et dit un regard d'excuse à Emmett.

«Va chercher ta copine.» dit Emmett avant qu'Edward ait la chance de dire un mot. Avec un hochement de tête, Edward partit dans la direction de la maison de Bella.

XXXXX

Damon garda sa promesse peu importe à quel point de boire directement de la source était tentant. À la place, il s'est retrouvé à aller voler des poches de sang de l'inventaire de l'hôpital de Forks. Il détestait l'arrière-goût de plastique que les poches avaient, mais une promesse était une promesse. Après en avoir bu quelques-unes, il plaça les autres dans un endroit sûr et partit voler sous sa forme de corbeau.

Maintenant qu'il connaissait son odeur, il pouvait la suivre à volonté et cela le conduisit à une modeste maison entourée par les arbres. Parfait, pensa-t-il alors qu'il monta en flèche sur une branche. Avant qu'il n'arrive à son perchoir, sa vue aiguisée vit des mouvements sous lui. Edward Cullen était près du camion de Bella. Attends, est-ce qu'il le rendait inutilisable?

Il pouvait entendre des pas qui descendaient des marches et il vit Bella ouvrir la porte de la maison.

«Je reviens bientôt, papa.»

«Prends tout ton temps, Bell's.» lui dit la voix d'un homme.

Dès qu'elle fut à l'extérieur, ses mouvements devinrent hésitants et elle regarda autour d'elle prudemment.

Bella inspira profondément. Jusqu'à maintenant, tout allait bien. Elle s'attendait à moitié à ce que son père change d'idée à propos de la laisser voir Jacob ou, encore pire, qu'un des Cullen n'arrive pour l'arrêter. Edward a été très catégorique à propos du fait de ne pas aller voir Jacob, effrayé qu'il ne lui fasse du mal. C'était vraiment ridicule. Jacob était son meilleur ami. Si ce n'était pas grâce à son aide, elle serait encore brisée et bouleversée. Selon ce que Billy Black avait dit à Charlie, Jacob était celui qui était blessé. Elle devait l'aider. C'était la seule raison pour laquelle son père lui avait ôté sa punition le temps d'une nuit. Charlie aimait Jacob. Bella était sûre que si c'était Edward qui était blessé, elle serait encore confinée à la maison.

Son maudit camion ne démarrait pas. L'engin essayait bruyamment de démarrer sans résultat à chaque fois que Bella tournait la clé dans le contact.

«Merde.» Elle souffla en frustration et frappa son volant avec sa paume.

«Tu allais quelque part?» demanda tranquillement Edward avec une once d'agacement dans sa voix.

«Argh!» Bella sursauta à l'intrusion inattendue. «Tu m'as fait peur.» Elle le regarda, assis à côté d'elle, un visage pâle reflétant la lune dans l'obscurité de la cabine. Elle plissa les yeux quand elle remarqua quelque chose qui semblait être une partie d'une auto qui bougeait entre ses mains. Il a brisé son camion! «Comment as-tu...? Alice, bien sûr.» dit-elle, répondant elle-même à sa question. Elle devait trouver un moyen de contourner les visions d'Alice.

Edward fixait la pièce du camion de Bella qu'il avait arraché impitoyablement peu de temps avant, soudainement inquiet de la façon dont il allait expliquer ses sentiments en mots. Comment pourrait-il expliquer à quel point il était terrifié pour elle et comment il ferait n'importe quoi pour la protéger?

«Alice a appelé.» murmura-t-il. «Elle était énervée quand elle a vu que ton futur a disparu il y a cinq minutes... Parce qu'elle ne peut pas les voir, tu sais. Aurais-tu oublié cela? Quand tu décides de mêler ta vie avec les leurs, tu disparais aussi. Tu ne pouvais pas savoir cette partie, je viens de le réaliser. Mais peux-tu comprendre pourquoi cela peut me rendre...» Épouvanté, pétrifié, presque impuissant avec la peur. «... anxieux?»

Bella ne répondit pas. C'est sûr qu'elle savait qu'anxieux ne couvrait pas tout ce qu'il ressentait et elle se sentait mal. Vraiment mal, mais elle devait aller voir Jacob, voir d'elle-même s'il allait être bien.

«En plus, je pensais que tu étais punie.»

«Je l'étais... je veux dire, je le suis. Charlie m'a accordé un sursis.»

«Pour Jacob.» dit-il.

«Charlie a dit qu'il n'était pas bien. Et je sais que c'est en partie de ma faute. J'ai besoin de voir ce que je peux faire pour l'aider.»

«Non.» Il y avait tellement d'absolution mise en un seul mot.

«Non?» demanda Bella incrédule et bouche bée.

«Bella» soupira-t-il, essayant d'être calme, voulant s'expliquer rationnellement alors que tous ses instincts lui criaient de protéger sa compagne. «Tu n'es pas en sécurité. Ils sont dangereux et le fait qu'Alice ne peut pas te voir lorsque tu es avec eux...» Il arrêta de parler momentanément et secoua la tête. «Il y a trop de risques.»

Bella essaya de comprendre son résonnement, mais sa colère augmentait à chaque mot qui sortait de sa bouche comme son ressentiment qu'elle croyait enterré au plus profond d'elle, mais qui remontait à la surface. «Il est blessé, Edward. Je ne peux pas ne pas essayer de l'aider – je ne peux l'abandonner maintenant quand il a besoin de moi. Juste parce qu'il n'est pas humain en permanence... Eh bien, il était là pour moi quand j'étais... pas tellement plus humaine moi –même. Tu ne sais pas à quoi cela ressemblait...» hésita-t-elle. La main d'Edward lui attrapa la sienne. «Si Jacob ne m'avait pas aidé... Je ne suis pas sûre à quoi je ressemblerais quand tu serais revenu à la maison. Je lui dois mieux que ça, Edward.»

«Je ne me pardonnerai jamais de t'avoir quitté.» chuchota-t-il. «Même si j'ai à vivre cent milliers d'années.» Il s'arrêta un moment et son autre main serra son nez avec son pouce et son index. «Je ne sais pas comment te le dire.» dit Edward d'un ton était sombre. «Cela va te sembler cruel, je suppose, mais je suis déjà passé trop proche de te perdre dans le passé. Je sais ce que ça fait de penser que je t'ai perdu. Je ne tolérais rien de dangereux.»

«Il n'y a rien à craindre. Jacob n'est pas dangereux.»

«Bella.» Il leva les yeux au ciel. «Tu n'es pas la meilleure pour juger de ce qui est dangereux ou pas.»

«Merci pour la confiance, Edward. Ça fait du bien de savoir ce que tu penses de moi.» Le sarcasme était comme du venin qui sortait de ses lèvres. «Je suis désolée... je ne peux pas abandonner les gens dont je me soucis aussi facilement que toi.» Elle voulait le blesser et elle a réussi. Elle pouvait le voir tressaillir et elle ressentit presque la douleur que ses mots lui ont causée.

«Je suppose que je l'ai mérité.»

«Je suis désolée... Je ne voulais pas...»

«Oui, tu le voulais. Mais ça ne change rien à propos du cabot. Je ne te permets pas de le voir. C'est trop périlleux.» Il soupira exaspéré à son expression de défiance. Il savait que ça ne se passait pas bien. Eh bien, que pensais-tu qu'il allait arriver lorsque tu as saboté son camion? pensa-t-il. Il devait lui faire comprendre. «Bella, as-tu une seule idée à quel point tu es importante pour moi? Aucune idée à quel point je t'aime? Chaque choix... chaque décision que j'ai prise a été faite par amour. Je sais que tu es encore fâchée que je sois parti, mais je l'ai fait pour te protéger.»

Les mots auraient dû la rendre folle de joie. Il était ici, entrain de lui faire une magnifique déclaration d'amour, mais ça n'a fait que la rendre plus en colère.

«T'es-tu déjà entendu parler? Chaque décision que tu prends. Tu ne peux pas permettre... tu ne peux même pas le tolérer. Et quoi à propos de mes décisions, Edward, de mes choix? Tu me les enlèves comme s'il n'était rien pour toi. Comme si j'étais un enfant abandonné qui a besoin d'un guide. Eh bien, je ne le suis pas et je n'en ai pas de besoin.»

XXXXX

Tout n'est pas parfait au Paradis. Est-ce qu'ils ont pris une page du livre d'Elena et de Stefan? pensa Damon. L'argumentation semblait tellement familière. Stefan qui voulait entourer Elena dans un morceau de coton et Elena qui tentait de s'en sortir. Ce qui emmène à la question, de quoi est-ce que le sombre Cullen avait si peur? Qui était le supposément dangereux Jacob et que voulait-il dire par Alice «voyant» des choses? Qu'est-ce qui avait causé le départ de Cullen pour protéger Bella? Il était venu ici chercher des réponses, mais il s'est retrouvé avec plus de questions.

Damon était tellement absorbé dans le fil du questionnement dans son esprit qu'il ne portait pas attention à ce qui se passait juste en-dessous de lui, jusqu'à ce qu'il entende les mots du Cullen.

«Je vais remettre ton camion en marche d'ici demain, au cas où tu aimerais aller à l'école par toi-même.» dit-il alors que Bella ouvrait la porte de son camion.

Avec les lèvres serrées, Bella tira violemment les clés du contact et descendit de son camion avec raideur.

«Ferme ta fenêtre si tu veux que je reste loin cette nuit. Je comprendrai.» chuchota-t-il juste avant qu'elle ne claque la porte.

Bella arriva d'un pas lourd dans la maison, claquant cette porte-là aussi. Damon rigola. Je suppose que la conversation ne s'était pas bien terminée.

Il l'entendit marmonner quelque chose à son père et puis, d'autres pas lourds alors qu'elle montait les marches. Damon la regarda entrer dans sa chambre depuis sa position sur la branche à l'extérieur de la fenêtre. Elle claqua cette porte aussi, faisant trembler les photos sur le mur et marcha directement à sa fenêtre ouverte. Elle poussa le châssis de métal brutalement, il y eut un fracas en le fermant et la vitre trembla.

Bella fixa la vitre tremblante pour un long moment, regardant les ténèbres juste au-dessus du cadre de la fenêtre. Damon se demanda si elle pouvait le voir. Il décida soudainement qu'il voulait qu'elle le voie. Elle semblait tellement fâchée, mais en-dessous de cette rage, elle était triste. Il voulait l'approcher de n'importe quelle façon pour soulager sa misère et ce concept lui était étranger. Il connaissait à peine cette fille. Et néanmoins, il ne pouvait pas dénier qu'il était attiré par elle.

Ses expressions, sa voix... tout lui rappelle Isabella. Il entendait encore les mots qu'Elena a dits plus tôt. «Elle est et elle n'est pas ta sœur, Isabella.» Il ne comprenait toujours pas ce que ça voulait dire, mais il n'avait plus aucun doute qu'ils avaient une connexion très profonde.

Bella envisageait d'ouvrir sa fenêtre à nouveau, quand le plus gros corbeau qu'elle n'ait jamais vu, vola sur le bord de la fenêtre et commença à taper dans la vitre. Elle sursauta, effrayée.

«Merde!» Elle couvrit son coeur de sa main dans un effort futile de ralentir les battements de son coeur dans sa poitrine. «Ça c'était... inattendu.»

Pourquoi est-ce qu'il y avait un corbeau sur le bord de sa fenêtre? Ne venaient-ils pas dans les alentours au cours de l'automne? Bien que penser à l'automne précédent lui fit réaliser qu'elle n'avait pas été le témoin de beaucoup de choses autour d'elle... pas pendant qu'elle était dans son état de semi-zombi. «Tu es un gros corbeau, non?»

Attends, ne vient-il pas de sourire? Peu probable, Bella. pensa-t-elle. Maintenant, tu t'imagines des choses. Le corbeau inclina sa tête, croassa et recommença taper dans sa fenêtre.

«Ne rêve pas, je ne te laisserai pas entrer, Tweety. Tu peux t'envoler maintenant.» Était-ce son imagination ou l'oiseau semblait insulté?

Ouvrant ses longues ailes, il s'envola. Une fois que Bella vit qu'il ne revenait pas, elle ouvrit sa fenêtre à nouveau, espérant qu'Edward se cachait encore proche. Une grande partie de sa colère s'était évanouie et elle se sentait vide.

Après s'être tournée et retournée pendant une demi-heure, elle réalisa qu'elle ne serait pas capable de dormir, pas avant de s'être réconciliée avec Edward. Elle ne voulait toujours pas qu'il essaie de lui dicter sa conduite, même si ses intentions sont bonnes, mais peut-être ils pourraient faire un compromis. Elle s'assit, plaça les mèches de cheveux qui sortaient de sa couette derrière ses oreilles et tendit le bras pour prendre son cellulaire et commença à texter.

À ECullen :

Je suis désolée. Pardonne-moi. Bella

À peine une seconde plus tard, son téléphone sonna avec un nouveau message.

À BSwan :

Il n'y a rien à pardonner. E

Cela la fit sourire.

À ECullen :

Ma fenêtre est ouverte.

Avant qu'elle n'ait la chance de poser son téléphone, il était là. Il se tenait appuyé contre le mur près de sa fenêtre, les mains dans les poches, la regardant attentivement, ne sachant pas à quoi s'attendre. Il pouvait dire qu'elle n'était plus fâchée, du moins, il ne pensait pas qu'elle l'était encore.

«Donc.» dit-elle en haussant les épaules, soudainement incertaine des mots à utiliser.

«Donc...» répéta-t-il, marchant lentement vers elle, le besoin de la tenir dans ses bras se faisant plus fort. Mais avant, il y avait des choses qu'il devait lui dire. «J'ai parlé avec Alice après que je sois parti.»

«Oh?»

Il hocha la tête. «Elle est vraiment perspicace.» Sans mentionner furieuse après lui.

«Elle a un don de voyance.»

«Hmm. Elle m'a laissé savoir que j'étais un crétin arrogant... ce sont ses mots.»

«Vraiment?» Les lèvres de Bella commencèrent à s'étirer en un sourire.

«Hmm, hmm et elle m'a rappelé d'une façon que seule Alice peut le faire que je ne pouvais pas revenir dans ta vie après t'avoir quitté et m'attendre d'avoir mon mot à dire dans tes décisions... que j'ai perdu ce droit si je ne l'ai jamais eu... peu importe à quel point cela peut m'effrayer.» Elle avait également mentionné le stress que cela mettrait sur Bella pourrait être au détriment de sa santé, la dernière chose qu'il voulait. «Elle m'a fait penser à beaucoup de choses.» ajouta-t-il en s'asseyant sur le bord du lit et pris sa main dans la sienne.

«Et tu es arrivé à quelle conclusion?» Bella aura vraiment besoin de remercier Alice le lendemain.

Edward fut silencieux pour un instant, organisant ses pensées et essayant de les exprimer avec des mots. Normalement, son esprit était plus rapide que cela, mais il y avait trop de chose en jeu. Il prit une grande respiration et commença à parler. «Bella, quand je suis revenu, je m'attendais à devoir passer des années et des années pour obtenir ton pardon et je l'aurais fait volontiers. Jamais dans mes rêves les plus fous je n'aurais imaginé que tu me pardonnes aussi facilement... donc, quand tu m'as dit l'autre nuit que tu m'avais pardonné, j'étais surpris, mais aux anges. Mais tu ne m'as pas pardonné... pas complètement.» Il secoua tristement la tête.

«Edward, je...»

«S'il te plaît, laisse-moi finir.» Bella hocha la tête et Edward, assuré qu'elle l'écouterait, commença à parler une fois de plus. «Tu es encore fâchée, encore méfiante et c'est correct. Je comprends. Crois-moi, je comprends vraiment. J'aurais dû réaliser lorsque tu m'as pardonné aussi facilement, que la majorité de ton pardon était strictement basé sur le fait que nous étions ensemble et que nous avions réussi à se sortir de Volterra sains et saufs. Cependant, nous avons fait l'erreur de penser que si je revenais, tout serait comme je l'ai laissé. Mais ce n'est pas comme ça, peu importe à quel point nous le voulons tous les deux. Trop de choses se sont passées.»

«Est-ce que tu romps avec moi encore?» Bella eut de la difficulté à dire ces mots et détesta la façon dont ils sont sortis. Elle ressentit le trou de sa poitrine se rouvrir.

«Non! Mon Dieu, non.» Edward la prit dans ses bras immédiatement. «J'ai fait beaucoup de dégâts, non? Non, Bella. Ce que j'essaie de te dire de ma façon plutôt tordue est que tu ne dois pas te sentir coupable ou mal si tu es fâchée contre moi... si c'est plus difficile de me pardonner que tu pensais. Dis-moi tout, dis-le moi. Je veux... non... j'ai besoin de savoir. Je ne m'en vais nulle part, je te le promets.» Il lui embrassa les cheveux, sentant l'odeur de son shampoing à la fraise.

Bella ne dit pas un mot à propos de Jake et de la vision qu'Alice à propos de son futur en tant que vampire. Ces conversations pouvaient attendre et elle était certaine qu'elle pourrait trouver le moyen d'éviter les visions d'Alice lorsqu'elle voudra aller à la Réserve.

Ils avaient encore un long bout de chemin à faire avant de revenir comme ils étaient, mais c'était un début. Elle était heureuse pour le moment, entourée des bras d'Edward... jusqu'à ce qu'elle commence à avoir un pressentiment qu'elle ne serait pas heureuse pour aussi longtemps qu'elle le croyait.


J'espère que vous avez aimé. Laissez-moi vos commentaires.

Dorénavant, tous les reviews laissées par les utilisateurs seront répondus par Message Privé et ceux des Guests au début de chaque chapitre.

VTA: Je n'ai pas encore reçu une seule review, alors je me sens complètement démotivée, je considère de peut-être la mettre en PAUSE pour l'instant... enfin, rien n'est encore décidé...

Merci et à la prochaine! :D Bisous xxx
ginnybella98