Bonjour à tous ! Me revoilà avec le quinzième et dernier chapitre de cette fanfiction.

Fan-des-series : Merci pour ta review, ma Preum's. C'est normal que Bosco soit aussi protecteur. Je te laisse découvrir le fin mot de l'histoire. :D Pour ce qui est de 'When we start killing', je suis contente que tu aies aimé, mais rassures-toi ce n'est pas de ta faute. Un peu de musique et un personnage que je n'aime pas, ça suffit largement à lancer la machine. :P

CptJackHarkness : Merci pour ta review, j'espère que tu apprécieras ce dernier chapitre. :)

Anne-So' : Merci pour le retour de tes impressions. Je n'ai qu'une chose à dire cependant: il fallait bien couper quelque part. :P

Sur ce, bonne lecture à vous !


Plusieurs heures après le début du travail, Faith était toujours en salle de naissance à la maternité. Dire qu'elle avait mal n'était pas peu dire. Il s'agissait de sa troisième grossesse, donc avant même d'arriver elle avait conscience de la douleur elle aurait à supporter cette fois encore. Mais surtout, elle restait calme, contrairement à Bosco. Elle prenait sur elle autant que possible pour ne pas l'inquiéter davantage. Son homme, lui, ne cessait de faire les cents pas dans la pièce. Il était nerveux. Il avait beau avoir eu neufs mois pour se faire à cette idée, il avait encore du mal à réaliser qu'il allait devenir papa. Lui, un père ! Il y a encore un peu plus d'un an, l'idée ne lui aurait même pas effleuré l'esprit.

« Bosco, tu vas me donner le tournis. Viens t'asseoir s'il te plait. »

« Désolé. »

Il vint s'installer sur le fauteuil à côté du lit, mais tout son corps était tendu. Tous les deux n'avaient que très peu dormi cette nuit. Il sentait que le travail coûtait à beaucoup à Faith, question énergie. Au cours de la grossesse, Bosco l'avait questionné sur le déroulement de l'accouchement, sur comment les choses s'étaient passées pour ses deux premiers enfants. Et elle lui avait alors raconté que pour l'un comme l'autre, l'accouchement s'était déroulé sans problème et assez rapidement. Or ils étaient là depuis la veille. Il commençait à se sentir à l'étroit dans cette petite chambre. Il était en train d'user le linoléum à force d'aller-retours entre la porte et la fenêtre. De temps en temps, il respirait profondément pour essayer de se calmer. Mais c'était dur. En plus de cela, les contractions de Faith étaient de plus en plus rapprochées.

Quand la sage-femme de garde fit de nouveau son entrée dans la pièce, les deux jeunes gens prièrent silencieusement pour que cette fois ce soit la bonne. Faith, parce qu'elle était fatiguée par les nombreuses contractions, et Bosco parce qu'il n'était pas sûr de pouvoir tenir encore bien longtemps à attendre comme cela. Depuis qu'il était enfant, la patience n'avait jamais été son fort. Il s'était peut-être amélioré en devenant adulte et en côtoyant sa partenaire, mais dans une situation comme celle-ci, il ne fallait pas non plus lui demander la lune.

« Eh bien Faith, je crois que cette fois nous sommes prêtes. »

Un soupir de soulagement s'échappa de poitrine de la femme enceinte, faisant écho à celui de son compagnon.

ooo

Debout à ses côtés, Bosco soutenait Faith du mieux possible. Il avait mis de côté toutes ses craintes pour ne se concentrer plus que sur elle. Sa main gauche était liée à la sienne, la caressant du pouce entre deux poussées. De temps en temps il déposait un baiser sur sa tempe humide ou dégageait de son visage quelques mèches blondes collée sur son front. Au creux de son oreille il lui glissait des encouragements. Les minutes passaient et Faith commençait sérieusement à être à bout de force. Pourtant le bébé ne semblait pas vouloir montrer le bout de son nez. Bosco finit par sentir que quelque chose clochait et le fit savoir.

« Pourquoi est-ce que cela prend tant de temps ? »

La sage-femme éluda la question, se contentant de lui dire de ne pas s'inquiéter. Après tout, certaines naissances étaient plus longues et exigeaient plus de travail que d'autres. Elle reporta son attention sur sa patiente.

« Encore un peu de courage, Faith ! »

« Je n'en peux plus… »

« Il faut tenir le coup. Vous aurez bientôt votre bébé dans les bras. »

S'en fût trop pour lui.

« Elle vient de vous dire qu'elle était épuisée ! Faites donc quelque chose, bon sang ! Vous voyez bien que ce n'est pas normal ! »

En temps normal, Faith aurait trouvé l'énergie suffisante pour le tempérer. Pour lui dire de se calmer, que tout irait bien. Mais elle se contenta de pousser un gémissement. Elle était terriblement fatiguée et la douleur était désormais continue. La sage-femme fût alors contrainte d'admettre que l'accouchement ne se passait pas aussi bien que prévu. Et merde ! pensa-t-elle. Elle envoya l'interne qui l'accompagnait chercher l'un de leurs collègues spécialisé dans les mises au monde compliquées.

« Okay, Faith. On va essayer de se détendre, d'accord ? Mon collègue va arriver et il va vous aider à faire naître le bébé. En attendant soufflez un peu. »

Bosco serra les dents pour s'empêcher d'être désagréable envers la sage-femme. Tout ce qui comptait pour le moment c'était sa Faith, allongée sous ses yeux et souffrant comme pas deux. Il aurait aimé pouvoir partager sa douleur afin de la soulager un peu. Il aurait donné n'importe quoi pour pouvoir au moins se sentir plus utile qu'il ne l'était en cet instant. Mais il savait bien au fond que ce n'était pas possible. Alors il se contenta de lui tenir la main et de lui prouver son affection en lui répétant à l'oreille à quel point il l'aimait et qu'il était fier d'elle, en l'encourageant à tenir bon pour eux et pour le bébé.

« Je veux juste qu'il sorte… »

« Je sais, Faith. Je sais. »

ooo

Quand le médecin entra, il se présenta aux futurs parents. Bosco le trouva calme et confiant dans sa façon de s'adresser à eux. C'était réconfortant.

« Bonjour, je suis le Docteur Harrison. Comment vous sentez-vous ? »

« Fatiguée… »

« C'est normal. Mais ne vous inquiétez pas, on va faire en sorte de travailler efficacement pour que vous puissiez enfin vous reposer. D'accord ? »

« D'accord… »

Le médecin se plaça entre les jambes de sa patiente pour pouvoir évaluer la situation. Au bout de quelques instants il releva la tête pour s'adresser au couple.

« Bon, le bébé n'est plus très loin. Je vais vous aider à le faire sortir en l'orientant correctement, mais ce sera à vous de faire le reste du boulot en poussant lors des contractions, ça marche ? »

Faith acquiesça mollement. Bosco caressa son front et sa joue puis se plaça derrière son dos pour la maintenir pendant l'effort, sur conseil du spécialiste.

« Et le papa, ça va ? »

« Oui, ça va. »

« Parfait. Alors allons-y. »

Après encore plusieurs minutes d'efforts, de petits cris vinrent résonner dans la pièce, remplaçant ceux de Faith. Comme le soulagement et le poids de toute la fatigue accumulée envahissaient son corps, elle extériorisa un rire dans lequel se mêlait des sanglots.

« 10h38. Félicitation à tous les deux. Vous avez une magnifique petite fille. Monsieur, vous venez couper le cordon ? »

Bosco acquiesça plus qu'il ne répondit. Il suivit les indications de l'équipe médicale et coupa le cordon entre les deux pinces. Ses mains tremblaient sous le coup de l'émotion. L'homme en blouse bleu lui adressa un sourire chaleureux.

« Oh, ben mon bon monsieur, il ne faut pas pleurer ! »

Bosco lui rendit son sourire en s'essuyant rapidement les yeux. La sage-femme vint déposer le bébé sur la poitrine de sa maman où elle l'enroula dans un drap et l'essuya brièvement.

« Je suis papa… Je suis papa… »

Les yeux brillant et le sourire aux lèvres, Bosco était comme sur un petit nuage. Il se tourna vers Faith qui le fixait de ses yeux couleur émeraude. A cet instant, dans son lit d'hôpital et avec leur petite fille dans les bras, il la trouva encore plus sublime. Il se pencha au-dessus d'elle et l'embrassa amoureusement. Puis il vint poser ses lèvres délicatement sur le front de la petite chose.

« Elle est magnifique. »

« Oui. »

« Elle te ressemble. »

L'un des membres de l'équipe prit une photo de la petite famille avec l'appareil qu'avait apporté Bosco puis le reposa.

« Alors, est-ce que cette adorable poupette à un nom ? »

« Lizzie Rose Boscorelli. »

Bosco adressa un regard surprit à Faith. Ils avaient effectivement convenu que le prénom de leur enfant serait « Lizzie » s'il s'agissait d'une fille, mais ils n'avaient pas émis l'éventualité d'un second prénom. Devant son expression étonnée, elle justifia son choix.

« Ta mère a tant donné pour moi et mes enfants. Je trouvais cela juste de lui rendre hommage de cette façon. »

Le nouveau papa ne répondit rien, trop ému par ce geste. Il ne cessait de se répéter à quel point il était chanceux de l'avoir et à quel point elle était parfaite. Il ne savait toujours pas ce qu'il avait bien pu faire d'aussi bien pour mériter de partager la vie de cette femme au cœur d'or. L'une des sages-femmes récupéra le nourrisson des bras de sa mère et s'apprêta à sortir.

« Monsieur Boscorelli, vous venez avec nous pour faire les soins à votre fille pendant qu'on s'occupe de votre femme ? »

« Oui, j'arrive. » Il reporta son attention sur sa blonde. « Tu as été merveilleuse, Faith. Je t'aime. »

« Moi aussi je t'aime, Bos'. »

Après un dernier baiser, il quitta la pièce à la suite de la femme en blouse bleue. Faith souffla et profita du calme revenu. Quand on eut fini de s'occuper d'elle, elle se laissa aller à somnoler un peu alors qu'on la remontait dans sa chambre.

ooo

Emily venait de sortir de cours et de récupérer Charlie à la sortie de son école lorsqu'elle alluma son téléphone portable. Elle découvrit un appel en absence de Bosco, suivit d'un message sur son répondeur. Elle l'écouta tout en marchant, mais finit par s'arrêter soudainement.

« Qu'est-ce que tu fais Em' ? J'ai faim, moi ! »

« Ça devra attendre, on va à l'hôpital ! Viens ! »

Elle lui prit la main et se mit à courir direction l'arrêt de bus le plus proche pour pouvoir rejoindre la Pitié.

« Pas si vite… Est-ce que Papa est blessé ? »

« Mais non, nigaud ! Le bébé est là ! »

Le trajet en bus leur sembla interminable. Emily en profita pour appeler chez eux. Evidemment personne ne décrocha. Elle laissa tout de même un message sur le répondeur pour que son père et sa belle-mère ne s'inquiètent pas quand ils rentreraient. Elle n'était pas vraiment sûr que son père apprécie beaucoup leur petite escapade, mais elle ne lui en laissait de toute manière pas le choix.

Quand enfin ils arrivèrent à la Pitié, ils cessèrent de courir. La chance était de leur côté lorsqu'ils aperçurent Mary dans le hall de l'établissement. Ils se dirigèrent vers l'accueil où elle se rendait.

« Mary ! Mary ! »

« Ah, les petits Yokas. Que puis-je pour vous ? »

« Oncle B nous a dit que Maman était ici. On peut aller la voir ? »

« Oui, bien sûr. Aubrey va vous conduire au service des naissances. »

Elle s'approcha d'une infirmière et s'entretint avec elle quelques instants. Elle désigna ensuite les enfants du doigt et la jeune femme rousse s'approcha d'eux. Mary leur fit signe de la main et s'en retourna travailler.

« Salut, je vous conduis après de votre Maman ? » Ils acquiescèrent. « Elle est chambre 236, venez. »

Tous les trois s'engagèrent dans les couloirs de l'hôpital en direction de l'ascenseur qui pourra les mener aux étages supérieurs. Une fois à l'intérieur, l'adulte appuya sur le bouton qui les fit atteindre le deuxième niveau. Lorsque les portes s'ouvrirent de nouveau le trio tourna à droite à la première intersection et continuèrent jusqu'à ce que l'infirmière s'arrête devant une porte numérotée « 236 ». Elle frappa trois coups brefs et attendit. C'est Bosco qui ouvrit la porte.

« Bonjour. Je vous amène ces deux jeunes gens. » Elle s'écarta pour qu'il les voit. « Je crois qu'ils étaient pressés de vous voir. »

Le sourire de Bosco s'élargit quand il aperçut les deux enfants de Faith. Il remercia l'interne qui les salua tous les trois avant de repartir vers l'accueil.

« Oncle B ! »

« Salut Champion ! Salut Emily ! Entrez. »

Il s'écarta de la porte et les deux enfants pénétrèrent dans la pièce.

ooo

Bosco leur avait demandé de ne pas faire trop de bruit car leur mère s'était endormie. Du coup quand ils furent dans la chambre ils commencèrent par déposer leurs affaires et lui firent tous les deux un câlin. Mais la curiosité l'emporta sur tout le reste.

« On peut voir le bébé, oncle B ? »

« C'est une fille ou un garçon ? »

« C'est une fille Emily. Approchez doucement. »

Les deux enfants s'approchèrent au-dessus du couffin transparent de l'hôpital. Le nourrisson était habillé d'un pyjama et d'un petit bonnet rose. Le petit garçon lâcha un « ooh » d'émerveillement et se tourna un instant vers Bosco en souriant quand la petite bougea dans son sommeil. Elle finit par ouvrir ses yeux après avoir bâillé. Elle observa les deux nouvelles têtes penchée au-dessus d'elle.

« On peut la prendre dans nos bras ? »

« D'accord, mais assieds-toi dans le fauteuil d'abord. »

Charlie obéit et alla s'installer au fond du fauteuil bleu. Emily s'assit en travers de l'un des accoudoirs. Délicatement le nouveau papa prit sa fille dans les bras et s'approcha des deux autres. Il se baissa et la posa contre le petit garçon et lui positionnant les bras de manière à garder le bébé en sécurité. Puis il s'accroupit en face de lui pour surveiller de près ses moindres faits et gestes.

« Emily, Charlie, je vous présente votre petite sœur : Lizzie Rose. »

« C'est jolie comme prénom. »

« Je suis d'accord avec Emily ! »

« Tu veux la prendre un peu aussi, Em' ? »

« Oui, s'il te plait. »

« D'accord. » Il récupéra le bébé dans ses bras. « Charlie tu laisses la place à ta sœur ? »

Celui obtempéra et glissa du fauteuil. Emily la garda dans ses bras jusqu'à ce qu'elle ne s'endorme à nouveau. Alors Bosco la réinstalla dans le couffin. Le trio se rassit dans le fauteuil, les petits Yokas sur les genoux de leur oncle de cœur.

ooo

Quand Faith se réveilla quelques temps plus tard, elle aperçut toute sa famille réunie. Il y avait tout d'abord Bosco, Emily et Charlie dans le fauteuil à côté de son lit, et Rose qui s'émerveillait sur la petite créature qui faisait d'elle une grand-mère à plein temps désormais. Un sourire fendit son visage avant d'être effacé par un bâillement. Elle s'étira ensuite, ce qui fit réagir les quatre autres personnes présentes dans la pièce.

« Bonjour Faith. Félicitation pour la petite, elle est magnifique ! Comme s'appelle-t-elle ? »

« Bosco ne te l'a pas dit ? »

« Non, il m'a dit que c'était un secret que toi seul pouvait divulguer. »

Les enfants gloussaient, connaissant déjà le prénom. Bosco les avait mis dans la confidence avant que sa mère n'arrive.

« Oh, je vois. » Elle sourit malicieusement à son homme. « Eh bien, dans ce cas, laisse-moi te présenter ta petite-fille : Lizzie Rose Boscorelli. »

« C'est Faith qui a choisi le deuxième prénom. »

La vieille dame perdit son sourire en même temps que les larmes prenaient place dans ses yeux. Elle était touchée par l'attention. Prenant garde à ne pas lui faire mal, Rose se pencha pour étreindre Faith. Les enfants, eux, continuaient de glousser derrière. Quand la mère de Bosco se recula, Emily et Charlie vinrent embrasser leur mère. Chacun d'un côté ils prirent place sur le lit de la jeune femme.

« Est-ce que votre père sait que vous êtes ici, au moins ? »

« Je lui ai laissé un message sur le répondeur de la maison. Quand on a su que le bébé était arrivé, on est venu directement ici. »

« Ouais, même qu'on n'a même pas mangé encore. »

« Rho mais c'est pas important ça ! »

« Ouais, ben… » Bougonna-t-il. « Tout de même. »

« Ne vous disputez pas pour ça, mes trésors. » Faith leur déposa chacun un baiser sur le haut du crâne. « Vous m'avez manqué. »

« J'ai appelé chez eux pour dire à Fred que ma mère les ramenaient à l'école après avoir mangé un morceau. »

« Merci. Et merci à toi Rose. »

« Ne t'en fais pas pour ça, Faith. »

Tous les cinq restèrent à discuter encore pendant quelques heures. Mais au bout d'un moment la petite Lizzie Rose se mit à pleurer. Le signal était donné pour les adultes. Rose et Bosco se levèrent.

« Maman, pourquoi elle pleure ? »

« Parce qu'elle a faim tout autant que toi, mon Charlie. »

Bosco s'approcha du couffin et en sortie la petite puce qui ne se calmait pas. Rose demanda aux enfants d'embrasser leur mère et de descendre du lit. Ils s'exécutèrent sans trop rechigner et s'écartèrent pour que Bosco, qui avait rapproché le couffin du lit, puisse déposer le bébé contre Faith pour qu'elle puisse l'allaiter. Rose déposa un baiser sur le front de la blonde et emmena les enfants dehors. Il était temps pour eux de rentrer.

« Je vais les raccompagner dehors, je reviens. »

« D'accord. »

Bosco embrassa sa douce et sortit en refermant la porte derrière lui. Une fois à l'extérieur, il fit promettre à Emily et Charlie de demander formellement l'autorisation de leur père pour venir, la prochaine fois. Il voulait éviter que Fred se mette en rogne pour rien. Car si les choses s'étaient un peu améliorées quelques temps après le divorce, la grossesse avait quelque peu réalimenté la tension entre lui et Faith. Il n'appréciait pas vraiment le fait qu'elle ait pu refaire sa vie avec lui. De toute manière, Fred avait toujours été jaloux – parfois à tort – de Bosco. Une fois ce petit détail réglé, il les prit dans ses bras pour leur dire au revoir. Ce fut ensuite le tour de sa mère qui lui fit jurer de l'appeler s'ils avaient besoin de quoique ce soit.

« Je suis fier de toi mon fils. »

Ils relâchèrent légèrement leur étreinte pour se regarder dans les yeux. Le même éclat de fierté brillait dans leurs yeux. Seulement des larmes vinrent s'immiscer dans ceux de la vieille dame, sans pour autant couler. Son bébé était bel et bien devenu un homme.

ooo

Quand Bosco remonta, il trouva sa jolie blonde en train de déposer leur fille dans son couffin. Il s'approcha du lit du côté opposé à celui-ci et s'installa à côté de Faith. Celle-ci vint naturellement se lover contre lui. Ils restèrent ainsi silencieusement jusqu'à ce qu'un soupir s'échappe de la poitrine de Faith.

« A quoi penses-tu ? »

« A nous. »

« Mais encore ? »

Faith tourna la tête pour croiser son regard et ils échangèrent un sourire. Elle se réinstalla contre lui, la tête sur son torse, et écouta battre son cœur.

« Je suis heureuse, tout simplement. Je t'ai toi, deux enfants adorables même si je ne peux plus les voir aussi souvent que je le souhaiterais, j'ai ta mère qui est un ange avec moi. Et désormais j'ai notre petit trésor. Que peut-on demander de plus ? »

« Je ne sais pas, un peu de repos sans doute ? »

« Oui ce serait déjà pas mal ! » Elle rigola. « On pourra dire qu'elle en aura mis du temps à venir. »

« C'est une Boscorelli, Faith. Elle sait se faire désirer ! »

« Oh je ne dirais pas le contraire, ça c'est sûr ! »

Faith étouffa un bâillement.

« Tu devrais dormir un peu. »

« J'ai l'impression de ne faire que ça… »

« C'est que ton corps en a besoin. C'est un exploit ce que vous, les femmes, accomplissez-là. »

« De quoi tu parles ? »

« De l'accouchement. Je ne sais pas si j'aurais été capable de rester aussi calme que toi. »

« En effet, j'en doute Bosco. » Elle bâilla de nouveau. « J'en doute fort. »

« C'est ça moque-toi ! Quoiqu'il en soit, je veux que tu te reposes. »

Il se leva doucement et l'aida à s'allonger.

« Où vas-tu ? »

« Je vais me chercher un café. »

« Tu devrais rentrer pour dormir un peu toi aussi. »

« Je vais bien Faith. »

« D'accord… » Elle commença à papillonner des yeux. « Je t'aime. »

« Moi aussi. Je vous aime toutes les deux. »

Faith s'endormit en souriant. Bosco jeta un dernier regard sur les deux miracles de sa vie avant de quitter la pièce. Après tout ce qu'ils avaient traversés tous les deux, et Faith en particuliers, il pouvait enfin goûter à un moment de bonheur sans tâche.

FIN


Eh oui, c'est bel et bien terminé. Alors dites-moi, qu'avez-vous pensé de ce dernier chapitre? Et de l'histoire en générale?

Merci encore à tous pour votre fidélité, et tout simplement pour avoir pris le temps de lire ma fanfiction. J'apprécie énormément, et puis c'était très motivant pour continuer d'écrire de voir que l'histoire vous plaisait. =)

J'ai une autre fic en préparation, que je travaille entre deux OS, pour ceux que ça intéresserait. J'espère pouvoir commencer à la poster bientôt. J'essaie de prendre de l'avance sur quelques chapitre avant de mettre en ligne le premier.

Xoxo

- S.R.