The Swarm of Zerg

I Robot, Starcraft ne m'appartiennent pas.

Commentaire :

Traduction :

Chapitre 1 : Les agissements d'un Protoss

Si je dois raconter mon histoire… Je dois d'abord expliquer ma vie… Mon chemin… Les épreuves que j'ai dû endurée pour terminer parce que je suis devenu…. Alors qu'aujourd'hui, je ne puis expliquer ce qui s'était passé… Nous pourrions appeler cela une intervention du bon dieu… Ou du mal absolu. Question de point de vue. Ce que j'avais enduré, le mal nécessaire qui a fait ce que je suis… N'était que rumeur…

66 ans avant le jour J, un évènement majeur dans la vie de tous les jours serait passé sous silence… Ce qui s'était réellement passé avait été caché du public par la NSA, le FBI et la NASA… En 1947 dans le désert du nouveau Mexique à quelques kilomètres seulement d'une petite ville appelée Roswell, un évènement historique se passerait…

L'endroit en question répondrait plusieurs années plus tard sous le nom de Zone 51. Et tout évènement qui se passerait à l'intérieur de la Base resterait secret.

Du moins, pour moi ça l'était… Serait-ce une explication pour ce que je suis devenu ? Peut-être.

En une journée pluvieuse de Septembre dans notre belle nation qu'est le plat pays de Belgique (Comme dirait Jacques Brel), je continuais inlassablement ma route dans le train-train quotidien. Se lever tous les jours, prendre le train, aller en institut secondaire, travailler, reprendre le train, travailler, manger, dormir, se lever au matin, manger,…

Et continuer ces actes durant six décennies… Et peut-être fonder une famille avec de la chance… Cependant comme je le disais précédemment en cette belle journée de Belgique (ou il pleut), un évènement inexpliqué arriverait… Quelque chose de soudain, quelque chose qui chamboulerait ma vie pour le meilleur ou pour le pire… Alors que je revenais de mes cours du soir en Langue, réfléchissant une fois de plus à ce que je ferais en revenant chez moi, je vis quelque chose qui se trémoussait dans les ombres.

Comme tout humain qui se respecte (explique aussi leur stupidité), en y repensant maintenant, l'expression (la curiosité est un vilain défaut) prenait tous son sens, j'y allais pour y jeter un petit coup d'œil et ainsi étancher ma soif de curiosité. J'y allais doucement et vit enfin que c'était ni une chose ni quelqu'un… Mais qu'était-ce alors ?

Me rapprochant inexorablement de l'ombre, j'y avança ma main pour toucher voir palper la chose. La pluie qui tombait sur l'ombre n'avait pas l'air de la déranger. Lorsque enfin je touchais l'ombre, ma main passa à travers…

Quand soudain, l'ombre devint corporel, elle agrippa mon bras droit et me tira vers elle. Par cette action, ma tête cogna contre quelque chose de dure, serait-ce un torse ? Lorsque je levai les yeux vers la tête de la créature, c'était quelque chose que je n'avais jamais vu. Ces yeux verts luminescents me fixaient du regard avec une certaine curiosité, son visage était à moitié recouvert d'un voile et par la forme allongée de sa boîte crânienne, c'était sûrement un Extra-terrestre. Il me faudrait plusieurs heures avant de reconnaître la créature qui m'avait attaqué. Il me cala contre lui et appliqua sa main droite sur ma tête.

Je sentis une envie soudaine de dormir… La dernière chose dont je me souvins fut ces paroles…

« Profite de ton sommeil… Humain. Une grande destinée liée à un chemin de souffrance et de douleur t'attend à ton réveil… » Murmura la créature cachée dans les ténèbres. « Que le Khala soit avec toi… » Termina-t'il.

Quoi ? Que vient-il de dire ? Cependant mon esprit et mon corps succombèrent au pouvoir de Morphée.

Ce serait la dernière fois que l'on entendrait parler de moi… Ma disparition deviendrait un mystère… Cependant pour certaines personne dans le secteur ou je me trouvais lorsque je disparu, ils virent un flash de lumière…

Celui-ci serait interprété comme un éclair dû à un quelconque orage…

Mais il était tout autre…


Korhal… Plusieurs mois avant la mort d'Arcturus Mengsk…

Je sentis quelque chose léché mon visage ce qui me permis de me réveiller et constater avec effroi que je n'étais plus à l'endroit ou j'avais rencontré la créature…

Où suis-je ?

Baissant le regard vers la créature qui m'avait réveillé, j'ai vite remarqué que ce n'était qu'un simple chien sauvage. Il me lécha la main et puis partit vers l'horizon… C'est là que je vis avec effroi une ville… L'architecture et la taille de celle-ci me rappelait des souvenirs du film Star Wars durant les brefs moments que l'on voyait la ville planétaire Coruscant, Capitale de la République.

Seul défaut à l'observation, il n'y avait pas de voiture volante sauf d'énormes vaisseaux qui voyageaient dans le ciel. Sur l'un des vaisseaux qui était le plus proche de moi… Je vis un symbole familier, quelque chose de déjà vu…

Soudain, une pensée soudaine me prit avec un énorme doute… Je réfléchissais subitement sur la créature qui m'avait emmené ici… Bien que sur le moment je ne l'avais pas reconnu, elle me disait aussi quelque chose…

Je n'étais évidemment plus sur Terre… Mais sûrement dans un autre monde… Mais pas n'importe quel monde… J'étais sur Korhal… Planète servant de capitale à l'empire du Dominion dont le maître Arcturus Mengsk dirigeait avec une poigne de fer.

Et alors que je divaguais sur les étapes à suivre pour me barrer avec un quelconque espoir de partir de la planète. Un régiment de troupe Terran venait vers ma position après avoir détecté une énorme source Psionique à proximité.

Comment allais-je partir de cet endroit qui allait être dévasté par Kerrigan, la Reine des lames ? Comment ferais-je pour retrouver ce maudit Protoss ? Quel était son nom encore ? Euh… Zerotal… Non…. Zeratal… Non plus…. Zeratul ! L'un des Templier Protoss Sombre… L'un des plus mystérieux aussi…

Ce connard va me le payer cher ! Je vais le déchi-

« Sergent ! Le signal vient de là-bas ! » Cria un Marine Terran.

L'imbécile venait vers ma position alors que je me cachais pour ne pas me faire repérer… Cependant j'avais autant de chance de me cacher qu'il y avait de chance pour que Kerrigan et Mengsk couchent ensemble… Cet à dire aucune ! De plus, par une étrange situation, j'arrivais à comprendre le Terran ! Comment étais-ce possible ? Parlait-il le français ?

Je te le jure sur mon âme, maudit Protoss que je te retrouverai !

« Sergent ! Nous détectons un humanoïde à dix mètres de nous ! » Informa un Marine qui avait l'air d'avoir un détecteur en main.

L'enfoiré regarda dans ma direction, j'essayais le plus possible de me cacher mais celui qui allait sûrement me découvrir vint vers ma position et s'arrêta.

« Tu peux sortir, on t'a repéré… Sauf si tu veux que l'on t'exécute… » Menaça le Terran vers ma cachette.

Tremblant de peur, je sortis les mains sur la tête et me présenta à eux. Tous les marines me regardèrent quand celui qui fut le plus proche parla enfin.

« Que fais-tu ici ? » Posa-t'il comme question. Son ton était exigeant.

Il valait mieux que je réponde à sa question, les militaires travaillant pour Mengsk étaient de gros connard.

« Je m'amusais avec mon chien dans la prairie… » Dis-je en les regardant.

Faite que cela marche.

« Il ment. » Précisa un autre Marine qui avait plissé les yeux dans ma direction.

« Je… Je vous le jure. » Continuais-je à parler en les voyant dégainer leurs armes dans ma direction.

J'étais foutu et à moins qu'il y ait un quelconque miracle, je serais tué. Le Marine qui m'avait interrogé me regarda encore quelques minutes en s'approchant lentement vers moi pour détecter un quelconque signe de tromperie.

Quand il fut à un mètre de moi, il sortit de la poche métallique de son armure écarlate une paire de menotte.

« Ce n'est pas contre toi petit mais il s'est passé quelque chose à proximité… Si tout se passe bien, tu seras libéré dans dix minutes. » Me rassura-t'il en me menottant.

Soudain un petit bruit dans les buissons attira l'attention de tout le monde. Tout le monde braqua son arme vers le buisson, quand enfin sortit de là, le chien qui m'avait réveillé. J'étais ravi car mon excuse bidon deviendrait crédible. Le chien vint prudemment près de moi, ce qui rassura tout le monde.

Ils m'accompagnèrent durant un moment vers ce qui devait être un Centre de commandement, le bâtiment ressemblait véritablement à son homonyme dans le jeu vidéo Starcraft de Blizzard. J'en fus émerveillé, oubliant durant un moment que ma vie se jouait actuellement. Un moindre faux pas et j'étais aussi bon que mort.

Une porte s'ouvrit et je vis de l'autre côté des personnes dans des robots qui ramenaient des cristaux bleutés par dizaines. L'un des Marines voyant ce que je regardais me répondit.

« Ce sont des VCS, des ouvriers travaillant pour le Dominion en récoltant des matières premières comme le cristal ou le gaz vespène. » M'informa-t'il en croyant que j'étais un ignorant.

Lorsque nous fûmes enfin devant un haut gradé, celui-ci me regarda avec suspicion.

« Je suis le commandant Meafuria, responsable de la région. Et en tant que telle, j'aimerais réellement savoir ce que tu faisais dans le secteur 6. Le fait que tu jouais avec ton animal est un mensonge d'après ce que j'ai compris. Même si la présence de l'animal peut t'innocenter, cela serait trop facile. » Dit-il sérieusement.

«De… De quoi suis-je coupable ? » Même si j'avais un doute, les capteurs avaient sûrement repéré Zeratul lorsqu'il m'avait abandonné.

« D'être en contacte avec des Protoss… Ou d'être un Protoss… » Dit-il d'une voix accusatrice. « Ce qui est un crime contre l'empereur Mengsk lui-même. » Commença-t'il. « Toute personne Terran travaillant pour les Protoss ou être Protoss sera considéré comme espion et sera récompensé par une mort lente et douloureuse. » Finit-il alors que je devins pâle.

« Ce…. Ce n'est pas possible. Je n'ai rien fait. » Balbutiais-je avec peur. « J'étais seulement là pour m'amuser. Je m'amusais avec mon chie-» Je ne puis finir ma phrase qu'un poing entra en collision avec ma joue, m'expulsant avec force contre le mur.

« Je n'ai pas le temps pour les enfantillages. » Dit Meafuria. « Prenez ces coordonnées et faite le passer au scanner pour voir si vous trouvez une quelconque trace Protoss sur lui. » Finit-il avec un mouvement de la main.

J'étais à terre, le coup m'avait vraiment touché et il me fallait du temps pour s'en remettre. Le sang coulait rapidement hors de ma mâchoire. J'avais sûrement une ou deux dents cassées par la force de son poing. Deux Marines vinrent vers moi et me prirent par les bras en m'emmenant à l'infirmerie du centre. La porte se referma derrière eux et lorsque je vis pour la dernière fois Meafuria, j'eus une pensée quelconque… Une certaine joie à savoir que ce connard allait mourir soit dans l'invasion Zerg dans le début de Wings of Liberty (si l'évènement n'était pas encore venu) ou la vengeance de Kerrigan dans la fin de Heart of The Swarm.

Je souris durant un moment quand je sentis enfin que mes pieds avaient arrêtés d'être traîné. Les deux Marines me levèrent et me posèrent dans un lit. Le coup m'ayant légèrement assommé, il était tout à fait normal que je ne puisse pas réfléchir convenablement. Restant un bref moment dans le calme à regarder le plafond gris métallisé, je pensais à toutes les aventures que je pourrais réaliser si je sortais vivant de cet endroit. Mais on obtient rarement ce que l'on veut…

Soudain, une belle femme dont la couleur des cheveux était aussi rouge que le sang me fit face… Elle était d'une beauté époustouflante ! Ayant toujours eu un faible pour les rousses, la couleur de cheveux rouge était idéale ainsi qu'inhabituelle pour moi. La détaillant durant un bon moment, je la dévisageais en la comparant avec la beauté fatale qu'était Kerrigan en humaine.

Elle leva finalement les yeux de son rapport pour poser ses yeux sur moi. Elle prit un papier sur la table qui était à côté de moi.

« Meafuria est dure… Hein ? » Dit-elle.

« Oui. » J'ai répondu, profitant de sa présence relaxante.

« Bien je vais te réparer la mâchoire et je vais te passer au scanner. Désolé pour tout cela mais c'est la règle. » S'excusa-t'elle avec une moue plutôt mignonne.

« Ce… Ce n'est rien. » Balbutiais-je, toujours sous son charme.

Sans protester, je la laissais me manipuler pour qu'elle puisse panser les blessures que m'avait infligées l'autre enfoiré. Bien que cela fasse très mal, mon orgueil en tant que mâle m'obligeait à souffrir en silence pour ne pas passer pour une chochotte, surtout devant une si belle demoiselle.

Très vite, son travail fut terminé et elle commença finalement à me préparer pour la deuxième étape des opérations, le scanner. Je ne pense pas qu'être transporté de mon monde jusqu'à celui-ci montrerait une quelconque trace… Grand mal me prit.

« Avant que nous y allions, j'aimerais connaître ton nom et ceux de tes parents, s'il te plaît. » Demanda-t'elle avec un léger sourire.

Son sourire ravissant fut beaucoup trop puissant. Cependant je ne pouvais pas donner mon véritable nom. De un, parce que je le trouvais beaucoup trop normal, j'aimais l'exotique ou l'ancien. De deux, un nouveau nom pour un nouveau monde. Décidé à répondre, je me lançais.

« Je m'appelle Nefarian Fordring, fils de Neltharion et Tyrande Fordring. » Lui dis-je.

« Un prénom unique, c'est la première fois que j'entends un nom pareil. » Complimenta-t'elle. Elle écrivit les informations sur un bloc note métallique.

« Où habites-tu ? » Continua-t'elle en me regardant une fois de plus.

Réfléchissant très vite, je répondis en me rappelant des planètes de l'empire du Dominion.

« Mar Sara… » Dis-je simplement.

Elle me regarda dans le silence, en disant cela. Je venais d'admettre que j'étais un réfugié de la première guerre lorsque Mar Sara fut ravagée par l'essaim Zerg.

« Je vois… Tes parents y sont morts, hein ? » Demanda-t'elle lentement, regardant ma réaction.

« Oui… » J'ai menti mais j'étais obligé si je ne voulais pas paraître trop suspect.

« Où habites-tu maintenant ? » Précisa-t'elle.

« Je suis… sans domicile fixe. » Dis-je avec un peu de honte. Ma honte ne venait pas du fait d'être un soi-disant SDF mais de profiter de la compassion de cette personne pour la tromper.

Lorsqu'elle eut enfin fini de noter, elle s'avança vers moi et enleva ma chemise et mon pantalon, ne me laissant qu'en caleçon. Je devint rouge pivoine, lui arrachant au passage un très léger mais un très beau rire.

La demoiselle m'ayant suffisamment déshabillé, elle m'accompagna jusqu'à une chambre qui ressemblait étrangement à une chambre d'hôpital où l'on pratiquait les radios.

Sans protester, je m'allongeais sur la passerelle qui m'enverrait dans un cylindre noir. La totalité du matériel était nouveau pour moi car Starcraft n'avait jamais fait allusion à un quelconque matériel pour détecter sur quelqu'un l'énergie Protoss…

La seule chose qui y ressemblait le plus fut les tests des scientifiques travaillant pour Valérian sur Kerrigan. La chambre devint totalement noire tandis que l'infirmière quitta la pièce pour aller dans une pièce adjacente dont les vitres étaient teintées. De l'autre côté du miroir était deux scientifiques, deux gardes et le commandant qui voulait connaître le résultat.

Son instinct lui disait que le garçon était la source du signal Protoss… Il en mettrais sa main à couper.

Lorsque l'infirmière qui s'était occupé du patient vint, elle envoya au commandant un regard noir.

« Vous devriez vraiment vous contrôler parfois. » Lança-t'elle avec mépris.

« Alors d'où vient-il ? » Demanda le commandant qui n'avait sûrement pas écouté le commentaire.

L'infirmière émit un soupire devant l'idiotie de l'homme.

« Il vient de Mar Sara, orphelin et sans domicile fixe. Il est sûrement arrivé avec les cargos de réfugier durant la première guerre. » Informa-t'elle.

« On le saura tout de suite, nous sommes occupés à rechercher son visage dans les registres. Et ceux-ci contiennent la totalité des personnes de l'empire. Et si il ne s'y trouve pas… Soit il ment, soit il vient du Combinat Kel-Morian ou du Protectorat Umojan. » Extrapola l'homme.

« Pourquoi mentirait-il ? Il n'y a aucune raison de faire ce-» Elle fut coupée par un signal.

Anomalie détectée… Anomalie détectée… Anomalie détectée…

« Smithson, quelle est donc cette anomalie ? » Demanda Meafuria qui avait l'air content de son flair. Le garçon n'était pas comme les autres.

Le scientifique commença à taper sur le clavier à une vitesse impressionnante, lui-même était curieux des résultats. Lorsque l'écran de l'ordinateur montra les résultats, ses yeux devinrent ronds sous le choc.

Le haut parleur s'activa.

Haute source d'énergie psionique détectée… Cellule Protoss détectée… Le sujet a été soumis à la présence d'un Protoss de grande puissance dans les dernières vingt quatre heures…

« Bingo ! » S'exclamant le commandant. « On a trouvé le Jackpot ! » Dit-il vers l'infirmière qui n'en croyait pas ses yeux.

Le gentil garçon qu'elle trouvait plutôt mignon et innocent serait un espion… ? Elle garderait cette leçon pour l'avenir, ne jamais se fier aux apparences.

« Mais si il était un véritable espion, il aurait sûrement tout fait pour ne pas être mis au scanner, non ? » Demanda l'infirmière, prise d'un doute.

« N'essaie pas de lui trouver des excuses. Dès qu'il est habillé, il sera emmené au laboratoire impérial. » Conclut l'homme.

Pauvre Nefarian… L'infirmière ne présageait rien de bon pour le jeune homme. Considéré comme un espion, de plus avec les cellules trouvés sur lui, ils allaient sûrement expérimentés sur lui.

Elle quitta la pièce et alla vers le jeune homme. Malheureusement elle ne pouvait pas être trop gentille avec lui.

« Alors comment étaient les résultats ? » Demanda-t'il avec un sourire.

Le nouvellement nommé Nefarian pensait qu'il était hors d'affaires… Après tout, il était juste arrivé dans ce monde et ne traînait jamais avec des Protoss. Suivant la belle demoiselle, il remarqua que la présence bienveillante qui l'avait accueilli s'était refroidie. Elle parlait moins et offrit moins de sourire séducteur comme elle avait fait auparavant.

Quelque chose de mal s'était-il passé ? Mystère…

Ils arrivèrent enfin dans la pièce ou il avait été soigné et ou il avait laissé ses vêtements. Il s'habilla rapidement et regarda par la fenêtre le couché de soleil à l'horizon.

« Magnifique n'est-ce pas ? » Dis-je en regardant cela.

Personne ne me répondit. Interloqué, je me retournais…

« Désolé… » Ce fut la dernière parole que j'entendis avant de sentir une douleur sourde dans ma nuque avant de sombrer dans l'inconscience.

Les gardes m'avaient frappés par derrières. La personne que j'avais entendue était la jeune infirmière qui regardait mon corps être emmené dans un convoi pour la ville. Elle garda mon collier en souvenir de moi car elle ne me reverrait jamais.

Ma courte et brève réunion avec elle l'avait touchée intérieurement. Elle ne rencontrait généralement que des hommes macho ou débiles. Les quelques personnes intelligentes qu'elle rencontrait étaient vaniteuses ou arrogantes. Cette brève rencontre l'avait changée…

Plusieurs heures plus tard ainsi que quelques sédatifs injectés dans mon corps… Le vaisseau sur laquelle on m'avait embarqué avec d'autres personnes sans nom ou SDF allaient vers une destination commune.

Nous allions sur une base scientifique extrêmement avancée technologiquement, appelée la Lance du ciel.

Ma vie serait changée à jamais…

Lorsque je me réveillerais, ma perception de la souffrance aurait sûrement atteint un nouveau seuil...

Fin du chapitre 1.