He's gone


Auteur : Tenshia31

Genre : Shonen Ai, UA, OOC, Songfic

Couples : Humm... surprise ! (mais pour ceux ayant lu mes deux précédentes fic, y'a pas de mystère)

Disclamers : les personnages de Gundam Wing ne m'appartiennent pas plus que les groupes et les paroles des chansons citées.

Note 1 : J'ai eu un coup de coeur pour la chanson de Patrick Bruel, "she's gone", et ça m'a donné une idée de fic, alors voilà ! J'espère que ça vous plaira. (paroles centrées, entre "..." et en italique). Les paroles sont légérement modifiées pour les besoins de l'histoire (ces modifs sont en gras).

Note 2 : Pour cette fic, je me suis rendue compte que je n'avais pas trop pris en considération la vision de l'homosexualité à l'époque citée (fin année 1970 pour le début de l'histoire), veuillez m'en excuser. On dira donc que nous avons toujours vécu dans une totale liberté des droits pour les personnes ;-). Utopique me direz-vous ? Sans doute vu la réalité encore bien trop actuelle...:-/

Note 3 : Je ne suis pas une grande fan des Rolling Stones, mais j'aime quelques-unes de leurs chansons et de plus, ça se prêtait bien pour la fic !

Note 4 : La fic aurait du être une OS à la base mais bon, ça s'est modifié entre temps... donc ce sera une fic à chapitre... et donc les paroles de la chanson apparaissent dans chaque chapitre.


J'ai vécu des moments magiques avec les Rolling Stones. Lorsque j'interprète une nouvelle chanson avec eux et que je perçois un éclat dans leurs yeux, je sais que ce groupe existera toujours.

- Mick Jagger -


Chapitre 1

17 juin 1976, 17h.

"Un concert des Stones,
17 ans à peine,
Une salle à Brighton,
La folie sur scène."

De l'agitation se fit ressentir dans les rangs.

Et pour cause, cela faisait 10 heures qu'ils attendaient, là, plantés au même endroit, et enfin les portes venaient de s'ouvrir.

Les premiers fans, présents depuis la veille, situés au début de la file, furent les premiers à pénétrer dans la fosse. Ils se ruèrent à l'intérieur et innondèrent l'immense salle arrondie. Le tout était éclairé par des grands projecteurs au plafond, ainsi que quelques spots situés aux extrémités de la salle.

Les places devant la scène furent vite acaparées.

_Vite Quat' ! Dépêche-toi !

_Oui, Duo. Passe devant !

Le dit-Duo se faufila tel un félin. Il trouva une place pour lui et son meilleur ami sur la droite, à quelques mètres des barrières qui séparaient la scène du public.

_Ba voilà, on pourra pas plus avancer.

_On est bien placé. On y verra bien de là.

_Si tu m'avais écouté, on aurait pu l'être mieux.

_C'est pas moi qui ait eu du mal à me lever ce matin, j'te signale.

Pour toute réponse, Duo lui tira la langue.

Lui et Quatre, dit "Quat'", Quat'chan", avaient appris à se connaitre depuis maintenant quatre ans. Ils étaient devenus inséparables. Alors ce n'était pas leurs "gentilles" joutes verbales qui allaient y changer quoique ce soit.

Ils se connaissaient et étaient liés comme les cinq, ou plutôt les deux dans leurs cas, doigts de la main.

_Duo ?

_Yes ?

_Tu sais ce que c'est ces bracelets qu'ils nous ont donné à l'entrée ?, lui demanda Quatre.

_Ba... je sais pas... Un souvenir du concert, sans doute?

En effet, avant d'entrer dans la salle, au moment de donner leurs pass, on leur avait refilé deux bracelets rouges, portant les mots "R. Stones, Brighton, 1976" en grosses lettres noires.

_Ouep, tu dois avoir raison...

_Le concert commence à quelle heure ?

_A 18h, donc... dans une heure, ajouta t-il en jettant un coup à sa montre.

18h.

En effet, c'est vers cette heure que les premières notes annonçant la première partie du concert se firent entendre.

Pour la première partie, différents groupes se succédèrent dont un qui commençait à peine à percer, J. Geils Band1, et que les deux amis appréciaient beaucoup.

La foule remuait dans tous les sens et s'agitait autour d'eux au rythme de la musique. Galvanisé par cette énergie positive, Duo leva les bras au plafond et se mit à hurler et à chanter à tue-tête.

_« Some fell as look at the clothes. I don't care if her eyes are red. I don't care if her nose is long...2 »

Amusé, Quatre l'accompagna en dansant langoureusement sur place. Lui aussi était déchaîné, et en nage, à force de remuer dans tous les sens.

Duo le prit, alors, par la taille. Soudain, le prenant par l'épaule, il le retourna face à lui et d'un sourire commun, ils s'étaient compris.

Commença alors un jeu de séduction purement improvisé.

Ils se collèrent l'un à l'autre, se frottant de façon très sensuel, hanche contre hanche.

Loin d'être pris au dépourvu, Quatre joua entièrement le jeu.

Ils jetèrent quelques coups d'œil autour d'eux. Oui, on les avait remarqué et ce n'était pas peu dire. Tous les regards autour d'eux les fixaient d'une lueur tantôt envieuse, tantôt amusé, ou outré.

Mais, eux, ils s'en fichaient royalement.

Et de toute manière, ils avaient l'habitude. Ils avaient toujours attiré les regards, rien qu'avec leurs physiques, plus ou moins, atypiques.

En effet, pour Duo, c'était sa longue tresse lui arrivant en bas des reins, ses yeux tirant sur l'améthyste, son corps svelte et sa peau de nacre qui n'avaient jamais laissé personne indifférent, autant les hommes, que les femmes. D'originaire américaine, il était loin des caricatures qu'on en faisait.

Quant à Quatre, malgré ses origines arabes, il arborait une chevelure blonde platine et des yeux couleur turquoise. Une apparence qui lui valait souvent le surnom « Angel » de la part de Duo, bien que c'en était pas toujours un.

Et pour l'occasion, ils avaient revêtu des vêtements à en faire tomber plus d'un.

Duo avait opté pour un jean bleu délavé et moulant, supporté d'un simple tee-shirt noir, sa couleur préférée, et légèrement transparente.

Tandis que Quatre, lui, portait un jean noir troué à certains endroits bien calculés, accompagné d'un tee-shirt noir et d'une veste en cuir cloutée.

Ces derniers auraient fait craqué n'importe qui !

Et aujourd'hui, c'était leur soirée et ils en profiteraient jusqu'au bout, et puis Duo était tellement heureux de voir son meilleur ami s'amusait autant. Personne ne leur gâcherait ce moment de plaisir.

A la fin du morceau, Duo et Quatre se détachèrent l'un de l'autre.

Ils se regardèrent un long moment avant d'éclater de rire.

Ils n'avaient vraiment pas besoin de mots pour se comprendre !

20h.

L'atmosphère devint de plus en plus électrique alors que les morceaux et les différents groupes s'enchainaient.

L'exitation était palpable.

Le dernier groupe de la première partie venait de finir sa dernière chanson.

De leur place et malgré la salle plongée dans une vague obscurité, ils pouvaient voir les machinistes s'affairaient à préparer la scène pour le groupe tant attendu.

Et soudain, une foule de hurlements se firent entendre.

_AHHHHAHAHHHHHHHHHHHHHHHH !

Le moment était enfin venu.

En effet, les lumières se rallumèrent et ils virent le groupe montait sur scène.

Mick Jagger monta sur scène et se plaça devant le micro.

Il fut suivi de Keith Richards, de Bill Wyman et de Charlie Watts, qui s'installèrent respectivement au clavier, à la basse et à la batterie.

Ronnie Wood entra le dernier sur scène et se plaça à la guitare.

Ils entamèrent leur partie du concert par leurs chansons les plus connues, sur les cris des fans en furie : "Paint It, Black", "Sympathy For The Devil", "Gimme Shelter", "Brown Sugar", ...

"Tes yeux me sourient,
Je me fraye un chemin,
Au milieu d'Angie,
Il me prend la main.

On se regarde

Longtemps,"

Et enfin ...

"Angie"3, la préférée de Duo.

L'éclairage de la salle changea pour une lumière plus tamisée, et la voix du chanteur résonna dans toute la salle, accompagné de ses accolytes.

_"Oh, Angie, oh, Angie, when will those dark clouds disappear
Angie, Angie, where will it lead us from here
With no loving in our souls and no money in our coats

..."

Duo ferma les yeux.

Ces paroles le rendaient mélancolique et lui rappelaient tant de moments douloureux de son passé, mais paradoxalement, il adorait cette chanson.

Des milliers de bras se lèvèrent et valsèrent au rythme de la musique, accompagnés des milliers de lueurs...

-"Angie, you're beautiful, but ain't it time we said goodbye
Angie, I still love you, remember all those nights we cried

..."
Doucement, Quatre lui prit la main.

Il savait ce qu'il avait enduré et ce à quoi cette chanson se référait pour lui.

Il se tourna vers lui et lui fit un magnifique sourire, auquel Duo répondit sans hésitation, bien qu'un air triste démeurait sur son visage.

Reboosté, Duo lacha la main de son meilleur et sortit un briquet de la poche arrière de son jean. Il l'alluma et accompagna les millers de mains déjà présentes au dessus du public.

Quatre avait été présent il y a trois ans et il l'était encore aujourd'hui.

Rien qu'en y repensant, cela le renconforta et ses mauvais souvenirs s'envolèrent. Il décida de profiter du reste du concert.

-"All the dreams we held so close seemed to all go up in smoke
Let me whisper in your ear

..."

Soudain, Duo sentit une étrange et insistante pression, comme si quelqu'un l'observait, le fixait, cela lui fit oublié tout le reste.

C'était une pression si forte qu'elle s'ancrait en lui et arrivait jusqu'à le bruler de l'intérieur. Mais bizarrement,... il trouvait cela agréable...

De quoi pouvait-il s'agir ?

De qui ?

Baissant la main et éteignant son briquet, il se mit alors à regarder autour de lui...

Il fit tourbilloner son regard dans la salle, et se figea lorsqu'il tomba sur des yeux pointés dans sa direction.

Il le fixait, si profondément, si intensément...

Il se sentit hypnotisé, comme apté par la simple présence de cet être.

Mais contre toute attente, Quatre le ramena brusquement à la réalité, en lui tapant sur l'épaule.

_...uo! Duooo! Allo la Terre !

_Hein?!

_T'étais où à l'instant ?

_...Euh... nulle part... Nulle part... J'ai seulement cru voir quelqu'un.

_...? T'es vraiment bizarre... Bref, jte disais, Zechs m'a envoyé un message. Il nous demande si on veut le rejoindre aprés.

_Euh... oui...

Le voyant visiblement trés troublé, Quatre fronça les sourcils, puis haussa les épaules et continua d'admirer le spectacle.

Si son ami n'allait pas bien, il savait qu'il lui en parlerait. Et puis, au fil de ces quatre années passées à ses côtés, il avait appris à le connaitre.

Grâce à cette faculté qu'il possédait, il pouvait ressentir les émotions de ce qui lui était proches.

Il avait appris à maitriser ce don grâce à Duo. Et, à cet instant, malgré le bruhaha incessant, il ne sentait rien en lui, susceptible de l'alarmer.

Alors ses pensées revinrent au concert et à la folie qui l'entourait.

Quand à Duo, conscient que le concert battait son plein et que la foule était complètement hystérique, il n'avait qu'une envie : retrouver le contact de ce regard, qu'il venait de perdre malgré lui.

Il le chercha...

A droite, à gauche...

En face.

Et puis, là... Il le retrouva.

Là, à une vingtaine de mètres de lui.

Irrésistiblement attiré, il lacha la main de son meilleur ami, sans que ce dernier ne s'en rende compte, et il s'approcha de cet inconnu.

Il se fraya difficilement un chemin à travers le public, jouant des coudes pour passer.

Il ne le quittait plus des yeux de peur de le perdre à nouveau.

Arrivé à sa hauteur, il se regardèrent longuement.

Plus rien autour d'eux ne semblait exister.

Tout s'effaça, tout devint noir.

Il se dévisagèrent, se questionnèrent et s'examinèrent.

Duo examina l'homme qu'il avait face à lui plus attentivment. Il avait à faire à un jeune homme qui devait avoir son âge, 17 ans, à peu de choses près.

Il le détailla des pieds à la tête...

De la même taille que lui...

Tee-shirt noir, qui laissait deviner un torse musclé...

Jean noir, bien assez moulant pour y deviner de magnifique formes...

Bracelets cloutés à chaque bras...

Cheveux hirsutes...

Visage fin...

... Et des yeux... Pas n'importe quels yeux...

Duo les observa plus attentivement.

C'était une couleur qu'il n'avait encore jamais vu auparavant.

Un mélange entre le bleu et le gris... le cobalt et le bleu de prusse.

_Des yeux hypnotisants..., songea t-il.

Mais qui était-il ?

Soudain, il remarqua qu'ils étaient tous les deux proches... trés proches, bien que pas assez pour se froler ou se toucher.

Duo se sentit quelque peu mal à l'aise. Il ne connaissait pas ce type mais, sans savoir pourquoi, ni comment, il était attiré par lui.

A cette pensée, il sentit ses joues rossir légérement.

Cela eut pour effet d'élargir les coins des lèvres du bel inconnu.

Un sourire énigmatique s'y révéla.

De plus en plus gêné, Duo reporta son attention sur la scène, afin de finir d'écouter la chanson.

_"With no loving in our souls and no money in our coats.

You can't say we're satisfied

..."

Délicatement, il sentit l'inconnu lui prendre la main, la lui serrant pour ne pas qu'il s'échappe. Pour toute réponse, et n'ayant aucune envie de s'enfuir, Duo la lui serra à son tour.

Sans savoir pourquoi, malgré cette gène, il se sentait bien avec cet inconnu qui ne lui avait encore rien dit.

Etais-ce ça un coup de foudre ?

"La foule l'emporte loin devant,
Dans le vent.

He's gone, he's gone.
Je ne sais rien de
celui qui m'étonne.
Juste un sourire, un tee-shirt marqué

Come on, Come on."


18 octobre 1976, 1h10

_Quoi ! Et c'est tout ?

_Quatre...

_Non mais attends, je reprends, tu me dis que tu m'as laché au concert parce que t'as croisé un gars. T'es allé le voir, vous avez écouter la fin main dans la main. Et c'est tout ?

_... Ba oui...

_Duo...

_Hum...

_Tu es un bel idiot !

Duo soupira et s'affala lourdement sur le canapé du salon. Il alluma la petite lampe blanche située juste à côté de lui, ce qui incita Quatre à eteindre le plafonnier.

Machinalement, il attrapa le livre situé à côté de la lampe et sembla hypnotiser par celui-ci. Il le tritura dans tous les sens cherchant à aléger son malaise.

Aprés le concert, Quatre avait bien vu que son ami était ailleurs... Alors il avait envoyé un message à leur ami Zechs pour lui signaler qu'il ne passerait pas le soir-même, mais plutot le lendemain à cause d'une petite histoire à régler, car Quatre voulait des explications. Aprés tout, Duo était parti sans aucune raison et il ne l'avait retrouvé qu'à la sortie. Voyant et sentant que son ami n'allait pas bien, il était rentré directement chez lui.

Quatre s'assit à ses côtés. Il posa une main sur le genou de son ami, en signe de soutien.

Pour autant, Duo ne semblait pas abbatu, il semblait plutot bizarre et... perdu. En sondant son esprit, il n'avait trouvé aucune réponse mise à part de l'incertitude.

Duo lut, à haute voix, le titre du livre qu'il tenait toujours fermement dans ses mains.

_L'art de la méditation...

Il le montra à Quatre, bien que ce dernier sache de quoi il s'agissait.

_Je devrais m'y mettre, peut-être, lui déclara -til, non sans un petit rictus.

_Duo...

_C'est à Zechs.

C'était une affirmation, plus qu'une question.

Il savait tout de ses amis, et n'ignorait en rien leur goût.

_Hum... lui déclara Quatre, pour toute réponse.

Ce dernier observa son ami. Il semblait perdu.

Mais pourquoi se mettait-il dans des états pareils face à un inconnu ?

Il avait besoin d'en savoir plus pour essayer de l'aider.

_Mais tu l'avais jamais vu avant ?

_Nan... et crois-moi je m'en serais souvenu...

_Qu'est ce que tu sais de plus sur lui ?

_J'sais pas moi...

Il sembla réfléchir. Soudain, il se redressa, comme pris d'un éclair de génie.

_Ah si ! Il portait ce tee-chirt ! J'aurais du me méfier tiens ! C'est lui qui m'a attiré vers lui. Voilà, j'ai trouvé le coupable!, annonça Duo fiérement, toujours assis sur le fauteuil, un doigt dressé vers le plafond, l'autre main tenant encore le bouquin.

_Hn ? Quel tee-shirt ?

_Et bien figure toi que j'ai remarqué qu'il portait un putin de tee-shirt avec "come on !" écrit dessus.

Face à cette révélation, Quatre soupira un bon coup.

_Arrête de faire l'idiot, Duo !

Cette remarque eut le bénéfice de calmer Duo qui s'affala de nouveau sur le canapé.

"He's gone, he's gone.
Je le cherche partout,
Plus personne.
Juste un baiser qui me revient chaque automne. "

L'arabe vit ce dernier poser, plongé dans ses souvenirs, deux de ses doigts sur ses lèvres.

_Quat'..., l'interpella t-il dans un soupir.

Il attendit la suite et le laissa parler.

_... Il m'a embrassé...

_Et t'as pas aimé ?, demanda son ami, de façon ironique, histoire d'alléger l'ambiance.

_Quat' !

L'arabe soutint son regard.

_Duo... et si tu m'expliquais ce qui s'est passé plutôt que de passer par quatre chemins...

_Mais je te l'ai déjà dis... J'ai senti quelqu'un m'observer de loin... Je l'ai vu, on s'est fixé... Et puis... je sais pas moi... y'avait plus rien qui existait. Il m'attirait comme un émant à lui. J'te dis, je me suis même pas rendu compte que j'avançais vers lui... Rooo... et puis il avait ce sourire enigmatique... Ahhh, mais il était trop... craquant !

Une fois de plus, Quatre attendit et laissa à Duo le temps de trouver ses mots.

_Et on a fini d'écouter la chanson... Il m'a pris la main... Dieu seul sait pourquoi...

Mais tout ça, il lui avait déjà raconté, mais c'est comme s'il avait un besoin lui-même de se rémémorer tout ça.

_Je me souviens qu'on a entendu les dernières paroles de la chanson.

Duo ferma les yeux et se mit à les fredonner.

_"But Angie, Angie, ain't it good to be alive. Angie, Angie, they can't say we never tried".

Puis il chercha, de nouveau, ses mots, ou plutôt ses souvenirs.

_Et... la chanson s'est achevée, ... Les lumières se sont éteintes à la fin... et... là... alors qu'on était plongé dans l'obscurité... je l'ai senti se rapporcher de moi... il m'a susuré à l'oreille ces... mots... "Come on"... comme s'il voulait m'attirer... et... il m'a embrassé... ... Juste un baiser, là...

Il sentait encore les lèvres contre les siennes.

Un baiser furtif certes, par peur d'être surpris ou rejeté sans doute, mais un baiser si intense et tendre à la fois.

_Ses lèvres étaient douces et ... chaudes... J'étais tellement bien...

Il continua ses paroles de manière plus sûre et convaincu.

_...que je n'ai même pas réalisé où on se trouvait. Je me souviens qu'il a reserré son entreinte encore plus fort... Je souviens même avoir répondu au baiser... fougueusement... de manière si... désespéré... Je ne sais même pas pourquoi...

Peut-être tout simplement, parce qu'il en avait envie ?

_Le temps que je me rende compte de ce qui se passait,... les lumières se sont rallumées... et... il n'était plus là... Il avait disparu...

Face à tout ce déballage d'émotions, Quatre ne sut que dire.

Pendant son discours, il avait ressenti chez son ami un mélange d'attraction, d'attirance, d'envie, de désir, mais aussi de tristesse et de manque vers la fin.

_J'ai du bugué pendant un long moment pour qu'il ait le temps de mettre les voiles le bougre...

_Mais Duo, ça avait l'air si... intense, comme tu me le racontes... Mais ce n'est pas de ta faute si t'es tombé sur... un con.

-Pffff, tu crois qu'au moins c'était réel, Quat-chan ? J'ai peut-être révé qui sait...

_Vu comment j'ai ressenti tes émotions rien que quand tu me le racontais, je peux te dire avec certitude que non tu n'as pas révé...

Un silence s'installa entre eux.

Puis soudain, Duo sembla avoir une révélation.

Il se redressa et se prit la tête dans les mains, celles-ci posaient sur ses genoux.

_Shit... Je crois que je suis amoureux...

Compatissant, Quatre lui caressa le dos délicatement.

Et oui, le coup de foudre c'était bel et bien ça !


* A suivre *


Mais qui est donc ce bel inconnu ? ^^

Voilà, bon j'espère que çe vous aura plus, la suite arrive trés bientot !

Car toute la fic est déjà écrite ! ;-) donc patience...

Edit du 29/10/13 : j'ai modifié un des personnages qui apparaissaient par erreur. Merci à Aeriell de me l'avoir fait remarqué.

1 Groupe de rock américain

2"First Look Purse" de J. Geils Band

3 « Angie » est donc une chanson des Rolling Stones parue en 1973 (Album : Goasts Head Soup). Elle sera, la même année, n°1 des ventes aux États-Unis, ainsi que dans plusieurs autres pays. Normalement, les RS ne la chanteront qu'à partir de 1982 à un de leur concert, mais bon... En tout cas, j'adore cette chanson.