Titre : Home Sweet Home

Disclamer : NCIS n'est pas à moi.

Plume est à PBG.

Résumé : Fic Plumiene. Parce que parfois on aime vraiment rentrer chez soit. Même si pour certains, c'est les début des emmerdes.

Note : Je ne sais pas si je vais faire plusieurs chapitres, tout dépendra de mon envie du moment. Comme je connais mal NCIS Los Angeles, je suis ouverte à toutes les propositions de collab'.


Chapitre 1 : On ne se tue pas entre sœurs.

Los Angeles, 3h54.

Elia Raws passa la porte de son appartement. Comme l'avait si bien remarqué sa concierge, elle n'avait pas besoin de se déguiser pour Halloween cette année, rien que l'état de son visage fera fuir le plus obstiné des garnement. Elle adorait cette femme, encore plus que cette chère Rosa. Si les deux pouvaient aller jouer à chat au bort d'une falaise, ça serait une bonne nouvelle. En soupirant, elle examina son courrier en soupirant. Toujours la même musique

- Factures, factures, factures... Facture ? Ah non, publicité. J'aime avoir des amis. Il ne me manque plus qu'un chat pour avoir la vie de la célibataire idéale.

L'agent fédéral ouvrit son frigo et soupira de nouveau en le voyant de nouveau vide. Au moins la question de la préparation du repas était réglée. Elle prit de la pâte à cookies pré-préparée, mit de l'eau à chauffer et sortit son thé. Lorsque l'eau fût chaude, elle mit un sachet de thé et l'eau chaude dans une grande tasse.

- Quel repas de roi, ou plutôt de reine. Elia, ma chérie, tu ne devrait pas te donner tant de mal pour te préparer des bons petits plats. Prends exemple sur Margot, ses pots d'épices ne sont pas là juste pour faire jolis.

Elle posa son repas sur la table basse devant la télé et s'assit. Elle se releva lorsqu'elle se rendit compte qu'elle avait oublié de faire quelque chose. Elle alla jusqu'à son répondeur et appuya sur un bouton.

- Vous n'avez pas de nouveaux messages, fit le répondeur d'une voix féminine et ennuyée.

- Pétasse !

- Ce n'est pas très gentil de dire ça à sa petite sœur.

L'agent du NCIS braqua son Jericho sur sa visiteuse.

- Tu ne tireras pas sur moi, ta petite Rose que tu défendais lorsque nous étions enfant. Et puis, que dira Papa ?

- Rien à faire, sors de chez moi et j'oublierai peut-être que tu es venue ici.

- Aurai-je touché ta corde sensible ? Dis-moi, qu'est-ce que ça fait de réussir à sortir totalement du milieu ? Un peu de glace dans ton whisky ?

- Il y a une alerte santé. Une étude était arrivée à la conclusion suivante : la Vodka Glaçons attaque le cœur, le Rhum Glaçons attaque le foie, le Pastis Glaçons = attaque le cerveau , sans oublier que le Whisky Glaçons attaque les reins. Conclusion, les glaçons sont mauvais pour la santé.

- Une attaque, une pirouette, tu ne changeras jamais, Grande Soeur.

- Que veux-tu ?

- Fais libérer Steve.

- Non.

- Pourquoi ?

- Tu ne lui as jamais demander pourquoi le NCIS n'avait jamais compris que c'était toi qui avait tué cet homme ?

- Ne m'obliges pas à tirer, soeurette, je sais que c'est toi qui a monté un dossier contre lui.

- C'est ce cher Papa qui te l'a dis ?

- L'accuserais-tu ? Pourquoi aurait-il faire ça ?

- Pourquoi ? Tu me demandes pourquoi ? Se moqua l'agent.

- Oui, pourquoi ?

- Sinon, c'était toi qui allait en prison, Rosie chérie, signala froidement Elia.

La rousse sortit une arme et la braqua sur Elia. L'agent du NCIS la regarda calmement. Elle avait tellement vu la mort qu'elle ne la craignait plus. Et son père avait raison. Rose et elle étaient différentes. Rose vivait dans le respect de la Famille et de la Rue. Elia avait fui tout ça sans se retourner.

- Tu nous as tous trahi il y a des années, mais tu sais le pire ? Le pire, c'est que tu as sans doute raison. Il a dû apprendre que tu étais toujours en vie et de retour à Los Angeles et vouloir te faire payer le prix de ta liberté, fit la rousse en pleurant. Jamais il ne pourra te pardonner et jamais il te pardonnera.

Elia sa baissa et posa son arme au sol, d'un geste, elle l'envoya au pied de sa visiteuse.

- Je ne tuerai pas ma sœur, et aujourd'hui, une seule de nous peu sortir de cet appartement vivante.

L'agent se releva et d'une caresse sécha une partie des larmes de Rose.

- Ne t'inquiète pas, petite sœur, il y a toujours une solution.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Une voiture roulait en silence et deux femmes se taisaient. Certains diront qu'elles avaient agi sans réfléchir, mais l'une comme l'autre étaient au pied du mur et leur seule solution pour s'en sortir était de se faire confiance. Mais pour cela, elles devaient passer outre des années de rancunes, de regrets et de silence. C'était un combat qu'elles ne pouvaient pas gagner seules, mais qu'elles devront mener seules.

Elles se regardèrent... et la voiture explosa.


Ok, vous me détestez. Pas la peine de me le dire, je sais.

*Je jette à terre*

QUI QUE CE SOIT, RANGES CE BAZOOKA ! SINON, JE NE POSTE PAS LE SECOND CHAPITRE AVANT DEUX SEMAINES !

TUER L'AUTEUR NE VOUS PERMETTRA PAS D4AVOIR LA SUITE !