Ren et Shoya vont être séparés pendant deux semaines, à cause de leurs carrières dans la musique. Mais leurs retrouvailles n'en seront que plus belles, ils vont se rendre compte qu'ils ne peuvent pas vivre loin l'un de l'autre...

Ren se sentait seul, Shoya avait du partir pour trois concerts exceptionnels avec son groupe, en France. Il avait proposé à Ren de l'acompagner mais ce dernier avait aussi des engagements, comme des interviews, avec son propre groupe à Tokyo. En plus, c'était des interviews de merde, qui selon Ren ne servaient à rien. De toute manière tout ce qui le faisait rester loin de l'homme qu'il aime, ne servait à rien. Qu'est-ce qu'il aurait aimé partir avec son petit-ami, en France, voir Paris. Mais à la place, il se retrouvait coincé dans son appartement à broyer du noir, comme un petit chien en cage, en attendant le retour de Shoya. Ren savait qu'il n'avait plus que deux jours à tenir, mais il avait l'impression que plus le retour de Shoya approchait, plus le temps passait au ralentis.

Déjà deux semaines sans Ren pour Shoya, il n'avait pas voulu partir, mais son groupe ne lui avait pas laissé le choix. Et comme, il l'avait supposé, ce voyage imposé, sans Ren avait été une torture pour lui. Ils avaient passé tout leur temps libre ensemble au téléphone, mais cela n'avait pas combler le manque, la douleur de l'absence. Quand il avait enfin fini le troisième concert, il n'avait pas voulu attendre pour repartir avec les membres de son groupe deux jours plus tard, il avait sauté dans le premier avion pour Tokyo, pour retrouver Ren le plus vite possible. Encore 3h le séparait de son petit-ami, il n'en pouvait plus, la seule chose qu'il voulait c'était le prendre dans ses bras. Shoya n'avait pas voulu le prévenir, préférant lui faire la surprise. Il se demander comment son petit-ami aller réagir, en le voyant devant la porte de son appartement. En imaginant la scène, Shoya avait déjà le sourire aux lèvres, car il se doutait de l'accueil qu'il recevrait de la part de Ren.

Quand la sonnerie de son appartement retentit, Ren se demanda, qu'est-ce que quelqu'un pouvait bien lui vouloir, à minuit passée. Il regarda donc dans le petit houblot de sa porte d'entrée, pour voir qui c'était. En voyant Shoya, l'émotion le submergea, il se mit à pleurer toutes les larmes de son corps et ses jambes tremblées, il crut qu'elles allaient céder sous son poids. A ce moment, Ren ne réfléchit pas, il ouvrit sa porte à la volée et sauta dans les bras de Shoya en pleurant, tellement il était heureux, il plongea son visage ruisselant de larmes dans son cou.

Shoya avait reçu son petit-ami de plein fouet dans ses bras, il le serra de toutes ses forces, sentant l'odeur de son Ren adoré, il avait l'impression de revivre, après ses deux semaines d'absence, il en avait les larmes aux yeux. Il pris un Ren sur le point de vaciller sur ses jambes dans ses bras et rentra dans l'appartement. Après avoir galéré pendant 20 longues minutes, il avait réussi à refermer la porte d'entrée. Disons qu'un petit koala donc il ne prononcera pas le nom, c'était parfaitement soudé à lui, refusant de se décoller. Il avait dû refermer cette porte péniblement à l'aide du main, pas forcément d'une grande mobilité, parce que il avait eu peur que Ren ne tombe et là ils étaient enfin dans la chambre de Ren.

- Ren...Ren... dit Shoya, son petit-ami trembler encore comme une feuille et refuser de se décoller de lui. Apparament, il était encore sous le coup de l'émotion, alors Shoya le déposa avec lui sur le lit, en prenant le soin de rester contre lui.

- Sho...ya, dit Ren la voix tremblante, il pensait que c'était un rêve et que si il lâchait Shoya, ce dernier disparaîtrait.

- Je suis là Ren,je suis bien là...je suis enfin rentré... dit-il.

- Ce n'est pas un rêve? se risqua Ren.

- Non, je suis bien là Ren. répondit-il. Pour achever de le convaincre, Shoya déposa un doux baiser sur ces lèvres. Ce baiser eu pour effet de détendre complètement Ren, il commença même à déserrer son étreinte. Mais Shoya resta contre lui, Ren lui avait tellement manqué qu'il ne voulait plus le quitter.

- Tu es revenu plus tôt Shoya?

- Oui, je ne pouvais plus attendre. Après le concert, j'ai sauté dans le premier avion pour te rejoindre. répondit-il.

- Tu m'as tellement manqué Shoya!

- Tu m'as manqué à moi aussi mon coeur.

Ren embrassa Shoya et ce dernier vint se placer au dessus de lui, à califourchon, Shoya fixait son petit-ami de ses yeux remplis de désir. Comment peut-il être aussi beau, pensa Shoya, il recommença à l'embrasser, au fur et à mesure, son baiser devient plus passionné, il plongea sa langue dans la bouche de Ren. Celui-ci répondit à son baiser et passa ses bras autour de son cou, il voulait approfondir encore davantage leur baiser, lui montrer qu'il était à lui et à personne d'autre.

- Ren...j'ai envie de toi...sa fait tellement longtemps... Sans laisser à Ren le temps de répondre, Shoya le déshabilla, laissant apparaître le corps nu de son amant. Rien que de voir Ren en tenue d'Adam l'excitait au plus au point.

- Shoya... Ren fit de même avec les vêtements de son petit-ami, il voulait son corps tout entier, il le voulait en lui. Rien qu'en voyant le corps nu devant lui, son érection était monté en flèche et celle de Shoya n'était pas prête de se calmer non plus.

- Ren...tu es magnifique...

Rien, qu'en voyant les yeux brillant de convoitise de Shoya, Ren su qu'il ne pourrait plus se contrôler longtemps. Il agrippa ses cuisses avec ses mains et remonta ses jambes, le regard de Ren à ce moment n'était plus du tout innocent, ils avaient deux appétits sexuels à combler. En voyant Ren dans cette position, ces fesses écartées, Shoya ne pu se contrôler, il aggripa ces fesses et commença à lécher Ren à cet endroit. Il est si bon, pensa Shoya. D'un seul coup il rentra sa langue, arrachant un cri de plaisir à Ren. Mais il voulait que son amant se lâche complètement, il posa les jambes de Ren sur ses épaules et replaça ses mains sur ses fesses, ce qui libéra les mains de son amant. Ren aussi voulait sentir sa langue davantage, il entremêla ses doigts dans la chevelure de Shoya et se cambra, permettant à son petit-ami de rentrer sa langue plus profondément en lui.

- Aaah...Aaah oui...Shoya...continu...Aaah! Ren pouvait sentir la salive de son partenaire coulée sur ses fesses et le bas de son dos, c'était si bon. Shoya était vraiment doué avec sa langue et il le savait parfaitement. Il continua pendant encore un bon moment à lécher le doux endroit de Ren, pour bien lubrifier.

- Tu es déjà prêt Ren...je n'ai même pas besoin de mettre mes doigts...tu es si excité... dit Shoya, reprenant son souffle.

- Shoya... Ren se redressa et attrapa son visage pour l'embrasser. Le baiser était si désespéré et passionné, qu'il chamboula Shoya. Ren en profitant pour approfondir leur baiser en rentrant sa langue, celle de Shoya rejoignit immédiatement la sienne.

Sans dire un mot, Ren attrapa le sexe de Shoya et le rentra en entier à l'intérieur de lui, un cri de plaisir submergea les deux hommes, rompant leur baiser.

- Aaah Ren... Shoya commença à mouvoir ses hanches, ses coups de reins était si brutaux, qu'ils arrachaient des cris de plaisir à son partenaire. Il voulait que Ren le sente au plus profond de lui.

- Shoya...aaah oui...plus fort...Aaah! Ren voulait le sentir davantage et faire encore plus de bien à Shoya, il enroula ses jambes autour de ses hanches, enfonçant plus profondément son sexe à l'intérieur de lui. Shoya en profita pour accélérer ses coups de reins, le dos de Ren se cambra dangeureusement, tout les deux n'arrivaient plus à raisonner.

- Shoya je vais...aaah...jouïr...Aaah! fit Ren.

- Moi aussi...Ren...Aaah!

Ren et Shoya jouïrent ensemble, leurs cris de plaisir raisonnants dans toute la chambre, c'était si bon. Ren pouvait sentir le sperme chaud de Shoya à l'intérieur de lui et se répendre sur ses fesses, cette sensation était si agréable pour lui. Shoya et Ren aurait voulu continuer toute la nuit, mais tout les deux étaient beaucoup trop épuiser pour ça. A la place, Shoya pris Ren dans le creux de ses bras, ce dernier se colla immédiatement contre lui.

- Ren... fit Shoya.

- Oui?

- ...Je t'aime.

- Moi aussi je t'aime, mon Shoya.

Ils échangèrent de longs et langoureux baisers, jusqu'à ce que le sommeil les gagne. Tout les deux étaient juste heureux, de pouvoir enfin être ensemble.