Cette fanfiction se situe avant le film Thor 1, lorsque Odin rentre victorieux de la bataille à Jotunheim. Dans cette fanfiction Odin ne ramène pas Loki de Jotunheim mais il gagne bien la guerre.

Cette fanfiction est inventé de toute pièce et n'a aucun rapport avec les films.

Bonne lecture :D


Odin rentrait enfin. Cela faisait trop longtemps que la guerre à Jotunheim l'avait maintenu éloigner de son royaume, de ses sujets et de sa famille. Sa femme Frigga et son fils Thor lui manquaient horriblement et il n'avait cesser de penser à eux durant ces longs jours de séparation. Et alors qu'il appelait Heimdall pour qu'il les fasse tous rentrer, l'envie de les revoir se faisait si forte qu'elle en devenait vitale.

Mais quelque chose n'allait pas : Heimdall ne répondait pas à ses appels. Il l'appela plusieurs fois sans résultat et l'inquiétude commençait à l'envahir. Après plusieurs minutes qui lui parurent interminables le bifrost s'ouvrit enfin et ce fut avec soulagement que Odin se laissa transporté dans les airs en direction de sa demeure qui lui manquait tant.

Lorsqu'il sentit de nouveau le sol sous ses pieds Odin regarda autour de lui et perdit instantanément son sourire. Le gardien gisait là, blessé et à bout de force. Odin se précipita vers lui et le retourna doucement sur le dos. Heimdall ouvrit péniblement les yeux et dit :

- Mon roi je suis désolé, je n'ai pas sut protéger notre cité,j'ai faillis à mon devoir, tout est de ma faute...

Il respirait laborieusement et ces quelques mots lui avaient demandés trop d'efforts, il s'évanouit. Alors Odin leva les yeux vers sa cité et fut horrifié : les murs étaient détruis, une épaisse fumé s'échappait des fenêtres aux carreaux brisés et même le pont arc en ciel était abîmé par endroit.

Le roi se releva d'un coup et, après avoir dit à ses soldats de prendre soin du gardien, se mît à courir vers le palais. Bien que, à cause de ses blessures, chaque pas était synonyme de douleur, Odin n'avait jamais couru aussi vite de toute sa vie. Et plus il se rapprochait du palais plus la peur prenait possession de lui. Une seule pensé occupait son esprit : pourvu qu'ils aillent bien, pourvu que Frigga et Thor ne soient pas blessés !

Lorsqu'il atteignit enfin les grandes portes du château, il vit au sol les cadavres des gardes gisant dans leur propre sang. Il posa la main sur la poignée et hésita quelques instants à ouvrir la porte, craignant ce qu'il découvrirait. Mais il devait savoir. Ils ouvrit donc doucement la porte et son œil restant s'agrandit d'horreur.

Devant lui gisaient des corps mutilés et privés de vie. Il avait vu bon nombre de cadavres lors de cette guerre, mais là c'était différent : c'était à Asgard ! Si ils faisaient la guerre c'étaient pour que leurs proches soient protéger, pour que leurs familles soient sauvent et épargnées de l'horreur des combats. Et pour Odin et ses soldats voirent les corps des leurs tués au sein de leur cité était le pire des supplices. La guerre n'avait plus de sens, ils avaient combattus pour rien. Les gens qu'ils protégeaient étaient morts et pire, ils n'avaient pas été là pour les protéger.
Alors que les cris de désespoir de ses soldats qui reconnaissaient un ami ou un parent parmi les cadavres ce faisaient entendre, Odin avançait tel un automate parmi les décombres, jetant un regard vide sur les corps gisant au sol.

Alors qu'il continuait à avancer sans but parmi les corps des siens, il vit s'avancer vers lui une personne. Il ne la reconnu pas tout de suite à cause de sa vue brouillée par les larmes. Mais alors que l'homme se rapprochait, il crut entendre son nom. Odin releva la tête vers lui et sortit de sa torpeur pour distinguer les phrases jusqu'ici incompréhensible que l'homme lui criait, paniqué :

- Mon roi ! Mon roi ! Enfin vous êtes de retour ! Nous avons été attaqués ! Nous n'avons rien put faire ils étaient trop nombreux ! On a évacué mais il en venaient de toutes part et ont ne pouvaient rien faire ! Et...

- Calmez vous, calmez vous... Dit Odin à celui qu'il reconnu comme le chef de la garde royal. Reprenez depuis le début, que c'est il passé et où sont Frigga et Thor ?

- Ils sont arrivés par le pont arc-en-ciel, ils étaient si nombreux ! Nous avons barricadés la grande porte et le gardien a dut les retenir assez longtemps pour que nous puissions évacuer les femmes, les enfants, et tout ceux qui ne savent pas se battre dans les montagnes.

Odin soupira de soulagement, au moins son épouse et son fils étaient hors de danger. Une question subsistait, lui brûlant les lèvres :

- Qui ça "ils" ?

- Les elfes noirs mon roi, c'est eux qui nous ont attaqué.

Odin bouillonnait de rage. Ces pleutres d'elfes noirs avaient attaqué alors que lui et son armé étaient absent ! Les lâches ils le payeront...

- Y a t'il beaucoup de morts ?

- Je ne sais pas encore exactement combien mon roi mais plus d'une centaine c'est sûr ! Et au moins autant de blessé.

Odin ferma son oeil valide un instant, épuisé par tout ces événements qui arrivaient trop rapidement et trop brutalement. Il ne rêvait plus que d'une chose maintenant : être blottit dans les bras de sa femme pour qu'il puisse oublier tout ses soucis. Mais il était roi et ses devoirs passaient avant son plaisir.

Lorsqu'il rouvrît son œil, il se rendit compte que l'homme se tortillait sur place, comme si il voulait lui dire quelque chose mais qu'il n'osait pas.

- Vous avez quelque chose d'autre a me dire. Ce n'était pas une question que dit Odin, mais une affirmation.

- Oui mon roi il s'agit de la reine...

Odin le fixa, terrifié. Et lui demanda d'un ton pressant et empli de frayeur :

- Mais elle a été évacuée ?! Elle et Thor sont en sécurité dans les montagnes !

- Oui le prince Thor a été évacué, mais la reine... son ton devint désolé, le reine Frigga n'a pas voulu partir...

Odin eu l'impression que le monde s'écroulait autour de lui, ça ne pouvait être vrai ! Il demanda au garde d'une voix légèrement tremblante :

- Où est-elle ?

- Mon roi elle est...

- Où est-elle !? coupa Odin.

- Dans vos appartements, mais...

Il ne put dire quoi que ce soit que Odin c'était déjà envolé à l'aide de Gungnir vers ses appartements. Il ne voulait pas entendre ce mot, ces 5 lettres qui signifieraient le pire des supplices. Elle ne pouvait pas l'être. Son amour ne pouvait-être... morte. Non c'était impossible ! Frigga était immortelle et il ne pouvait songer à une vie sans elle.

Lorsqu'il atteignit la porte des ses appartements il posa la main sur la poignée mais ne put trouver la force de la pousser. Son cœur tambourinait dans sa poitrine. Il ne pouvait s'y résoudre et enleva sa main de la poignée. Il recula de quelques pas et resta là, debout devant les grandes portes closes, incapable du moindre geste.

Puis tout d'un coup, il s'avança, le visage fermé. Il devait savoir. Il ouvrit la porte...


Je sais je suis très méchante ;) Mais je n'ai pas put m'en empêcher, ça ressemblait trop à la fin d'un chapitre.

Cette fanfiction est triste mais je viens d'étudier la 1ère guerre mondiale en histoire et l'horreur de la guerre m'a vraiment marquée alors je n'ai pas put m'en empêcher.

Je vous promets d'écrire la suite très prochainement.

En espérant que cette histoire vous est plut, n'hésitez pas à laisser une review, bonne ou mauvaise du moment qu'elle est constructive ça fait toujours très plaisir de savoir qu'on est lue :)